Archives par mot-clé : Pèlerinages

Reliques et pèlerinages

Sommaire du vol. 4/2020 du Carnet

Actes du colloque (mise en ligne progressive)

Simon DERACHE, “Via Columbani. La genèse d’un nouveau pèlerinage” (texte intégral)

Articles en lien avec le thème du colloque

Sidonie BOCHATON, “Le pèlerinage sur le tombeau de l’abbé Ponce de Sixt de la fin du Moyen Age jusqu’au XVIIe s. : entre continuité et renouveau” (texte intégral)

Magdalena BUSZKA, “Pèlerinages médiévaux aux reliques de sainte Marie-Madeleine dans Liber Miraculorum Beatae Marie Magdalene de Jean Gobi l’Ancien” (texte intégral)

Aude CHEVALIER, “La châsse du cloaque : analyse de fragments d’appliques médiévales” (texte intégral)

Frédéric RAYNAUD, “Reliques et pèlerinages des Saintes-Maries-de-la-Mer” (texte intégral)

Olivier TROTIGNON, “Pèlerinage et dévotion populaire en Berry du Sud au lendemain des guerres de Religion : les miracles de Monsieur Saint-Coeur” (texte intégral)

Damien VARENNE, “Le songe de Constance. Autour de la translation des reliques de saint Savinien de Sens, 25 août 1028” (texte intégral)

Jean-Michel BONJEAN, “Une relique de saint Claude en mains privées” (texte intégral)

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Via columbani, la genèse d’un nouveau pèlerinage

par Simon DERACHE

La Via Columbani est un tout nouveau chemin de pèlerinage à travers l’Europe a ouvert officiellement au printemps 2021. Elle offre l’opportunité de présenter la façon dont peut naître un pèlerinage au XXIe siècle.

Mon propos abordera successivement le fondement historique de ce chemin, les raisons de son ouverture au XXIe siècle et sa réalisation concrète.

Continuer la lecture de Via columbani, la genèse d’un nouveau pèlerinage

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

La châsse du cloaque : analyse de fragments d’appliques médiévales

Le 17 mars 1911, cent-cinquante appliques en laiton et alliage cuivreux sont découvertes au cours d’un chantier de construction à Oude Ebbingstraat dans la ville néerlandaise de Groningen, reposant dans les fondations de ce qui devait devenir un magasin. Les fouilles archéologiques menées à la suite de cette découverte déterminèrent que ces fragments avaient été jetés dans un cloaque du XVIe siècle dont l’accès avait été muré au XVIIe. Parmi ces éléments se trouvaient neuf appliques en laiton ornées de haut-relief figurant des apôtres en buste1, de très fines appliques en feuilles d’alliage cuivreux de différents formats ornées de personnages saints ainsi que des frises ornementales ou recouvertes d’inscriptions en graphies romane et gothique. 

Continuer la lecture de La châsse du cloaque : analyse de fragments d’appliques médiévales

Aude Chevalier

Doctorante en histoire de l'art médiéval, sous la direction de Brigitte Boissavit-Camus

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

  1. Dans le premier article écrit sur ces fragments par Johan Adriaan Feith, celui-ci ne mentionne que huit apôtres en buste. Un neuvième applique, conservée au Metropolitan Museum de New-York a été rapprochée des huit autres par le professeur J.H.P Jonxis dans les années 1980. Enfin, un fragment communément qualifié de “tête du Christ” conservé au Groningen Museum sur lequel un Christ en buste se détache en haut-relief d’une applique aux mêmes dimensions que les autres appliques des apôtres, peut également être associé à ce groupe. Jonxis, J.H.P. ‘Een fragment van de Groningse Walburg-schrijn in New-York’ dans Vereniging van vrienden van het Groninger Museum bulletin 4 maart 1980, Groningen 1980, non numéroté. Feith, J.A. “De twaalfde vondst te Groningen” in Bulletin van de Nederlandse Oudheidkundige Bond, Groningen, 1911, pp.73-78. []

Le songe de Constance. Autour de la translation des reliques de saint Savinien de Sens, 25 août 1028

En 1010, la reine Constance d’Arles, épouse de Robert le Pieux, reçoit, en songe, l’apparition de saint Savinien. Près de vingt ans après, le 25 août 1028, elle assiste à la translation des reliques de ce saint, présidée par le roi, en l’abbaye de Saint-Pierre-le-Vif de Sens.

Saint Savinien, un saint local sénonais1 est donc lié de près au pouvoir royal, au point que c’est le roi qui finance la fabrication d’une magnifique châsse pour abriter ses restes. La sollicitude du couple royal pour ce saint d’intérêt surtout local est frappante, surtout si l’on considère que Sens est alors en périphérie de l’espace traditionnellement dominé par le pouvoir capétien.

Comment expliquer ces liens entre le couple royal et saint Savinien ?

Nous verrons tout d’abord que le songe de Constance et la fabrication du reliquaire qui s’ensuit sont des enjeux dans les luttes de réseaux qui agitent l’entourage capétien, puis nous montrerons que le saint et le culte qui l’entoure sont des éléments de légitimation de la dynastie capétienne et de construction d’un espace royal.

Continuer la lecture de Le songe de Constance. Autour de la translation des reliques de saint Savinien de Sens, 25 août 1028

Damien Varenne

Agrégé d'histoire géographie et doctorant en histoire médiévale à l'université Paris-Sorbonne je consacre ma thèse au Sénonais médiéval entre le IXème et le début du XIIème siècle. Je m'intéresse principalement à l'organisation des pouvoirs et des réseaux et la manière dont ils organisent l'espace et sa représentation.

More Posts

  1. Nous ne pouvons ici, pour des raisons pratiques, développer l’histoire du culte de saint Savinien. Précisons donc qu’il s’agit du légendaire premier évêque de la cité, que son culte apparaît au milieu du IXesiècle pour se développer au Xesiècle avant de devenir le principal culte local au début du XIsiècle. []

Pèlerinages médiévaux aux reliques de sainte Marie-Madeleine dans Liber miraculorum beatae Marie Magdalene de Jean Gobi l’Ancien

Sainte Marie-Madeleine, une femme riche trop concentrée sur les affaires du monde, une pécheresse convertie qui avait reçu des grâces exceptionnelles de Dieu, est devenue un espoir pour les pécheurs faisant des pèlerinages à Saint-Maximin où son corps a été découvert. Selon une légende française du IXesiècle, après l’Ascension de Jésus-Christ, Marie-Madeleine, accompagnée de sa sœur Marthe et de son frère Lazare est arrivée à Marseille où elle a contribué à la christianisation du sud de la France1. Elle se serait installée dans une grotte près de la Sainte-Baume, où elle aurait mené une vie d’ermite pendant trente ans et où elle serait morte, son âme amenée directement au ciel par neuf anges. Parallèlement à la naissance de cette tradition, la célèbre abbaye bénédictine de Vézelay a été fondée en Bourgogne. C’est là que les reliques de sainte Marie-Madeleine ont été déposées deux siècles plus tard : son corps, provenant du sud de la France menacé par les invasions des Sarrasins, devait être transféré en Bourgogne2. Grâce à cet heureux événement, l’abbaye de Vézelay a joui d’une grande renommée et le nombre de pèlerins n’a cessé de croître. 

Continuer la lecture de Pèlerinages médiévaux aux reliques de sainte Marie-Madeleine dans Liber miraculorum beatae Marie Magdalene de Jean Gobi l’Ancien

Magdalena Buszka

Masterante en Philologie romane à l'Université Adam Mickiewicz Poznan, Pologne

More Posts

  1. La vie attribuée à Raban Maur De vita beatae Mariae Magdalenae (La vie de sainte Marie-Madeleine et de sainte Marthe). Voir Duchesne, Louis, « La légende de Sainte Marie-Madeleine », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, t. 5, n°17, 1893, p. 8. []
  2. Pinto-Mathieu, Élisabeth, Marie-Madeleine dans la littérature du Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 1997, p. 10. []

Pèlerinage et dévotion populaire en Berry du Sud au lendemain des Guerres de Religion : les miracles de Monsieur Saint-Coeur

Au mois de février 1116, à l’occasion d’une visite pastorale en Berry, le moine Robert d’Arbrissel, fondateur du monastère et de l’ordre de Fontevraud vint séjourner quelques temps à Bourges auprès de Léger, alors archevêque. C’est dans cette ville que, sentant ses forces décliner, Robert demanda à être conduit dans une maison de son ordre, pour mourir entouré de ses sœurs et frères. À quelques lieues au sud-ouest de la cité archiépiscopale existait un petit prieuré, fondé des années auparavant par Robert lui-même sur une terre du nom d’Orsan, offerte par la féodalité locale. C’est là que fut transporté le vieil homme à l’article de la mort, qui l’emporta le 24 de ce mois d’hiver.

Aussitôt, les religieux du petit monastère berrichon prirent les dispositions nécessaires au transport du corps de leur père fondateur pour qu’il soit inhumé sous les voûtes de Fontevraud. La dépouille de Robert fut embaumée avant son dernier voyage. Accompagné par Léger lui-même, le corps regagna la terre angevine avant d’être mis au tombeau près du maître-autel de la grande abbatiale. Selon une tradition rapportée par d’anciens auteurs[1], c’est pour honorer les dernières volontés du moine breton que le cœur de Robert d’Arbrissel fut soustrait du reste de la dépouille et fut placé sous un curieux petit ouvrage pyramidal élevé dans la chapelle priorale d’Orsan. Bientôt, au pied de ce reliquaire vinrent gésir, sous des dalles funéraires sans autres ornements que leurs épitaphes, le prélat Léger, qui avait choisi de reposer près du cœur de son vieil ami et Adalard Guillebaud, principal donateur de la terre d’Orsan. Rien ne distingua plus le petit établissement monastique des autres abbayes et prieurés ruraux fondés dans cette partie du Berry méridional jusqu’à ce jour de septembre 1668 lorsqu’arriva en vue du cloître un groupe d’ecclésiastiques chargés d’enquêter sur un ensemble d’actes de dévotions et de miracles autour de la relique conservée par les religieuses d’Orsan.

Continuer la lecture de Pèlerinage et dévotion populaire en Berry du Sud au lendemain des Guerres de Religion : les miracles de Monsieur Saint-Coeur

Olivier Trotignon

Historien médiéviste, conférencier, chercheur en anthroponymie médiévale, rédacteur du blog Berry médiéval depuis 2008

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Reliques et pèlerinages des Saintes-Maries-de-la-Mer

L’église des Saintes-Maries-de-la-Mer, lieu de sépulture de Marie Jacobé et Marie Salomé, leurs reliques et les pèlerinages qui s’y déroulaient à l’occasion de trois solennités annuelles sont documentés, pour les périodes médiévale et moderne, par une importante collection de textes et d’archives originales, répartie entre les archives diocésaines d’Aix-en-Provence1, les archives départementales des Bouches-du-Rhône2, les archives communales3 et la médiathèque d’Arles4. Son étude permet d’observer le processus rigoureux d’authentification de reliques au XVe siècle et le fonctionnement des solennités à la fin de l’Ancien Régime.

La légende des saintes Marie Jacobé et Marie Salomé

L’histoire de Marie Jacobé et Marie Salomé a été rattachée à la légende du débarquement à l’embouchure du Rhône (Fig. 1), des saints évangélisateurs de la Provence dont Marie-Madeleine, Marthe, Lazare, Maximin, relatée par le pseudo Raban Maur au XIIe siècle et reprise en particulier par Jacques de Voragine au XIIIe siècle, où elles ne sont cependant pas mentionnées. Ce dernier les évoque toutefois, dans le chapitre sur la nativité de la Vierge, comme filles de sainte Anne, demi-sœurs de la Vierge, issues l’une de son remariage avec Cléophé et l’autre de sa troisième union avec Salomas. Marie Cléophée dite Marie Jacobé était mère de Jacques le Mineur, Joseph le Juste, Simon et Jude Thaddée et Marie Salomé mère de Jacques le Majeur et de Jean l’Evangéliste. Leur inhumation, auprès d’un autel et d’un oratoire bâtis par les disciples, à proximité d’une source miraculeuse où elles auraient résidé jusqu’à leur décès, est mentionnée vers la fin du XIIe ou le début du XIIIe siècles par Gervais de Tilbury, maréchal de la cour impériale au royaume d’Arles5 et au XIIIe siècle par Guillaume Durand évêque de Mende6. L’évêque d’Arles en 1356, souligne « la beauté de cette église, ornée de reliques de nombreux saints et réputée pour son ancienneté »7.

Fig. 1 : La barque des saintes. Bas-relief du XVIIe s.
Continuer la lecture de Reliques et pèlerinages des Saintes-Maries-de-la-Mer

frederic raynaud

Chargé de recherches et d'opération INRAP UMR 5684 : histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans au Moyen-Age

More Posts

  1. ADAeP []
  2. ADBdR []
  3. AMA []
  4. BMA []
  5. Faillon 1865 p.1278 []
  6. Barthélemy 1854 p. 117 []
  7. BMA Ms 151, f° 199 []