Tous les articles par christophelevadoux

Un état inédit : le grand château de Chantilly sous le règne du duc de Bourbon (1692-1740)

Ancienne propriété des Montmorency de 1484 à 1632, rendu en 1661 par Louis XIV au Grand Condé (1621-1686), le domaine de Chantilly, composé du Petit Château de Jean Bullant (1515-1578), et de la partie médiévale du Château Vieux, connut dès 1672 toute une série de transformations, dont Jules Hardouin-Mansart (1646-1708) fut le maître d’œuvre.  Au décès de Louis III de Bourbon-Condé (1668-1710), père du duc de Bourbon dit M. le Duc, cet ensemble restait pour une grande part, tant au niveau de ses jardins que de son architecture, le témoignage de la seconde politique de réaménagement souhaitée par ces princes entre 1683 et 1709. Fief familial, centre névralgique d’une nébuleuse politique et sociale au service du lignage, le duc de Bourbon  ordonna des modifications importantes dès 1718, aidé en cela par l’architecte Jean Aubert (v.1680-1741). Toutefois, l’actuel Chantilly, en grande partie réhabilité par les soins constants du duc d’Aumale (1822-1897), ne correspond pas, pour sa plus grande part, au domaine que laissèrent ces princes à l’aube de la Révolution de 1789. Le morcellement commença en 1793, soit par affectation à l’Etat, soit par vente à des particuliers. Le Château Vieux, ou Grand Château, fut rasé à un niveau correspondant à celui de l’actuelleTerrasse du Connétable1, et transformé en terre-plein épousant la forme du triangle originel et de ses tours rondes2. Nous proposons d’offrir l’état remanié de ce bâtiment à l’époque moderne, fruit de la volonté duc de Bourbon au XVIIIe siècle.

Façades et élévations

En 1710, le Grand Château ne correspondait déjà plus aux différentes vues et élévations antérieures à 16873, date des premiers travaux. De fait, le duc de Bourbon occupa durant les deux premières décennies du XVIIIe siècle, un château dont les principales transformations avaient été projetées et en partie réalisées par son aïeul Henri-Jules de Bourbon (1643-1709). Le père de M. le Duc étant décédé en 1710, sans avoir eu le temps de poursuivre l’œuvre monumentale engagée par son prédécesseur. Le duc de Bourbon fut à son tour l’initiateur de grands travaux. Quelques documents épars donnent une idée des sommes dépensées par M. le Duc, lors des travaux de réparations et d’aménagements qu’il engagea pour le Grand Château.  Entre 1718 et 1719, ce furent 99 650 livres qu’il paya aux différents entrepreneurs4. L’année 1721 fut aussi importante, avec 70 600 livres réparties entre le serrurier Aubry, le vitrier Denis Dis, et divers artisans de Chantilly, dont les spécialités et la nature des interventions ne sont pas précisées. Il faut ajouter les couvertures d’ardoises des “nouveaux bastiments du chasteau”, s’élevant à 1999 livres 19 sols 2 deniers en 1725. Quant au sculpteur Bridault, il reçut pour ses “mémoires d’ouvrages tant aux appartements des grands et petits chateaux de Chantilly qu’au batiment des nouvelles écuries”, 27 132 livres en 17375.

Le Manuscrit anonyme conservé au Cabinet des Manuscrits du musée Condé à Chantilly précise à ce sujet6 :

« Les changements que S.A.S. a fait au grand et au petit château sont immenses. S.A.S. a fait abattre et rebâtir trois faces de la cour du château : savoir celle par ou on entre, celle du grand escalier, et celle qui regarde le petit château. Elle a aussi fait refaire un pont par lequel on entre dans le château, à la place de l’ancien qui est très vilain. Elle a fait accommoder les dedans de tous les appartements qui n’ont pas été rebâtis à neuf. C’est Elle qui a fait rebâtir la chapelle et qui l’a rendue telle qu’elle est. Les appartements du petit château, qui auparavant étaient à l’ancienne mode, sont aussi ses ouvrages. Elle a rendu cette maison aussi magnifique que commode ».

De l’examen des dessins successifs de Mansart7, qui permirent de doter le Grand Château de sa première enveloppe moderne entre 1687 et 1709, nous retiendrons qu’afin de régulariser des bâtiments désuets, on remplaça d’une part les anciens logis de la pointe ouest  qui enfermait une petite cour triangulaire ; et d’autre part, on bâtit à la pointe sud-est l’escalier à grand dégagement qui manquait au vieux château. La campagne de travaux entamée à la fin de 1687 aboutit à la démolition des bâtiments de la pointe occidentale, et à leur remplacement par des corps de logis imbriqués dans un tracé triangulaire (fig. 1), desservis du côté de la cour par un escalier central à cage rectangulaire. On aménagea une galerie prenant vue sur les jardins entre la tour de Vineuil et l’ancienne tourelle des Prisons, remplacée par une tour ronde (tour du Trésor). 

Fig. 1. Jules Hardouin-Mansart, Mise au net définitive du projet pour le premier étage du Château Vieux, 1684, plume, encre de Chine, lavis d’encre de Chine, H : 0,539 ; l : 0,458 m, Bibl.nat.fr, R. de C 183 (© Bibl. nat.fr.).

Seules subsistent encore les salles voûtées du rez-de-chaussée du bâtiment qui fait face au jardin de la Volière, vers lequel un nouveau pont fut lancé au-dessus du fossé des carpes. L’aile nord, abritant l’ancienne galerie du XVIe siècle où Henri-Jules avait conservé son appartement, fut transformée afin de donner une élévation régulière aux deux façades sur la cour, qui épousaient les côtés de l’angle obtus. Pour l’ornement de son aile neuve, Mansart reprit comme à l’accoutumée le vocabulaire stylistique du XVIe siècle, en lui empruntant colonnes, pilastres ornés de candélabres, médaillons et anges porteurs de blasons (fig. 2). Cependant, lors de l’arrêt des travaux en 1690, les grosses tours subsistaient, et les corps de logis des courtines avaient été peu modifiés, sauf par le percement de rangées de fenêtres, la pose de balcons continus, et l’uniformisation des combles. En tout et pour tout, seuls deux côtés du Château Vieux avaient été traités.

Fig. 2. Elévation de l’aile nord-ouest sur la cour après les travaux de Mansart, dessin à la plume et au lavis, dimensions son indiquées, musée Condé, 83 K 8 (© Bibl.nat.fr.).

Lorsque le duc décida en 1718 de reprendre les travaux du Grand Château, il choisit Jean Aubert qui commençait à travailler aux Grandes Ecuries de ChantillyIl restait encore à reconstruire les deux côtés de l’angle aigu qui pointait vers l’est, en détruisant la chapelle, la loggia, et l’escalier de Chambiges. Par les rares pièces comptables échappées des destructions révolutionnaires de 1793, nous pouvons juger de l’importance des travaux exécutés dans le Grand Château, surveillés par l’intendant des bâtiments de Senne, au service des Condé depuis 1699, et par l’inspecteur des bâtiments Leroy, dont le fils devint l’architecte de Chantilly : du 16 novembre 1718 au 27 mars 1720, l’entrepreneur de maçonnerie Simon reçut 67 200 livres ; Tonny et Cailleux, charpentiers, 28 200 livres. Nous trouvons encore une quittance de 4000 livres, donnée par ceux-ci le 22 mai 1721. Il ne reste malheureusement que deux quittances du serrurier Jean Aubry, qui reçut 4000 livres le 17 octobre 1719, et 5000 livres le 22 mai 1721 ; une seule du menuisier Guesnon, une aussi du couvreur Bordier8

Fig. 3. Elévation des façades sur le parterre vers 1720, avec projet de surélévation des tours, dessin à la plume et au lavis, dimensions non indiquées, Chantilly, musée Condé, 83 K 9 (© Bibl.nat.fr.).

En dépit du choix de l’architecte, ancien élève de Mansart, l’intervention du maître devait pourtant peser dans l’histoire du château plus lourd qu’il n’apparaît à première vue (fig. 3). Il convient de reconnaître que les grands projets de Mansart avaient marqué de façon décisive la conception d’ensemble. Les plans du rez-de-chaussée et du premier étage, des ailes ouest et est attribués à Aubert9) , relèvent de son influence (fig. 4 et 5). Nous voyons au rez-de-chaussée la grosse tour et le nouveau pont, réalisés à l’angle ouest en 1690, mais également le nouvel escalier et les croisées supplémentaires de la façade sur le parterre, tels qu’ils figurent sur le relevé de Mariette de 1727.

Fig. 4. Projet pour la rénovation des ailes ouest et est. ici attribué à Aubert vers 1718. Plan du rez-de-chaussée. Plume, encre brune, lavis gris, dimensions non indiquées, Chantilly, musée Condé, 83 K 23 (© Bibl. nat. fr.).
Fig. 5. Projet pour la rénovation des ailes ouest et est. Ici attribué à Aubert vers 1718. Plan au premier étage. Plume, encre brune, lavis gris, dimensions non indiquées, Chantilly, musée Condé, 83 K 22 (© Bibl. nat. fr.).

Selon nous, il ne s’agit que d’un état tardif, postérieur au relevé des travaux de Mansart10. Nous remarquons que le projet de réfection de l’angle aigu, lavé en gris clair, se place directement dans la lignée de ses travaux11 : il s’agit du même dessin de pont à l’entrée, de la même façade lisse aux tours rabotées, et de la même idée d’une cour ramenée à la figure d’un pentagone, dont un côté ne forme plus un trilobe, mais une concavité entre deux pans coupés. Le vestibule devient rectangulaire, limité par une colonnade qui laissait ouverte la perspective vers la volée d’axe du grand escalier, qui se loge dans un ovale transversal. Derrière cette colonnade, un petit escalier tournant permet de descendre à l’étage inférieur de la tour sud, et au pont de communication avec le Petit Château. La première volée de l’escalier aboutit à un grand palier, largement éclairé par deux croisées de chaque côté, d’où l’on peut accéder à une modeste chapelle, logée à ce niveau dans la tour du sud, et monter au premier étage par deux volées symétriques longeant les murs de la façade12. Nous nous trouvons donc en face d’un nouvel escalier à l’impérial, plus voûté que le premier projeté, avec son vestibule avançant sur la cour13

Nous pouvons en conclure que le projet d’Aubert reprenait les propositions antérieures, avec toutefois une dextérité moindre. Si nous trouvons un escalier monumental qui anticipait les futures réalisations du XVIIIesiècle, la raideur du vestibule rectangulaire ouvert sur tous les côtés, flanqué de rotondes symétriques, fait regretter les anciennes distributions.

Fig. 6. Plan du rez-de-chaussée du Château Vieux, copie XIXe s. du plan de Mariette établi en 1727, plan à la plume et lavis à l’encre de Chine sur traits à la mine de plomb, L : 0,378 ; l : 0,515 m, Destailleur, t 4, 960, FRBNF 40308854 (© Bibl.nat.fr.).

Le plan finalement réalisé (Mariette 1727) (fig. 6, 7 et 8), s’il révèle par rapport aux projets initiaux une réalisation à l’économie, continue de souligner l’influence du maître dans le parti pentagonal de la cour, avec l’établissement du grand escalier, sans l’angle aigu, et dans le choix du type à l’impériale. Nous pourrions ajouter que la solution adoptée manque de naturel, le grand escalier à cage rectangulaire s’intégrant mal dans la pointe du triangle14

Fig. 7. Plan du premier étage du Château Vieux, copie XIXe s. du plan de Mariette établi en 1727, plan à la plume et lavis à l’encre de Chine sur traits à la mine de plomb, L : 0,383 ; l : 0,510 m, Destailleur, t 4, 961, FRBNF 40308855 (© Bibl.nat.fr.).
Fig. 8. Plan du second étage au Château Vieux, copie XIXe s. du plan de Mariette établi en 1727, plan à la plume et lavis à l’encre de Chine sur traits à la mine de plomb, L : 0,376 ; l : 0,515 m, Destailleur, t 4, 962, FRBNF 40308856 (© Bibl.nat.fr.).

Dans cette optique, l’élévation dessinée par Mansart pour les faces sur les parterres, ne pouvait pas ne pas être suivie par les autres. Aubert n’eut pratiquement aucune liberté d’action, et fut contraint de la reproduire en façade, lorsqu’il dut la remodeler15). Il conserva les tours, mais les suréleva par une balustrade au-dessus du chemin de ronde, au moyen de lanternons éclairés de baies cintrées, et couverts en dôme. 

Seules les tours de l’ancien donjon d’entrée furent rasées au niveau du pont, pour laisser place à une porte « rebâtie à la moderne et ornée de sculptures »16, c’est-à-dire un avant-corps dont les piédroits ornés de trophées supportaient un large fronton aux armes du roi, portées par deux anges, encadré de deux grands trophées d’armes, le tout par Rémy-François Bridault17. Si on répondait à un schéma habituel dans l’architecture palatiale de ce temps, on ne put malgré tout faire autrement que de remplacer le pont à bascule par un ouvrage de maçonnerie à deux arches. A la fin du chantier, en 1721, les gravures de Mariette témoignent d’un résultat assez décevant : le plan triangulaire qui accentuait les lignes de fuite donnait à cette architecture qui se voulait classique, un aspect contourné, étrangement souligné par les verticales des tours lanternes.

La demeure avait pris son aspect définitif : des façades uniformes percées de fenêtres régulières enfermaient une cour à deux étages au-dessus d’un soubassement de salles voûtées. Le premier étage ou étage noble ceinturé d’un balcon en son pourtour. Les mansardes étaient entourées d’un autre balcon continu qui faisait le tour de l’édifice, les tours venant rompre cette uniformité18 (fig. 9).

Fig. 9. Pierre Alexandre Aveline (1702-1760), Vüe et Perspective en château de Chantilly du côté de la Cour, 1729, aquarelle, L : 0,322 ; l : 0,516 m, Bibl.nat.fr, EE-11 (E)-FOL (© Bibl.nat.fr.)

En ce qui concerne les façades sur la cour intérieure, seuls les tardifs dessins de l’abbé Daniel (1794) permettent une possible restitution19. Mais il serait imprudent de leur attacher une trop grande valeur documentaire qui n’était de toute évidence pas voulue par l’abbé. Les vues d’extérieur et d’intérieur du château témoignent d’une liberté d’interprétation qui interdit de les utiliser entièrement pour une reconstitution exacte des lieux. Néanmoins, nous constatons que la planche VI correspond aux vues du XVIIIesiècle de la façade sur la terrasse du Connétable, bien que les proportions soient assez différentes, car il n’y avait pas en réalité quatre fenêtres à droite et quatre fenêtres à gauche du portail d’entrée, mais six.

Le même constat peut-il être formulé pour les planches IV et VII ? La première illustration représente l’entrée du Grand Château, avec l’angle de ce bâtiment au fond, ouvrant sur la salle dite du Tasseà droite, et à gauche sur les quatre fenêtres de la salle à manger. Les fenêtres de l’étage correspondraient au corridor qui desservait l’appartement de la Reine. 

L’Album du Comte du Nord (1784) confirme en partie ce dessin : deux escaliers se voient à droite et à gauche sur le passage d’entrée, ouvrant accès à deux vestibules. Le second dessin reprendrait la vue de la cour intérieure, face à la grille d’entrée et au passage le précédant. Nous avons donc très probablement une représentation de l’ancienne salle à manger du rez-de-chaussée, qui faisait face à l’entrée. L’escalier à trois ouvertures, présent sur la droite, sous le fronton et le balcon, conduisait au premier étage, où se trouvaient à droite la Salle des gardes, et à gauche un passage vers la tribune de la chapelle et l’appartement de la reine. Ainsi, tout porte à croire que ces dessins seraient assez exacts pour cette partie du bâtiment, puisque les élévations reprenaient celles de l’Elevation sur la cour de l’aile nord-ouest après les travaux de Mansart20.

Agencements et distributions

Entre 1684 et 1686, les seuls travaux qui se firent au Château Vieux furent d’entretien, ce qui prouve apparemment que le prince ne songeait pas à le rénover de fond en comble. En 1683, le peintre Henri Bonnard avait rafraîchi le décor de la chapelle, « nettoyé et regratté les lambris… les pieds d’estaux des grandes colonnes, le devant d’autel et les quatre grandes figures qui sont au-dessus de l’autel et quatre croix d’or sur un fond de marbre », et « peint en blanc avec des filets d’or, la tribune, le jubé et l’orgue »21.

Comme nous l’avons vu lors de l’examen des façades, les travaux lancés le 6 mai 1687 ne portèrent que sur les ailes nord et nord-ouest, qui connurent aussi de nouveaux aménagements intérieurs, idéalement pensés par Mansart. Dans l’angle nord-ouest, on établit une enfilade de pièces face au parterre, supprimant ainsi l’ancienne courette. Le triangle, alors entièrement occupé par trois corps de logis mitoyens, comprenait en son milieu un escalier en vis, pour lequel Toussaint Le Chauve, s’engagea le 16 mars 1690 à exécuter « vingt huit toises de rampe de fer de deux pieds et demy de haut pour l’escalier du bastiment neuf du chasteau de Chantilly », suivant le dessin qui avait été remis à Richard. Chaque volée de la rampe devait comporter trois pilastres22 .

L’aile neuve sur la cour comportait désormais l’escalier principal, logé dans l’espace triangulaire, résultant du raccord avec l’autre aile, précédé au rez-de-chaussée par un grand vestibule, qui débouchait à l’étage sur une grande antichambre commune. Cette pièce principale devait desservir à chaque étage deux appartements disposés comme en escargot : l’un sur le fossé avec une seconde antichambre, établie dans le reste de l’ancien pavillon, puis une chambre à alcôve, un cabinet à l’angle ouest et une garde-robe en retour sur le parterre ; l’autre devait avoir sur le parterre sa seconde antichambre, puis une grande chambre, et un cabinet établi dans la tour médiane.

Les grandes lignes de ce projet furent conservées. Toutefois, il fut réformé dans le détail au profit d’une solution qui paraît moins harmonieuse, mais qui donnait à l’escalier un développement plus monumental. Aucun dessin préalable n’a été conservé, mais il est possible de suivre le cours de la réalisation par les devis successifs, en s’aidant notamment du « Plan du Château Vieux après les travaux de Mansart et avant ceux d’Aubert »23, postérieur à tous les travaux de Mansart, que nous avons déjà utilisé pour établir l’état du Petit Château, lequel malheureusement, ne nous fait connaître que le rez-de-chaussée.

Ainsi, le marché du 6 mai 1687  ((Arch.nat.fr, Minut.cent, XCII, 258, 6 mai 1687, marché de maçonnerie avec Hubert Simon)), qui prévoyait l’exécution des ouvrages de maçonnerie « conformément au plan, eslevation et profils qui en seront donnez par Monsieur Mansart », envisageait seulement la destruction de l’ancien escalier, sans parler de le reconstruire. La « salle de billard » mentionnée se trouvait manifestement au premier étage du pavillon d’angle Ouest, et elle continuait à en occuper tout l’espace, au mépris du projet précédent, car ces quatre croisées se retrouvaient sur le plan (deux vers le jardin, une en retour, et une sur la cour). Le passage demi ovale en suite, tout de pierre, était celui qui devait être pris sur la pièce suivante, pour créer la chambre quadrangulaire sur le fossé. Il se reconnaît sur le plan.

La galerie prévue au premier étage figure sur le relevé de Mariette24. Elle comportait en son milieu une abside latérale qui ne pouvait s’expliquer que par celle de la pièce établie au-dessous. En somme, ces travaux devaient aboutir au rez-de-chaussée, à la communication des deux appartements qui figurent sur le plan de Mariette, celui sur le fossé qui était dit du Tasse, et celui des Géorgiquessur le parterre ; à l’étage, une distribution quasi analogue était prévue, mais incluant une galerie.

La tranche suivante des travaux fut ouverte par un marché passé le 30 novembre 1687 avec Jean Le Maire maître maçon à Paris, qui s’engageait à construire la nouvelle façade entre le pavillon d’angle ouest et la tour médiane de la façade nord, consécutive à  la démolition de la cour au nord-ouest. Ce bâtiment devait contenir le vestibule et le grand escalier, dont la disposition n’était pas précisée. Mais le plan définitif prouve qu’il fut finalement placé au milieu de l’aile, et construit sur un banal plan rectangulaire ; le vestibule n’en était donc que la travée d’entrée. Parmi les murs de refends mentionnés, celui qui devait être circulaire était vraisemblablement l’abside de la pièce, qui avait pris dans l’espace triangulaire voisin la place de l’escalier précédemment prévu. Des pièces nouvelles furent établies en sous-sol, ce qui entraîna du côté du parterre une nouvelle répartition des ouvertures à ce niveau, et même une surélévation de la façade.

Le 23 décembre 168825, le marché de menuiserie mentionne les ouvrages à effectuer dans les nouveaux bâtiments, c’est-à-dire des croisées « dans l’estage sous terre et des deus estages audessus », des portes à placards, des lambris et des parquets ; les huisseries des fenêtres devant être de même qualité que celles de « Saint-Maur », les portes faites « suivant le dessein et profil qui sera agréee par Monsieur Mansard », les lambris « suivant les mesures et desseins qui en seront donnez ».

Le même jour, Hubert Simon s’engageait à exécuter les ouvrages de maçonnerie de la troisième tranche. Il s’agissait de rajeunir la partie comprise entre la tour médiane sur le parterre et la tour de l’angle nord-est, c’est-à-dire l’aile de Chambiges, qui comportait au rez-de-chaussée une galerie et à l’étage l’appartement du prince. 

Dans la galerie, on restaura les voûtes et les pilastres, on ouvrit sur le parterre trois croisées neuves, sur le modèle de celles de l’aile nord-ouest, on en rétrécit deux anciennes, ce qui lui donnait cinq baies égales de ce côté. On établit également une cheminée à l’extrémité, près de la tour médiane, et on rétablit l’ancienne à l’autre bout. Il fallut aussi ouvrir de nouvelles portes à chaque extrémité et refaire les ouvertures sur la cour, en pendant de celles sur le parterre. La tour médiane, toujours selon le devis, devait contenir un cabinet à trois faces de pierre de taille, ainsi qu’il est figuré sur le plan définitif selon Mariette. Il devait devenir ovale par la suite, et s’éclairait par trois croisées symétriques sur le parterre.

Le marché prévoyait de plus l’aménagement de l’étage bas, au niveau du fossé, dans tout le secteur rénové. On établit des pièces voûtées, que nous reconnaissons sur le plan de Mariette : à l’ouest de la tour médiane des salles à manger- ce sont les futurs laboratoires du plan de Mariette, raccordés par huit marches au cabinet de la tour- ; dans l’aile neuve un corridor passant sous l’escalier ; dans l’aile ouest des pièces de même plan qu’au rez-de-chaussée, c’est-à-dire une grande salle dans un pavillon d’angle, avec trois croisées sur le fossé et un abat-jour sur la cour, puis un passage ovale, et sous la chambre une cuisine.

Quelques doutes concernent l’étage inférieur sous l’ancienne tourelle. Le plan de Mariette montre non seulement le départ de ce pont, mais aussi dans le pied de la tour un laboratoire de chimie. Or l’inventaire de 1709 décrit l’étage inférieur sans en préciser la fonction : le cabinet de la tour médiane sur le parterre, est désigné comme la « grotte », et nous trouvons ensuite « une grande piece », une autre « nommée du Labirinthe » (elle portait encore ce nom sur le plan de Mariette)une « petite piece à côté », à l’angle un « cabinet contre la tour »et la tour, puis en retour sur le fossé ouvert, « la salle à manger des satires », avec sa cheminée et ses deux fenêtres, une « petite salle a costé » (passage en trapèze sous l’ovale du rez-de-chaussée), et une cuisine dans le pavillon d’angle ouest. Concernant le premier étage, l’inventaire de Marie-Anne de Bourbon-Condé, première épouse du duc de Bourbon (1713), révèle en 1720 un espace occupé par six appartements dénommés « appartements des attiques »répondant pour la plupart au nombre de pièces réglementaires (chambre, antichambre, garde-robe et cabinet). Celui du prince de Condé en 1740 révèle un état pratiquement inchangé, seul le rôle dévolu aux pièces mentionnées diffère.

            Plutôt qu’une transformation radicale, M. le Duc proposa une alliance subtile entre continuité et évolution de l’architecture du Grand Château. Sa mort ne signifia nullement une fin dans l’œuvre créatrice des princes de Condé, simplement un temps d’arrêt, suivi par une reprise des travaux dès 1753. Une nouvelle époque s’ouvrait, à l’intérieur de laquelle le patrimoine fabuleux laissé par celui-ci allait être enrichi du château d’Enghien (1770), tandis que le goût de Rousseau pour la nature et le monde simple des paysans, devait s’illustrer dans les nouveaux jardins, dont le Hameau (1775) fut une des nombreuses expressions.

  1. Sorel, Alexandre, Le château de Chantilly pendant la Révolution, Paris, Hachette, 1872, p. 3, 110, 146, 148, 152 []
  2. Démolition du château de Chantilly, gravure de Thomas Naudet ; Château vu du pont de la Volière, photographie de Claudius Couton de 1872 : on y voit le Petit Château avec sa façade de neuf travées, le pont de la volière, et le Grand Château réduit à une simple plate-forme, couronné d’un jardin en terrasse (Chantilly, PH No314). Reproduites dans Babelon, Jean-Pierre, Chantilly, Paris, éditions SCALA, 1999, p. 155 et 166 []
  3. Bibl.nat.fr, Va 60 (10) , « La cour du château de Chantillly . Vue des ailes nords, est et ouest (de gauche à droite) avant 1687 » ; Bibl.nat.fr., Ve 26i, n°32, Elévation sur Cour de l’aile nord avant 1687 ; Bibl.nat.fr., Ve 26 i, n° 32, Elévation sur cour de l’Aile nord-ouest avant 1687 []
  4. Arch.mus.Condé, Na 17/12 []
  5. Arch.mus.Condé, 2 AB 258, comptes 1737-1739, f°1453 []
  6. Arch.mus.Condé, Ms n°1363 []
  7.  Voir Jestaz, Bertrand, « Documents sur l’œuvre de Jules Hardouin-Mansart à Chantilly », Bulletin monumental, 1991, t. 149-1, p. 40-47, fig. 34-40 []
  8. Arch.mus.Condé, 1 B 9 []
  9. Arch.mus.Condé, 83 K 23 et 83 K 22. Projet pour la rénovation des ailes ouest et est (vers 1718 []
  10. Bibl.nat.fr, Va 411, Plan du château Vieux après les travaux de Mansart et avant ceux d’Aubert []
  11. Stockholm, Musée national, THC 6335, Projet de rénovation des ailes ouest et est, Plan au rez-de-chaussée.Publié par Jestaz, art cit, 1991, p. 56, fig. 47 []
  12. Arch.mus.Condé,83 K 22 []
  13. Bibl.nat.fr, RdC 184 sans les retombes, Projet pour le Château Vieux. Premier Etage, avec galerie sur le fossé.Publié par Jestaz, art cit, 1991, p. 42, fig. 36 []
  14. Babelon, op cit, 1999, p. 111, parle d’escalier « introduit brutalement, comme au forceps » []
  15. Bibl.nat.fr, Façade du château refaite par Aubert. Détail d’une gravure d’Aveline ; cité par Jestaz, art cit, 1991, p. 62, fg. 55. Jacques Rigaud (1681-1754) en donne une seconde représentation avec Le Château de Chantilly, vue prise du côté de la principale entrée, v. 1739, Chantilly, musée Condé (INV 680 []
  16. Piganiol de La Force, Description de Paris, de Versailles… et de toutes les autres belles maisons et châteaux des environs de Paris,t. VIII, 1742, p. 303 []
  17. Arch.mus.Condé, 1 B 9 []
  18. Arch. mus. Condé, 83 K 8 et 83 K 9 ; cité par Jestaz, art cit, 1991, p. 59 et 61, fig. 52 et 54 []
  19. Cazelles, René, « Chantilly pendant la Révolution », Mémoires de la société historique de Senlis, sn, 1970, p. 215-228 []
  20. Arch.mus.Condé, 83 K 8 []
  21. Arch. mus. Condé, 1 B 8, liasse Grand Condé, mémoire non daté, certifié par Richard le 2 juillet 1683, payé le 1erseptembre ; cité par Jestaz, art cit, 1991, p. 46 note n° 100 []
  22. Arch. nat. fr., Minut. cent, XCII, 269, devis de serrurerie du 16 mars 1690 []
  23. Bibl.nat.fr, Va 411 []
  24. Plan du Château Vieux au premier étage, Bibl.nat.fr. Est va 411 et Plan du Château Vieux au niveau du soubassement,Bibl.nat.fr Est Va 411 ; cité par Jestaz, art cit, 1991, p. 53 et 54, fg. 45 et 46 []
  25. Arch.nat.fr, Minut.cent, XCII, 264, devis de menuiserie du 23 décembre 1688 []