Tous les articles par Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

Texte, Image, Illustration – Colloque 1 et 2 oct. 2022

Le prochain colloque des Amis de la Basilique romane de Paray-le-Monial se tiendra samedi 1er octobre 2022. La visite de l’église de Baugy et de la chapelle de Sancenay à Oyé sera proposée dimanche 2 octobre

ARGUMENTAIRE DU COLLOQUE

Texte, image, illustration. Immense sujet. Pour le débrouiller, il faut en revenir à l’étymologie.

Texte, du substantif latin textus, qui est tissé : tissu, trame, et donc enchaînement d’évènements formant un récit. Un récit tissé avec des mots et des images. Et l’imaginaire du lecteur.

Illustration, du verbe latin illustrare : éclairer, mettre en lumière, donner de l’éclat. Au XIIIe siècle, illustration signifie apparition. Aujourd’hui, le terme désigne l’image qui apparaît dans le texte pour lui donner de la beauté et en éclairer le sens.

Image, du substantif latin imago : représentation, imitation, portrait, notamment des ancêtres, et, partant : ombre des morts. L’image, aujourd’hui, est d’abord le reflet d’un objet ou d’un être sur une surface polie : l’image appartient au processus de réflexion. L’image est aussi une représentation, depuis le simple graffiti jusqu’à l’idole, qui est image vivante sous une apparence inerte. L’image vient nous parler sans mots dire.

Le texte est donc mis en beauté par des illustrations qui font s’émouvoir l’imagination. Mais il s’installe aussi dans les images, à l’intérieur des enluminures, des vitraux, des sculptures, des pièces d’orfèvrerie. Il s’agit de signatures, de commentaires théologiques, de poèmes, d’éloges, du nom des personnages, d’avertissements… A Autun, le tympan signé Gislebertus me fecit porte, sous l’image des tortures de l’enfer, la menace : c’est bien ainsi que ça se passe !

Parfois, le texte devient image, sous la forme de calligramme. Bien avant Guillaume Apollinaire, les poètes alexandrins en ont créé en forme d’autel, de hache liturgique, de syrinx… Au IXe siècle, Raban Maur compose un ouvrage exaltant la sainte Croix : à chaque page, l’écrit recouvre une figure dont chaque élément découpe dans le texte un petit ensemble de mots, un sous-texte qui exprime une signification propre.

Texte, image, illustration : immense sujet qui, depuis l’Antiquité, suscité les jeux les plus complexes et les plus somptueux.

Nicolas REVEYRON

Résumé des communications

Jocelyn Grosbost (Diplômé master en archéologie et histoire de l’art), La damnatio memoriae dans la Rome antique : principes, mises en pratique et paradoxe

Apparu au cours de la période antique, le genre du portrait est l’un des révélateurs de l’évolution des mentalités qui se produit à l’époque. Par ce biais, les élites dirigeantes expriment leur volonté d’inscrire leur image dans le temps. En utilisant des matériaux à la fois fastueux et pérennes, elles peuvent ainsi mettre en exergue leur puissance et leur richesse. Stéréotypées en Égypte, réalistes en Grèce et à Rome, ces effigies portent donc un message politique fort, associé à ceux qui en ont été les modèles. En d’autres termes, un portrait symbolise un individu de son vivant, et porte son souvenir après sa mort. C’est justement ce lien très étroit entre image et pouvoir qui est à l’origine de la damnatio memoriae, dans le cas où le prince s’est montré indigne de la fonction qu’il a occupée. Bûchage des reliefs, destruction des statues, dégradation des monnaies, cette condamnation touche tous les domaines artistiques, y compris la littérature, où nombre de témoignages permettent de comprendre les mécanismes de mise en place et d’application d’une telle décision. Ces biographies d’individus frappés de la damnatio memoriae, par leur simple existence, soulève malgré tout un paradoxe de taille, car ils contreviennent au principe même de la sentence mémorielle, même si cette dernière est évoquée. Les auteurs de ces textes semblent alors tenir à ce que l’on se souvienne de ces individus qu’il faudrait pourtant oublier.

Vincent Debiais (Chargé de recherche au CNRS, EHESS, CRH-AHLoMA), Au-delà des apparences : textes poétiques et images dans la sculpture romane de Bourgogne

L’écriture dans l’image médiévale est omniprésente, qu’il s’agisse d’œuvres monumentales ou du monde manuscrit. Généralement très courts, ces textes ont été traditionnellement interprétés comme les moyens d’une identification ou d’un commentaire des personnages et des scènes. Un examen attentif de la documentation montre en réalité que la plupart de ces textes ne cherchent en rien à résoudre l’image, son opacité, son ambiguïté ou sa polysémie – il y aurait là une contradiction avec les procédés créatifs à l’œuvre dans la culture visuelle du Moyen Âge. La forme poétique, l’élaboration de la syntaxe et la richesse du lexique de nombre de ces textes témoignent plutôt d’une volonté de dépasser par l’écriture ce que l’on voit dans l’image, et d’offrir ainsi aux constructions visuelles un sens augmenté. C’est en particulier le cas aux XIe-XIIe siècles, au moment l’usage de la versification se généralise pour les textes tracés au cœur de l’image. Par l’écriture, l’art du Moyen Âge propose ainsi un nouveau chemin de signification par lequel on accède au sens de la forme peinte ou sculptée, mais aussi à la diversité de ses implications poétiques, théologiques ou liturgiques. Conformément à la théologie de l’image chrétienne, les relations texte/image font jaillir à la surface du matériau le contenu de la représentation et invitent le regardeur à pénétrer le sens de l’image. Dans cette communication qui prendra pour objet d’étude les inscriptions monumentales tracées dans la sculpture romane de Bourgogne, nous essaierons d’envisager la diversité formelle et fonctionnelle de ces textes conçus pour conduire la saisie de l’art au-delà des apparences.

Françoise Perrot (Directrice de recherche honoraire au CNRS), L’écrit dans le vitrail

Le vitrail, attaché à une architecture, est un art monumental, avec un rôle « d’affichage » à destination d’un public très large.

Des inscriptions y sont présentes dès ses débuts attestés (ex. : Rouen, groupe épiscopal, avant 850) et jusqu’à des réalisations récentes (ex. : 1958,  Sergio de Castro à l’abbatiale de Couvrechef-la-Folie (Calvados), où les inscriptions monumentales constituent le sujet).

Où se trouvent les inscriptions ?

          – la localisation liée à l’architecture : Dans les monuments gothiques à deux ou trois niveaux de baies (XIIe-XIVe s.), on peut distinguer les baies hautes (personnages isolés désignés par des inscriptions qui sont souvent placées à la base des lancettes) et les baies basses (avec quelques indications distribuées à l’intérieur des scènes). Le schéma se maintient avec de nombreuses variantes pendant la période flamboyante et encore au XVIe s. ; les inscriptions deviennent plus descriptives (cf. la tapisserie ou la peinture murale).

          – à l’intérieur des scènes : Les supports varient du cartouche indépendant à la banderole.

Quelle écriture ? Généralement contemporaine du vitrail, en recourant aux diverses possibilités du moment ; mais les restaurations peuvent être datées de l’époque de l’intervention. Le mélange des écritures peut-il avoir une signification ?

Quel idiome ? Le latin, qui dure longtemps. Apparition du français dès le XIIIe siècle, dans des monuments royaux (Paris, Sainte-Chapelle), et aussi épiscopaux (Paris, cathédrale Notre-Dame). Sans oublier les langues locales (l’occitan à la cathédrale d’Auch – 1513).

Quel contenu ? De la simple désignation au commentaire d’une scène.

Pourquoi des inscriptions ? Souvent illisibles car trop hautes ou trop petites, et pour un public longtemps majoritairement illettré. L’inscription, complément d’autres éléments d’identification : les attributs pour les saints ; les armoiries pour des donateurs ; signature des peintres-verriers.

Conclusion : la difficulté de dresser une typologie rigoureuse tant les variations sont nombreuses. L’écrit, à travers des inscriptions, est présent sur le vitrail. Il s’agit d’examiner ce que sa présence apporte aux autres composantes d’un vitrail.

Nicolas Reveyron (Professeur en histoire de l’art et archéologie, Université Lyon 2), Les jeux de l’être. Anagramme, palindrome, calligramme, carré magique dans l’Antiquité et le Moyen Age

Guillaume Apollinaire a remis au goût du jour les poèmes figurés, qu’il appelle des calligrammes, c’est-à-dire de « belles lettres ». Il s’agit d’images – la femme aimée, un jet d’eau, un cheval … – qui ne sont pas formées de traits, mais dessinées par les vers d’un poème prenant dès lors la forme de l’être ou de l’objet dont il parle. Mise en abîme vertigineuse du texte et de la figure. L’origine de la formule remonte à l’Antiquité qui nous a laissé des poèmes figurés – un orgue, une syrinx, un autel … – auxquels sont attachés les noms de Simias de Rhodes (peut-être l’inventeur), Dosiadas et Théocrite (IIIe siècle av. J. C.), Vesantinus (IIe siècle ap. J. C.), Porphyre Optatien (IVe siècle ap. J. C.).

