Projet éditorial

En 1992, à l’occasion du 9ecentenaire de la basilique de Paray-le-Monial, un colloque de trois jours fut organisé sous le titre Basilique de Paray-le-Monial : l’histoire, l’art, la vie. Il réunit, entre autres, Christian Sapin, Marcel Pacaut, Raymond Oursel, Walter Berry, Franz Neiske et Maria Hillebrandt. L’impulsion était donnée : les Rendez-vous d’automne devinrent annuels à partir de 1998 à l’initiative de Nicolas Reveyron, professeur d’histoire de l’art et d’archéologie à l’Université Lyon 2, et grâce à l’investissement des Amis de la Basilique romane de Paray-le-Monial. Depuis, le colloque traite de l’architecture médiévale, civile et religieuse, sous tous ses aspects – formes, techniques, fonctions, décors – et pour l’ensemble de l’Europe occidentale. Les problématiques ont parfois amené une heureuse ouverture vers les périodes moderne et contemporaine et cet élargissement de la chronologie, en amont comme en aval, est aujourd’hui une volonté du conseil scientifique.

L’attachement à la période médiévale s’explique par le lieu même où se tient le colloque : Paray-le-Monial est un lieu particulièrement emblématique pour traiter de l’architecture de cette époque. La ville abrite en effet une célèbre priorale romane édifiée à l’initiative de l’abbé de Cluny, Hugues de Semur. En outre, Paray se situe au cœur du Charolais-Brionnais, un pays d’art et d’histoire dont le riche patrimoine médiéval est renommé en France comme à l’étranger. Si les églises romanes de ce territoire retiennent l’attention des chercheurs depuis de nombreuses années, les châteaux ainsi que les bourgs monastiques et castraux sont des objets d’études plus récents et, au gré des recherches, c’est tout le paysage monumental du Moyen Age qui se dessine.

Priorale de Paray-le-Monial (Pierre Boucaud).

Le Carnet parodien d’histoire de l’art et archéologie répond à un triple objectif. D’abord, diffuser les actes du colloque et les posters exposés à cette occasion, mais aussi publier des articles de jeunes chercheurs en lien avec le thème annuel. Ensuite, tenir un journal de bord du projet de modélisation 3D de la priorale romane. Enfin, proposer une actualité de la recherche en histoire de l’art et archéologie dans le sud de la Bourgogne. Ces trois axes sont détaillés ci-après.

Le colloque annuel de Paray-le-Monial

Le carnet vise en premier lieu à la diffusion des communications présentées lors des Rendez-vous d’automne de Paray-le-Monial. En effet, depuis 1998, ce colloque annuel accueille des universitaires et des chercheurs français et internationaux confirmés, ainsi que de jeunes chercheurs. Cependant, seuls les actes des colloques de 1998, 2004 et 2015 ont été publiés. En 2018, le conseil scientifique a donc pris la décision de publier systématiquement les actes en version numérique sur ce Carnet, tout en se réservant la possibilité de produire une édition papier certaines années.

Par ailleurs, à partir de 2019, le thème retenu pour le colloque fait l’objet, d’une part, d’un appel à contributions pour des articles destinés à être publiés sur le Carnet et, d’autre part, d’un appel à posters, lesquels sont exposés le jour du colloque puis diffusés sur le Carnet. Ces appels sont ouverts en priorité aux jeunes chercheurs (masterants, doctorants, jeunes docteurs). 

La modélisation 3D des édifices majeurs de Paray-le-Monial

Deux étudiants de l’Université Lumière Lyon 2, Dihia Chabane et Mohamed El Mahdi Bendjaima, réalisent dans le cadre d’un stage de fin d’étude en Master Histoire de l’art, architecture et urbanisme, un projet de modélisation 3D des édifices majeurs de Paray-le-Monial, tels que la priorale romane, la tour Saint-Nicolas, le musée du Hiéron, le musée Paul Charnoz et la maison de la mosaïque.

Un autre aspect de leurs travaux concerne la restitution 3D de bâtiments détruits, mais connus grâce aux sources textuelles et aux fouilles archéologiques. Le but est de faire connaître des édifices disparus, notamment ceux qui appartenaient au monastère clunisien, comme la priorale de l’an mil, la chapelle mariale ou la salle capitulaire.

Outre l’intérêt scientifique d’une telle démarche, leur projet s’inscrit dans un objectif de valorisation du patrimoine puisqu’ils proposeront, à terme, des outils de médiation destinés au grand public.

L’actualité de la recherche dans le sud de la Bourgogne

Si les communications, posters et articles en lien avec le thème annuel du colloque traitent d’édifices, de sites et d’œuvres dans toute l’Europe occidentale, il reste qu’en 1998, le projet des Amis de la Basilique est né à Paray-le-Monial, et que le colloque accueille régulièrement des chercheurs et universitaires travaillant sur la Bourgogne. C’est pourquoi un chapitre de ce Carnet est dédié à l’actualité de la recherche en histoire de l’art et archéologie dans le sud de la région. Cette actualité est riche puisque les universités (Lyon 2, UB), les laboratoires du CNRS (ArAr, Artehis), les associations et fédérations à vocation patrimoniale (CEP, CECAB, Fédération des sites clunisiens) sont particulièrement dynamiques sur le territoire.