Archives par mot-clé : Monachisme

Le pèlerinage sur le tombeau de l’abbé Ponce de Sixt de la fin du Moyen Age jusqu’au XVIIe siècle : entre continuité et renouveau

Premier abbé de l’abbaye de chanoines réguliers de Sixt en Haute-Savoie, le bienheureux Ponce de Sixt, dit de Faucigny, est connu dans la région savoyarde pour le pèlerinage instauré sur sa tombe en raison de ses vertus thaumaturges dès la fin du Moyen Âge au plus tard. Pourtant, de l’identité de Ponce et de sa vie d’homme, on ignore presque tout. Écrite par l’un des chanoines de Sixt et publiée en 1666, une vie légendaire1 constituait jusqu’à aujourd’hui la seule matière sur laquelle érudits et chercheurs s’étaient appuyés sans jamais la remettre en question. Si cette légende apparente sans équivoque l’abbé fondateur à la famille seigneuriale de Faucigny, certainement à l’origine de la fondation de l’abbaye, l’examen des sources d’époque ne le confirme pas. Les reliques de Ponce ont été précieusement conservées dans un tombeau dans la nef qui a attiré les pèlerins à Sixt. Au XVIIesiècle, ce pèlerinage connaît un renouveau initié par l’ouverture du tombeau de Ponce par l’évêque François de Sales, chantre de la Contre-Réforme en Savoie du Nord, et la diffusion des guérisons. Cet engouement, source de revenus pour les chanoines, est menacé en octobre 1680 lorsque l’abbaye subit un grave incendie et que la nef de l’église, où se trouve le tombeau, est détruite. Dès lors, les chanoines sont dans l’obligation de trouver une solution qui permette la poursuite du pèlerinage et les vestiges de ce tombeau temporaire sont encore visibles aujourd’hui.

1. L’abbé Ponce et son tombeau au Moyen Age

L’abbaye de Sixt est fondée par des chanoines réguliers issus de l’abbaye d’Abondance dans le second quart du XIIesiècle (fig. 1). Un premier couvent muni de son église est construit, tandis que les galeries du cloître sont décorées à la fin du siècle de chapiteaux et de piliers sculptés en grès. Ponce est le premier abbé de Sixt avant de devenir abbé d’Abondance. Il marque durablement l’abbaye de son empreinte. Après sa mort, un pèlerinage se développe à une date inconnue sur son tombeau. Grâce aux sources textuelles anciennes, on connaît la localisation de ce tombeau médiéval. 

Fig. 1 : La congrégation d’Abondance en Savoie du Nord dans la première moitié du XIIIe s. (DAO S. Bochaton).
Continuer la lecture de Le pèlerinage sur le tombeau de l’abbé Ponce de Sixt de la fin du Moyen Age jusqu’au XVIIe siècle : entre continuité et renouveau

Sidonie Bochaton

Je suis archéologue spécialisée dans l'étude du bâti médiéval et moderne. Depuis 2009, j'étudie les maisons de chanoines réguliers et les lieux de justice en Savoie du Nord. En 2020, j'ai publié l'ouvrage "Meillerie. Un prieuré fortifié de chanoines réguliers (XIIe-XIXe siècle)" aux éditions de l'Académie salésienne.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedIn

  1. Depassier, Jean, Recueil de la vie et gestes du vénérable Ponce, l’abbé des chanoines réguliers du couvent de Siz…,1666. Né à Sixt, il était chanoine de l’abbaye en 1662 et mourut le 2 juin 1667. []

L’espace architectural chez les moniales des communautés doubles en Aquitaine du Nord : les exemples de Fontevraud et Coyroux d’Obazine (XIIe-XIIIe s.)

Les monastères de règle stricte apparus dans les années 1100 ou peu après, qu’on peut appeler « abbayes du désert » en reprenant une métaphore utilisée par les intéressés eux-mêmes, possèdent des équivalents féminins. Rarement, cependant, issus de la régularisation de groupes d’ermites, et plus rarement encore issus d’une volonté autonome des femmes impliquées. Leur architecture est en majorité moins luxueuse et moins monumentale que celle des hommes, malgré une richesse domaniale et un recrutement de même type. La hiérarchie exprimée par les formes et les proportions est sans ambiguïté, ainsi chez les cisterciennes, dont les oratoires sont relativement modestes. Une exception notable dans l’ensemble des moniales : Fontevraud, du moins les installations du chef d’ordre, somptueuses et démultipliées. Le dossier de Coyroux, ou plutôt « Coyroux d’Obazine » du nom de la maison-mère cistercienne, car le toponyme Coiros est très rarement utilisé au Moyen Âge1, montre tout autre chose en proposant la « stricte clôture » dans un cadre exagérément contraint. Les deux ensembles conventuels sont très éloignés géographiquement : Fontevraud se trouve en pays ligérien, mais relève de l’Aquitaine historique en raison de son appartenance à la pointe nord de l’ancien diocèse de Poitiers ; Obazine se situe à l’est du diocèse de Limoges, dans une montagne qui s’élève au-dessus de la vallée de la Corrèze dans son parcours entre Tulle et Brive. 

Les différences quant à la règle aussi bien qu’en ce qui concerne l’organisation des bâtiments ne doivent pas masquer un moteur commun : il y a eu dans les deux cas non pas une fondation spécifique avec rattachement ultérieur, mais une originelle communauté mixte, puis une pression exercée sur le fondateur pour qu’il sépare les deux sexes dans la multitude plus ou moins assumée de ses disciples, obtenant une sorte de monastère double mais non jointif. Ces caractéristiques permettent d’approcher des enjeux qui touchent à toute la société médiévale, notamment dans les rapports entre les sexes ou leur compréhension par l’Église. 

Notons d’ores et déjà que le terme de « double monastère » ou « monastère double », par lequel on a parfois traduit les termes d’une lettre du pape Clément IV évoquant la communauté « des frères et des sœurs d’Obazine »2, est correct dans les deux cas, mais s’il est fréquent chez les fontevristes, il représente un unicum chez les cisterciennes.

 Une courte présentation des deux dossiers est indispensable ; elle constituera une première façon de regarder les lieux et bâtiments avant d’analyser plus précisément les circulations et les usages. Avant cela, une incise : le monachisme féminin possède une certaine honorabilité en Aquitaine du nord, puisque c’est à Poitiers que fut installé le premier monastère féminin des Gaules, Sainte-Croix, fondé par la reine Radegonde au VIe siècle, et où fut appliquée la Regula ad virgines de Césaire d’Arles3. Avec une exigence ou une évidence, celle d’un partage de l’espace qui se déduit de l’impossibilité pour les femmes d’être les actrices de la liturgie. Ici se concrétisa l’alliance entre les évêques et les aristocrates retirées du monde ; les abbesses et leurs acolytes étaient des femmes qui comptaient dans le royaume des Francs puis de France, et elles n’obéissaient à personne ou quasiment, ce qui sera aussi le cas des abbesses de Fontevraud, non sans résistances.

Continuer la lecture de L’espace architectural chez les moniales des communautés doubles en Aquitaine du Nord : les exemples de Fontevraud et Coyroux d’Obazine (XIIe-XIIIe s.)
  1. Coyroux est également situé dans la commune d’Aubazine. Par corruption toponymique lors de la création d’une gare en contrebas, le toponyme a été modifié : si la commune corrézienne est Aubazine, le monastère qui l’a engendrée reste Obazine. Coiros n’est jamais cité par les Statuta cisterciens, mais apparaît dans le cartulaire en 1179 et 1193 : Bernadette Barrière éd., Le cartulaire de l’abbaye cistercienne d’Obazine (XIIe-XIIIe siècle), Clermont-Ferrand, Institut d’Études du Massif Central, 1989. []
  2. Martene, Thesaurus novus anecdotorum, II, col. 511, 1267 : lettre à l’évêque de Clermont qui aurait acheté un bien contre l’avis de la communauté et le dilapiderait. []
  3. Le monastère poitevin a disparu hormis quelques fondations de l’église près de l’ancien baptistère, mais il existe toujours statutairement, délocalisé à la campagne avec une partie de ses objets médiévaux. A ne pas confondre avec Sainte-Radegonde, église funéraire installée « hors les murs » et desservie par des chanoines. []

Monachisme au féminin / Actes bientôt en ligne

Claude Andrault-Schmitt, Professeure émérite, Université de Poitiers, La pratique de l’espace architectural par les moniale du « désert » dans l’Aquitaine du nord: les exemples de Coyroux et Fontevraud (XIIe-XIIIe s.).

Alexis Grélois, Maître de Conférence, Université de Rouen, Les moniales en Occident aux XIe-XIIIe s.

Claus-Peter Haverkamp, membre titulaire de l’Académie de Mâcon, Hildegarde de Bingen et le choeur des soeurs.

Marie Charbonnel, ATER, Université de Bordeaux-Montaigne, Lieux communs : deux modèles dévotionnels du monachisme féminin médiéval et leur pérennisation en France et en Europe centrale du XIe au XIVe s.

Elisabeth Ruchaud, Chargée de cours, Institut catholique de Paris, Liturgie pascale et drame liturgique en mouvement dans l’espace ecclésial monastique : abbayes ottoniennes de Gernrode et Essen.

Nicolas Reveyron, Professeur, Université Lyon 2, Les moniales dans leur église. Architecture du monachisme féminin.

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn