Saint Thomas d’Aquin, lumière du monde

L’image pourrait paraître hardie si je ne la tirais d’un sermon dominicain siennois de la fin du xve siècle1 construit autour du verset de l’évangile selon saint Jean : Je suis la lumière du monde ((Jn 8, 12)). Dans l’évangile, il est évidemment question du Christ, mais notre prédicateur, Pier Paolo da Chianciano, n’hésite pas, sur la base de comparaisons très nombreuses, à répéter que Thomas d’Aquin, frère de son ordre né en 1225, mort en 1274, canonisé en 1323, est lui aussi, « lumière du monde » ; rien que cela. Précisons que s’il pousse l’image assez loin, il ne fut pas le premier à le faire. L’Ystoria rédigée par Guillaume de Tocco entre 1318 et 1323 en vue de la canonisation de Thomas d’Aquin, file la métaphore de la lumière tout au long de sa préface :

Dieu qui a dit « Que la lumière jaillisse des ténèbres ! » – alors qu’aux temps modernes, pour ainsi dire au soir du monde, la lumière de Sa connaissance semblait s’être cachée dans ses mains –  fut pris de pitié pour son Église et l’éclaira encore des rayons d’une nouvelle lumière. Nouvellement, il enseigna ses fidèles par ses docteurs, qui furent autant d’astres par lesquels Il illumina admirablement le monde. […] C’est l’ordre des étoiles, fidèle au vœu d’obéissance, qui combattirent contre Sisera ((Jg 4, 7)) l’armée des hérétiques, qui répondirent « Nous voici ! » à l’appel de l’Église chancelante, pour détruire la perversion de l’hérésie et répandre une doctrine limpide et purifiée.[…] Il convenait que, parmi ces étoiles de l’ordre des prêcheurs, un astre, une doctrine, brille plus que tous les autres, par un effet de la volonté divine. Ainsi un docteur de l’Église surpassa-t-il tous les autres en éclat ; il apparut tel l’étoile du matin, étincelante à l’aurore de cette illumination, et telle la tardive étoile du soir il demeura jusqu’à la fin des temps, illuminant le monde par ses livres et éclairant les fidèles. Ce fut frère Thomas d’Aquin, membre de ce cet ordre, issu du noble lignage des comtes de la maison d’Aquin dans le royaume de Sicile […]2.

Et l’on pourrait continuer longuement à relever cette image de la lumière appliquée à Thomas à travers ce récit. Le biographe a bien saisi l’enseignement de maître Thomas qui utilise lui-même cette métaphore, dans le fil d’une longue tradition, non pour parler de lui, mais pour illustrer par une comparaison le métier d’enseignant, comme par exemple au premier article d’une question où il se demande si un homme peut être appelé « maître » ; il commence par présenter une objection qui reprend cette métaphore de la lumière :

Si l’homme est un véritable enseignant, il est nécessaire qu’il enseigne la vérité. Or quiconque enseigne la vérité éclaire l’esprit, puisque la vérité est la lumière de l’esprit. L’homme éclairera donc l’esprit, s’il enseigne. Or cela est faux, puisque c’est Dieu « qui éclaire tout homme venant en ce monde »3. Un homme ne peut donc pas vraiment en enseigner un autre4.

Il répond à cette objection en filant la métaphore :

On peut dire en toute vérité qu’un homme est un véritable enseignant, qu’il enseigne la vérité et même qu’il éclaire l’esprit, non comme s’il infusait la lumière de la raison, mais en tant que, par les choses qu’il propose extérieurement, il assiste pour ainsi dire la lumière de la raison en vue de parfaire la science ; et c’est en ce sens qu’il est dit en Éphésiens 3, 8 : « C’est à moi, le moindre de tous les saints, qu’a été accordée cette grâce… d’éclairer tous les hommes, etc. »5.

Il avait déjà repris la métaphore en présentant un argument en sens contraire et en établissant qu’éclairer est « l’acte du docteur », autrement dit ce qu’il peut et doit faire, son but ultime6.

Thomas, comme maître et docteur, apparaît donc comme un luminaire, et parmi ces luminaires, selon Guillaume de Tocco, il est même une étoile dans cet « ordre des étoiles »7. La Légende de saint Dominique rédigée par Pierre Ferrand avant 1240, qui relate la vie du fondateur de l’ordre des prêcheurs, avait déjà pris ce motif de l’étoile pour parler de la lumière qu’il devait apporter :

Il semblait à sa mère spirituelle que l’enfant Dominique avait comme une étoile sur le front, qui inondait la terre tout entière de sa lumière. Par quoi il était donné à comprendre qu’il serait un jour établi comme lumière des nations8 afin d’illuminer ceux qui demeurent dans les ténèbres et l’ombre de la mort9.

En utilisant la métaphore de la lumière pour évoquer Thomas d’Aquin, le prédicateur siennois du XVe siècle s’inscrivait donc dans une tradition dominicaine éprouvée qui puisait non seulement dans l’hagiographie de saint Thomas, mais même dans sa biographie et d’une certaine manière dans sa généalogie en remontant jusqu’aux récits de la vie de saint Dominique.

Le sermon siennois se poursuit sur plus de 4 folios recto verso comportant 2 colonnes de 49 lignes par page, soit un peu plus de 800 lignes. C’est à la mesure – ou à la démesure – de l’œuvre du docteur angélique qui, au plus fort de son activité, selon Jean-Pierre Torrell, un théologien thomiste et biographe érudit de Thomas, rédigeait chaque jour 12 pages format A4 en dactylographie serrée, contenant environ 350 mots10. On saisit que présenter un tel personnage avec une œuvre qui compte environ 75 titres, certains alignant plusieurs milliers de pages, relève de la gageure11. Mon prédicateur siennois s’y essaie de manière thématique en forçant quelque peu la classification pour obtenir 2 séries de 12 thèmes, à la manière de l’esthète qui cherche à ce que sa bibliothèque ait de beaux rayonnages bien symétriques. La première série regroupe les ouvrages de saint Thomas qui font de son œuvre une forme d’accomplissement de la sagesse12 ; la seconde regroupe les ouvrages qui constituent une réfutation de toutes les erreurs13. Plutôt que de réinventer une présentation que d’autres ont déjà faite bien mieux que je ne ferais, permettez-moi de reprendre justement celle de Pier Paolo da Chianciano, d’abord parce qu’elle est thématique et qu’elle ne suit pas banalement la chronologie ou les divers genres littéraire, ensuite parce qu’elle s’enrichit d’une perspective symbolique évocatrice, enfin car son sermon de la fin du xve siècle témoigne, avec bien d’autres œuvres, de l’admiration pour le maître et le saint ainsi que pour sa théologie.

Mais avant de proposer un survol de l’œuvre de maître Thomas, il s’agit d’avoir quelques éléments biographiques pour mieux la situer et pour voir la richesse du parcours d’un professeur régulier au cœur du Moyen Âge.

1. Éléments biographiques

Thomas naît dans le sud de l’Italie, entre Rome et Naples, aux marges des états de l’empereur et du pape, dans une famille comtale. Benjamin de sa famille, il est d’abord donné comme oblat à la grande abbaye bénédictine du Mont-Cassin. Envoyé pour faire ses études à Naples, il y découvre l’ordre tout nouveau des prêcheurs et se résout à y entrer contre l’avis de sa famille qui va tacher de l’en dissuader pendant un an, lui donnant de pouvoir vaquer aux études. Enfin libre, il est envoyé à Paris vers 1245 où il suit les cours de maître Albert connu aujourd’hui comme « saint Albert le Grand », un souabe entré dans l’ordre en 1223 qui fut un immense savant de son temps, grand commentateur d’Aristote, et produisit aussi une sorte d’encyclopédie de tous les êtres naturels. Ce dernier l’emmène à Cologne en 1248 pour y fonder, à la demande de l’Ordre, un studium generale, autrement dit une maison d’étude de niveau supérieur.

Albert propose le nom de Thomas pour être professeur à Paris en 1251. D’abord « bachelier » biblique, ce dernier est chargé de lire et commenter la Bible avant de devenir bachelier sententiaire chargé de commenter le Livre des Sentences de Pierre Lombard († 1170), une synthèse théologique qui compile de manière ordonnée en cherchant à les harmoniser, des « sentences » des pères de l’Église – autrement dit des opinions qui faisaient autorité – et était devenue le manuel de base des études en théologie. Thomas devient maître après sa lecture inaugurale en 1256 tandis que les maîtres séculiers – ceux qui ne sont pas religieux comme l’est Thomas, mais simples clercs et souvent chanoines – s’acharnent contre les frères mendiants, notamment franciscains et dominicains enseignant à l’université.
En 1259, Thomas est envoyé en Italie. En 1261 il est « lecteur », c’est-à-dire professeur de grade supérieur, au couvent d’Orvieto où réside alors le pape. Tout en travaillant à former les frères en morale et en pastorale, il est appelé à donner ses avis éclairés aux grands de la curie. En 1265, on l’envoie fonder un studium generale à Rome où il reste trois ans avant d’être rappelé à Paris pour y enseigner quatre ans. Les frères lui demandent alors de fonder un studium au lieu qui lui semble le plus adapté et cela l’amène à Naples en 1272 où il fut rattrapé par des affaires de ce monde, en l’occurrence celles de sa famille et du roi. Dans les derniers mois de sa vie, après avoir célébré une messe, il semble avoir arrêté d’écrire et même de dicter. On l’envoie se reposer chez sa sœur. En vain, il part épuisé au concile convoqué à Lyon par le pape Grégoire X en vue d’une union avec les Grecs. Il meurt sur la route, non loin de Rome, à l’abbaye cistercienne de Fossanova, le 7 mars 1274, après avoir fait, conformément à la coutume, une belle profession de foi christologique et eucharistique :

Je vous reçois, prix du rachat de mon âme, je vous reçois, viatique de mon voyage. Par amour pour vous, j’ai étudié, j’ai veillé et j’ai travaillé. Je vous ai prêché, je vous ai enseigné, je n’ai jamais rien dit contre vous, et si j’ai dit quelque chose, je l’ai fait sans le savoir et je ne m’obstine pas dans mon opinion. Et si j’ai dit quelque chose de mal à propos de votre sacrement ou sur d’autres sujets, je le remets entièrement au jugement de la sainte Église romaine. C’est en obéissance avec elle que je quitte maintenant cette vie14.

Avec ces repères biographiques, nous pouvons nous lancer dans les rayons de la bibliothèque qui contiennent l’œuvre de saint Thomas avec notre prédicateur siennois du xve siècle, Pier Paolo da Chianciano, comme guide. Comme on l’a vu plus haut, il répartit la matière en deux séries de douze thèmes qu’il s’agit maintenant de considérer l’une après l’autre.

2. Une œuvre qui fait la synthèse de la sagesse de son temps

La première série de thèmes de Pier Paolo da Chianciano entend dire que Thomas illumina l’Église par une sagesse qui résume toute celle acquise par douze patriarches de l’Ancien Testament :

Parmi tous les patriarches de l’ancien testament, il y en eut douze qui parvinrent à l’étude de la sagesse qui fait l’honneur de notre Sainte Mère l’Église mais ils n’acquirent qu’imparfaitement cette sagesse. En revanche, Thomas illumina merveilleusement l’Église aussi chante-t-on de lui : « Que soit loué le Christ, le roi de gloire, lui qui par Thomas lumière de l’Église remplit le monde de la doctrine de la grâce »15.

Thomas apparaît comme un sommet de l’enseignement qui assume tous les acquis des patriarches et des prophètes de l’Ancien Testament, le nombre douze visant à montrer une certaine exhaustivité. Le prédicateur va d’Adam à Élie en passant par Abraham, Moïse, David et quelques autres, chacun étant comme le tenant d’une science particulière :

le premier enseignement est le gouvernement du genre humain que l’on trouve en Adam,

le second est la libération du genre humain en Noé,

le troisième est la représentation de la Trinité en Abraham,

le quatrième est la préfiguration de la rédemption de l’humanité en Isaac,

le cinquième est la connaissance anticipée des sacrements en Jacob,

le sixième et la vision anticipée de l’eucharistie en Joseph,

le septième est la proposition de la loi de Dieu en Moïse,

le huitième est la confirmation de la royauté en David,

le neuvième est la connaissance des choses naturelles en Salomon,

le dixième est l’appel des gentils en Isaïe,

le onzième est le témoignage de la divine providence en Job,

le douzième est l’observance de la religion en Élie.

2.1. La science du gouvernement

Si Thomas a quelque chose de la science d’Adam, c’est selon notre prédicateur qu’il soutient le gouvernement du genre humain, le gouvernement très concret des hommes par les princes et celui des âmes par les pasteurs. Notre auteur appuie son idée par trois petits ouvrages qui ont fait l’objet d’une large diffusion et appartiennent au corpus de ce qu’on appelle les « opuscules » : le De Articulis fidei et Ecclesiae sacramentis, le De regno ad regem Cypri et l’Epistola ad comitissam Flandria. Thomas voulait par elles répondre à des princes ou des prélats qui lui demandaient un avis d’expert, ici l’archevêque Léonard de Palerme, le roi de Chypre, Hugues II de Lusignan et la comtesse de Flandre. C’est une part non négligeable du travail de Thomas consulté par les grands pour apporter ses lumières dans leurs charges de gouvernement spirituel et temporel. On peut noter la bonne volonté de Thomas envers l’archevêque de Palerme à qui il daigne répondre alors qu’il travaille à trois gros essais de synthèse théologique dont nous reparlerons16 :

Votre affection vous fait me demander de vous transcrire en abrégé, et comme pour mémoire, quelques réflexions sur les articles de foi et les sacrements de l’Église, avec les doutes qui peuvent être agités sur ces mêmes sujets et ces mêmes sacrements. Mais comme l’attention tout entière des théologiens a pour objet les hésitations qui touchent les articles de foi et les sacrements de l’Église, si je voulais satisfaire pleinement à votre demande, il faudrait embrasser sommairement toutes les difficultés de la théologie : votre esprit sagace comprend tout ce qu’un semblable travail comporte de pénible. Qu’il vous suffise donc pour le moment que je vous distingue brièvement les articles de foi et les sacrements de l’Église, ainsi que les erreurs à éviter par rapport à chacun d’eux17.

L’archevêque lui demande en fait une somme, c’est-à-dire une œuvre qui rassemble et résume les connaissances relatives à un sujet, Thomas lui offre cet opuscule qui est une note fort bien faite, tant et si bien qu’elle fut l’un de ses ouvrages les plus copiés au Moyen Âge en vue de l’instruction du clergé18.

Non content d’aider au gouvernement des âmes, Thomas donne aussi son avis sur le gouvernement des hommes dans son traité inachevé au roi de Chypre souvent appelé « De Regno » « d’après l’autorité de la divine Écriture, et en dégageant soigneusement l’enseignement des philosophes et l’exemple des princes les plus loués19 » ainsi que dans sa lettre à la comtesse de Flandre.

Par ces opuscules, Thomas partage l’expertise théorique qu’il a acquise dans la science du gouvernement et qui, avant même de servir à conseiller ceux qui ont la charge de gouverner, contribue à la contemplation de son « Seigneur », de son Dieu qui, plus que tout autre, gouverne en menant, par sa providence, le monde entier qu’il a créé, à sa fin.

2.2 Un enseignement libérant

Thomas a ensuite quelque chose de la science de Noé en ce que son œuvre libère le genre humain. Notre prédicateur appuie son propos sur la Somme contre les Gentils et sur le petit traité Contre les erreurs des Grecs.

Notre prédicateur passant d’Adam, qui avait charge de se gouverner, à Noé, qui eut charge de sauver un petit reste de la création, passe aussi à cette théologie qui veut dénoncer l’erreur et que l’on retrouvera dans la suite de notre exposé. Cet aspect polémique est ici finalisé par ce qu’il appelle la « libération du genre humain ». Notre dominicain, comme Thomas avant lui, et comme les inquisiteurs de leurs temps, sont des hommes épris de la vérité. Ils ne peuvent laisser cohabiter l’erreur qui, à leurs yeux, emprisonne le genre humain. Adam et Ève n’ont-ils pas été trompés par le père du mensonge ? Prenant au mot la parole du Seigneur affirmant que la Vérité rend libre, les hommes du Moyen Âge n’ont pas peur de dénoncer son contraire : le mensonge et l’erreur.20 Cette dénonciation est toute subordonnée au salut des âmes qui est l’un des buts de l’Ordre des prêcheurs, but pour lequel Thomas est prêt à quitter ses livres.

La Somme contre les Gentils, plus convenablement appelée « Livre de la vérité de la foi catholique contre les erreurs des infidèles » – car les Gentils sont, pour les juifs et les médiévaux, ceux qui n’ont pas leur foi en Dieu, les « infidèles » au sens étymologique – est un ouvrage de grande ampleur, visiblement rédigé en cinq ans, qui veut répondre à l’exigence d’une meilleure formation des frères, en particulier de ceux qui sont au contact des non-chrétiens, juifs, païens ou musulmans. Comme le souligne Jean-Pierre Torrell, le prologue nous en donne une approche plus positive et montre comment Thomas conçoit son travail comme une œuvre personnelle de sagesse qui vise la vérité :

Puisant donc dans la miséricorde de Dieu la hardiesse d’assumer l’office du sage, un office pourtant qui excède nos forces, nous nous sommes proposé comme but d’exposer selon notre mesure la vérité que professe la foi catholique et de rejeter les erreurs contraires. Pour reprendre les paroles de saint Hilaire, l’office principal de ma vie auquel je me sens en conscience obligé devant Dieu, c’est que toutes mes paroles et tous mes sentiments parlent de lui21.

Pour parvenir à ses fins, Thomas avance des raisons et des preuves, mais quand ce n’est pas possible, il repousse les erreurs et montre seulement que ce n’est pas contre la raison. Partant de ce qui est plus clair pour nous, il va jusqu’au moins clair ; les trois premiers livres parviennent à parler de vérités accessibles à la raison, seul le quatrième et dernier livre sur la Trinité et l’Incarnation du Verbe nécessite absolument de recourir à des vérités révélées par la foi.

À côté de ce grand œuvre, maître Thomas accepte de répondre au pape Urbain IV qui lui demande de commenter un recueil de textes de Pères grecs compilés maladroitement. Ce travail aboutit au petit traité Contre les erreurs des Grecs. Si saint Thomas, en homme de son temps qui a un grand respect des autorités, fait a priori confiance à ces Pères, il dispute contre « les Grecs » en développant les questions qui les séparent « des Latins » comme le filioque, la primauté de Pierre, le pain azyme ou encore le purgatoire.

2.3 Une contemplation du mystère de la Trinité

Pier Paolo da Chianciano avance ensuite que Thomas a quelque chose de la science d’Abraham qui connut le mystère de la Trinité dans les trois hommes venus le visiter22. L’homme libéré de l’erreur, peut se mettre à contempler la Trinité. On entre là dans les vérités qui dépassent la raison et sont souvent un sommet de la contemplation de Dieu, en particulier chez Thomas. Notre prédicateur prend quatre œuvres qui développent la pensée trinitaire du docteur angélique : le Commentaire du premier livre des Sentences, la prima pars de la Somme de théologie, le Bref résumé de théologie pour le frère Raynald et le Commentaire sur la Trinité de Boèce.

Le Commentaire du Livre des Sentences est le sésame du professeur de théologie de son temps qui donne la licence d’enseigner. Le professeur est alors astreint à suivre le plan du Lombard tout en gardant une certaine marge d’interprétation23. Devenu maître lui-même, Thomas s’est proposé d’exposer différemment la matière de la théologie, et c’est ce qu’il fit de manière admirable dans la Somme de Théologie à partir de 1265 :

Nous avons observé en effet que, dans l’emploi des écrits des différents auteurs, les novices en cette matière sont fort empêchés, soit par la multiplication des questions inutiles, des articles et des preuves ; soit parce que ce qu’il leur convient d’apprendre n’est pas traité selon l’ordre même de la discipline, mais selon que le requiert l’explication des livres, ou l’occasion des disputes ; soit enfin que la répétition fréquente des mêmes choses engendre dans l’esprit des auditeurs lassitude et confusion24.

Champion de la concision, normalement sans rien perdre en précision, Thomas excelle dans cet exercice de synthèse demeuré hélas inachevé. Le plan adopté par Thomas donne lieu à des kilomètres de bibliographie pour en saisir les ressorts les plus profonds. Nous le laisserons lui-même en parler :

Puisque le propos principal de cette doctrine sacrée est de transmettre la connaissance de Dieu, nous parlerons d’abord de Dieu, ensuite du mouvement de la créature rationnelle vers Dieu, et enfin du Christ qui, selon son humanité, est pour nous la voie qui mène vers Dieu25.

Notons, par delà la concision de son propos, le grand mouvement que le plan embrasse : toute chose sort de Dieu pour y retourner. La première partie, à laquelle on laisse son nom latin de prima pars, dépasse largement la question de la Trinité : elle commence par traiter de Dieu en tant qu’il est un et, après avoir considéré la Trinité, se poursuit par la création et le gouvernement divin des créatures. Le « mouvement de la créature rationnelle vers Dieu » veut désigner la deuxième partie ; le « Christ qui, selon son humanité, est pour nous la voie qui mène vers Dieu » veut désigner la troisième partie qui traite en effet du Christ, des sacrements et des fins dernières.

Pour nourrir sa réflexion, Thomas s’est livré très tôt à un commentaire assez inhabituel d’un petit traité sur la Trinité du philosophe chrétien Boèce († 524). En fait de Trinité, c’est surtout une réflexion métaphysique sur la question de la participation, si importante chez Thomas car elle tempère son aristotélisme et structure l’outil philosophique de « l’analogie » qui lui permet de parler de Dieu à partir des créatures qui lui ressemblent en participant à son être et toutes ses perfections.

Sur les instances de son fidèle secrétaire, frère Raynald, Thomas avait accepté de mettre en chantier un Bref résumé de théologie ordonné selon les trois vertus théologales de foi, d’espérance et de charité qui demeura aussi inachevé. Ce frère Raynald fait partie de ceux qui ont entouré le maître pour mettre par écrit un certain nombre de ses œuvres. C’est lui qui fit sortir Thomas de l’extase qu’il eut chez sa sœur peu de temps avant sa mort et reçut de lui cette confession : « La fin de mon écriture est arrivée, car il m’a été révélé de telles choses que ce que j’ai écrit et enseigné me semble de peu d’importance26 ».

2.4 L’importance de l’Incarnation du Verbe

Notre prédicateur voit ensuite en Thomas quelque chose de la science d’Isaac en ce que celui-ci, par son sacrifice, préfigurait la rédemption de l’humanité, par le sacrifice du Christ et même par l’Incarnation du Fils de Dieu. Il semble revenir au salut de l’homme, mais avec un léger décalage. Il s’agit ici non de sa libération par la recherche de la vérité accessible à la raison mais par le grand mystère de la foi qu’est l’Incarnation du Fils de Dieu, mystère qui est au cœur de la foi chrétienne, mystère qui embrasse toute l’histoire avec les prophéties et le jeu des préfigurations contenues dans l’Ancien testament, dont celle du sacrifice d’Isaac annonçant la croix. Ayant traité ce mystère en commentant le Troisième livre des Sentences, Thomas le reprend à sa manière dans la tertia pars27.

2.5. L’explication des sacrements

En parlant des sacrements, Thomas a ensuite quelque chose de la science de Jacob. Pier Paolo da Chianciano justifie son propos ainsi : ce patriarche, en effet, a contemplé une échelle entre la terre et le ciel et édifia un autel sur lequel il laissa couler de l’huile en laquelle le mystère des sacrements de l’Église était préfiguré. Cette question prolonge celle de l’incarnation du Verbe car les sacrements sont les instruments que celui-ci donna pour prolonger sa présence auprès de ceux qui ont la foi. Le Lombard leur avait consacré un livre entier et, avant lui, Hugues de Saint-Victor († 1141), en avait fait le cœur de sa somme De Sacramentis Christianae fidei28. Thomas qui avait commenté le quatrième livre des Sentences dédié à ces questions avait prévu d’insérer dans la tertia pars de la Somme un traité sur les sacrements, entre les questions sur l’incarnation du Verbe et celles sur les fins dernières, mais l’extase qui mit fin à son enseignement l’a arrêté au beau milieu des questions sur la pénitence. Il mourut peu de temps après, mais pas sans avoir achevé le traité sur l’eucharistie dont nous parlerons dans le point suivant.

2.6. Le chantre de l’eucharistie

En effet, notre prédicateur dit ensuite que Thomas a quelque chose de la science de Joseph « qui pourvut la terre entière de froment », image du Christ instituant le sacrement de l’eucharistie.

Heureusement, Thomas a eu le temps d’écrire le traité sur l’eucharistie qui est particulièrement abouti ; ce fut sans doute le fruit d’une ardente contemplation qu’il traduisit non seulement en langage théologique dans les dernières années de sa vie, mais aussi en langage poétique lors de son séjour à Orvieto dix ans auparavant, le pape Urbain IV lui ayant demandé de composer les textes pour l’office de la fête du Saint-Sacrement. On y trouve de merveilleuses hymnes, ciselées, précises, mais aussi pleines d’affection pour la douceur de ce grand sacrement. Voici par exemple un extrait du Pange lingua, hymne pour l’office des vêpres :

Verbum caro panem verum verbo carnem efficit;

Fitque sanguis Christi merum, et, si sensus deficit,

Ad firmandum cor sincerum sola fides sufficit

Le Verbe fait chair, par son verbe, fait de sa chair le vrai pain ;

le sang du Christ devient boisson ; et si nos sens nous font défaut,

c’est la foi seule qui suffit pour affermir les cœurs sincères.

On lui attribue aussi l’hymne Adoro te devote dont voici une strophe :

Pie pellicane, Jesu Domine,

Me immundum munda tuo sanguine,

Cujus una stilla salvum faceret,

Totum mundum quit ab omni scelere.

Pieux pélican, Jésus mon Seigneur,

Moi qui suis impur, purifie-moi par ton sang

Dont une seule goutte aurait suffi à sauver

Le monde entier de toute faute.

Derrière la beauté des vers, on retrouve la précision théologique du maître29. On comprend qu’ici notre prédicateur en profite pour insérer ce compliment dont parle son biographe, Guillaume de Tocco, à Naples. Priant face au crucifix, le Christ fait l’éloge de Thomas : « tu as bien écrit de moi Thomas, que veux-tu en retour pour la peine que tu as pris ? » Ce à quoi Thomas répondit : « Seigneur, je ne recevrai pas d’autre salaire, sinon toi-même »30.

2.7. Thomas moraliste

Thomas aurait ensuite la science de la Loi divine révélée à Moïse sur le Mont Sinaï et en particulier la signification des figures contenues dans les cérémonies juives. Il en traite dans la première partie de la seconde partie de la Somme de théologie appelée prima secundae.

Les sacrements – et en particulier celui de l’eucharistie – doit soutenir l’homme en cette vie pour lui permettre de l’affronter en agissant bien. C’est l’objet de la morale qui occupe l’ensemble de la deuxième partie de la Somme de Théologie. Morale du bonheur davantage que du commandement, elle passe néanmoins par une approche très profonde et très large de la Loi tant pour régler les actes humains que pour préparer, par des cérémonies, la venue du Christ.

2.8. Thomas commentateur de l’Écriture

Saint Thomas a ensuite quelque chose de la science de David quand il en commente les psaumes31. Notre prédicateur aborde ici le Thomas proprement théologien et professeur. On ne saurait trop rappeler que le premier devoir du maître est de commenter l’Écriture, c’est même son labeur de chaque jour. Si un certain nombre des textes précédents sont des écrits, on a là un texte qui fit l’objet d’un cours. Ajoutons que, comme religieux de chœur, il a eu à chanter quotidiennement ces psaumes dans l’office choral.

2.9. « Saint Thomas du créateur »

Saint Thomas a ensuite quelque chose de la science de Salomon dans la profondeur de sa connaissance des choses naturelles32. Notre prédicateur veut mettre en avant la théologie de la création de Thomas. En bon élève d’Albert le Grand, Thomas en déploie une de très haut niveau, moins à cause de son caractère encyclopédique à l’image de ce qu’avait produit son maître Albert le Grand, qu’à cause de sa très grande rigueur métaphysique surtout pour traiter des créatures spirituelles que sont les anges, ce qui lui valut, pour une part, son surnom de docteur « angélique ».

Outre le commentaire du second livre des Sentences, Pier Paolo da Chianciano mentionne les questions disputées sur la puissance (De potentia) et sur les créatures spirituelles (De spiritualibus creaturis). Il nous introduit ici dans un autre genre littéraire que ceux rencontrés jusqu’à présent, celui des « disputes » (disputationes en latin). Le maître qui a fait la lecture du texte biblique dans la matinée avec son bachelier, qui est une sorte d’assistant, propose à ses étudiants de discuter des points qui font difficulté dans l’après-midi. Les questions sont très fouillées. Thomas les remanie sans doute un peu puis il s’en sert probablement pour rédiger les questions de la Somme de théologie en synthétisant les objections et leurs réponses. Le De potentia permet de préciser la pensée de Thomas sur la création et le gouvernement divin.

2.10. Thomas et la lettre des prophètes

Thomas eut aussi quelque chose de la science d’Isaïe qu’il commenta au début de sa carrière. Si son commentaire des psaumes fut l’un de ses derniers cours, son commentaire d’Isaïe et de Jérémie fut au contraire son premier travail d’enseignant, vers 1253, quand il fut choisi par le maître de l’Ordre pour être professeur à Paris. Cette lecture précéda d’un an la lecture des Sentences. Il s’y démarque de nombre de ses prédécesseurs par son attention au sens littéral qui le retient de partir trop vite vers le sens allégorique. Le manuscrit de sa main que l’on a conservé, s’il est difficile à lire à cause de son écriture réputée « illisible », est passionnant par toutes les ratures et les ajouts marginaux qu’il comporte, ces dernières dégageant souvent le sens spirituel qu’il s’est gardé de développer dans le corps du texte.

2.11. Enseigner la providence par le livre de Job

Thomas a en outre quelque chose de la science de Job qu’il commenta aussi et auprès de qui il cherche un éclairage sur la très difficile question de la providence. Quand il entame de commentaire du livre de Job, Thomas est passé maître et est en train de rédiger le troisième livre de la Somme contre les Gentils qui porte sur la providence divine, autrement dit sur le même sujet, car selon lui : « Toute l’intention du livre [de Job] et de montrer par des raisons probables que les choses humaines sont régies par la providence divine33». Plus qu’une invitation à la patience dans l’épreuve à la manière de Grégoire le Grand († 604) qui dans ses Moralia fut, avant Thomas, le maître incontesté du commentaire de ce livre34, c’est une réflexion métaphysique sur la providence, sur la contradiction que la souffrance du juste apporte à l’idée même d’un gouvernement divin des créatures.

2.12. Le défenseur de la vie religieuse mendiante

Thomas a enfin quelque chose de la science d’Élie qui servit l’observance de la religion car en effet, selon Pier Paolo da Chianciano, revêtu de poils de chameau, austère quant à la pénitence, le prophète dénonça les péchés, servit jalousement la loi de Dieu et reçut de Lui une double part de l’Esprit, pour prophétiser et faire des miracles. L’arrivée des religieux mendiants à l’université de Paris avait bousculé le fragile équilibre de l’institution naissante, causant une lutte acharnée entre maîtres séculiers et réguliers. Parmi les séculiers, Guillaume de Saint-Amour, chanoine de Mâcon, qui publia en 1256 un libelle intitulé Traité des périls des derniers temps35 combattit vigoureusement pour obtenir l’expulsion des religieux mendiants, relayé en cela par le chanoine séculier Gérard d’Abbeville. Ces débats donnèrent à Thomas l’occasion de rédiger au moins trois ouvrages de défense de la vie religieuse au cours de sa vie : le Contre les ennemis du culte de Dieu (Contra impugnantes) en 1256, le livre sur la perfection de la religion chrétienne vers 1269, plus court et plus spirituel, et le Contre la doctrine de ceux qui détournent de l’état religieux (Contra retrahentes)36. Avec le traité sur les « états de vie » dans la Somme de théologie37, ces écrits constituent une défense et un panégyrique de la vie religieuse mendiante, et même proprement dominicaine. Saint Thomas y révèle son ardeur polémique et sa sensibilité ordinairement contenue : « Si quelqu’un voulait contredire cet ouvrage, qu’il n’aille pas babiller devant les gamins ; qu’il écrive un livre et le publie afin que les gens compétents puissent juger ce qui est vrai et réfuter ce qui est faux par l’autorité de la vérité38».

Opuscules, sommes, questions disputées, commentaires de l’Écriture, écrits polémiques… Les ouvrages grands et petits se succèdent, parfois sur les même sujets, mais embrassant dans l’ensemble tout ce qui peut concerner Dieu et les hommes. Le prédicateur siennois semble avoir ainsi accompli une révolution du soleil :

« Et en effet, comme le soleil parcourt les douze signes du ciel ainsi le bienheureux Thomas parcourt les douze patriarches de l’ancien testament pour illuminer la sainte Église39».

Mais parvenu à ce point, le prédicateur n’a même pas traité la moitié de l’œuvre de saint Thomas ; aussi prend-il plus loin un autre angle pour citer une bonne part de ce qu’il en reste : la réfutation de l’erreur40.

3. Thomas réfute les erreurs

Pier Paolo da Chianciano retient douze erreurs que Thomas réfuterait par ses œuvres, ici à dominante philosophique. Précisons que la distinction entre philosophie et théologie est un peu artificielle, tant Thomas est un théologien qui se sert de la philosophie comme d’un outil et qu’il a tout au long de sa vie mené de front ses recherches théologiques et « ancillaires » pourrait-on dire, puisque la philosophie est dite ancilla theologiae, c’est-à-dire servante de la théologie.

3.1. Réfutation des erreurs sur les choses naturelles

Il y en aurait un certain nombre à citer, mais tenons-nous en à deux : pour un certain frère Silvestre, il composa, visiblement assez précocement, un opuscule sur les principes de la nature (De principiis naturae) très imprégné de la doctrine d’Averroès, grand commentateur arabe d’Aristote qu’il a pu découvrir tant à Naples qu’auprès de son maître, Albert le Grand.

Pour « Maître Philippe », compatriote de Thomas, professeur de médecine, il rédige de petits ouvrages qui sont très proches de la science médicale : Le mélange des éléments (De mixtione elementorum) et La cause des battements du cœur (De motu cordis). La théologie comme reine des sciences de son temps assume toutes les autres.

3.2. Réfutation des erreurs morales

Pier Paolo da Chianciano renvoie en particulier à ce qu’il appelle le livre sur les quatre vertus cardinales41. C’est en fait le résultat de questions disputées auxquelles il faudrait ajouter celles sur les vertus en général, sur la charité, sur la correction fraternelle et sur l’Espérance. Elles ont probablement accompagné la rédaction de la Secunda pars de la Somme de théologie, cette partie morale qui traite largement des vertus.

3.3. Réfutation des erreurs des stoïciens, par le Commentaire sur L’Éthique à Nicomaque

Pour réfuter les tenants de cette école philosophique antique adepte du destin et de la maîtrise de soi, notre prédicateur en vient ici enfin à citer les commentaires d’Aristote qui constituent une part absolument essentielle de la formation et de l’enseignement de saint Thomas. C’est à partir de son deuxième séjour à Paris qu’il se livra à un commentaire serré, technique et empressé de nombre de livres d’Aristote en s’appuyant sur de nouvelles traductions du grec fournies notamment par le dominicain Guillaume de Moerbeke. Il semble que ce ne fut pas un cours mais une lecture personnelle avec prise de notes. Pour ce commentaire de L’Ethique à Nicomaque, notons que Thomas, dans sa perspective chrétienne quelque peu différente du fond païen d’Aristote, essaie d’imposer au « Philosophe » la finalité contemplative qu’il attribue à la vie humaine : la fin de la vie humaine, c’est la contemplation bienheureuse de Dieu et cette fin oriente tout l’agir de l’homme. On retrouve ici la tentation qui parcourt tout le Moyen Âge de baptiser Aristote.

3.4. Réfutation des académiciens par le livre qu’on dit quodlibétique

Voilà encore un autre sujet passionnant de l’enseignement au Moyen Âge, les quodlibet. Ce sont des questions que les maîtres ont le devoir de tenir deux fois par an, pendant l’Avent et pendant le Carême, sur quodlibet (ce que l’on veut), comme on dit en latin, autrement dit sur n’importe quelle question posée par les étudiants. Lors d’une première session, on soulevait toutes sortes de questions. Le maître laissait son bachelier répondre, n’intervenant qu’en cas de difficulté. Au cours de la deuxième session qui avait lieu dans les jours qui suivaient, il donnait sa détermination magistrale. Il y avait un certain risque pour le maître en raison de la liberté de parole laissée à l’assemblée. L’actualité des préoccupations des membres de l’université y transparaît. Thomas a tenu douze séances quodlibétiques, recouvrant deux-cent-soixante-quatre sujets. Il est possible que ces disputes l’aient souvent ramené sur le terrain de la défense d’une forme modérée d’aristotélisme, notamment contre les nombreux platoniciens – Platon étant fondateur de « l’Académie » – qui peuplaient alors l’université.

3.5. Réfutation des péripatéticiens, par le commentaire sur les livres de philosophie naturelle

Le prédicateur siennois attribue ce nom de péripatéticiens, qu’il tire de l’école fondée par Aristote, aux philosophes de la faculté de l’époque de Thomas qui, au nom d’Aristote, ont pu tenir des positions contraires à la foi chrétienne. Cela n’empêche pas le docteur angélique de suivre « le Philosophe » ; sa théologie de la création tire une part de sa profondeur de la fréquentation des Physiques d’Aristote qu’il suit assez loin pour autant qu’il est rationnel. C’est par exemple le cas pour la question de l’éternité du monde au sujet de laquelle il composa vers 1270 un petit opuscule tenant que celle-ci est possible du point de vue de la raison42, une audace qui tombe sans doute sous le coup de la condamnation formulée par l’évêque de Paris, Étienne Tempier, sinon en 1270, du moins en 127743.

3.6. Contre les épicuriens : les questions disputées sur l’âme et celles sur le mal

Ce sont là encore des questions disputées qui donnent à Thomas de développer son anthropologie très aristotélicienne avec l’union substantielle de l’âme et du corps, autrement dit, la personne humaine est un composé unique et indivisible de deux éléments : une matière, c’est son corps, une forme, c’est son âme. On est loin du matérialisme que l’on peut tirer de la doctrine d’Épicure. Ce sont les questions autour de l’âme qui faisaient l’objet des violents débats avec les philosophes de la faculté qu’on disait sectateurs du philosophe arabe Averroès, ces derniers pouvant soutenir qu’il n’y avait qu’un intellect unique et identique pour tous. Thomas rédigea contre eux un opuscule sur L’unité de l’intellect contre les averroïstes, en même temps que son traité sur l’éternité du monde.

C’est sans doute la morale épicurienne qui pousse Pier Paolo da Chianciano à évoquer ensuite les questions De Malo, qui, comme leur nom ne l’indique pas tout-à-fait, concernent surtout le péché et ses causes, et constituent donc le pendant des questions sur les vertus.

3.7. Contre les juifs : les questions disputées De Veritate, celles « Sur l’incarnation du Verbe » et la « Postille sur saint Jean »

Les juifs niant des vérités de la foi chrétienne, le dominicain siennois leur oppose, dans l’œuvre de saint Thomas, les questions disputées De Veritate qui sont les premières qu’il a tenues et rédigées. Au-delà du vrai, elles portent en fait sur le bien, deux choses absolument fondamentales puisqu’elles constituent le but de l’intelligence d’une part, de la volonté d’autre part, autrement dit le but de l’homme. Parmi les vérités refusées par les juifs, il y a bien évidemment l’incarnation du Verbe qui a fait aussi l’objet d’une question disputée et dont parle admirablement saint Jean. Notre Siennois se montre un peu réducteur : son exercice le force à caser au chausse-pied le commentaire sur saint Jean dans l’une de ses catégories alors qu’il est un morceau de bravoure révélant la fibre contemplative de saint Thomas. Il y voit la révélation très haute de la divinité du Christ qui fait pendant à une révélation concernant son humanité qu’on perçoit mieux dans les trois autres évangiles dits « synoptiques » dont il n’a commenté que saint Matthieu.

3.8. Contre les Grecs : l’exposition sur la première décrétale en plus du livre Contre les erreurs des Grecs

On a vu que c’est à l’invitation du pape que Thomas rédigea le Contra errores graecorum. Une nouvelle fois sollicité par un archidiacre de Todi, Thomas se livre au commentaire d’une « décrétale », autrement dit d’un texte plutôt normatif relevant de ce qu’on appelle le droit canonique. Toutefois, ces textes sont très théologiques : Thomas ne sort donc pas de son champ de travail habituel.

3.9. Contre les hérétiques : le livre sur les articles de foi au maître de l’ordre des prêcheurs et les questions au lecteur de Venise

La réponse à l’hérésie fait comme partie des gênes de l’Ordre des prêcheurs qui plonge ses racines dans la prédication de saint Dominique contre les dissidents du Midi de la France, puis du Nord de l’Italie, qu’on a pu traditionnellement qualifier de « cathares ». Les Dominicains vont être associés à l’inquisition à partir de sa fondation en 1234. Thomas participa indirectement à cette lutte par son travail intellectuel au service de la vérité. Le maître de l’Ordre, Jean de Verceil, le consulta deux fois. La première fois pour vérifier l’orthodoxie d’un frère, et même d’un confrère de Thomas, Pierre de Tarentaise, professeur, qui deviendra pape éphémèrement sous le nom d’Innocent V. Celui-ci avait été dénoncé pour son enseignement. Saint Thomas le blanchit en malmenant quelque peu l’objectant.

3.10. Pour les dirigeants des Cités : le commentaire de La Politique et de L’Économie

On a vu les avis que Thomas pouvait donner aux princes de son temps par la lettre à la duchesse de Brabant ou le De Regno. Mais de même que ce dernier traité était resté largement inachevé, le commentaire de La Politique ne va que jusqu’au livre III. Il n’est pas impossible que notre prédicateur siennois ait eu le complément de Pierre d’Auvergne pour les derniers livres et peut-être même pour le livre apocryphe de l’Économie.

3.11. Pour les contemplatifs : le commentaire du Cantique des Cantiques, le livre Sur les substances séparées et l’Exposition sur les quatre évangiles avec le texte tiré des dits des saints que l’on appelle La Chaîne d’or (Catena aurea)

Pier Paolo da Chianciano donne par ces œuvres, trois sources de la contemplation dominicaine : l’Écriture, la Tradition et la métaphysique. Si Thomas cite beaucoup le Cantique, on ne voit pas en revanche d’où notre prédicateur tire un commentaire attribuable au docteur angélique44. Pour éclairer l’Écriture, Thomas répond à une demande du pape Urbain IV en rédigeant la Chaîne d’or qui va nourrir ses commentaires évangéliques puisqu’il y fait une suite de citations de Pères de l’Église dont il donne explicitement les noms, ce qui est assez rare à l’époque pour être souligné. Il fait traduire et connaître certains auteurs grecs et n’introduit que de rares corrections. Le nombre de références patristiques s’en trouve très grandement augmenté dans ses œuvres. Enfin, son petit livre sur les substances séparées vise à parler de ce que chez les chrétiens on appelle les anges en voyant ce que les philosophes en ont dit de juste. Ce sujet implique toujours une spéculation métaphysique très ardue où saint Thomas excelle. Il prolonge sa réflexion avec le commentaire d’un livre attribué à Aristote, lelivre des Causes, que Thomas, bon critique, identifie très bien comme apocryphe, repérant l’influence néoplatonicienne et arabe.

3.12. Pour les actifs, principalement ministres de l’Église, le Commentaire sur les livres de Denys

Dernier auteur très important dans la pensée de Thomas et des maîtres du Moyen Âge, celui qu’on appelle aujourd’hui le pseudo-Denys l’Aréopagite. Ce philosophe chrétien néoplatonicien de la fin du ve siècle avait été assimilé au disciple de saint Paul converti sur l’aréopage d’Athènes45, ce qui lui conférait une grande autorité. Thomas a fréquenté cet auteur à l’école d’Albert le Grand en vue de publier les notes qu’il avait prises du cours de son maître. Si on lui connaît un commentaire des Noms divins, en revanche il ne semble pas s’être attelé à un commentaire de la Hiérarchie céleste ou de la Hiérarchie ecclésiastique.

Ce parcours nous a donné d’entrevoir toute la richesse de l’œuvre de Thomas, le foisonnement de son activité au service de ses étudiants et de ses contemporains et le retentissement de sa pensée dans la chrétienté et dans l’ordre dominicain en particulier à travers ce sermon siennois du xve siècle. Le prédicateur – qui n’hésite pas à développer longuement ses sermons – tente vainement d’embrasser la totalité de l’œuvre du maître dans un cadre rhétorique sans doute trop artificiel, étroit et figé pour pouvoir la contenir adéquatement. Du moins, sa présentation témoigne-t-elle d’une connaissance large – sinon exhaustive et authentique – des écrits et de la vie de saint Thomas à la fin du Moyen Âge. En faisant de Thomas le résumé de la science de son temps et de la réfutation de toutes les erreurs, il fait en outre de son saint prédécesseur dans l’Ordre un sommet dans la vocation intellectuelle dominicaine.

Il faut dire que la très grande intelligence de maître d’Aquin lui a donné de saisir la plus grande part de la science théologique de son temps avec une finesse inégalée faisant toujours honneur à la raison humaine et à la révélation chrétienne qu’il médite en profondeur et à laquelle il adhère sans réserve. S’il est excellent métaphysicien, c’est au profit de l’intelligence de la foi. Pénétrant les mystères avec une acuité inégalée, il double son talent de maître de celui de grand spirituel, contemplatif des plus grands mystères :

Les paroles et les gestes du Christ sont aussi les paroles et les gestes de Dieu. Si quelqu’un voulait les écrire ou les conter par le détail, il ne saurait y parvenir. Bien plus ! Le monde entier n’y suffirait pas. Une infinité de paroles humaines ne peuvent atteindre à l’unique Verbe de Dieu. Depuis le commencement de l’Église, on a toujours écrit sur le Christ : jamais assez pourtant46.

Saint Thomas s’est attelé à ce grand œuvre d’écrire sur le Christ pour refléter un tant soit peu la lumière de son Seigneur. Cela lui vaut, deux cents ans après sa mort d’être assimilé à lui comme « Lumière du monde » tout au long d’un sermon. Pour ne pas amputer gravement Thomas de son office de prêcheur, c’est d’ailleurs ses sermons à lui qu’il faudrait mentionner pour terminer. On l’y retrouve plein de vivacité et ne dédaignant pas d’utiliser lui aussi l’image de la lumière, donnant entre les lignes le secret d’une œuvre si lumineuse :

Pourquoi Dieu a-t-il fait le soleil ? Pour que nous ne soyons privés ni de sa chaleur ni de sa lumière. Il serait superflu s’il n’avait pas d’utilité. Et toi, tu es superflu dans le monde si tu n’as pas d’utilité. As-tu donc établi en vain [tous] les fils des hommes ? dit le Psaume. C’est comme s’il disait : «Non ! » Et le Seigneur a ordonné que le serviteur inutile soit jeté dans les ténèbres extérieures47. Que faut-il donc dire du serviteur nuisible ? De même, c’est par libéralité que Dieu a voulu confier à d’autres l’administration. Dieu a voulu que la bonté d’une chose soit transmise à d’autres. Denys, dans La Hiérarchie céleste, ch. 3, dit que « rien n’est plus divin que de devenir le collaborateur de Dieu ». Et quand tu parles en public pour le salut de l’âme ou quand tu fais autre chose de bien, tu collabores avec Dieu48.

Crédit image d’en-tête : Saint Thomas d’Aquin enseignant.



Citer ce billet
Maxime Arcelin (2024, 23 mars). Saint Thomas d’Aquin, lumière du monde. Carnet parodien d'histoire de l'art et d'archéologie. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2v7

Maxime Arcelin

Titulaire d'une licence canonique en théologie, doctorant en histoire médiévale à Paris et Fribourg sur la prédication dominicaine à Sienne à la fin du Moyen Âge.

More Posts

  1. Siena, Biblioteca Comunale degli Intronati, F.X.18, folios 148ra-152ra. []
  2. Guillaume de Tocco, L’histoire de saint Thomas d’Aquin, Paris, Le Cerf, 2005, p. 23-25. []
  3. Jn 1, 9 []
  4. Thomas d’Aquin, Questions disputées De Veritate, question 11, article 1, objection 9. Sauf précision contraire, les traductions des œuvres de saint Thomas utilisées dans l’article sont toutes tirées du site : http://docteurangelique.free.fr/saint_thomas_d_aquin/oeuvres_completes.html, consultées le 07/02/2024. []
  5. Idem, ad 9. []
  6. Idem, Sed contra 4. []
  7. L’étoile est un motif qu’on retrouve extrêmement souvent dans l’iconographie de saint Thomas ainsi que dans celle de saint Dominique, même si elle se rapproche du soleil pour Thomas. On la retrouve au chapitre 54 de L’histoire de Guillaume de Tocco¸ p. 113. []
  8. Is 49, 6 []
  9. cf. Lc 1, 79. Pierre Ferrand, Légende de Saint Dominique n° 5, in Nicole Bériou et Bernard Hodel, Saint Dominique de l’ordre des frères prêcheurs. Témoignages écrits, Paris, Le Cerf, 2019, p. 801-802. Pierre Ferrand reprend un épisode du Petit livre sur le commencement de l’Ordre de Jourdain de Saxe, en remplaçant la lune par l’étoile, cf. n° 6 (9) in Bériou et Hodel, p. 610. []
  10. Jean-Pierre Torrell, Saint Thomas en plus simple, Paris, le Cerf, 2019, p. 136. []
  11. Pour une présentation tachant de retracer la chronologie de l’enseignement de Thomas d’Aquin et les œuvres qui y sont liées, se reporter aux ouvrages de Jean-Pierre Torrell, en particulier, outre l’ouvrage mentionné ci-dessous : Saint Thomas d’Aquin. L’homme et son œuvre, « Épiphanie », Paris, Le Cerf, 2012 ; Initiation à saint Thomas d’Aquin. Sa personne et son œuvre, Paris, Le Cerf, 2015 ; Saint Thomas d’Aquin, maître spirituel. Initiation 2, Paris, Le Cerf, 2017 ; Quand saint Thomas parle du Christ, Paris, Le Cerf, 2021. Pour une bibliographie détaillée : https://www.unifr.ch/dogme/fr/assets/public/torrell.bibliographie.octobre.2017.pdf consulté le 07/02/2024. []
  12. Siena F.X.18, folio 148vb. []
  13. Siena F.X.18, folio 151rb. []
  14. Tocco,chapitre 58, p. 120. []
  15. Cf. Antienne à Magnificat pour la fête de saint Thomas. Siena, F.X.18, folio 148vb. []
  16. Thomas a presque terminé la Somme contre les Gentils, a entamé l’Abrégé de théologie et met en train la Somme de théologie. []
  17. Thomas d’Aquin, De articulis fidei et Ecclesiae sacramentis ad archiepiscopum Panormitanum, éd. Vivès, 1857, édition revue et corrigée par Charles Duyck, juin 2005, accessible sur http ://docteurangelique.free.fr consulté le 24 janvier 2024. []
  18. La deuxième partie de cet opuscule fut reprise dans le « décret aux Arméniens » du concile de Florence en 1439. Cf. Jean-Pierre Torrell, Saint Thomas d’Aquin. L’homme et son œuvre., p.190. []
  19. En raison du contexte et de l’inachèvement de ce traité, il faut le manipuler avec prudence et se garder de trop vite en tirer toute la philosophie politique de Thomas. cf. François Daguet, o.p., Du politique chez Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 2015. []
  20. cf. Thomas d’Aquin, Commentaire sur la Métaphysique, Livre II, Leçon 1, n° 287 : « Il y a deux manières pour un homme d’être aidé par un autre dans la recherche de la vérité. La première est directe, l’autre indirecte. Un homme est aidé directement par ceux qui ont découvert des vérités : car, ainsi que nous l’avons dit, ce que chacun de ceux qui ont précédé a découvert sur la vérité, ajouté aux découvertes de tous les autres, introduit ceux qui suivent à une grande connaissance de la vérité. Un homme est aidé indirectement par les autres dans la recherche de la vérité dans la mesure où les erreurs de ceux qui ont précédé ont donné occasion à ceux qui ont suivi de faire un examen attentif de ces opinions afin de faire apparaître à partir de là la vérité avec plus d’évidence. » []
  21. Thomas d’Aquin, Somme contre les Gentils, livre 1, chapitre 2. cf. Torrell, Saint Thomas en plus simple, p. 61. []
  22. cf. Gn 18, 1-16. []
  23. Le père Chenu avait repéré que les deux pages de la distinction 33 du Troisième Livre étaient commentées en 88 pages par Thomas. Cf. Marie-Dominique Chenu, Introduction à l’étude de saint Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 1950, p. 232-233. []
  24. Thomas d’Aquin, Somme de Théologie, Prima Pars, prologue. []
  25. Thomas d’Aquin, Somme de Théologie, Prima Pars, prologue à la question 2, trad. Torrell []
  26. Tocco, chapitre 47, p. 103 []
  27. Cf. Jean-Pierre Torrell, Encyclopédie : Jésus le Christ chez saint Thomas d’Aquin, Paris, Le Cerf, 2008. []
  28. Hugonis de Sancto Victore, De sacramentis christianae fidei, éd. R. Berndt, Münster, Aschendorff, 2008. Pour une introduction à ce théologien : Patrice Sicard, Hugues de Saint-Victor et son École, Turnhout, Brepols, 1996. []
  29. Torrell, Saint Thomas d’Aquin. L’homme et son œuvre, p. 148-155. []
  30. Tocco, chapitre 34 []
  31. On pourra se référer très utilement aux travaux de Gilbert Dahan, notamment ses introductions aux commentaires scripturaires de saint Thomas publiés aux éditions du Cerf. Pour un aperçu plus général : Gilbert Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, XIIe-XIVe  s., Paris, Le Cerf, 1999. []
  32. cf. Gilbert Keith Chesterton, Saint Thomas Aquinas. The Dumb Ox, 1933, trad. par Maximilien Vox, Saint Thomas du Créateur, Poitiers, DMM, 2011. []
  33. Thomas d’Aquin, Exposition littérale sur le livre de Job, chapitre 1, trad. Torrel. []
  34. Saint Grégoire le Grand, Morales sur Job¸ Paris, Le Cerf « Sources Chrétiennes » : n° 32 bis (livres I et II, 1989), 212 (livres XI-XIV, 1976), 221 (livres XV-XVI, 1976), 476 (livres XXVIII-XIX, 2003), 525 (livres XXX-XXXII, 2009), 538 (livres XXXIII-XXXV, 2010). []
  35. William of Saint-Amour, De periculis novissimorum temporum, éd. et trad. G. Geltner, Louvain, Peeters, 2008. Cf. aussi Michel-Marie Dufeil, Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne : 1250-1259, Paris, Picard, 1972. []
  36. Thomas d’Aquin, « La perfection, c’est la charité ». Vie chrétienne et vie religieuse dans l’Église du Christ : Contre les ennemis du culte de Dieu et de la religion ; La Perfection spirituelle ; Contre la doctrine de ceux qui détournent de l’état religieux, Trad. J.-P. Torrell, Paris, 2010. []
  37. Thomas d’Aquin, Somme de théologie, deuxième partie de la deuxième partie, questions 179-189 []
  38. Thomas d’Aquin, Contra retrahentes¸ chapitre 16. []
  39. Siena, F.X.18, folio 149ra. []
  40. Siena, F.X.18, folio 151rb-vb. []
  41. Thomas d’Aquin, Questions disputées De virtutibus, question 5. []
  42. Thomas d’Aquin, De aeternitate mundi, contra murmurantes. []
  43. Roland Hissette, « Philosophie et théologie en conflit : saint Thomas a-t-il été condamné par les maîtres parisiens en 1277 ? » Revue théologique de Louvain, 1997, n° 28-2, p. 216-22 []
  44. cf. Serge-Thomas Bonino, Saint Thomas d’Aquin, lecteur du Cantique des Cantiques, Paris, Le Cerf, 2019. []
  45. cf. Ac 17, 34. []
  46. Thomas d’Aquin, Commentaire de l’Évangile selon saint Jean, finale, n° 2660. Trad. Torrell. []
  47. Mt 25, 30 []
  48. Thomas d’Aquin, Sermon 18, Homo quidam erat dives, première partie. []

Une réflexion sur « Saint Thomas d’Aquin, lumière du monde »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.