Tous les articles par Elisabeth Ruchaud

Liturgie pascale et drame liturgique en mouvement dans l’espace ecclesial monastique (abbayes ottoniennes de Gernrode et Essen)

La liturgie médiévale est un dispositif complexe de signes et de rites qui se développent au sein d’un espace architectural défini. Elle forme un ensemble vivant qui fait appel à tous les sens[1] : elle est mouvement dans l’espace sacré, elle est geste signifiant et codifiée, elle utilise le temps et la lumière et elle se nourrit du chant et de la parole. La liturgie, dans son sens le plus général, est une mise en scène des rituels, une représentation – dans le sens médiéval du terme de « raepresentare » (re-présenter, rendre présent) – et une réactualisation de la parole christique permettant une interprétation permanente de sa portée théologique et sacramentelle.

La liturgie se définit ainsi dès les époques anciennes comme relevant de la performance et du mouvement. Raban Maur notamment, dans ses homélies pour la dédicace d’une église[2], en donne sa définition dans le cadre monastique. Pour lui, la liturgie devient le lieu, le Temple, où se rencontrent les textes sacrés et les différents éléments sensoriels qui la composent et sont constitutifs du rituel. C’est la performance associée de ces divers éléments qui permet à la liturgie d’être et de devenir à son tour le Temple de Dieu (Templum Domini). L’ornementation liturgique est alors comprise comme une extension, une représentation visible de l’ornementation intérieure. Dans ce cadre, la performance rituelle, avec ses différents éléments visuels (lumière, ornamenta, etc.), auditifs (plain-chant, lectures, etc.) ou olfactifs (encens, cire, etc.) est un prélude et un moyen à la performance de la prière communautaire ou personnelle.

Continuer la lecture de Liturgie pascale et drame liturgique en mouvement dans l’espace ecclesial monastique (abbayes ottoniennes de Gernrode et Essen)