La Renaissance carolingienne a été aussi le moment de la Renaissance du poème figuré. Vers 810, Raban Maur (ca 780-856) compose pour l’empereur Louis le Pieux un ensemble de poèmes à la gloire de la sainte Croix (De laudibus sanctae Crucis). Ce grand intellectuel, abbé de Fulda, puis évêque de Mayence, a poussé très loin ce jeu de lettres : chaque page est remplie par un texte sur lequel est dessinée une figure – l’empereur par exemple – et chaque élément de la figure – le casque, la lance, le bouclier … – découpe un texte particulier qui commente l’élément.

Ces jeux de lettres ont pris la forme plus courante d’anagramme ou de palindrome dont le plus connu est le fameux carré magique SATOR AREPO TENET OPERA ROTAS. Jeux de l’être aussi : le rapport entre le texte et l’image est sous-tendu par les réflexions sur le rapport entre le mot et la chose. Issues de la philosophie grecque, cette recherche s’est développée sur tout le Moyen Âge – notamment la Querelle des universaux – : le mot est-il un simple signe sonore arbitraire ou exprime-t-il l’essence-même de ce qu’il nomme ?

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Monachisme au féminin

Sommaire du vol. 1/2017

Publication en ligne de 2 des 6 communications du colloque :

Claude ANDRAULT-SCHMITT, Professeure émérite, Université de Poitiers, L’espace architectural chez les moniales des communautés doubles en Aquitaine du nord : les exemples de Fontevraud et Coyroux d’Obazine (XIIe-XIIIe s.)” (texte intégral)

Elisabeth RUCHAUD, chargée de cours, Institut catholique de Paris, “Liturgie pascale et drame liturgique en mouvement dans l’espace ecclésial monastique (abbayes ottoniennes de Gernrode et Essen)” (texte intégral)

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Rites et pratiques religieuses en Bourgogne – Programme du colloque 2 et 3 octobre 2021

30e colloque de l’ABSS – Association bourguignonne des sociétés savantes

Samedi 2 octobre 2021

9h30 : Conférence inaugurale

Par Mme Catherine Vincent, Professeur d’histoire à l’Université Paris Nanterre.

10h30 : Des rites et des pratiques religieuses qui s’insèrent dans le territoire, les villages et les villes bourguignonnes

Hannelore Pepke (Centre d’études des patrimoines culturels en Charolais-Brionnais), Des saints et des lieux : indices sur la pratique religieuse entre Saône et Loire avant Cluny.

Nicolas Reveyron (Professeur d’histoire de l’art et archéologie, Université Lyon 2), Pratiques religieuses et chantier de construction au Moyen Age. L’exemple de Cluny au temps d’Hugues de Semur.

Pierre Bodineau (Société d’histoire du droit bourguignon), Un conflit entre le maire et le curé d’Etevaux (Côte-d’Or) autour des mortuaires au début du XXe siècle.

Georges Vayrou (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Société d’histoire du droit bourguignon), La réglementation des convois funèbres religieux à Sens en 1906.

14h30 : Des rites et des pratiques religieuses qui se transforment

Daniel-Henri Vincent (Académie de Dijon), Le libertin bon apôtre.

Etienne Couriol (Amis de la basilique romane de Caray-le-Monial), Un lieu à part et un contexte peu propice : la pratique religieuse dans les hôpitaux des années 1880-1890. La Bourgogne observée par la presse catholique, les Bourguignons observateurs du reste de la France.

Jean-Charles Guillaume (Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne), La reconstruction de l’église de Gy-l’Evêque de 1953 à 2020.

Bernadette Petit (CERCIACUM, Cercy-la-Tour), Après le concile Vatican II, quelles transformations apportées aux pratiques religieuses et à l’église de Cercy-la-Tour (Nièvre) ?

Dimanche 3 octobre 2021

9h : Les rites et les pratiques religieuses de groupes spécifiques

Alain Gros (Société d’émulation de l’Ain), Le fareinisme.

Jean-Claude Simonin (Amis de la basilique romane de Paray-le-Monial), Les Blancs en Charolais-Brionnais.

Eliane Lochot (Académie de Dijon), L’Eglise Saint-Simonienne et ses disciples à Dijon dans les années 1830.

10h45 : Rites et pratiques religieuses : une vision artistique et architecturale

Jocelyn Grosbost, Le représentation sculptée des divinités gallo-romaines chez les Eduens et les Lingons : exemple des pierres à 4 divinités et de la stèle d’Eponte à Aucun.

Philippe Ménager (Amis du Dardon), Manifestations architecturales du culte lié aux apparitions mariales lourdasses, de 1858 à la canonisation de sainte Bernadette, en Saône-et-Loire.

Pierre Gariot (Société historique et archéologique de Langres), Hommage religieux aux morts de la Première guerre mondiale dans les églises du haut-marnais : le vitrail commémoratif.

Conclusions

Par Nicolas Reveyron, Professeur d’histoire de l’art et d’archéologie à l’Université Lumière Lyon 2.

Lien vers le site web de l’Association Bourguignonne des Sociétés Savantes.

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Reliques et pèlerinages

Sommaire du vol. 3/2020 du Carnet

Simon DERACHE, “Via Columbani. La genèse d’un nouveau pèlerinage” (texte intégral)

Sidonie BOCHATON, “Le pèlerinage sur le tombeau de l’abbé Ponce de Sixt de la fin du Moyen Age jusqu’au XVIIe s. : entre continuité et renouveau” (texte intégral)

Magdalena BUSZKA, “Pèlerinages médiévaux aux reliques de sainte Marie-Madeleine dans Liber Miraculorum Beatae Marie Magdalene de Jean Gobi l’Ancien” (texte intégral)

Aude CHEVALIER, “La châsse du cloaque : analyse de fragments d’appliques médiévales” (texte intégral)

Frédéric RAYNAUD, “Reliques et pèlerinages des Saintes-Maries-de-la-Mer” (texte intégral)

Olivier TROTIGNON, “Pèlerinage et dévotion populaire en Berry du Sud au lendemain des guerres de Religion : les miracles de Monsieur Saint-Coeur” (texte intégral)

Damien VARENNE, “Le songe de Constance. Autour de la translation des reliques de saint Savinien de Sens, 25 août 1028” (texte intégral)

Jean-Michel BONJEAN, “Une relique de saint Claude en mains privées” (texte intégral)

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Via columbani, la genèse d’un nouveau pèlerinage

par Simon DERACHE

La Via Columbani est un tout nouveau chemin de pèlerinage à travers l’Europe a ouvert officiellement au printemps 2021. Elle offre l’opportunité de présenter la façon dont peut naître un pèlerinage au XXIe siècle.

Mon propos abordera successivement le fondement historique de ce chemin, les raisons de son ouverture au XXIe siècle et sa réalisation concrète.

Continuer la lecture de Via columbani, la genèse d’un nouveau pèlerinage

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Étudier et restaurer le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes et enjeux

L’histoire de l’architecture médiévale fut écrite, à partir du milieu du XIXe siècle, par des hommes dont la formation, le parcours professionnel et les objectifs étaient variés. Tous élaborèrent leurs propres méthodes d’analyse et leurs propres grilles de lecture du bâti médiéval, lesquelles sont à l’origine de nos pratiques en histoire de l’art et en archéologie.

S’intéresser à ces hommes et à leurs travaux, tel est l’objet d’une rencontre scientifique en deux actes organisée par Laura Foulquier, Haude Morvan, Olivia Puel et Anelise Nicolier.

Acte 1

La journée d’études, prévue en juin 2020, a été modifiée en raison de la situation sanitaire. Les intervenants ont accepté de se prêter à l’exercice, peu commun, d’un enregistrement à domicile. Leurs communications interrogent les motivations et les enjeux de ceux qui – érudits, ecclésiastiques, architectes – s’impliquèrent au XIXe siècle dans l’étude et la restauration des monuments du Moyen Âge. Elles sont accessibles en ligne.

Parmi les communications proposées, nous attirons les lecteurs du Carnet parodien sur celle d’Alain Guerreau qui traite de la Saône-et-Loire.

Acte 2

Le colloque international se tiendra sous forme de Webinaire du 3 au 5 juin 2021. Il permettra d’appréhender les acteurs de cette politique patrimoniale dans leur environnement politique, culturel ou religieux, d’interroger le rôle des sociétés savantes loin de Paris ou encore d’aborder le rapport qu’entretenaient ces hommes et ces femmes avec le bâti médiéval. Le programme de ce colloque et les modalités d’inscription en ligne feront l’objet d’une communication prochaine sur le site du laboratoire Archéologie et archéométrie.

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn