Archives par mot-clé : Châteaux

Palais et châteaux

Sommaire du vol. 3/2019

Christophe LEVADOUX, « Un état inédit : le grand château de Chantilly sous le règne du duc de Bourbon (1692-1740) » (texte intégral)

Bruno MONTAMAT, « La villa Laurens, un château cathare à Agde autour de 1900 » (texte intégral)

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

La villa Laurens, un château cathare à Agde autour de 1900

« Ils se sont obnubilés devant le corps et ils ont oublié l’âme ». Joris-Karl Huysmans, « La symbolique de Notre-Dame de Paris », Le Tour de France, 15 avril 1905, p. 329.

La fastueuse demeure qu’Emmanuel Laurens (1873-1959) fit aménager à Agde au tournant du XXe siècle, sa lente agonie ainsi que le romanesque de la destinée tragique de cette vieille famille languedocienne1 conservent leur mystère2 malgré l’étude décisive de Bérengère Bonnaud de 19953 et les précieux éclairages que Laurent Félix et Hélène Palouzié publient périodiquement4. Par son architecture polychrome et ses décors peints inspirés par une antiquité archaïque fantasmée, sa salle de musique5 au sein d’une chapelle néo-gothique, et son pavillon6 de briques roses néo-classique/second Empire, la villa (fig.1) possède toutes les qualités de l’éclectisme décoratif cher à la bourgeoisie d’alors, dénoncé en 1869 par Edmond Texier et Albert Kaempfen7 comme l’expression du mauvais luxe qui assemblait « dans un conception vaste et féconde, les génies les plus divers conciliant l’Orient et l’Occident, le passé et l’avenir, l’Algérie et le Moyen Age, la Grèce et l’industrie8».

Fig. 1 : Façade du château Laurens dans son parc à l’anglaise en cours d’aménagement autour de 1900. A noter, le massif de fleurs en forme d’étoile à gauche du portique d’entrée. ©DR
Continuer la lecture de La villa Laurens, un château cathare à Agde autour de 1900

Bruno MONTAMAT

Historien, ayant travaillé de nombreuses années au musée d'Orsay. Actuellement chargé du patrimoine culturel au ministère de l'Education nationale et de la jeunesse et au ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche. Il mène des recherches sur l'architecture, les arts décoratifs et la société de la fin du XIXe et du début du XXe siècle notamment l’Art nouveau.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

  1. Je remercie Edouard Papet, Conservateur général sculpture et médaille au musée d’Orsay, de m’avoir signalé cette maison en 2016. []
  2. Montamat Bruno, Contribution historique au conseil scientifique de la villa Laurens à Agde du 18 juin 2018. https://www.academia.edu/40457234/Contribution_historique_au_conseil_scientifique_de_la_villa_Laurens_%C3%A0_Agde_du_18_juin_2018_par_Bruno_Montamat []
  3. Bonneau Bérengère, Le château Laurens, maîtrise d’Histoire de l’art, Université de Montpellier, 1995, Bonneau Bérengère, Félix Laurent, Château Laurens, voyage dans l’Art nouveau, Ville d’Agde, 2002. []
  4. Félix Laurent, « Le château Laurens et son décor : une demeure remarquable à Agde en 1900 », Études Héraultaises,2013, n°43, p.119-133, Palouzié Hélène (dir.), La villa Laurens d’Agde et le renouveau du salon de musique, Montpellier, DRAC du Languedoc-Roussillon, DL 2015, Narbonne, 2015,Palouzié Hélène, Félix Laurent, « La restauration de la Villa Laurens d’Agde à la lumière des dernières découvertes », Etudes Héraultaises,2017, n°49, p.125-140. []
  5. Terme employé par Emmanuel Laurens dans un courrier manuscrit non daté. Bonneau Bérengère, Le château Laurensop.cit., annexe 5. []
  6. Terme employé sur l’acte de vente en viager du domaine de Belle-Isle du 15 décembre 1938. AD Hérault 46 Q11 958. Je remercie Sylvie Desachy, Directrice des AD de l’Hérault pour son aide précieuse. []
  7. Texier Edmond, Kaempfen Albert, « Les deux luxes », Le Diable à Paris, J. Hetzel, 1869, volume 4. p. 139-141. []
  8. Vernes Michel, « Divagation intérieure: le décor fin de siècle », Monuments Historiques, 1995, p.11-18. []

Mourir au château (Xe-XXIe s.)

Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord (Septembre 2020)

L’association des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord consacrera son colloque annuel, qui se tiendra comme chaque année depuis plus d’un quart de siècle à Périgueux, au thème mourir au château (Xe-XXIe siècle). Ce choix impose d’envisager une typologie des trépas liée au cadre châtelain, capable d’évoluer dans la longue durée. Le château peut être le lieu de décès « ordinaires » mais aussi de morts violentes, précipitées, imprévues, accidentelles ou préméditées, voire d’assassinats. Afin de limiter le nombre des exemples qui ont fait des châteaux d’ultimes refuges ou des repaires de violences intérieures ou extérieures, on pourrait retenir les endroits précis où se déroulent ces morts : cachots, douves et ponts-levis, cuisines, chambres, escaliers.

Argumentaire

L’Association des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord consacrera son colloque annuel, qui se tiendra comme chaque année depuis plus d’un quart de siècle à Périgueux, au thème Mourir au château. Ce choix impose d’envisager une typologie des trépas liée au cadre châtelain, capable d’évoluer dans la longue durée. Le château peut être le lieu de décès « ordinaires » mais aussi de morts violentes, précipitées, imprévues, accidentelles ou préméditées, voire d’assassinats. Afin de limiter le nombre des exemples qui ont fait des châteaux d’ultimes refuges ou des repaires de violences intérieures ou extérieures, on pourrait retenir les endroits précis où se déroulent ces morts : cachots, douves et ponts-levis, cuisines, chambres, escaliers. Le cinéma serait une illustration parfaite de cette partie du prochain colloque, sans oublier l’archéologie…

Concernant l’« ars moriendi », tellement mis en valeur à la Renaissance, comment s’est opéré le passage de la mort héroïque sur le champ de bataille, à la manière de Bayard, à la mort seigneuriale à la manière de Brantôme, de Montaigne et de tant d’autres dont les exemples peuplent la littérature, des Mémoires aux romans ?

En amont de ce passage de la mort, seront à étudier les pratiques attachées aux testaments (témoins, notaires, moment et lieu), aux dernières volontés et aux successions : soit une partie juridique qui devrait intéresser des historiens du droit et qui traverse les siècles. Bien des exemples sont capables d’illustrer ce thème sans retenir exclusivement les seules exceptions d’héritiers déshérités ou de captations d’héritages par des intrus et, surtout, des intruses. Cette mort préparée suppose le choix d’un ordonnancement funéraire, au sein du château, avec l’accompagnement des familiers, des serviteurs, des domestiques, des tenanciers. Un rôle particulier est souvent dévolu aux pauvres, dans un cadre de charité et de piété, revivifiées par le concile de Trente.

En aval des décès châtelains, les cérémonies des enterrements et les pratiques d’inhumation au château (chapelle castrale) ou à proximité sont une occasion de réunions familiales, de rassemblements des gens du château et des paroissiens alentours. Les pratiques de conservation des corps, les techniques d’embaumement peuvent solliciter l’attention.

Au delà du cérémonial, il convient d’envisager l’édification de tombeaux, de nécropoles, de chapelle castrale, la rédaction d’épitaphes, la confection de stèles et autres monuments funéraires présents dans le château ou dans son parc pour perpétuer le souvenir des défunts. L’ancienneté des sépultures est un gage de celle des lignages. Plus généralement, on s’interrogera sur la périodisation du choix des lieux de sépulture : à l’inhumation dans la seigneurie-parc du château et sol de l’église paroissiale-, succèdent dans le cours du XIXe siècle la pratique d’un enclos séparé dans le cimetière communal et l’urbanisation des sépultures dans les cimetières citadins.

Modalités de soumission d’une communication

Suivez le lien : https://calenda.org/714599

Un état inédit : le grand château de Chantilly sous le règne du duc de Bourbon (1692-1740)

Ancienne propriété des Montmorency de 1484 à 1632, rendu en 1661 par Louis XIV au Grand Condé (1621-1686), le domaine de Chantilly, composé du Petit Château de Jean Bullant (1515-1578), et de la partie médiévale du Château Vieux, connut dès 1672 toute une série de transformations, dont Jules Hardouin-Mansart (1646-1708) fut le maître d’œuvre.  Au décès de Louis III de Bourbon-Condé (1668-1710), père du duc de Bourbon dit M. le Duc, cet ensemble restait pour une grande part, tant au niveau de ses jardins que de son architecture, le témoignage de la seconde politique de réaménagement souhaitée par ces princes entre 1683 et 1709. Fief familial, centre névralgique d’une nébuleuse politique et sociale au service du lignage, le duc de Bourbon  ordonna des modifications importantes dès 1718, aidé en cela par l’architecte Jean Aubert (v.1680-1741). Toutefois, l’actuel Chantilly, en grande partie réhabilité par les soins constants du duc d’Aumale (1822-1897), ne correspond pas, pour sa plus grande part, au domaine que laissèrent ces princes à l’aube de la Révolution de 1789. Le morcellement commença en 1793, soit par affectation à l’Etat, soit par vente à des particuliers. Le Château Vieux, ou Grand Château, fut rasé à un niveau correspondant à celui de l’actuelleTerrasse du Connétable1, et transformé en terre-plein épousant la forme du triangle originel et de ses tours rondes2. Nous proposons d’offrir l’état remanié de ce bâtiment à l’époque moderne, fruit de la volonté duc de Bourbon au XVIIIe siècle.

Continuer la lecture de Un état inédit : le grand château de Chantilly sous le règne du duc de Bourbon (1692-1740)
  1. Sorel, Alexandre, Le château de Chantilly pendant la Révolution, Paris, Hachette, 1872, p. 3, 110, 146, 148, 152 []
  2. Démolition du château de Chantilly, gravure de Thomas Naudet ; Château vu du pont de la Volière, photographie de Claudius Couton de 1872 : on y voit le Petit Château avec sa façade de neuf travées, le pont de la volière, et le Grand Château réduit à une simple plate-forme, couronné d’un jardin en terrasse (Chantilly, PH No314). Reproduites dans Babelon, Jean-Pierre, Chantilly, Paris, éditions SCALA, 1999, p. 155 et 166 []

Palais et château / Prolongation de l’Appel a article (31/12/19)

Depuis 1998, le colloque de Paray-le-Monial réunit chaque année, en octobre, chercheurs, universitaires et professionnels du patrimoine autour de thèmes liés à l’histoire de l’art et à l’archéologie en Europe occidentale. L’ édition 2019 innove avec :

  • La création du présent Carnet de recherche. 
  • Un appel à publications à l’attention des jeunes chercheurs (masterants, doctorants, jeunes docteurs) invités à proposer un article en lien avec le thème du colloque. Les articles retenus par le comité de lecture seront publiés dans le Carnet.
  • Un appel à posters à l’attention des jeunes chercheurs également et portant sur le thème du colloque : les posters seront exposés le jour du colloque et, éventuellement, lors d’autres manifestations scientifiques ou culturelles, et ils seront publiés dans le Carnet.
Continuer la lecture de Palais et château / Prolongation de l’Appel a article (31/12/19)

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Palais et châteaux / Résumés des communications du 5 octobre 2019

Hervé Mouillebouche, « De palais en châteaux : les déplacements des ducs dans le duché de Bourgogne »

De 1364 à 1477, les quatre grands ducs Valois ont réuni entre leurs mains un vaste ensemble territorial, qui s’étendait de la Frise au Mâconnais. Pour pouvoir affirmer leur autorité sur cet empire, ils devaient régulièrement le visiter, ce qui a engendré l’émergence d’une cour et d’un gouvernement nomade. Les quatre ducs ont eu chacun leur propre rythme d’itinérance et de déplacement, mais ils ne se déplaçaient jamais seuls. Les itinéraires et les nombreuses archives comptables permettent de connaître assez bien les modes de déplacement et d’hébergement de cet « hôtel », toujours plus nombreux, qui va « de palais en châteaux ». Visiblement, la cour se déplace comme une armée en campagne, et campe plus qu’elle ne loge autour des lieux de réception. Seul le duc, sa famille et les premiers officiers pouvaient espérer trouver une chambre digne de ce nom dans les châteaux de leurs hôtes ou dans les monastères qui leurs servaient d’hôtel.

Hervé Mouillebouche est Maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Bourgogne.

Franck Chaléat, « Le château en contrepoint : ce que l’habitat dit de la forteresse dans le Charolais et le Bourbonnais »

L’étude du château a souvent été menée au moyen d’une analyse poussée du site castral (motte, éperon…), des éléments de fortification retrouvés, ou des espaces aristocratiques lisibles (pièces particulières, espaces de représentation…). Tout ce qui constitue son environnement est vu comme annexe, satellite ou marginal.

Pourtant, la grande majorité des châteaux est insérée dans un habitat groupé substantiel, qu’il s’agisse des châteaux urbains ou des châteaux associés à ce que l’on dénomme habituellement des villages ou des bourgs « castraux » : qu’il soit antérieur ou postérieur au château, cet habitat rend possible le maintien économique et statutaire du pôle aristocratique, et supporte bien des échanges sociaux et matériels avec la résidence fortifiée. 

La présente communication prend le parti de suivre un autre chemin que la méthode habituelle, et s’intéressera à ce que l’habitat groupé peut révéler des caractéristiques spatiales de quelques châteaux, en termes d’inscription dans le paysage bâti, de communication avec la localité proche, de mainmise sur l’agglomération, mais aussi dans son rapport avec le terroir proche. Les exemples seront trouvés dans les deux zones de travail de l’auteur, celle du Charolais-Brionnais (étudiée lors de sa thèse) et celle du Bourbonnais (terre d’adoption professionnelle).

Franck Chaléat est Docteur en archéologie médiévale et archéologue territorial (Allier).

Alain Guerreau, Jean-Marie Jal, « Le château de Commune (Martigny-le-Comte) »

Au sud de la commune de Martigny-le-Comte, au bord d’une plate-forme qui domine de quelques mètres un sous-sous affluent de la Sonnette, se dresse une enceinte vaguement rectangulaire, cantonnée de trois tours rondes et d’un donjon-logis. L’examen du bâtiment fait apparaître une construction d’une qualité stupéfiante. Tout est formé de gros blocs calcaires appareillés avec un soin extrême, toutes les ouvertures sont moulurées, le logis est muni d’accessoires dénotant un luxe tout à fait exceptionnel dans une fortification. L’analyse métrologique montre une combinaison particulièrement élégante. Tous les éléments, tant techniques que stylistiques concordent pour suggérer une datation à la fin du XIIIe siècle, éventuellement au début du XIVe. Mais le plus surprenant est l’état de conservation impressionnant, le château paraît n’avoir jamais subi la moindre destruction.

Un sire de Commune apparaît dans les archives bourguignonnes dans la seconde moitié du XIIIe siècle, et l’on retrouve encore quelques personnages portant ce nom au XIVe. Mais il est strictement impossible d’attribuer la construction, manifestement très onéreuse, à un petit hobereau local. Il faut tenir compte au surplus du fait que l’emplacement de ce château ne renvoie à aucune logique : aucune route de quelque importance, aucun site à protéger. Que le bâtiment n’ait été pris d’assaut ni pendant la Guerre de cent ans, ni pendant les Guerres de religion, et qu’il ait échappé aux destructions ordonnées par Richelieu confirme l’absence de toute signification militaire. Une seule hypothèse se présente, celle des nouveaux « barons du Charolais » à la fin du XIIIesiècle, Béatrice de Bourbon, petite-fille d’Hugues IV de Bourgogne, et Robert de Clermont, fils de Louis IX.Alain Guerreau est historien médiéviste, ancien directeur de recherche au CNRS. Jean-Marie Jal est membre du Centre d’Etudes des Patrimoines en Charolais-Brionnais et du CECAB.

Alain Guerreau est historien médiéviste, ancien Directeur de recherche au CNRS. Jean-Marie est Jal est membre du CEP et du Centre de Castellologie de Bourgogne.

Noëlle-Christine Rebichon, « Le château de Belvès en Préigord noir (XIVe-XVIe s.) »

Maison forte, maison seigneuriale ou palais ? L’étude du château de Belvès pose la question de la fonction de l’édifice et de ces espaces dans le temps : vocation défensive, commerciale, résidentielle ? Cela implique l’identité et le rang du propriétaire : ecclésiastique ou laïc appartenant à l’élite ? Ces questionnements sont avivés par les thèmes et la qualité d’exécution des peintures murales mises au jour en 2010.

L’édifice, construit au début du XIVesiècle, reçoit le titre de château au XIXesiècle. La mémoire locale transmet également l’appellation hôtel de Commarque – du nom de l’une des grandes familles du Périgord – sans que l’origine n’en soit connue. Situé sur le tracé du rempart médiéval et flanqué par l’une des portes de la ville, le bâtiment occupe une position stratégique. Sa large façade s’ouvre sur la grand rue, avec un rez-de-chaussée percé de quatre arcades. En face du monument, hors les murs, s’étendent les propriétés du couvent des Dominicains.

Après la guerre de Cent Ans, une mise au goût du jour s’opère, impliquant la construction de nouvelles baies, l’ajout d’une tour d’escalier en pierre et la réalisation de décors peints au 2e étage. Ces derniers représentent une scène figurée et les célèbres Neuf Preux. L’interprétation particulière de cette série héroïque et la précision du trait rendent l’ensemble tout à fait exceptionnel.

Comment la maison a-t-elle évolué et quelles réponses architecturales ont été apportées en lien avec le contexte urbain ? Au-delà de la lecture du bâti, les œuvres d’art découvertes dans l’édifice nous poussent à explorer de nouvelles hypothèses.

Noëlle-Christine Rebichon est Docteur en histoire de l’art et chercheur associée au CESR de Tours.

Jean-Noël Barnoud, « Le palais abbatial de Paray-le-Monial »

A l’instar de plusieurs abbayes très importantes (Cluny, Tournus), Paray-le-Monial possède un palais abbatial commencé par l’Abbé Jean de Bourbon à partir de 1480 et terminé par son successeur, Jacques d’Amboise, qui vint y mourir en 1516. De ce palais, château ou maison abbatiale, suivant les termes employés par les différents historiens de Paray, il ne reste aujourd’hui qu’une grande tour, située à l’angle sud-est du prieuré, la plus grande partie du bâtiment ayant été démolie après sa vente comme bien national sous la Révolution.

Cette construction est surprenante dans un simple monastère, car Paray-le-Monial ne comptait pas parmi les maisons les plus importantes de l’ordre de Cluny. La présente communication se propose d’en expliquer les raisons et d’en retracer l’histoire jusqu’à nos jours.

Jean-Noël Barnoud est historien.

Nicolas Reveyron, « Plaisance et défense : les demeures des grands, de l’Antiquité au Moyen Age »

Dans l’Antiquité, la villa des riches romains est d’abord un lieu de plaisance, témoin d’une haute culture et d’une richesse familiale. Nouveauté monumentale inaugurée au Ier siècle sur le mont Palatin, qui lui a donné son nom, le palais est d’abord un lieu de pouvoir. Mais il a hérité de la villa ses fonctions culturelles qui interviennent dans le jeu politique. La qualité de la réception, la richesse de l’accueil et la majesté du decorum font des hôtes les témoins d’une puissance politique et financière. Les palais carolingiens du VIIIe-IXesiècle, bénéficiant d’un temps de paix intérieure, reprendront à leur compte cette triple fonction. Mais auparavant, avec les troubles des derniers siècles de l’empire romain, les palais se fortifient, à l’image du palais de Dioclétien à Split (Croatie) qui a été conçu à l’image d’un camp militaire.

A la charnière du Xe-XIesiècle, l’émergence de la seigneurie banale s’accompagne de l’invention du château, réduit d’abord à une motte entourée d’une palissade et surmontée d’une tour de défense en bois : elle permet au plus fort de s’imposer dans le paysage politique, tout en protégeant les populations qui lui sont redevables de leur salut. Rapidement, les châteaux de pierre, dont l’ampleur mesure la puissance du seigneur, deviennent à leur tour un instrument de pouvoir : l’accueil des vassaux est un moment clef de la politique locale. Au XVIIIe siècle encore, les nobles qui ont conservé leur droit judiciaire n’hésitent pas à rendre la justice au pied du vieux donjon familial, parfois intégré au palais moderne. 

Nicolas Reveyron est Professeur d’histoire de l’art et d’archéologie du Moyen Age à l’Université Lyon 2.

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn