Les dents de l’amour : interactions des images et du texte pour la mise au jour d’un motif littéraire et iconographique dans le Gérard de Nevers du Maître de Wavrin (Bruxelles, KBR, ms. 9631)

L’Histoire de Gérard de Nevers est une mise en prose bourguignonne : au XVe siècle, un auteur anonyme remanie un ancien poème du XIIIe siècle, le Roman de la Violette, pour le remettre au goût du jour et dans une langue nouvelle, le moyen français1. Cette entreprise littéraire est doublée d’une entreprise artistique et la mise en image est confiée au Maître de Wavrin. Probablement actif à Lille durant les années 1450 et 1460, ce dernier se distingue par la technique qu’il utilise, celle du dessin aquarellé, mais aussi et surtout par sa facétie. On décèle facilement, dans les images qu’il réalise, une note d’humour. L’œuvre est destinée à la cour de Bourgogne. D’ailleurs, il n’en existe que deux manuscrits témoins qui figurent tous deux dans l’inventaire dressé à la mort de Philippe le Bon en 1467. Le premier des deux manuscrits, celui du Maître de Wavrin, a été réalisé pour le duc du temps de son vivant, il est aujourd’hui conservé à Bruxelles sous la cote KBR, ms. 9631. Le second, conservé à Paris sous la cote BnF, ms. fr. 234782, n’était pas terminé en 1467 et, comme de nombreux autres manuscrits non parfaits, il a été enluminé par Loyset Liédet pour Charles le Téméraire peu après. Le manuscrit de Bruxelles a été produit dans un contexte bien particulier, celui de la naissance d’une bibliophilie nouvelle qui se distingue par son goût pour la lecture. Manuscrit sur papier à destination de Philippe le Bon et de ses amis, l’œuvre a vraisemblablement été le support d’une lecture-plaisir dialoguée entre amis au cours des années 1460. Dans le cadre d’un tel échange, le rôle joué par la langue est au cœur de toutes les préoccupations. Il s’agit autant de la langue dans laquelle s’exprime le prosateur que de la parole des lecteurs-regardeurs3. Ces derniers commentent et interprètent l’œuvre que contient le manuscrit et l’histoire racontée en mots et en images.

Les aventures d’un jeune couple, Gérard et Euryant, débutent avec le motif de la gageure. Lors d’une fête, le jeune héros, Gérard, comte de Nevers, vante la beauté et la fidélité de celle qu’il aime, Euryant. Ses propos et son attitude suscitent la jalousie du comte de Forest, Liziart, qui fait le pari de séduire la demoiselle. Les deux nobles mettent en gage leurs terres et leur titre, misant sur la fidélité sexuelle de l’héroïne. Rejeté avec insistance par Euryant, Liziart met au point un stratagème. Avec l’aide d’une complice, il parvient à espionner la demoiselle lors de sa toilette et découvre ainsi que cette dernière a sous le sein une tache de naissance ressemblant à une violette. Il profite de cette information pour faire croire qu’Euryant a cédé à ses avances.Elle est accusée d’infidélité et Gérard perd ses terres. Sous la colère, le jeune chevalier décide de la punir et l’emmène dans la forêt. Alors qu’il s’apprête à lui trancher la tête, elle lui sauve la vie en l’avertissant de l’arrivée d’un dragon. Aussi, après avoir tué la bête, Gérard décide d’épargner Euryant qu’il abandonne. Mais cette dernière ne reste pas seule : le duc de Metz la trouve et, avec l’espoir d’en faire sa femme, il l’emmène de force…

L’errance de Gérard commence et rapidement, il apprend qu’Euryant est innocente. Il part à sa recherche et sa quête le mène vers diverses aventures et diverses demoiselles. Finalement, à la cour de Cologne, il est lui aussi fait prisonnier. En effet, Aiglentine, la fille du duc, parvient à l’y retenir à l’aide d’un philtre d’amour. C’est alors que le mariage est programmé que le prosateur se tourne vers Euryant à Metz où, pendant tout ce temps, elle est sans cesse courtisée par le duc. Il n’est pas le seul homme à tomber sous son charme. Méliatir, un chevalier éconduit tente de la violer puis de la tuer alors qu’elle partage sa couche avec sa compagne favorite, Ismaine. Le Maître de Wavrin empreint la scène d’une tonalité érotique, avec deux demoiselles qui, dans les images, s’aiment d’un amour loin d’être platonique4, et il donne à voir une héroïne au parcours parallèle à celui de son homologue masculin : curial, guerrier et érotique. À cause de l’obscurité, Méliatir se trompe de cible et c’est Ismaine qui est assassinée. Euryant, accusée du meurtre, est jetée en prison. Heureusement, à la dernière minute, Gérard retrouve la mémoire. Aussitôt, il quitte Cologne et reprend sa quête. Il lui faut affronter de nombreux dangers et de nombreuses demoiselles, démontrant ses compétences guerrières, mais aussi érotiques et génésiques. Quand il atteint finalement Metz, Euryant est sur le point d’être jugée. Il se fait son champion, Méliatir est vaincu et se confesse. Rapidement, Gérard se venge de Liziart, le voyeur de la scène du bain, récupère son titre et ses terres. Enfin, l’honneur d’Euryant est réhabilité et les jeunes gens sont réunis et mariés.

L’intrigue fournit un cadre propice à l’enlumineur pour aborder les questions de l’amour et de la sexualité. Il le fait en ayant recours à un certain nombre de formules qui reposent sur une interprétation symbolique ou linguistique des différents éléments iconographiques. Un détail particulier a attiré notre attention : il s’agit du foulard cachant une partie du visage de Gérard dans l’une des miniatures (fig.1).

Fig. 1 : Gérard malade d’amour, fol. 40r, Histoire de Gérard de Nevers, 1460-1464, Bruxelles, KBR, ms. 9631 (photo : © Belgica).

Nous allons expliquer comment l’interprétation de cet énigmatique foulard, porté par le chevalier malade d’amour illustre la manière dont texte et images interagissent au sein du manuscrit, au moment de sa réalisation, comme en dehors du manuscrit, au moment de sa réception. Cette interprétation inédite des images démontre la nécessité de faire une lecture renouvelée des cinquante-quatre miniatures réalisées par le Maître de Wavrin, mais aussi du texte5. Positionné sur la mâchoire du héros et dissimulant le bas de son visage – et en particulier sa bouche – le foulard permet de mettre au jour un motif littéraire : celui des dents.

D’abord, nous expliquerons comment, chez le Maître de Wavrin, les dents et l’amour fonctionnent par association d’idées. Ensuite, nous verrons que cette association d’idées est également présente dans des passages du texte qui ne concernent pas la maladie d’amour et où elle est étroitement liée à la sexualité illicite que tente d’imposer le chevalier jaloux ou concupiscent à sa victime. Enfin, nous analyserons la manière dont les interprétations des images et du texte se combinent et se nourrissent mutuellement parce que le langage figuré intervient au moment de la constitution de motifs iconographiques.

Le goût du Maître de Wavrin pour le mot d’esprit rend, l’association entre les dents et l’amour bien visible. En effet, il ne manque pas de mettre en image le sens figuré attribué, selon la mentalité médiévale, au mal de dents. Dans la miniature qui nous intéresse (fig. 1), Gérard est au début de son parcours initiatique. Il vient de découvrir la vérité – Euryant étant innocente, c’est à tort qu’il l’a abandonnée au milieu les bois – et d’accomplir son premier sauvetage de demoiselle en détresse. En quittant le château de cette dernière, il est frappé par le mal d’amour, comme si avoir sauvé une demoiselle lui faisait prendre conscience de la perte de celle qu’il aime vraiment.

Il est assez étonnant d’imaginer que le Maître de Wavrin ait préféré donner à voir un simple trajet (Gérard quittant le château) quand la maladie d’amour prend tant de place dans le récit : le chevalier frôle la mort. Loyset Liédet ne manque pas de lui dédier deux scènes au sein d’une même image. On y voit Gérard alité et recevant les soins prodigués par la fille du bourgeois qui l’a accueilli. Tout cela est totalement absent du manuscrit bruxellois, où Gérard est mis en scène chevauchant au cœur de la campagne ardennaise, un étrange foulard dissimulant une partie de son visage. Le bout d’étoffe triangulaire rappelle à la mémoire du lecteur-regardeur d’aujourd’hui l’image du cowboy solitaire le visage protégé et dissimulé derrière son foulard. De prime abord, ce détail paraît inexplicable : nul besoin d’anonymat ou de protection contre la poussière que soulèveraient les sabots du cheval en Ardennes. En effet, les images nous parlent et nous parlons des images, bien souvent de manière anachronique. En réalité, il faut s’interroger sur la manière dont les images parlaient aux destinataires des œuvres et sur la manière dont les hommes et les femmes de l’époque médiévale en parlaient. Quels outils linguistiques et sémantiques pouvaient-ils mobiliser pour les décrire ou les commenter ?

Le prosateur ne donne que deux éléments d’information concernant le trajet de Gérard. D’abord, à la fin du chapitre XIX, Gérard ne parvient à obtenir aucune nouvelle d’Euryant6. Ensuite, au début du chapitre suivant, le jeune héros est décrit comme moult dolant, selon une formule conventionnelle7, mais aussi comme triste et pensif8.Le foulard doit bien être interprété au regard du contenu textuel dont il est une forme de traduction, et il ne faut pas chercher les raisons d’être d’un tel élément iconographique dans les descriptions d’éléments factuels, mais dans les mouvements de l’âme que retranscrit le Maître de Wavrin par le biais de cet accessoire. Plutôt que de s’attacher à représenter la maladie qui cloue Gérard au lit une fois arrivé à Châlons, comme le fait Loyset Liédet, l’enlumineur lillois associe les mouvements de l’âme à ceux du corps9. Ainsi, il nous donne à voir Gérard en mouvement, alors que le foulard suggère le mal d’amour.

En effet, dans la mentalité et la langue de l’époque, le moyen français, le mal d’amour est souvent associé au mal de dents10. Et pour cause, la bouche est un des organes de l’amour. Aussi, en moyen français, « joindre les dents ensemble » signifie embrasser11. Qu’elle que soit la force et la véracité des sentiments de Gérard pour Euryant, la thématique de l’amour n’est, dans le Gérard de Nevers enluminé par de Maître de Wavrin, jamais loin de celle de la sexualité et en effet, comme nous aurons l’occasion de le constater, plusieurs expressions grivoises associent les parties sexuelles aux mâchoires. Notons ici que la souffrance de Gérard est la conséquence d’un mal qui a commencé bien plus tôt, lors de l’épisode de la gageure et qui, lui aussi est associé aux dents, en raison de sa proximité avec la thématique de l’amour. En effet, quand Liziart a révélé avoir connaissance de la tache en forme de violette sur la poitrine d’Euryant, Gérard a été pris par la jalousie. Or la jalousie, qui « vient de tres grant amour »12, est à l’origine d’un « mal […] plus esragié que nul mal de dens »13. Autour du noyau métaphorique des dents ou de la mâchoire et de l’amour gravitent ainsi diverses expressions qui englobent les plaisirs comme les souffrances de l’amour et de la sexualité. Le langage imagé témoigne d’associations d’idées partagées par l’auteur, l’enlumineur et les lecteurs-regardeurs.

Alors que c’est l’analyse de l’image qui nous permet d’identifier le motif que constituent les dents, d’autres éléments textuels nous permettent de confirmer l’interprétation qu’il est possible de faire du foulard par le biais de la langue. En effet, l’histoire des deux jeunes gens, dont l’intrigue repose en grande partie sur la question de la sexualité par le biais du motif narratif de la gageure, est pleine de péripéties amoureuses. Gérard n’a de cesse de sauver des demoiselles menacées par la force et la domination masculines qui s’expriment par une sexualité imposée. De son côté, Euryant est constamment sur la défensive, faisant tout pour protéger son honneur alors qu’elle est livrée à elle-même et que tous les hommes qu’elle rencontre la désirent. Le point commun entre toutes ces rencontres est la punition que subissent les hommes manquant de courtoisie, coupables de ce que l’on qualifierait aujourd’hui d’agressions sexuelles.

Denise de la Lande est la figure archétypale de la mauvaise demoiselle, puisqu’elle tente de faire assassiner Gérard. Pourtant, le chevalier la sauve alors qu’elle est une victime et qu’elle a été injustement punie par son amant. Ce dernier, jaloux parce que la demoiselle lui a vanté les mérites d’un autre chevalier, lui fait subir une forme de châtiment par l’eau froide en l’obligeant à rester immergée dans une fontaine. C’est là que Gérard trouve Denise et s’adresse à elle, quand arrive le jaloux, Baudrain d’Appremont. Les deux hommes combattent et Gérard finit par porter un coup si fort que son adversaire se retrouve pourfendu jusques es dens14. La sentence et l’application de la sentence de Gérard sont claires. Le chevalier est puni pour son affront, sa jalousie, mais aussi et surtout pour la violence faite à la dame.

La punition prend d’autant plus d’importance quand c’est Euryant, la bonne demoiselle par excellence, qui est attaquée. Délaissée par son ami, cette dernière est forcée de se défendre. Elle repousse les avances courtoises du duc de Metz, mais doit également faire face à un chevalier éconduit moins courtois, Méliatir. Elle se refuse à lui et, lorsqu’il se trouve seul avec elle dans une chambre, il décide de prendre, par la force, ce qu’elle lui a refusé (fig. 2).

Fig. 2 : Méliatir tentant de violer Euryant,fol. 71r, Histoire de Gérard de Nevers, 1460-1464, Bruxelles, KBR, ms. 9631 (photo : © Belgica).

Euryant se défend en le griffant au visage. Méliatir la pousse sur le lit et la demoiselle répond alors d’un puissant coup de pied : elle haulcha le piet destre sy en fery le chevalier par la bouche ung cop si grant que quatre de ses dens luy rompy en la gorge15. Le Maître de Wavrin ne représente pas le moment où la demoiselle défigure Méliatir, bien que le prosateur s’y attarde, en précisant bien que c’est la raison pour laquelle Méliatir humilié restera caché dans le château jusqu’à la tentative de meurtre. L’enlumineur lui préfère le moment où l’héroïne lui casse littéralement les dents. Notons ici que Loyset Liédet s’arrête sur une lecture plus littérale du texte et ne manque pas de mettre en scène cet élément important du point de vue de la narration (fig. 3). Le choix opéré par le Maître de Wavrin témoigne de l’attention qu’il porte aux différents niveaux de lecture suggérés par le texte. En représentant le coup de pied porté par l’héroïne, et indirectement les dents cassées, il donne à voir, de manière figurée, une forme de justice poétique. Ce détail a une forte portée symbolique, en même temps qu’il constitue un élément à visée humoristique.

Fig. 3 : Méliatir tentant de violer Euryant, fol. 101r, Histoire de Gérard de Nevers, après 1467, Paris, BnF, ms. fr. 24378, (photo : © Gallica).

L’aplomb d’Euryant et son dynamisme freinent nettement le mouvement vers le lit engagé par Méliatir. Elle est dépeinte en action, « la jambe haulte » s’opposant fermement à la tentative de pénétration16 de Méliatir. L’image retranscrit clairement le refus de la demoiselle de « joindre les dents », d’embrasser Méliatir,17 ou de « danser des maschoires d’en bas »18, d’avoir des relations sexuelles avec lui. L’association d’idée avec le mal de dents suscite d’autant plus le sourire que ce n’est pas l’amour ou la jalousie, mais la « concupissence »19 qui fait souffrir Méliatir. Le terme « dent » pouvant faire référence au phallus20, l’édenté Méliatir subit une forme symbolique de castration, comme cela est le cas avec Baudrain d’Appremont. La violence faite aux femmes (dont Euryant a déjà été la victime) est ici non seulement inversée, mais aussi méritée par le vil chevalier. Le geste est d’autant plus drôle que Méliatir parvient bien à « faire lever les jambes a une femme »21, mais sans obtenir le résultat escompté, bien au contraire.

L’angle particulier selon lequel le Maître de Wavrin raconte l’histoire de Gérard et d’Euryant, à l’aide du foulard représentant la maladie d’amour dont est frappé le chevalier ou par la position qu’il donne à l’héroïne au cours de l’épisode de la tentative de viol (folio 71), est symptomatique de la pensée métaphorique qui sous-tend la réalisation des images qu’il a produites. Bien ancrées dans la mentalité médiévale, les miniatures wavrinoises témoignent de son attention pour la signifiance derrière la semblance. Le motif iconographique du foulard, de prime abord énigmatique, nous a permis de mettre au jour un second niveau d’interprétation du motif littéraire des dents et, par extension, de la mâchoire, et de mieux saisir les nuances du contenu textuel. Le texte et le contexte ont donc apporté un éclairage sur l’image et ont été absolument nécessaires à l’interprétation du foulard comme référence au mal d’amour. Mais l’image et son interprétation se sont ensuite avérées être une clé d’interprétation pour d’autres passages du texte, et même d’autres œuvres enluminées par le Maître.

Fig. 4 : Florence se défendant contre Makaire, fol. 215v, Florence de Rome, 1450-1460 Chantilly, Musée Condé, ms. 652, (photo : CNRS – IRHT © Musée Condé)

La mise en images de Florence de Rome fournit au Maître de Wavrin l’occasion de représenter un épisode similaire (fig. 4). La scène est bien différente, tant par le cadre de l’action que par la dynamique, mais la situation est la même : Florence est assaillie par Makaire. Ce dernier tente de l’embrasser et le geste est loin d’être insignifiant22, car le baiser est considéré comme une étape intermédiaire entre la conversation galante et l’acte sexuel, dont il est la promesse. Comme le précise la rubrique, Florence utilise un os pour se défendre avec force et elle luy rompy deux dens d’un cop23. D’emblée, on remarque que le nombre de dents brisées par Euryant est plus important : du simple au double, puisque l’on passe de deux pour Florence à quatre pour Euryant. Certes, cette gradation entre le geste de l’héroïne éponyme et celui d’Euryant correspond à l’ampleur du geste effectué par cette dernière dans l’image. Cependant, elle est également due au fait que Méliatir ne passe pas par « l’étape » du baiser forcé et tente immédiatement de contraindre l’héroïne au lit. La punition, toujours adéquate, est échelonnée en fonction de la gravité des faits reprochés à l’agresseur.

Le prosateur et l’enlumineur utilisent des moyens différents : une référence directe aux dents brisées dont le nombre peut varier pour le premier et un geste dont l’amplitude est représentative du dommage causé ou la présence d’un élément iconographique particulier qui attire l’attention des regardeurs sur la partie du corps concernée pour le second. L’association des dents ou de la mâchoire que le Maître de Wavrin met subtilement en avant, par le biais du coup de pied dans la miniature du manuscrit de Bruxelles ou de l’os dans celui de Chantilly, apparaît caractéristique de son répertoire. Il reprend un motif du contenu textuel de l’œuvre qu’il enlumine et en fait une utilisation conventionnelle, car conforme aux sens qui lui sont attribués. Cependant, il le met en image de manière innovante avec la présence du tissu qui dissimule une partie du visage de Gérard.

Dans tous les cas, l’association du texte et des images transmet le même message qu’il s’agisse du chevalier malade d’amour ou du chevalier qui tente de violer la demoiselle. Les dents sont le lieu de la blessure amoureuse et sexuelle : enragées par la jalousie ou brisées car c’est la punition adéquate, un juste châtiment pour les hommes qui s’en prennent aux femmes et aux demoiselles. Cette interprétation repose entièrement sur la relation métaphorique entre les dents et la sexualité, une association d’ailleurs commune à d’autres contextes. Elle nous permet par exemple d’expliquer pourquoi le geste de l’amant qui porte la main à la « maisselle », soit à la mâchoire, de la dame est largement utilisé dans les arts figurés pour signifier une certaine intimité, une proximité ou une promesse sexuelle24, entre un homme et une femme.

Résumons-nous. L’image du chevalier au foulard du manuscrit Bruxelles, KRB, ms. 9631 a été le point de départ d’une interprétation des images wavrinoises par le biais du langage figuré et de la langue parlée, qui est celle des destinataires de l’œuvre. Les implications sont nombreuses. D’abord, une telle lecture renouvelée des miniatures nous a amenée à identifier et interpréter le motif littéraire des dents et de la mâchoire, nous permettant de mieux comprendre le texte. Ensuite, elle témoigne du rôle de la langue et du processus de verbalisation qui sous-tend la réalisation comme l’interprétation des miniatures wavrinoises. Enfin et surtout, elle met en avant la nécessité d’aborder le manuscrit enluminé en tant qu’ensemble. Si la présente étude ne nous a pas donné l’occasion de nous attarder sur la question du manuscrit en tant qu’objet ni sur celle de sa fonction, elle a néanmoins mis en avant la nécessité de considérer le texte et les images comme des éléments interactifs, qui se font écho, se complètent et répondent à un même objectif. Interprétation du texte et interprétation des images vont de pair et la manière dont elles s’imbriquent dans le Gérard de Nevers du Maître de Wavrin rend évidente la nécessité d’appréhender le livre selon le prisme de la pluridisciplinarité et sans oublier la langue, au sens le plus large du terme, qui intervient à différents niveaux dans la production mais aussi la réception d’un manuscrit enluminé.



Citer ce billet
Marielle Lavenus (2023, 15 janvier). Les dents de l’amour : interactions des images et du texte pour la mise au jour d’un motif littéraire et iconographique dans le Gérard de Nevers du Maître de Wavrin (Bruxelles, KBR, ms. 9631). Carnet parodien d'histoire de l'art et d'archéologie. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m8p8

Marielle Lavenus

Spécialiste des manuscrits enluminés et des rapports texte-image, mes recherches s'inscrivent dans différents champs d'étude : histoire du livre et pratiques de lecture, modes de représentation, humour et rapports de genres.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

  1. L’œuvre a fait l’objet d’une édition critique récente : Marchal, Matthieu (éd.), Histoire de Gérard de Nevers. Mise en prose du Roman de la Violette de Gerbert de Montreuil, Villeneuve d’Ascq (Presses universitaires du Septentrion), 2013. Publié dans la collection Bibliothèque des seigneurs du Nord, le texte est accompagné de reproductions en noir et blanc des miniatures. Les images en couleur sont disponibles sur Belgica, URL : https://uurl.kbr.be/1065669. []
  2. Le manuscrit a été numérisé et est disponible sur Gallica, URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10532591q. []
  3. Pour plus de lisibilité et afin de distinguer clairement les passages du texte et la parole du lecteur-regardeur, des énoncés que l’on peut qualifier de prévisibles, les éléments textuels en moyen français extraits du texte sont en italique alors que les éléments qui relèvent de la parole, elle aussi en moyen français, et que déclenchent les images sont mis entre guillemets. []
  4. Lavenus, Marielle, « L’Histoire de Gérard de Nevers ou les parcours érotiques d’un chevalier et sa demoiselle : une lecture renouvelée des miniatures du Maître de Wavrin », dans Jean Devaux, Matthieu Marchal, Alexandra Velissariou (dir.), Visages de femmes dans la littérature bourguignonne (XIVe-XVIe siècles), Bien Dire et Bien Aprandre, 2021, n° 36, p. 215-229. []
  5. Lavenus, Marielle, « Lecture renouvelée des miniatures du Maître de Wavrin : l’Histoire de Gérard de Nevers du manuscrit Bruxelles, KBR, ms. 9631 », thèse de doctorat inédite, sous la direction d’Anne-Marie Legaré et Catherine Gaullier-Bougassas, Université de Lille, 2021. []
  6. Le prosateur précise : mais ou qu’il alast ne venist, oncques n’en pot savoir nouvellez, Histoire de Gérard de Nevers, éd. cit., XIX, 24. []
  7. Euryant est elle aussi décrite comme étant moult dolante, Histoire de Gérard de Nevers, éd. cit., X, 7. []
  8. Ibid., XX, 1. []
  9. À ce sujet, voir Schmitt, Jean-Claude, « La morale des gestes », Marie-Thérèse Basse, Olivier Burgelin et Philipe Perrot (éd.), Parure pudeur étiquette, Communications, 1987, n°46, p. 31 – 47. []
  10. « Mal » et « Le mal de dents », Dictionnaire érotique : moyen français, Renaissance, Rose Bidler (Montréal : CERES, 2002) p. 406 – 408. []
  11. « Dent », Ibid., p. 199. []
  12. « Jalousie, jaloux », Dictionnaire érotique, p. 362. []
  13. « Mal de jalousie est plus esragié que nul mal de dens », « Jalousie », Ibid., p. 363. []
  14. Histoire de Gérard de Nevers, éd. cit., XXXVIII, 23. []
  15. Ibid., XXXII, 5. []
  16. Cela est le sens de l’expression « avoir la jambe haulte, l’une sur l’autre fermement » (« Jambe », Dictionnaire érotique, p. 363). []
  17. Voir note 9 : « joindre les dents ensemble » (« Dent », Ibid., p. 199). []
  18. « Machoire », Ibid., p. 404. Notons au passage l’expression « mettre sur les dents » qui signifie épuiser sexuellement (« Dent », Ibid., p. 199). []
  19. Histoire de Gérard de Nevers, éd. cit., XXXII, 5. []
  20. « Dent », Dictionnaire érotique, p. 199. []
  21. « Jambe », Ibid., p. 363. []
  22. Verdon, Jean, Le plaisir au Moyen Âge, Paris (Perrin), 1996, p. 26. []
  23. Chantilly, Musée Condé, ms. 652, Section des Manuscrits enluminés, notice de « Chantilly, Musée Condé, 652 (1082), f. 215v » dans la base Initiale. Catalogue des manuscrits enluminés, http://initiale.irht.cnrs.fr/decor/83597, consulté le 30 novembre 2019. []
  24. Roy, Bruno, « Archéologie de l’amour courtois. Note sur les miroirs d’ivoire », dans Fabienne Pomel (dir.), Miroirs et jeux de miroirs dans la littérature médiévale, Rennes (Presses universitaires de Rennes,) 2003, p. 240). Pour le motif de la « main sur la maisselle » ou chin-chucking en anglais, voir également Reed Kline, Naomi, « Games people play », Paul Hardwick (éd.), The Playful Middle Ages : Meanings of Play and Plays of Meaning, Essays in Memory of Elaine C. Block, Turnhout (Brepols), 2010, p. 45-59). []

Une réflexion sur « Les dents de l’amour : interactions des images et du texte pour la mise au jour d’un motif littéraire et iconographique dans le Gérard de Nevers du Maître de Wavrin (Bruxelles, KBR, ms. 9631) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.