Archives de catégorie : Vol. 4/2022 – Consulter les articles en ligne

Texte, Image, Illustration

Sommaire du vol. 4/2022

Actes du colloque

Vincent DEBIAIS, Au-delà des apparences. Textes poétiques et images dans la sculpture romane de Bourgogne

Françoise PERROT, L’écrit dans le vitrail

Mise en ligne prochaine des autres communications.

Contributions en lien avec le thème du colloque

Marielle LAVENUS, Les dents de l’amour : interactions des images et du texte pour la mise au jour d’un motif littéraire et iconographique dans le Gérard de Nevers du Maître de Wavrin (Bruxelles, KBR, ms. 9631)

Sarah KOURDI, Les portraits d’ancêtres dans le monde romain : la place de l’image, le pouvoir du texte

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Au-delà des apparences. Textes poétiques et images dans la sculpture romane de Bourgogne

Résumé

L’écriture dans l’image médiévale est omniprésente, qu’il s’agisse d’œuvres monumentales ou du monde manuscrit. Généralement très courts, ces textes ont été traditionnellement interprétés comme les moyens d’une identification ou d’un commentaire des personnages et des scènes. Un examen attentif de la documentation montre en réalité que la plupart de ces textes ne cherchent en rien à résoudre l’image, son opacité, son ambiguïté ou sa polysémie – il y aurait là une contradiction avec les procédés créatifs à l’œuvre dans la culture visuelle du Moyen Âge. La forme poétique, l’élaboration de la syntaxe et la richesse du lexique de nombre de ces textes témoignent plutôt d’une volonté de dépasser par l’écriture ce que l’on voit dans l’image, et d’offrir ainsi aux constructions visuelles un sens augmenté. C’est en particulier le cas aux xie-xiie siècles, au moment l’usage de la versification se généralise pour les textes tracés au cœur de l’image. Par l’écriture, l’art du Moyen Âge propose ainsi un nouveau chemin de signification par lequel on accède au sens de la forme peinte ou sculptée, mais aussi à la diversité de ses implications poétiques, théologiques ou liturgiques. Conformément à la théologie de l’image chrétienne, les relations texte/image font jaillir à la surface du matériau le contenu de la représentation et invitent le regardeur à pénétrer le sens de l’image. Dans cette communication qui prendra pour objet d’étude les inscriptions monumentales tracées dans la sculpture romane de Bourgogne, nous essaierons d’envisager la diversité formelle et fonctionnelle de ces textes conçus pour conduire la saisie de l’art au-delà des apparences.

Continuer la lecture de Au-delà des apparences. Textes poétiques et images dans la sculpture romane de Bourgogne

L’écrit dans le vitrail

Dans les vitraux, l’écrit est très présent, depuis les débuts jusqu’à nos jours. On en repère dans des fragments mis au jour au cours des fouilles archéologiques. Le colloque tenu à Auxerre a dressé, en 2010, un bilan de ces découvertes1. Rappelons à titre d’exemple les fragments dégagés du groupe épiscopal de la cathédrale de Rouen, datant du milieu du IXe siècle2.

À l’autre extrémité de cette chaîne chronologique, en 1958, à l’abbatiale de Couvrechef-la-Folie (Calvados), Sergio de Castro a rempli l’immense claustra fermant un mur entier avec le texte des Psaumes sous forme de lettres monumentales qui constituent le sujet3.

Étant donné l’étendue du sujet, ma présentation lors du colloque s’était appuyée sur une série d’illustrations que j’avais commentées. Je vais en retenir quelques-unes qui permettront de comprendre comment les inscriptions s’insèrent dans les vitraux.

Continuer la lecture de L’écrit dans le vitrail
  1. Sylvie Balcon-Berry, Françoise Perrot, Christian Sapin éd., Vitrail, verre et archéologie entre le Ve et le XIIe siècle, Paris, 2010, avec bibliographie []
  2. Jacques Le  Maho, dans S. Balcon-Berry, et al., « Retour sur le dossier des vitraux de la cathédrale de Rouen », p 181-200 []
  3. Véronique David,  « Castro et le défi du vitrail », In Situ, revue des patrimoines,  n° 12, 2009, https://doi.org/10.4000/insitu.6873 []

Les portraits d’ancêtres dans le mode romain : la place de l’image, le pouvoir du texte

Le monde romain est connu pour un culte aux ancêtres particulièrement fervent qui se matérialise par l’exposition de portraits d’aïeux, quel que soit leur support, dans l’atrium des demeures aristocratiques (domus ou villa). De nombreux textes décrivent cette pratique, réservée uniquement à l’élite en vertu du jus majorum qui pourrait se traduire par « le droit aux images d’ancêtres ». Ces portraits, leur réalisation et leur usage, étaient liés à des rites bien spécifiques dans le but d’honorer les aïeux. Des célébrations étaient organisées à la date anniversaire du décès de chaque défunt, rythmant ainsi les cultes domestiques et la vie familiale. Dans le cadre privé, le portrait d’ancêtre possède à la fois un rôle honorifique et commémoratif, mais aussi de garant matériel de la gloire des aïeux ainsi que celle de la gens.

L’image des ancêtres, dans le sens d’imago, peut se traduire dans ce cas précis comme la reproduction fidèle des traits d’un visage et la réalisation d’une effigie destinée à affronter les affres du temps. Grâce aux textes antiques qui nous sont parvenus, nous nous proposons de mettre en relation le pouvoir de cette image avec le texte lui-même. Malgré le peu de vestiges archéologiques, les écrits des auteurs classiques illustrent tout à fait l’usage des portraits et sa complexité, révélant l’impact de l’imago dans la société romaine.

Continuer la lecture de Les portraits d’ancêtres dans le mode romain : la place de l’image, le pouvoir du texte

Les dents de l’amour : interactions des images et du texte pour la mise au jour d’un motif littéraire et iconographique dans le Gérard de Nevers du Maître de Wavrin (Bruxelles, KBR, ms. 9631)

L’Histoire de Gérard de Nevers est une mise en prose bourguignonne : au XVe siècle, un auteur anonyme remanie un ancien poème du XIIIe siècle, le Roman de la Violette, pour le remettre au goût du jour et dans une langue nouvelle, le moyen français1. Cette entreprise littéraire est doublée d’une entreprise artistique et la mise en image est confiée au Maître de Wavrin. Probablement actif à Lille durant les années 1450 et 1460, ce dernier se distingue par la technique qu’il utilise, celle du dessin aquarellé, mais aussi et surtout par sa facétie. On décèle facilement, dans les images qu’il réalise, une note d’humour. L’œuvre est destinée à la cour de Bourgogne. D’ailleurs, il n’en existe que deux manuscrits témoins qui figurent tous deux dans l’inventaire dressé à la mort de Philippe le Bon en 1467. Le premier des deux manuscrits, celui du Maître de Wavrin, a été réalisé pour le duc du temps de son vivant, il est aujourd’hui conservé à Bruxelles sous la cote KBR, ms. 9631. Le second, conservé à Paris sous la cote BnF, ms. fr. 234782, n’était pas terminé en 1467 et, comme de nombreux autres manuscrits non parfaits, il a été enluminé par Loyset Liédet pour Charles le Téméraire peu après. Le manuscrit de Bruxelles a été produit dans un contexte bien particulier, celui de la naissance d’une bibliophilie nouvelle qui se distingue par son goût pour la lecture. Manuscrit sur papier à destination de Philippe le Bon et de ses amis, l’œuvre a vraisemblablement été le support d’une lecture-plaisir dialoguée entre amis au cours des années 1460. Dans le cadre d’un tel échange, le rôle joué par la langue est au cœur de toutes les préoccupations. Il s’agit autant de la langue dans laquelle s’exprime le prosateur que de la parole des lecteurs-regardeurs3. Ces derniers commentent et interprètent l’œuvre que contient le manuscrit et l’histoire racontée en mots et en images.

Continuer la lecture de Les dents de l’amour : interactions des images et du texte pour la mise au jour d’un motif littéraire et iconographique dans le Gérard de Nevers du Maître de Wavrin (Bruxelles, KBR, ms. 9631)

Marielle Lavenus

Spécialiste des manuscrits enluminés et des rapports texte-image, mes recherches s'inscrivent dans différents champs d'étude : histoire du livre et pratiques de lecture, modes de représentation, humour et rapports de genres.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

  1. L’œuvre a fait l’objet d’une édition critique récente : Marchal, Matthieu (éd.), Histoire de Gérard de Nevers. Mise en prose du Roman de la Violette de Gerbert de Montreuil, Villeneuve d’Ascq (Presses universitaires du Septentrion), 2013. Publié dans la collection Bibliothèque des seigneurs du Nord, le texte est accompagné de reproductions en noir et blanc des miniatures. Les images en couleur sont disponibles sur Belgica, URL : https://uurl.kbr.be/1065669. []
  2. Le manuscrit a été numérisé et est disponible sur Gallica, URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10532591q. []
  3. Pour plus de lisibilité et afin de distinguer clairement les passages du texte et la parole du lecteur-regardeur, des énoncés que l’on peut qualifier de prévisibles, les éléments textuels en moyen français extraits du texte sont en italique alors que les éléments qui relèvent de la parole, elle aussi en moyen français, et que déclenchent les images sont mis entre guillemets. []

Appel à contributions – Texte, image, illustration

Depuis 1998, le colloque de Paray-le-Monial réunit chaque année, en octobre, chercheurs, universitaires et professionnels du patrimoine autour de thèmes liés à l’histoire de l’art et à l’archéologie en Europe occidentale. L’édition 2019 a innové avec :

  • La création d’un carnet de recherche hébergé par la plateforme Hypothèses et intitulé Carnet parodien d’histoire de l’art et archéologie 
  • Un appel à publications ouvert à tous, mais particulièrement aux jeunes chercheurs (masterants, doctorants, jeunes docteurs) invités à proposer un article en lien avec le thème du colloque. Les articles retenus par le comité de lecture sont publiés dans le Carnet.

Thème de l’édition 2022 : Texte, image, illustration

Texte, image, illustration. Immense sujet. Pour le débrouiller, il faut en revenir à l’étymologie.

Texte, du substantif latin textus, qui est tissé : tissu, trame, et donc enchaînement d’évènements formant un récit. Un récit tissé avec des mots et des images. Et l’imaginaire du lecteur.

Illustration, du verbe latin illustrare : éclairer, mettre en lumière, donner de l’éclat. Au XIIIe siècle, illustration signifie apparition. Aujourd’hui, le terme désigne l’image qui apparaît dans le texte pour lui donner de la beauté et en éclairer le sens.

Image, du substantif latin imago : représentation, imitation, portrait, notamment des ancêtres, et, partant : ombre des morts. L’image, aujourd’hui, est d’abord le reflet d’un objet ou d’un être sur une surface polie : l’image appartient au processus de réflexion. L’image est aussi une représentation, depuis le simple graffiti jusqu’à l’idole, qui est image vivante sous une apparence inerte. L’image vient nous parler sans mots dire.

Le texte est donc mis en beauté par des illustrations qui font s’émouvoir l’imagination. Mais il s’installe aussi dans les images, à l’intérieur des enluminures, des vitraux, des sculptures, des pièces d’orfèvrerie. Il s’agit de signatures, de commentaires théologiques, de poèmes, d’éloges, du nom des personnages, d’avertissements… A Autun, le tympan signé Gislebertus me fecit porte, sous l’image des tortures de l’enfer, la menace : c’est bien ainsi que ça se passe !

Parfois, le texte devient image, sous la forme de calligramme. Bien avant Guillaume Apollinaire, les poètes alexandrins en ont créé en forme d’autel, de hache liturgique, de syrinx… Au IXe siècle, Raban Maur compose un ouvrage exaltant la sainte Croix : à chaque page, l’écrit recouvre une figure dont chaque élément découpe dans le texte un petit ensemble de mots, un sous-texte qui exprime une signification propre.

Texte, image, illustration : immense sujet qui, depuis l’Antiquité, a suscité les jeux les plus complexes et les plus somptueux.

Les propositions d’articles peuvent traiter de toutes les périodes mais doivent avoir pour cadre l’Europe occidentale.

Le programme du colloque vous donne un aperçu des thèmes pouvant être abordés.

Modalités de soumission des articles (date limite : 28/02/2023)

  • Les articles seront rédigés en français et ils seront publiés dans le Carnet au fil de l’eau entre octobre 2022 et avril 2023. Le Carnet possède un ISSN et est donc référencé dans le catalogue d’OpenEdition, le catalogue général de la BnF, WorldCat et ROAD.
  • Vous mentionnerez votre titre et organisme de rattachement.
  • Votre article contiendra 25 000 signes maximum espaces compris et 10 illustrations maximum (ces modalités peuvent être assouplies en concertation avec le comité de lecture).
  • Vous indiquerez la légende et l’auteur des illustrations (soyez vigilants sur les droits d’auteur). Toutes les illustrations devront être citées dans le texte comme suit : (fig. 5).
  • Les références bibliographiques apparaîtront en note sous la forme suivante :
    • Pour un ouvrage : Phalip, Bruno, Auvergne romane, Dijon, Faton, 2013
    • Pour un article : Arlaud, Catherine, Burnouf, Joëlle, « L’archéologie du bâti existe-t-elle ? », Les nouvelles de l’archéologie, 1993, n° 53-54, p. 67-69
  • Les articles étant destinés à une publication en ligne, nous vous remercions d’utiliser le système de double parenthèse pour les notes de bas de page. Dans votre texte, à l’endroit où vous souhaitez que l’appel de notes apparaisse, ouvrez une double parenthèse puis écrivez votre note puis fermez par une double parenthèse. Prenez soin de laisser un espace entre le texte et la première parenthèse ouvrante.

Plus d’explications en suivant ce lien : https://maisondescarnets.hypotheses.org/533

  • Votre proposition sera envoyée par voie électronique sous la forme d’un fichier Word ou Open Office Writer. Les illustrations seront envoyées aux format jpg ou png. Adresse de l’envoi : anelise.nicolier@gmail.com

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn