Archives de catégorie : Vol. 1/2017 – Consulter les articles en ligne

Monachisme au féminin

Sommaire du vol. 1/2017

Les actes du colloque sont progressivement mis en ligne.

Claude ANDRAULT-SCHMITT, Professeure émérite, Université de Poitiers, L’espace architectural chez les moniales des communautés doubles en Aquitaine du nord : les exemples de Fontevraud et Coyroux d’Obazine (XIIe-XIIIe s.)” (texte intégral)

Elisabeth RUCHAUD, chargée de cours, Institut catholique de Paris, “Liturgie pascale et drame liturgique en mouvement dans l’espace ecclésial monastique (abbayes ottoniennes de Gernrode et Essen)” (texte intégral)

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Liturgie pascale et drame liturgique en mouvement dans l’espace ecclesial monastique (abbayes ottoniennes de Gernrode et Essen)

La liturgie médiévale est un dispositif complexe de signes et de rites qui se développent au sein d’un espace architectural défini. Elle forme un ensemble vivant qui fait appel à tous les sens[1] : elle est mouvement dans l’espace sacré, elle est geste signifiant et codifiée, elle utilise le temps et la lumière et elle se nourrit du chant et de la parole. La liturgie, dans son sens le plus général, est une mise en scène des rituels, une représentation – dans le sens médiéval du terme de « raepresentare » (re-présenter, rendre présent) – et une réactualisation de la parole christique permettant une interprétation permanente de sa portée théologique et sacramentelle.

La liturgie se définit ainsi dès les époques anciennes comme relevant de la performance et du mouvement. Raban Maur notamment, dans ses homélies pour la dédicace d’une église[2], en donne sa définition dans le cadre monastique. Pour lui, la liturgie devient le lieu, le Temple, où se rencontrent les textes sacrés et les différents éléments sensoriels qui la composent et sont constitutifs du rituel. C’est la performance associée de ces divers éléments qui permet à la liturgie d’être et de devenir à son tour le Temple de Dieu (Templum Domini). L’ornementation liturgique est alors comprise comme une extension, une représentation visible de l’ornementation intérieure. Dans ce cadre, la performance rituelle, avec ses différents éléments visuels (lumière, ornamenta, etc.), auditifs (plain-chant, lectures, etc.) ou olfactifs (encens, cire, etc.) est un prélude et un moyen à la performance de la prière communautaire ou personnelle.

Continuer la lecture de Liturgie pascale et drame liturgique en mouvement dans l’espace ecclesial monastique (abbayes ottoniennes de Gernrode et Essen)

L’espace architectural chez les moniales des communautés doubles en Aquitaine du Nord : les exemples de Fontevraud et Coyroux d’Obazine (XIIe-XIIIe s.)

Les monastères de règle stricte apparus dans les années 1100 ou peu après, qu’on peut appeler « abbayes du désert » en reprenant une métaphore utilisée par les intéressés eux-mêmes, possèdent des équivalents féminins. Rarement, cependant, issus de la régularisation de groupes d’ermites, et plus rarement encore issus d’une volonté autonome des femmes impliquées. Leur architecture est en majorité moins luxueuse et moins monumentale que celle des hommes, malgré une richesse domaniale et un recrutement de même type. La hiérarchie exprimée par les formes et les proportions est sans ambiguïté, ainsi chez les cisterciennes, dont les oratoires sont relativement modestes. Une exception notable dans l’ensemble des moniales : Fontevraud, du moins les installations du chef d’ordre, somptueuses et démultipliées. Le dossier de Coyroux, ou plutôt « Coyroux d’Obazine » du nom de la maison-mère cistercienne, car le toponyme Coiros est très rarement utilisé au Moyen Âge1, montre tout autre chose en proposant la « stricte clôture » dans un cadre exagérément contraint. Les deux ensembles conventuels sont très éloignés géographiquement : Fontevraud se trouve en pays ligérien, mais relève de l’Aquitaine historique en raison de son appartenance à la pointe nord de l’ancien diocèse de Poitiers ; Obazine se situe à l’est du diocèse de Limoges, dans une montagne qui s’élève au-dessus de la vallée de la Corrèze dans son parcours entre Tulle et Brive. 

Les différences quant à la règle aussi bien qu’en ce qui concerne l’organisation des bâtiments ne doivent pas masquer un moteur commun : il y a eu dans les deux cas non pas une fondation spécifique avec rattachement ultérieur, mais une originelle communauté mixte, puis une pression exercée sur le fondateur pour qu’il sépare les deux sexes dans la multitude plus ou moins assumée de ses disciples, obtenant une sorte de monastère double mais non jointif. Ces caractéristiques permettent d’approcher des enjeux qui touchent à toute la société médiévale, notamment dans les rapports entre les sexes ou leur compréhension par l’Église. 

Notons d’ores et déjà que le terme de « double monastère » ou « monastère double », par lequel on a parfois traduit les termes d’une lettre du pape Clément IV évoquant la communauté « des frères et des sœurs d’Obazine »2, est correct dans les deux cas, mais s’il est fréquent chez les fontevristes, il représente un unicum chez les cisterciennes.

 Une courte présentation des deux dossiers est indispensable ; elle constituera une première façon de regarder les lieux et bâtiments avant d’analyser plus précisément les circulations et les usages. Avant cela, une incise : le monachisme féminin possède une certaine honorabilité en Aquitaine du nord, puisque c’est à Poitiers que fut installé le premier monastère féminin des Gaules, Sainte-Croix, fondé par la reine Radegonde au VIe siècle, et où fut appliquée la Regula ad virgines de Césaire d’Arles3. Avec une exigence ou une évidence, celle d’un partage de l’espace qui se déduit de l’impossibilité pour les femmes d’être les actrices de la liturgie. Ici se concrétisa l’alliance entre les évêques et les aristocrates retirées du monde ; les abbesses et leurs acolytes étaient des femmes qui comptaient dans le royaume des Francs puis de France, et elles n’obéissaient à personne ou quasiment, ce qui sera aussi le cas des abbesses de Fontevraud, non sans résistances.

Continuer la lecture de L’espace architectural chez les moniales des communautés doubles en Aquitaine du Nord : les exemples de Fontevraud et Coyroux d’Obazine (XIIe-XIIIe s.)
  1. Coyroux est également situé dans la commune d’Aubazine. Par corruption toponymique lors de la création d’une gare en contrebas, le toponyme a été modifié : si la commune corrézienne est Aubazine, le monastère qui l’a engendrée reste Obazine. Coiros n’est jamais cité par les Statuta cisterciens, mais apparaît dans le cartulaire en 1179 et 1193 : Bernadette Barrière éd., Le cartulaire de l’abbaye cistercienne d’Obazine (XIIe-XIIIe siècle), Clermont-Ferrand, Institut d’Études du Massif Central, 1989. []
  2. Martene, Thesaurus novus anecdotorum, II, col. 511, 1267 : lettre à l’évêque de Clermont qui aurait acheté un bien contre l’avis de la communauté et le dilapiderait. []
  3. Le monastère poitevin a disparu hormis quelques fondations de l’église près de l’ancien baptistère, mais il existe toujours statutairement, délocalisé à la campagne avec une partie de ses objets médiévaux. A ne pas confondre avec Sainte-Radegonde, église funéraire installée « hors les murs » et desservie par des chanoines. []