Archives par mot-clé : Colloque

Reliques et pèlerinages / Colloque octobre 2020

Le colloque des Amis de la basilique romane se tiendra à Paray-le-Monial les 3 et 4 octobre 2020.

Argumentaire

Le corps, un vêtement, le tombeau, un peigne liturgique, la trace d’un pas … tout fait relique, directement ou par contact. Les reliques possèdent une puissance rémanente qui, en l’absence du saint dont elle est consubstantielle, répond aux vœux des pèlerins par une intercession salvatrice, des petits miracles du quotidien à la guérison miraculeuse d’un mourant. Dans leurs humbles prières, les fidèles n’hésitent pas à gratter subrepticement la pierre du tombeau saint pour en rapporter chez eux une poussière chargée de pouvoir. Et il arrive même qu’on gratte, dans un manuscrit, la figure d’un saint pour en récupérer la peinture comme un talisman ou un remède, à prendre mêlé à une boisson ou de la nourriture. L’édifice religieux qui abrite la relique se charge lui-même de cette puissance, à en être spontanément illuminé jour et nuit, comme le montre Venance Fortunat au VIe siècle pour la cathédrale de Nantes. Relique insigne dans la Gaule chrétienne, la chape que saint Martin a partagée avec un pauvre a donné aussi son nom à la petite église qui la contenait : la chapelle. 

Insignes ou modestes, les reliques attirent des fidèles en demande de secours surnaturel. Dès lors qu’ils quittent leur habitation pour gagner l’église du saint, ils deviennent pèlerins. Ils inscrivent ainsi leur histoire personnelle dans le grand livre de l’humanité. Le pèlerinage est en effet le propre de l’homo viator, l’homme voyageur. Il est aussi l’image de la vie qui est parcourue du berceau au tombeau comme un chemin, et pour lequel il faut préférer un cheminement difficile et périlleux, gage d’un accès au Paradis, au parcours facile et voluptueux qui conduit, lui, en enfer. Aux grands pèlerinages qui ont structuré le monde chrétien – Rome, Compostelle, Terre Sainte – durant le Moyen Âge répondent aujourd’hui les itinéraires ressuscités de leur effacement, comme les Routes de Saint-Jacques, ou les créations contemporaines, comme la Via Columbani. Une nouvelle manière de se redécouvrir. 

Crédit photo : enluminure “Le pèlerin priant la Vierge à l’Enfant” extraite de Pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Digulleville, XIVe s. (Aix-en-Provence, BM, ms. 0110, p. 157).

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Monachisme au féminin / Actes bientôt en ligne

Claude Andrault-Schmitt, Professeure émérite, Université de Poitiers, La pratique de l’espace architectural par les moniale du “désert” dans l’Aquitaine du nord: les exemples de Coyroux et Fontevraud (XIIe-XIIIe s.).

Alexis Grélois, Maître de Conférence, Université de Rouen, Les moniales en Occident aux XIe-XIIIe s.

Claus-Peter Haverkamp, membre titulaire de l’Académie de Mâcon, Hildegarde de Bingen et le choeur des soeurs.

Marie Charbonnel, ATER, Université de Bordeaux-Montaigne, Lieux communs : deux modèles dévotionnels du monachisme féminin médiéval et leur pérennisation en France et en Europe centrale du XIe au XIVe s.

Elisabeth Ruchaud, Chargée de cours, Institut catholique de Paris, Liturgie pascale et drame liturgique en mouvement dans l’espace ecclésial monastique : abbayes ottoniennes de Gernrode et Essen.

Nicolas Reveyron, Professeur, Université Lyon 2, Les moniales dans leur église. Architecture du monachisme féminin.

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Palais et châteaux / Résumés des communications du 5 octobre 2019

Hervé Mouillebouche, “De palais en châteaux : les déplacements des ducs dans le duché de Bourgogne”

De 1364 à 1477, les quatre grands ducs Valois ont réuni entre leurs mains un vaste ensemble territorial, qui s’étendait de la Frise au Mâconnais. Pour pouvoir affirmer leur autorité sur cet empire, ils devaient régulièrement le visiter, ce qui a engendré l’émergence d’une cour et d’un gouvernement nomade. Les quatre ducs ont eu chacun leur propre rythme d’itinérance et de déplacement, mais ils ne se déplaçaient jamais seuls. Les itinéraires et les nombreuses archives comptables permettent de connaître assez bien les modes de déplacement et d’hébergement de cet « hôtel », toujours plus nombreux, qui va « de palais en châteaux ». Visiblement, la cour se déplace comme une armée en campagne, et campe plus qu’elle ne loge autour des lieux de réception. Seul le duc, sa famille et les premiers officiers pouvaient espérer trouver une chambre digne de ce nom dans les châteaux de leurs hôtes ou dans les monastères qui leurs servaient d’hôtel.

Hervé Mouillebouche est Maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Bourgogne.

Franck Chaléat, “Le château en contrepoint : ce que l’habitat dit de la forteresse dans le Charolais et le Bourbonnais”

L’étude du château a souvent été menée au moyen d’une analyse poussée du site castral (motte, éperon…), des éléments de fortification retrouvés, ou des espaces aristocratiques lisibles (pièces particulières, espaces de représentation…). Tout ce qui constitue son environnement est vu comme annexe, satellite ou marginal.

Pourtant, la grande majorité des châteaux est insérée dans un habitat groupé substantiel, qu’il s’agisse des châteaux urbains ou des châteaux associés à ce que l’on dénomme habituellement des villages ou des bourgs « castraux » : qu’il soit antérieur ou postérieur au château, cet habitat rend possible le maintien économique et statutaire du pôle aristocratique, et supporte bien des échanges sociaux et matériels avec la résidence fortifiée. 

La présente communication prend le parti de suivre un autre chemin que la méthode habituelle, et s’intéressera à ce que l’habitat groupé peut révéler des caractéristiques spatiales de quelques châteaux, en termes d’inscription dans le paysage bâti, de communication avec la localité proche, de mainmise sur l’agglomération, mais aussi dans son rapport avec le terroir proche. Les exemples seront trouvés dans les deux zones de travail de l’auteur, celle du Charolais-Brionnais (étudiée lors de sa thèse) et celle du Bourbonnais (terre d’adoption professionnelle).

Franck Chaléat est Docteur en archéologie médiévale et archéologue territorial (Allier).

Alain Guerreau, Jean-Marie Jal, “Le château de Commune (Martigny-le-Comte)”

Au sud de la commune de Martigny-le-Comte, au bord d’une plate-forme qui domine de quelques mètres un sous-sous affluent de la Sonnette, se dresse une enceinte vaguement rectangulaire, cantonnée de trois tours rondes et d’un donjon-logis. L’examen du bâtiment fait apparaître une construction d’une qualité stupéfiante. Tout est formé de gros blocs calcaires appareillés avec un soin extrême, toutes les ouvertures sont moulurées, le logis est muni d’accessoires dénotant un luxe tout à fait exceptionnel dans une fortification. L’analyse métrologique montre une combinaison particulièrement élégante. Tous les éléments, tant techniques que stylistiques concordent pour suggérer une datation à la fin du XIIIe siècle, éventuellement au début du XIVe. Mais le plus surprenant est l’état de conservation impressionnant, le château paraît n’avoir jamais subi la moindre destruction.

Un sire de Commune apparaît dans les archives bourguignonnes dans la seconde moitié du XIIIe siècle, et l’on retrouve encore quelques personnages portant ce nom au XIVe. Mais il est strictement impossible d’attribuer la construction, manifestement très onéreuse, à un petit hobereau local. Il faut tenir compte au surplus du fait que l’emplacement de ce château ne renvoie à aucune logique : aucune route de quelque importance, aucun site à protéger. Que le bâtiment n’ait été pris d’assaut ni pendant la Guerre de cent ans, ni pendant les Guerres de religion, et qu’il ait échappé aux destructions ordonnées par Richelieu confirme l’absence de toute signification militaire. Une seule hypothèse se présente, celle des nouveaux « barons du Charolais » à la fin du XIIIesiècle, Béatrice de Bourbon, petite-fille d’Hugues IV de Bourgogne, et Robert de Clermont, fils de Louis IX.Alain Guerreau est historien médiéviste, ancien directeur de recherche au CNRS. Jean-Marie Jal est membre du Centre d’Etudes des Patrimoines en Charolais-Brionnais et du CECAB.

Alain Guerreau est historien médiéviste, ancien Directeur de recherche au CNRS. Jean-Marie est Jal est membre du CEP et du Centre de Castellologie de Bourgogne.

Noëlle-Christine Rebichon, “Le château de Belvès en Préigord noir (XIVe-XVIe s.)”

Maison forte, maison seigneuriale ou palais ? L’étude du château de Belvès pose la question de la fonction de l’édifice et de ces espaces dans le temps : vocation défensive, commerciale, résidentielle ? Cela implique l’identité et le rang du propriétaire : ecclésiastique ou laïc appartenant à l’élite ? Ces questionnements sont avivés par les thèmes et la qualité d’exécution des peintures murales mises au jour en 2010.

L’édifice, construit au début du XIVesiècle, reçoit le titre de château au XIXesiècle. La mémoire locale transmet également l’appellation hôtel de Commarque – du nom de l’une des grandes familles du Périgord – sans que l’origine n’en soit connue. Situé sur le tracé du rempart médiéval et flanqué par l’une des portes de la ville, le bâtiment occupe une position stratégique. Sa large façade s’ouvre sur la grand rue, avec un rez-de-chaussée percé de quatre arcades. En face du monument, hors les murs, s’étendent les propriétés du couvent des Dominicains.

Après la guerre de Cent Ans, une mise au goût du jour s’opère, impliquant la construction de nouvelles baies, l’ajout d’une tour d’escalier en pierre et la réalisation de décors peints au 2e étage. Ces derniers représentent une scène figurée et les célèbres Neuf Preux. L’interprétation particulière de cette série héroïque et la précision du trait rendent l’ensemble tout à fait exceptionnel.

Comment la maison a-t-elle évolué et quelles réponses architecturales ont été apportées en lien avec le contexte urbain ? Au-delà de la lecture du bâti, les œuvres d’art découvertes dans l’édifice nous poussent à explorer de nouvelles hypothèses.

Noëlle-Christine Rebichon est Docteur en histoire de l’art et chercheur associée au CESR de Tours.

Jean-Noël Barnoud, “Le palais abbatial de Paray-le-Monial”

A l’instar de plusieurs abbayes très importantes (Cluny, Tournus), Paray-le-Monial possède un palais abbatial commencé par l’Abbé Jean de Bourbon à partir de 1480 et terminé par son successeur, Jacques d’Amboise, qui vint y mourir en 1516. De ce palais, château ou maison abbatiale, suivant les termes employés par les différents historiens de Paray, il ne reste aujourd’hui qu’une grande tour, située à l’angle sud-est du prieuré, la plus grande partie du bâtiment ayant été démolie après sa vente comme bien national sous la Révolution.

Cette construction est surprenante dans un simple monastère, car Paray-le-Monial ne comptait pas parmi les maisons les plus importantes de l’ordre de Cluny. La présente communication se propose d’en expliquer les raisons et d’en retracer l’histoire jusqu’à nos jours.

Jean-Noël Barnoud est historien.

Nicolas Reveyron, “Plaisance et défense : les demeures des grands, de l’Antiquité au Moyen Age”

Dans l’Antiquité, la villa des riches romains est d’abord un lieu de plaisance, témoin d’une haute culture et d’une richesse familiale. Nouveauté monumentale inaugurée au Ier siècle sur le mont Palatin, qui lui a donné son nom, le palais est d’abord un lieu de pouvoir. Mais il a hérité de la villa ses fonctions culturelles qui interviennent dans le jeu politique. La qualité de la réception, la richesse de l’accueil et la majesté du decorum font des hôtes les témoins d’une puissance politique et financière. Les palais carolingiens du VIIIe-IXesiècle, bénéficiant d’un temps de paix intérieure, reprendront à leur compte cette triple fonction. Mais auparavant, avec les troubles des derniers siècles de l’empire romain, les palais se fortifient, à l’image du palais de Dioclétien à Split (Croatie) qui a été conçu à l’image d’un camp militaire.

A la charnière du Xe-XIesiècle, l’émergence de la seigneurie banale s’accompagne de l’invention du château, réduit d’abord à une motte entourée d’une palissade et surmontée d’une tour de défense en bois : elle permet au plus fort de s’imposer dans le paysage politique, tout en protégeant les populations qui lui sont redevables de leur salut. Rapidement, les châteaux de pierre, dont l’ampleur mesure la puissance du seigneur, deviennent à leur tour un instrument de pouvoir : l’accueil des vassaux est un moment clef de la politique locale. Au XVIIIe siècle encore, les nobles qui ont conservé leur droit judiciaire n’hésitent pas à rendre la justice au pied du vieux donjon familial, parfois intégré au palais moderne. 

Nicolas Reveyron est Professeur d’histoire de l’art et d’archéologie du Moyen Age à l’Université Lyon 2.

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn