Le château de Commune (Martigny-le-Comte). Etude architecturale et historique, par Alain Guerreau

Jusqu’à une date récente, le château de Commune a très peu attiré l’attention, malgré son exceptionnelle qualité architecturale, qui s’explique par une histoire tout à fait singulière. Après une description méthodique mais rapide, on examinera les quelques éléments bibliographiques disponibles, ainsi que les ressources archivistiques, d’où l’on tirera une chronique succincte du Charolais et du lignage local ; ce qui amènera enfin à articuler une hypothèse d’ensemble et à en préciser les contours1.

Iconographie ancienne et évolutions récentes

Le château de Commune apparut pour la première fois en pleine lumière dans l’ouvrage publié par Charles-Hippolyte Maillard de Chambure en 1835, Voyages pittoresques en Bourgogne2. Une lithographie d’après Émile Sagot représentait en effet la ruine, vue du nord-est. Émile Sagot avait une formation d’architecte et savait observer avec la plus grande précision, mais il ne manquait pas non plus d’imagination. Dans le présent cas, il semble avoir assez fidèlement reproduit ce qu’il voyait. Tout au plus peut-on constater, en comparant la lithographie avec une photographie prise de l’endroit où s’était placé l’artiste, que celui-ci tendit à accentuer fortement les hauteurs. C’est un document important, qui fournit une vue détaillée du bâtiment à peu près au moment où le nouveau cadastre établissait un premier plan de masse. Deux dessins de Rousselot3, datés de 1879, montrent que, depuis les années 1830, la situation s’était dégradée : courtine nord-est détruite, des éléments de murs situés en avant de la courtine nord-ouest disparus. Mais sans changement pour le reste. De nombreuses cartes postales de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe ne traduisent pas de modifications significatives.

Fig. 1 : Lithographie d’après Emile Sagot.

Depuis la vente révolutionnaire, la situation n’avait pas sensiblement évolué. Le quadrilatère, considéré comme une ruine, servait de potager ou de verger. Au sud-ouest, l’état des sections de 1829 indique la présence de «broussailles» qui correspondent au fossé taillé dans le calcaire. Au nord-ouest une parcelle rectangulaire, non bâtie, accolée au bâtiment pourrait être la zone de taillis que l’on voit sur la lithographie. Au début des années 2000, le bâtiment était toujours dans le même état. Il y avait lieu d’être inquiet pour la tour principale, au sud : l’angle nord était effondré, et laissait voir une ouverture béante. Les tours étaient toutes envahies d’une végétation de type arboré qui, à terme, mettait l’ensemble en péril. En 2002 l’édifice fut inscrit sur la liste de l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques. En 2008 un particulier, désireux de sauvegarder le bâtiment, l’acheta à l’agriculteur qui en était jusque-là propriétaire, entreprit de faire disparaître la végétation et procéda à de premiers travaux de consolidation. L’architecte Pierre Raynaud fut chargé d’élaborer un programme de restauration (2010). En 2012 le château fut classé Monument Historique. Les travaux débutèrent en 2013, l’angle nord de la tour sud fut rétabli solidement. Cependant les travaux s’interrompirent brutalement en 2016, avant leur achèvement. En 2020, le château a été envahi par une flore épineuse et luxuriante4.

Figure 2 : Vue du château de Commune

La forme du château5.

Le château de Commune est situé au sud de la commune de Martigny-le-Comte, à peu près à égale distance des bourgs de Martigny, Baron et Viry (entre 2,6 et 4 km). Et à moins de 9 km au nord-est de Charolles. Le bâtiment se trouve sur un terrain presque plat, au rebord d’une terrasse qui domine de quelques mètres une prairie où coule un sous-sous-affluent de rive droite de l’Arconce. Le paysage est celui des molles ondulations du bassin de la haute vallée de l’Arconce, au milieu desquelles il surgit au dernier moment, se trouvant placé en position basse par rapport aux faibles éminences environnantes.

L’édifice a la forme d’un quadrilatère irrégulier cantonné de quatre tours, trois rondes et une rectangulaire. Les dimensions d’ensemble sont relativement modestes : environ cinquante mètres sur quarante. A rapprocher de celles de quelques autres châteaux : Berzé-le-Châtel à peu près 160 mètres, Pierreclos 90, Brancion 75. Les quatre tours comportaient trois étages et leur hauteur totale, à partir du sol du niveau inférieur, était d’environ 17 mètres (ce que l’on mesure le plus facilement sur la tour ouest, assez bien conservée jusqu’au sommet)6.

La tour sud, rectangulaire, est la plus importante, elle servait certainement de logis. Le premier niveau est partiellement enterré ; il est couvert d’une voûte en berceau légèrement surbaissé ; éclairé par une seule fenêtre de petite taille, il était probablement utilisé comme cave ou cellier. Le deuxième niveau est couvert de deux voûtes d’ogives, muni d’une cheminée monumentale et éclairé par quatre fenêtres munies de coussièges, trois simples et une géminée. Une grande fenêtre rectangulaire complète le tout. Le troisième niveau comporte également une cheminée, une petite fenêtre et deux baies géminées avec coussièges, ainsi qu’une grande fenêtre rectangulaire, qui donnait sans doute accès au chemin de ronde. Le deuxième et le troisième niveau possèdent des latrines séparées.

Fig. 3 : Tour sud, donjon

La tour ouest est la plus volumineuse des tours circulaires. Le rez-de-chaussée est couvert d’une voûte hémisphérique. Le premier étage est chauffé par une vaste cheminée, dont subsistent les piédroits sculptés, il est couvert par une voûte d’ogives. Le dernier étage, qui dispose également d’une cheminée, est entouré de niches percées alternativement de fenêtres rectangulaires et d’archères. L’aspect le plus spectaculaire de la tour est constitué par les conduits de deux cheminées en pierre qui se dressent encore à près de cinq mètres au-dessus de l’arase de la tour.

La tour nord est couverte au rez-de-chaussée comme au premier étage d’une voûte d’ogive. Une grande cheminée est installée au premier étage, auquel on accède seulement par le chemin de ronde, et qui est protégé par une porte munie de cinq points de fermeture : cette pièce constituait une sorte de coffre-fort du château.

La tour orientale enfin, la plus mince, est aujourd’hui réduite à un simple cylindre de pierre, les éléments, sans doute de bois, qui formaient étages, ayant disparu ; le niveau de base est en grande partie enterré, on y accède seulement par une porte basse, il s’agissait peut-être d’une citerne.

Dans tout le château, aucun élément en bois n’a subsisté : les huisseries et les charpentes ont entièrement disparu. Un examen minutieux permettra certainement de restituer l’organisation des portes et des fenêtres, mais la question des charpentes sera bien plus difficile à résoudre, le haut des tours ayant à peu près partout disparu (ce qui rend très incertaine la description de l’étage supérieur).

Les courtines sont toutes rectilignes et étaient surmontées, autant que l’on puisse en juger, d’un chemin de ronde qui communiquait avec les tours par des portes solidement protégées. Un accès direct à ce chemin de ronde était possible par un escalier placé contre la courtine sud-ouest. Les courtines sud-ouest et nord-ouest sont encore continues, et dans un état convenable. En revanche la courtine nord-est a disparu, seuls subsistent les arrachements visibles dans les deux tours correspondantes. De la courtine nord-est subsistent seulement des lambeaux.

Si l’ensemble paraît étonnamment homogène, on remarque cependant les vestiges d’éléments disparus. Le long de la courtine nord-ouest, à l’intérieur, se voient les traces d’anciennes voûtes, traces qui peuvent correspondre à une galerie ou à un édifice clos, du genre écurie ou hangar. Surtout, à l’opposé, des arrachements et des marques de poutres encastrées, qui subsistent dans les murs des tours sud et est, montrent qu’une construction s’étendait le long de la courtine, entre ces deux tours. D’un autre côté, on note que quelques meurtrières ont été transformées en canonnières. On peut donc s’orienter vers l’idée de travaux de quelque importance au XVe siècle, mais aucune étude précise n’a été menée.

Reste la question des accès. Là, de nombreux remaniements, malaisément datables, ne permettent pas, dans l’état actuel des investigations, de donner une idée précise de la situation au moment de la construction. Aujourd’hui, on accède de plain-pied à la courtine nord-ouest, où une porte charretière permet d’entrer dans la cour intérieure. On peut cependant penser qu’à l’origine un fossé avait été creusé en avant de cette courtine, fossé que l’on traversait sur un pont-levis. C’est ce que peut laisser supposer la figuration du château sur le cadastre ‘napoléonien’ de 1828. S’il en était bien ainsi, cela signifierait que les portes qui donnent un accès direct depuis l’extérieur à certaines tours résultent de transformations tardives.

Caractères de l’architecture

Il faut examiner globalement plusieurs caractères : les modes de circulation et le système de défense, les éléments de confort, le décor, la technique de construction.

Les tours communiquaient directement avec le chemin de ronde ; sauf sans doute la tour sud en direction du nord-est : là, on ne repère aucun passage. Mais partout ailleurs des ouvertures permettaient de passer, directement, par une passerelle ou un encorbellement, au chemin de ronde. Ces portes étaient solidement défendues, en particulier celles de la tour nord. Les escaliers sont particulièrement intéressants : il s’agit d’escaliers pris dans l’épaisseur du mur (escaliers épargnés), qui permettent de passer commodément d’un étage à l’autre. Dans les tours sud et ouest, on passe ainsi du rez-de-chaussée au niveau 1 puis au niveau 2. Dans la tour nord, on passe seulement du niveau 1 au niveau 2. Dans la tour est, aux murs les moins épais, les escaliers étaient probablement en bois.

Lorsqu’on arrive à Commune, on place spontanément l’édifice que l’on aperçoit dans la catégorie ‘château-fort’ : escarpements, hauts murs, petites fenêtres, archères, tout paraît correspondre. Mais si l’on examine le bâtiment de plus près, la conclusion paraît bien moins nette. Non seulement la position semble étrange, ne comportant en elle-même aucun caractère défensif, mais les ouvertures extérieures ne paraissent pas disposées en fonction d’impératifs militaires identifiables. Aussi bien la tour sud que la tour ouest montrent à l’extérieur une belle fenêtre géminée à linteau trilobé, mais surtout ni les fenêtres ni les archères (d’ailleurs malcommodes) ne sont placées de manière à assurer un flanquement efficace des courtines. Les latrines en encorbellement dont étaient apparemment munies les trois tours rondes n’améliorent guère la solidité. Et surtout, les escaliers épargnés constituaient un facteur grave d’affaiblissement des murs des tours, déjà en eux-mêmes très minces. C’est d’ailleurs la présence de deux escaliers superposés tournant à angle droit à l’intérieur du mur qui a causé la ruine et l’effondrement de l’angle nord de la tour sud.

Les éléments de confort, eux au contraire, sont exceptionnellement nombreux. Deux cheminées monumentales dans les tours sud et ouest, une dans la tour nord. Toute une série de fenêtres à coussièges : quatre au premier niveau de la tour sud, et trois au second niveau, une au premier niveau dans les tours ouest et nord. Autant que l’on puisse en juger, les trois tours rondes comportaient des latrines à encorbellement au premier niveau. Dans la tour sud, des latrines habilement disposées donnent dans une gaine hors œuvre (latrines à fosse7), mais on trouve au surplus, au premier niveau, un urinoir, accessoire véritablement exceptionnel, semble-t-il, dans l’architecture médiévale ; encore au premier niveau, un lavabo muni d’un réservoir – et sans doute d’un robinet approprié – permettait de procéder aux ablutions8.

Fig. 4 : Cheminées monumentales de la tour ouest

L’essentiel du décor a disparu : murs enduits et peintures, tentures et tapisseries. Des carreaux de terre cuite ont été retrouvés dans les décombres mais n’ont pas été étudiés. Restent cependant les éléments sculptés, peu voyants mais omniprésents. Tous les linteaux en bois des cheminées et leurs manteaux ont disparu, et les piédroits ont été pour la plupart démontés. Ceux-ci subsistent au premier étage de la tour sud, et portent encore deux sculptures. La plupart des linteaux de porte reposent sur des coussinets sculptés. Et les sculptures de ces coussinets, à motifs géométriques, sont, pour autant que je puisse en juger, toutes différentes. Quant aux baies géminées, elles sont surmontées de décors trilobés, de trois types différents : au-dessus de la fenêtre sud-est du second étage de la tour sud, deux arcs trilobés brisés ; la fenêtre extérieure du premier étage de la tour ouest est fermée par un linteau droit décoré de deux trilobes classiques ; les deux fenêtres géminées de la face nord-ouest de la tour carrée sont munies d’un linteau droit décoré de deux trilobes en arcs brisés. Dans tous les cas, les maçons ont recherché une variation systématique.

Fig. 5 : Donjon, linteau de cheminée sculpté
Fig. 6 : Donjon, linteau de cheminée sculpté
Fig. 7 : Donjon, linteau de cheminée sculpté

La technique de construction est très homogène sur l’ensemble de l’édifice. Tout est construit en moellons calcaires de moyen appareil9, de modules différents mais soigneusement taillés : les joints sont très minces. Lorsqu’on peut observer l’intérieur des maçonneries – c’était en particulier le cas à l’angle nord de la tour sud avant les travaux de restauration – on s’aperçoit qu’il n’y a pas de blocage : l’intérieur des murs est structuré exactement comme les parements. Il faut souligner aussi que la pierre utilisée, très probablement extraite sur place, est un calcaire peu gélif, et que le mortier est encore parfaitement en place, sauf dans les parties soumises à fort ruissellement. C’est ce qui explique que l’essentiel des murs ait résisté victorieusement aux assauts du temps pendant sept siècles sinon davantage, sans le moindre entretien. Cette solidité se remarque particulièrement sur la courtine sud-ouest. Celle-ci a été l’objet d’un important travail de sape, destiné à la faire chuter de manière à récupérer les matériaux : cette sape n’a pas fonctionné, le mur est resté stable et droit en dépit du trou béant pratiqué à sa base.

Parties disparues

Les traces de construction le long de la courtine nord-ouest, d’une part, et de la courtine sud-est, d’autre part, ne permettent pas de se faire une idée, même assez approximative, de la forme et de la disposition des bâtiments. N. Fayolle a découvert, dans les minutes du notaire de Martigny-le-Comte à la fin du XVIIe siècle, Louis Lambert, un contrat de bail de 1698 fournissant une description assez détaillée des édifices alors utilisés comme centre d’une exploitation agricole10. La partie habitable paraissait se situer contre la courtine du sud-est entre « le donjon » et «la prison» ; elle se développait sur trois niveaux. On note en particulier, au dernier étage, une chapelle encore munie du mobilier liturgique nécessaire11. Il existait également «grange, estable, escurie», mais leur emplacement n’est pas indiqué clairement. Un pont-levis est décrit, mais aussi une porte cochère. Il est probable que des investigations architecturales et archéologiques permettraient de mieux comprendre l’organisation en cette fin du XVIIe siècle. La description donne l’impression générale d’un édifice qui avait pu être cossu, mais se trouvait dans un état de semi-abandon.

Le fait que tous les bâtiments occupés alors par le fermier aient disparu tend à montrer que leur construction relevait d’une technique très différente de celle de la maison-forte. Peut-être avec une large utilisation des pans de bois. Cependant, la présence d’une chapelle signifie indiscutablement qu’il s’agissait au départ de loger un groupe aristocratique.

Métrologie

L’examen métrologique des dimensions en plan du château de Commune est rendu possible par l’homogénéité de l’édifice : le plan tel que l’on peut l’établir correspond à peu de choses près au plan d’origine. Selon une méthode maintenant assez éprouvée12, l’opération consiste à relever toutes les dimensions intérieures des édifices, de mur à mur ; puis à rechercher le plus grand diviseur commun. Dans le cas de Commune, les résultats sont clairs et éloquents. On trouve un pied de 36,2 centimètres dans les quatre tours et sur deux côtés du quadrilatère d’ensemble13. Les écarts «théoriques» (i.e. ceux qui existent entre les dimensions observées et les dimensions reconstruites à partir des valeurs calculées) sont minimes, en fait inférieurs à la marge due aux erreurs de mesure.

Tableau des mesures intérieures
Dimension intérieureMesure (cm)Nb de pieds 36,2Écart théorique (cm)
Tour Sud Longueur96927-8
Tour Sud largeur76621+6
Tour Ouest57716 (rayon 8)-2
Tour Nord43712 (rayon 6)+3
Tour Est36110 (rayon 5)-1
Côté N-E4342120 (6×20)+8
Côté E-S250578 (6×13)-13
Côté S-W4103? 
Côté W-N2810? 

On s’est demandé si l’on obtiendrait des résultats aussi précis s’agissant des dimensions hors-tout.

Tableau des mesures extérieures (hors‑tout)
Dimension extérieureMesure (en cm)Nb de pieds 36,2Écart théorique (cm)
Tour S Longueur121033 (+6)+15
Tour S largeur104028 (+8)-10
Tour Ouest95026 (+6)+8
Tour Nord73920 (+4)+15
Tour Est55616 (+3)-24

On obtient également des valeurs en pieds de 36,2 centimètres mais, comme on le voit sur le tableau, la précision est bien moindre. Ce qui confirme que les constructeurs étaient essentiellement intéressés par les dimensions intérieures.

Dimensions intérieures et épaisseurs des murs
DimensionLongueur ou diamètre (pieds)Épaisseur du mur (pieds)
Tour Sud Longueur273
Tour Sud largeur214
Tour Ouest165
Tour Nord124
Tour Est103

Muni de ces résultats, on peut dresser, pour chaque tour, le tableau des dimensions et de l’épaisseur des murs, en pieds. On s’aperçoit alors qu’il existe une forte tendance à la proportionnalité entre les dimensions et les épaisseurs de murs, juste limitée par la règle de l’utilisation de valeurs entières ; et l’on remarque aussi que l’on retrouve dans les mesures, mais de manière plus précise, ce que l’on avait constaté à propos de l’inégalité des quatre tours : une variation méthodique. Il apparaît maintenant que celle-ci était clairement pensée, et appuyée en particulier sur des échelles numériques simples14.

Fig. 8 : Plan au sol (Pierre Raynaud), mesures en pieds de 36,2 cm

Cet examen suggère plusieurs conclusions. L’analyse du grand quadrilatère montre que seuls deux côtés ont été mesurés15 : une fois de plus, il apparaît que l’implantation d’ensemble se ramène à la fixation d’une (seule) mesure en long et d’une (seule) mesure en large. L’implantation des tours a été faite ‘au jugé’ par rapport à ce quadrilatère : la position du centre des cercles ne suit aucune règle. Enfin, l’observation des dimensions des tours montre qu’une volonté méthodique de variation était à l’œuvre, au contraire de ce que l’on voit le plus souvent dans le cas d’un quadrilatère cantonné de quatre tours rondes, où généralement les tours sont identiques. Volonté de variation qui, comme on l’a signalé, est non moins manifeste en ce qui concerne le décor. Cette visée de variation n’avait aucun rapport avec un quelconque souci militaire ou défensif.

Fig. 9A : Jean Vallet, Donjon
Fig. 9B : Jean Vallet, Tour est
Fig. 9C : Jean Vallet, Tour nord
Fig. 9D : Jean Vallet, Tour ouest

Datation

La datation ne présente pas de difficulté. Si le château peut être considéré comme de type «capétien», de nombreux éléments renvoient à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle. Certains apparaissent dans la première moitié du XIIIe, voire la fin du XIIe, mais d’autres sont plus souvent datés du début du XIVe. Si l’on considère que les maçons qui ont travaillé à Commune étaient sans doute à l’avant-garde des techniques, une datation dans le dernier quart du XIIIe siècle peut être considérée comme sûre.

Commune dans l’histoire du Charolais : état des lieux

L’examen du château auquel on vient de se livrer est demeuré bien trop rapide et superficiel pour faire apparaître toute sa richesse architecturale. Il s’agit d’un édifice complètement exceptionnel, par sa conception, son exécution technique, son confort, son décor. De nombreux observateurs ont noté qu’il est plus impressionnant et bien mieux conservé que les «grands châteaux» ducaux du Charolais (dont, à l’exception de celui de Charolles, il ne reste au mieux que quelques pierres dans les broussailles16), comme d’ailleurs de la plupart des châteaux ducaux de Bourgogne. Ce bâtiment hors norme peut être daté de manière assez plausible de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle. Il faut tenter à présent de voir dans quelle mesure les documents écrits permettent de cerner son histoire.

Le Charolais n’est pas une terre de grande érudition. L’histoire économique et sociale du Charolais au Moyen Age est terra incognita : les évolutions de la densité de population et de la proportion du sol en culture sont complètement inconnues, les paramètres fondamentaux d’une reconstruction historique réaliste manquent. L’étude d’Olivier Bruand consacrée à l’Autunois entre le milieu du IXe et le milieu du XIe siècle17 ne traite guère que l’aspect institutionnel. Le paysage et les bâtiments ne sont jamais évoqués. Quelques autres ouvrages ne dépassent pas le niveau de la compilation locale. Si l’on se tourne vers les ‘grandes thèses’ régionales, seule celle de Jean Richard18  évoque le Charolais, mais elle aussi se cantonne à un plan étroitement institutionnel.

Les travaux du Centre de Castellologie de Bourgogne (CeCaB), sous la direction de Michel Maerten puis de Gilles Auloy, ont apporté progressivement un stock copieux d’informations sur l’ensemble des édifices castraux de la région, quel que soit leur type. Après les indications fournies par Jacques-Gabriel Bulliot, incidemment, dans sa notice sur la Tour-du-Bost19, la notice la plus ancienne (1970) paraît être celle de Raymond et Anne-Marie Oursel, dans le cadre de leur «préinventaire» départemental, cette notice (purement descriptive) n’est accessible que depuis la mise en ligne de l’ensemble du fonds au début des années 200020. Une étudiante dijonnaise, Nadège Fayolle, a consacré en 2007 un master 1 de très bonne tenue à Commune21, sous la direction d’Hervé Mouillebouche. Un bref résumé a été publié en 2008. Jean-Marie Jal et Michel Maerten ont consacré une notice de trois pages à Commune dans un volume sur les châteaux du Charolais paru en 201522. Les deux études les plus détaillées et précises sont jusqu’ici demeurées inédites, le mémoire de Nadège Fayolle et l’étude technique et architecturale pour la restauration de l’édifice, due à Pierre Raynaud (2010). Un relevé architectural soigné des quatre tours a été effectué par le CeCaB sous la direction de Jean Vallet (2015-2016)23.

Le plus ancien document qui cite Commune date de 1264 et se trouve dans le fonds de la Chambre des Comptes de Dijon, aux Archives Départementales de la Côte-d’Or.

L’inventaire de Peincedé comporte, s.v. Commune, plus d’une quarantaine de références à ce fonds, renvoyant à des textes entre le XIIIe et le XVIIe siècle essentiellement. Les Archives Départementales de Saône-et-Loire contiennent des documents des XVIIe et XVIIIe siècles. Les textes généraux concernant le Charolais ont été publiés depuis longtemps. L’histoire des débuts de Commune étant incompréhensible en dehors du cadre de l’évolution du Charolais au XIIIe siècle, nous allons tenter de suivre celle-ci et d’y replacer, aussi précisément que possible, les éléments apportés par les sources spécifiquement relatives à Commune.

Le Charolais, XIIIe‑XVe siècle

On peut commencer le 15 juin 1237, jour auquel Jean de Chalon reçut du duc de Bourgogne Hugues IV Salins et divers fiefs en Franche-Comté, en échange de la cession du comté de Chalon, d’Auxonne et des biens24 de sa femme Mahaut de Bourgogne25. Le comté de Chalon incluait en totalité ce qui allait devenir un peu plus tard le Charolais. Par cet échange, la Bourgogne ducale s’étendait désormais jusqu’au sud de Charolles, la limite passant très approximativement par une ligne Saint-Germain-des-Rives – Ozzoles26. Comme ailleurs dans le duché, Hugues IV s’efforça d’accroître son emprise sur les membres de la petite et moyenne aristocratie, tout en s’appuyant autant qu’il le pouvait sur le roi capétien.

Mais en 1272 se posa la difficile question de la succession27. Hugues IV s’était marié deux fois et se trouvait ainsi avec une multitude d’héritiers. Il souhaitait cependant laisser l’essentiel à son fils Robert. Pour cela, avec l’aide du roi, il organisa par son testament une répartition habile de l’héritage, qui laissait à Robert le cœur du duché28. Parmi ces héritiers figurait Béatrice de Bourbon, fille unique de Jean de Bourgogne (décédé avant 1272) et d’Agnès de Dampierre, héritière de la seigneurie de Bourbon. Hugues IV arrangea son mariage avec Robert de Clermont, dernier fils de Louis IX, et lui attribua dans son testament les châteaux et châtellenies de Charolles, Sauvement, Mont-Saint-Vincent, Dondin, Artus et Sanvignes ; avec, en outre le comté de Chalon, à l’exception de la ville de Chalon, de Buxy et de Brancion. Le mariage fut célébré en 1276, mais le nouveau duc de Bourgogne Robert rechigna à appliquer les dispositions testamentaires de son père. Il fallut l’arbitrage de Philippe III en 1279 pour que le jeune couple puisse prendre possession de sa part d’héritage, diminuée cependant du comté de Chalon29. Il était cependant prévu que, pour toutes ces terres désormais désignées comme baronnie du Charolais, Béatrice prêterait à Robert hommage lige. C’est sans doute pour cette raison que les reconnaissances de fiefs qui, pour cette zone comme pour le reste de la Bourgogne, étaient devenues systématiques à partir de la fin des années 1240, continuèrent d’être enregistrées à Dijon.

Le Charolais fut ensuite transmis au deuxième fils du couple, Jean, après la mort de sa mère Béatrice en 1310. Lui-même mourut en 1316, laissant la baronnie à sa fille Béatrice, née en 1311, qui épousa en 1327 Jean d’Armagnac. Le Charolais passa ainsi dans le lignage d’Armagnac, jusqu’en 1391, année où Bernard d’Armagnac vendit le comté au duc de Bourgogne Philippe le Hardi. A la mort de Charles le Téméraire, Louis XI s’empara du duché, mais en 1493 Charles VIII rendit le Charolais à Maximilien de Habsbourg. Le Charolais demeura, au moins nominalement, sous la tutelle des Habsbourg et de l’Espagne, avant de revenir définitivement à la France en 1684. Les archives du Charolais furent enregistrées et conservées à Dijon jusqu’en 1493, après quoi elles passèrent, au moins par intermittence, à la chambre des Comptes de Dole.

Les plus anciens documents relatifs à Commune, XIIIe‑XIVe siècles

Le premier texte est celui de la reconnaissance de Guillaume de Commune en 126430

Guillelmus de Communes, miles, recognoscit se tenere in feodum ligium a Duce Burgundie omnia que habet vel habere potest apud Communes et apud Kadrellam ; videlicet in terris pratis planis domibus nemoribus aquis decimis costumis dominiis justiciis et in omnibus aliis quibuscumque. Item recognoscit se tenere et cepisse in accressencia feudi supradicti omnia que habebat vel habere poterat in Brueria prout dicta Brueria durat et portat a chemino pro quod itur de Chanvant ad karugium Bosci Marisiaci et a dicto karugio prout tenet et portat apud Marie et de Marie prout tenet et portat usque apud Mabre, videlicet in terris pratis ne- moribus planis aquis decimis costumis dominiis justiciis et in omnibus aliis quibuscumque. Pro cadraginta libris viennensis monete quas habuit a dicto Duce. Datum anno domini millesimo ducentesimo sexagesimo tercio mense martii.

Guillaume de Commune, chevalier, inféode (hommage lige) au duc de Bourgogne tout ce qu’il possède à Commune et à Charolles, ainsi que des compléments (accrescentia feudi) dans une zone vaguement triangulaire centrée autour de Marizy (Chanvent, Les Bruyères, Méré). Par cet acte, Guillaume de Commune se plaçait dans la dépendance du duc de Bourgogne, à un moment où celui-ci était en train de construire une véritable principauté féodale. La description des biens est elliptique : il s’agit d’une formule de scribe, uniquement destinée à couvrir indistinctement la totalité des biens dans la zone indiquée. Cette entrée en dépendance était compensée par une somme de quarante livres31. Tout se passe comme si Guillaume avait consenti cette soumission par besoin. A la même époque, de nombreux hobereaux entrèrent en dépendance de la même manière. Apparemment, la somme correspondait à une ou deux années de revenu des biens concernés : ces revenus étaient des plus modestes.

Le texte suivant date de 127232

Jocerandus de Communes, miles, conficetur se in augmentacione feodi quod tenet a duce accepisse et tenere in feodum a dicto duce quicquid juris habebat et habere potest in territorio de Taumacia, in territorio de Chauma, in territorio de Amanchia, de La Mallenere et de Menduin, tam in terris pratis nemoribus serviciis justiciis aquis et aliis rebus omnibus quibuscumque. Necnon tertiam partem quam dicit se habere in nemo- ribus de Amansiaco et de aqua Marbry versus Guichiam. Pro triginta libris quas dictus dux sibi dedit. Datum millesimo ducentesimo septuagesimo primo mense marcio.

Jocerand de Commune, chevalier, inféode au duc de Bourgogne, in augmentatione feodi, ses possessions dans une zone comprise entre Thomasse et Chaume (Pouilloux), La Bruyère et Montboin (Marizy), ainsi que des droits sur les bois de Marizy en direction de La Guiche ; cela contre trente livres. L’interprétation de ce texte est malcommode. On ne connaît pas la relation entre ce Jocerand et le Guillaume de l’acte précédent ; et le feodum quod tenet a duce n’est pas davantage décrit. Si Jocerand est un frère du précédent, le texte signifie qu’un autre membre du lignage inféode ses terres ; si, comme cela est, tout compte fait, plus probable, il s’agit plutôt d’un fils, on en conclut que la situation des chevaliers de Commune était calamiteuse, ce qui obligeait à vider les fonds de tiroir pour quémander une aide supplémentaire de la part du duc de Bourgogne.

Cette interprétation est renforcée par la teneur d’un acte de 1275, dans lequel trois chevaliers, Hugues de Marigny, Hugues de Marizy et Jocerand de Commune, coseigneurs des bois de Marizy, proposaient un contrat d’abergement à tous ceux qui viendraient s’établir dans lesdits bois. Ce fut un échec, qui était prévisible. Car tous les grands bois de Marizy, aussi bien au sud-est (bois de Montchappa) qu’au nord-ouest (bois de Chaume) sont établis sur une épaisse couche de grès triasique, à peu près incultivable. Il est possible qu’une étroite frange du bois de Chaume fût alors défrichée (dont témoigneraient les toponymes ‘les tondues’ et ‘les brûlées’), mais cela représentait peu de choses. Cependant la charte d’abergement montre qu’à ce moment-là les petits hobereaux de la région se trouvaient dans une situation moins que besogneuse, qui les poussait à faire feu de tout bois. Au total, vers 1280, la situation du chevalier de Commune n’était pas brillante. Il ne disposait pas de maison-forte et ses revenus, dispersés sur plusieurs paroisses, lui assuraient à peine de quoi tenir son rang.

Le document suivant date de 1316, soit quarante et un ans plus tard33

A touz ceaux qui verront et orront ces presentes lettres je, Guillelmis de Communes, chevaliers, fais assavoer que je tiem en fiex de noble et puischanz barom mon chier seignor, mon seignor Johanz de Clermont, seignor de Charrolois, ma maison fort de communes et totes les terres, prez, estanz, bois et autres heritaiges que je tient et porte a communes et es appartenances, excepté les mes es Bertholons et les mes de Montre que je aquis de la dame de Monbotom. Item la terre et les heritaiges que je hay, tient et porte a Marez, Freidetreche et es appartenances. En tesmoinz de laquel chose je ay scalez ces lettres de mon seaul. Faites et donees lou venredi empres la feste saint Pierre et saint Paul, en l’am de notre seignor mil trois cenz et seze34

Un autre Guillaume de Commune, toujours chevalier, fait hommage à Jean de Clermont pour sa maison-forte et ses biens à Commune ainsi qu’à Méré (Marizy) et Fitrêche (Saint-Bonnet-Vieille-Vigne) ; tout en exceptant deux fermes acquises de la Dame de Montbouton (sans doute à Ciry-le-Noble).

Globalement, la situation du chevalier de Commune en 1316 est peu différente de celle de 1272, à un détail près : la mention d’une maison-forte. Les textes confirment ainsi la datation qui ressortait d’une analyse architecturale et stylistique, puisque cette ‘maison-forte’ ne saurait être autre chose que le château de Commune que nous étudions. Rien n’indiquant que la situation de ces chevaliers ait évolué, on se trouve devant une sérieuse difficulté, puisqu’on ne voit pas d’où ces hobereaux faméliques auraient tiré l’idée de se faire construire une résidence de grand luxe, et encore moins d’où leur seraient venus les moyens pour cette construction.

L’examen des documents de la Chambre des Comptes de Dijon permet de suivre plus ou moins précisément les aléas des successions au sein de ce lignage au moins jusqu’au milieu du XVe siècle. De cet ensemble ressortent plusieurs éléments : 1. les mariages, quand on les connaît, montrent les liens étroits entre ‘les Commune’ et plusieurs autres lignages de même rang de la région ; ce qui est logique, ce groupe social tirant le principal de sa force de son organisation et de sa cohésion, spécialement par les alliances matrimoniales ; 2. les possessions, pour autant qu’elles sont décrites, varient de manière un peu aléatoire, très probablement au gré des successions, tout en demeurant centrées sur Martigny-le-Comte ; 3. les ressources de ce lignage sont toujours demeurées très limitées ; après le milieu du XIVe et le choc de la Grande Peste, la population s’effondra ; les cherches de feux du Charolais montrent que les Commune n’avaient alors dans leur dépendance que moins d’une vingtaine de feux, dont la majorité ‘taillables et mainmortables’, autrement dit des misérables. D’ailleurs, on les retrouve fréquemment, à la fin du XIVe siècle ou dans la première moitié du XVe en garnison à Charolles ou dans des montres parfois éloignées : ils ne pouvaient pas se passer de quelques revenus complémentaires. Ces indications complètent et confirment ainsi celles que l’on pouvait tirer des plus anciens documents.

Constructions complémentaires

Reste la question des constructions complémentaires au XVe siècle. Aucun texte, apparemment, ne mentionne alors de constructions à Commune. Mais un document des années 144035, une fondation de messes par Hugues Dubois (un des héritiers du lignage ‘Commune’), implique l’existence d’une chapelle à Commune à cette date. Or ce même Hugues Dubois a joué en Charolais et en Bourgogne en général un rôle significatif : à partir de 1414, il fut gruyer des bailliages d’Autun, de Chalon et de Charolles, puis, en 1419, fut nommé bailli du Charolais. On le retrouve à diverses reprises au service des ducs de Bourgogne. Il est très probable que, dans ces fonctions, il trouva l’occasion de s’enrichir, ce qui lui permit d’installer à Commune un nouveau logis, peut-être plus confortable et plus au goût du jour. Quelques archères furent transformées, mais très modérément, ne permettant que l’utilisation de bouches à feu de faible diamètre. Cette possible identification doit cependant être considérée avec prudence, d’autres personnages ont pu intervenir dans la première moitié du XVe siècle.

Toponymie

En l’absence de recherches sur l’histoire économique et sociale du Charolais médiéval, on peut se tourner vers la toponymie. Dans ce domaine en effet, la situation a radicalement évolué depuis plus d’une douzaine d’années, permettant désormais des enquêtes approfondies et structurées36. Dans la zone qui nous intéresse, en gros des crêtes granitiques à l’est (Suin, Sainte-Colombe) jusqu’à la Bourbince (Palinges), les toponymes d’origine celtique ou gallo-romaine ne sont pas inexistants, mais rares (Ballore, Martigny, Viry, Mornay, Villorbaine) ; quelques-uns traduisent sans doute l’installation de groupes germaniques (Palinges, Pringue, Morsange). Mais, même après la reprise carolingienne, l’habitat, tel qu’il apparaît dans la description célèbre du fiscus de Perrecy37 (deux ville à Grandvaux, deux à Saint-Bonnet, une à Martigny) restait excessivement dispersé. Les cartulaires n’apportent qu’une brève liste supplémentaire avant le milieu du XIIIe siècle38. Dans cette région, la période du ‘grand essor’ se situe dans la seconde moitié du XIIe siècle et au début du XIIIe, et encore cet essor est-il demeuré limité.

Dans l’affaire qui nous occupe, la question est celle de la signification du toponyme ‘commune’. Dans la base des toponymes du cadastre des années 1970 dénommée ‘FANTOIR’, on ne compte pas moins de 140 occurrences de ‘commune’ ou ‘communes’ pour le seul département de Saône-et-Loire. Le dictionnaire topographique de Jean Rigault enregistre quinze occurrences, dont seules cinq sont attestées antérieurement à 160039, celle de Martigny-le-Comte étant la plus ancienne. Tout laisse penser qu’il s’agissait de zones consacrées à ce que l’on a appelé ensuite des ‘communaux’, c’est-à-dire des secteurs de saltus, laissés à un usage commun, sans doute surtout le parcours des animaux. Quand ils ont été défrichés, ces espaces l’ont été tardivement, ce qui explique les apparitions très échelonnées.

Le cas de Martigny-le-Comte correspond parfaitement à ce schéma. On peut remarquer d’abord l’emplacement : il s’agit d’un espace marginal, à la limite de trois paroisses, un espace qui est certainement demeuré longtemps une sorte de no man’s land. On note également, à peu de distance, sur le cadastre de 1828, les microtoponymes ‘rompoy’ et ‘bois brûlé’ qui témoignent du défrichement et de l’écobuage. Ainsi, l’évolution se laisse à peu près reconstituer. Postérieurement à la période principale d’essor agraire, c’est-à-dire à un moment où l’on a commencé à s’intéresser à des zones marginales, sans doute dans le second quart ou au milieu du XIIIe siècle, des pionniers sont venus s’installer dans ce quartier, et sont rapidement passés sous le contrôle d’un petit hobereau. Celui-ci s’est probablement plus ou moins agrégé au groupe des milites liés au château de Charolles, sans que cela pour autant l’aide vraiment à échapper à une situation proche de l’indigence. D’où l’entrée dans la dépendance du duc de Bourgogne.

Robert de Clermont, baron du Charolais

A partir de 1279 Béatrice de Bourbon fut reconnue dame du Charolais, en compagnie de son époux, le comte Robert de Clermont. On ne sait pas grand-chose sur Béatrice, morte en 1310 au château de Murat, une des principales forteresses du Bourbonnais de ce temps, et inhumée dans l’église des Cordeliers de Champaigue (Souvigny)40. Elle avait eu six enfants.

La vie de Robert de Clermont est un peu mieux connue41. Dernier fils de Louis IX, il naquit en 1256, et mourut en 1318, grand âge remarquable à cette époque. Il reçut en apanage le comté de Clermont-en-Beauvaisis de son père, peut avant le départ de celui-ci pour la croisade qui allait lui être fatale.

En 1271 il participa à l’expédition de son frère, le roi Philippe III, contre le comte de Foix. Son mariage avec Béatrice de Bourbon fut convenu en 1272 mais seulement célébré en 1276. L’année 1279 marqua un tournant dans son existence. D’un côté, l’arbitrage de Philippe III permit enfin au jeune couple de prendre possession de l’héritage de Béatrice, à peu près tel qu’il avait été fixé par le duc Hugues IV. De l’autre, ce fut l’année des grands tournois de Creil, Compiègne et Senlis donnés par le roi en l’honneur de la visite de Charles, prince de Salerne. A cette occasion, Philippe III arma son frère chevalier. Mais, dans l’ardeur des combats en quoi consistaient alors ces tournois42, Robert reçut sur la tête un coup si violent que sa raison en fut troublée. La question, insoluble, consiste à se demander quelles furent réellement les séquelles de cet incident. Guillaume de Nangis est le seul chroniqueur à mentionner cet épisode43 et à affirmer que les conséquences en furent graves et définitives.

Robert de Clermont n’apparaît que très épisodiquement dans les chroniques. En 1290, il acheva la construction de l’hospice Saint-Julien de Moulins et nomma un recteur44. On lui attribue la construction du grand château princier de Bourbon-l’Archambault45. Il participa en 1297 aux cérémonies liées à la canonisation de son père, saint Louis. Après la défaite de Courtrai (1302), Robert de Clermont fit partie des seigneurs qui répondirent à l’appel de l’arrière-ban. En 1310 il fut désigné par son neveu Philippe le Bel comme plénipotentiaire aux négociations avec le nouvel empereur, Henri de Luxembourg, négociations qui se conclurent à la satisfaction générale.

Plusieurs indications méritent d’être mises en relation. Un compte atteste que Robert de Clermont assista à plusieurs tournois importants à Montaigu, Tours et Senlis en 1297, 1298 et 1299. En 1315, alors qu’il était déjà âgé, il demanda et obtint du roi Louis X la faculté de chasser dans toutes les forêts royales. En 1305, au début du pontificat de Clément V, il prit l’engagement de partir en croisade. Ces mentions, quoiqu’isolées, montrent assez l’intérêt soutenu de Robert pour les activités et les rituels proprement chevaleresques. De sa jeunesse jusqu’à ses dernières années, ce prince fut féru de chevalerie.

C’est cette conclusion qui porte à penser que ce fut lui qui prit l’initiative de la construction de Commune. Ce château n’est rien de plus et rien de moins qu’un château sorti des romans arthuriens. Les seules sculptures figuratives qui subsistent dans le château décorent les piédroits de la cheminée du premier étage de la tour ouest : elles représentent une scène courtoise, à gauche un joueur de luth, à droite un buste féminin. Placé au bord d’une prairie où coule un ruisseau, surgissant au dernier moment, cet édifice évoque irrésistiblement les nombreux châteaux que les chevaliers d’Arthur rencontrent au gré de leurs errances et de leurs ‘aventures’46. La volonté de faire se dresser un édifice relativement modeste, mais à l’harmonie recherchée47, dans un paysage bucolique renvoie au topos classique du locus amoenus48. On peut aussi se demander dans quelle mesure l’édifice n’était pas également conçu comme rendez-vous de chasse : le gibier abondait dans la grande forêt d’Avaise au sud-est et dans les vastes étendues boisées qui recouvrent le plateau gréseux entre Martigny et Baron, au nord-ouest.

Dès lors, le caractère étrange d’une construction princière au fond du Charolais, au milieu de nulle part, s’éclaire aisément. Devenu baron du Charolais par son mariage, Robert trouva facilement sur place un petit hobereau démuni sur la terre duquel faire construire un édifice princier formant un décor chevaleresque à la limite de l’onirique. Josserand de Commune fut un prête-nom commode. Mais quand le frère du défunt roi fut disparu, plus personne n’attacha à ce bâtiment la moindre importance. Celui-ci n’était nullement conçu comme centre d’une seigneurie ni comme point d’appui militaire. Il fut sans doute encore utilisé comme résidence jusque dans le courant du XVe siècle, mais lorsque le domaine passa à un autre lignage, le château commença à se dégrader. Il fut épargné au moment de la destruction des châteaux-forts par Richelieu, n’étant pas considéré comme une forteresse. Nous le retrouvons en 1698 comme bâtiment d’exploitation agricole, en assez mauvais état. Au moment de la vente des biens nationaux, il est désigné comme ‘masures’, c’est-à-dire ruines. Sans doute la construction un peu à l’ouest, dans le courant du XVIIIe siècle, d’un bâtiment plus approprié aux activités agricoles signa-t-elle son déclin définitif. Mais la qualité des maçonneries d’origine était telle qu’en deux siècles la dégradation resta très limitée.

Le château d’un prince chevalier

L’examen attentif des sources permet de retrouver le sens des « ruines étranges » dont parlait Raymond Oursel. Sans conteste, l’étrangeté demeure. On rencontre, au détour d’un chemin, un château que l’on croirait tiré d’un conte de fées, où peut-être dort la Belle au Bois dormant… L’homogénéité et la qualité de la construction ont frappé tous les observateurs. Le décor, discret, est d’une grande variété, comme sont variées les mesures des corps de bâtiment. Ce château est dénué de toute valeur militaire, et sa situation ne répond à aucune logique apparente.

Une série de détails, techniques et stylistiques, fournissent rapidement une fourchette chronologique de construction : dernier quart du XIIIe siècle ou début du XIVe. L’histoire générale et les documents de la Chambre des Comptes de Dijon orientent vers la solution. Un groupe de petits hobereaux s’installa dans une zone de défrichements tardifs, à la limite de trois paroisses. Pressés par le besoin, ils entrèrent, vers 1270, dans la dépendance du duc de Bourgogne, dont ils devinrent des obligés. Or, en 1279, le Charolais passa entre les mains de Béatrice de Bourbon et de son époux, Robert de Clermont, sixième fils de Louis IX. Celui-ci ne se contenta pas d’établir des forteresses princières, mais voulut disposer, à quelque distance de Charolles, d’une résidence proprement chevaleresque, lui qui rêvait de tournois et d’aventures. Un groupe de maçons, provenant peut-être d’Île-de-France, sous la conduite d’un maître d’œuvre particulièrement compétent et disposant de moyens très substantiels, fut chargé d’édifier une telle demeure sur la terre d’un prête-nom. La solidité de l’édifice, combinée à son inutilité, lui permirent de traverser les siècles sans grand dommage.

Cet exemple fascinant nous rappelle que l’étude des châteaux, qui ne peut faire l’économie de celle des techniques, de la poliorcétique et des rapports de force au sein de la société médiévale, ne doit pas négliger non plus celle des systèmes de représentation qui en définitive guidaient l’action des hommes.

Alain GUERREAU



Citer ce billet
alainguerreau (2023, 15 janvier). Le château de Commune (Martigny-le-Comte). Etude architecturale et historique, par Alain Guerreau. Carnet parodien d'histoire de l'art et d'archéologie. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m8p5

  1. Je remercie vivement Gilles Auloy, Jean-Marie Jal et Jean Vallet pour leur relecture attentive et leurs commentaires sagaces. []
  2. Charles-Hippolyte MAILLARD DE CHAMBURE, Voyage pittoresque en Bourgogne, ou description historique et vues des monumens antiques, modernes et du Moyen Age, 2 vol., Dijon, 1833-1835. Volume 2, p. 58. Dessin d’Émile Sagot, lithographie de Claude Paul Mallard. []
  3. L’album Rousselot est conservé à l’Académie de Mâcon. []
  4. Cette situation, difficilement justifiable, met de nouveau en péril l’édifice. []
  5. Pour une description détaillée, on se reportera à l’article de Jean-Marie Jal, dans ce même volume. Une description méthodique, détaillée et complète, de cet édifice est particulièrement souhaitable. []
  6. Il serait intéressant de procéder à une comparaison méthodique avec quelques édifices conservés dans la région, comme Marigny ou la Tour-du-Bost (Gilles AULOY et alii, Le château de Marigny. Histoire et archéologie, Strasbourg, 2006). Dans ces deux cas, l’édifice est une simple tour rectangulaire, isolée mais de taille supérieure à celle du donjon de Commune ; et construite selon une tout autre technique (la question de la datation de ces deux édifices est délicate, communication personnelle de Gilles Auloy). Pour les tours rondes, on pourrait comparer à deux tours clunisiennes, celle dite du moulin à Cluny (Frédéric DIDIER, « Saône-et-Loire. Cluny, la ‘tour ronde’ de l’enceinte abbatiale », Bulletin Monumental, 162-4, 2004, pp. 312-316), ou la grosse tour de Lourdon (Hervé MOUILLEBOUCHE, Le château des abbés de Cluny à Lourdon : le parc, le jeu de paume, la tour philippienne, Chagny, 2012). Les murs ont des épaisseurs sans rapport avec celles du logis de Commune : près de 4 m à Lourdon, 2,5 m à la base à Cluny, contre 1 m et 1,20 m à Commune. Comparaison qui suffit à montrer l’absence complète de valeur militaire de Commune. On peut aussi comparer avec des édifices un peu plus éloignés, Hervé MOUILLEBOUCHE, Les maisons-fortes de la Bourgogne du Nord du XIIIe au XVIe siècle, Dijon, 2002. []
  7. Jean MESQUI et Nicolas FAUCHÈRE, « L’hygiène dans les châteaux-forts au Moyen Age », Les Cahiers de Commarque. La vie de château, Le Bugue, 1992, pp. 45-74. []
  8. Jean MESQUI, Châteaux et enceintes de la France médiévale – La résidence et les éléments d’architecture, Paris, 1993. []
  9. Il s’agit de calcaire jurassique bajocien, celui-là même qui forme le substrat du bâtiment. Selon un procédé courant au Moyen Âge, les maçons ont extrait leurs moellons du fossé qu’ils creusèrent pour renforcer la défense du château au sud-ouest et probablement au nord-ouest. []
  10. AD71, 3E 4336. []
  11. Ce qui montre a contrario l’absence de chapelle dans l’édifice du XIIIe siècle. []
  12. Alain Guerreau, « L’analyse des dimensions des édifices médiévaux. Notes de méthode provisoires », in Nicolas REVEYRON (éd.), Paray-le-Monial, Brionnais-Charolais, le renouveau des études romanes, Paray-le-Monial, 2000, pp. 327-335. []
  13. L’interprétation de cette mesure ne va pas de soi. On pourrait proposer un ‘pied manuel’ correspondant à 6/5 d’un pied de 30,2 cm. Mais sous toute réserve. La connaissance des unités de mesure employées en France au XIIIe siècle est tellement lacunaire qu’il vaut mieux suspendre son jugement. []
  14. L’épaisseur des courtines est moins facile à déterminer, étant donné leur état. L’épaisseur des courtines nord-est et sud-est, largement détruites, nécessite des investigations supplémentaires. Pour les courtines nord-ouest (env. 144 cm) et sud-ouest (env. 147 cm), l’épaisseur est vraisemblablement de quatre pieds. []
  15. Les grandes dimensions ont été implantées avec une perche de six pieds : les hommes du Moyen Âge adaptaient la taille des unités à la taille de l’objet à mesurer. []
  16. Sauvement, Mont-Saint-Vincent, Dondin, Artus, Sanvigne. []
  17. Olivier BRUAND, Les origines de la société féodale. L’exemple de l’Autunois (France, Bourgogne), Dijon, 2009. []
  18. Jean RICHARD, Les ducs de Bourgogne et la formation du duché du XIe au XIVe siècle, Paris, 1954. []
  19. Jacques-Gabriel BULLIOT, « La tour du Bost », Mémoires de la société éduenne, 28-1900, pp. 111-191. []
  20. Mentionné dans Raymond OURSEL, Trésors de Saône-et-Loire, Paris, 1975, p. 56, photo p. 58 (« étrange ruine »). On peut aussi citer, pour être complet, la très courte notice dans Françoise VIGNIER, Le guide des châteaux de France. 71. Saône-et-Loire, Paris, 1980 (rééd. 1984, pp. 105-106). Ainsi que celle d’Arnaud DESCHAR, Patrimoines de Bourgogne du Sud. Le canton de Palinges, Mâcon, 2004, pp. 24-25. []
  21. Nadège FAYOLLE, Le château de Communes. Étude menée sous la direction d’Hervé Mouillebouche, maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Bourgogne, Dijon, 2008. Résumé dans Hervé MOUILLEBOUCHE (éd.), Chastels et Maisons fortes en Bourgogne, 2-2008, pp. 69-79. Je remercie très vivement Nadège Fayolle de m’avoir communiqué son mémoire inédit, je m’en suis largement servi pour l’étude des sources, qu’elle a recherchées avec beaucoup d’acribie. []
  22. Jean-Marie JAL & Michel MAERTEN, Les châteaux du comté de Charolais. Anciens cantons de Charolles, Paray-le-Monial et Palinges, Saint-Christophe-en-Brionnais, 2015, pp. 23-25. Repris brièvement dans Aurélien MICHEL, Dominique FAYARD, Jean-Marie JAL & Michel MAERTEN, Châteaux en Charolais-Brionnais, Saint-Denis, 2016, p. 18. []
  23. Je suis très reconnaissant à Jean Vallet de m’avoir communiqué les relevés des tours en format dxf, c’est un très beau travail, sur lequel je me suis appuyé pour l’étude métrologique. []
  24. «Totam terram que movet de capite mathildis uxoris mee» : dot ou douaire ? (remarque d’Anita Guerreau-Jalabert). []
  25. Texte dans Étienne PÉRARD, Recueil de plusieurs pièces curieuses servant à l’histoire de Bourgogne, Paris, 1664, pp. 439-440. []
  26. Dans l’Europe médiévale, la notion de frontière était à peu près inconnue, les limites toujours complexes. Malgré de nombreuses rectifications, la situation était encore très embrouillée au XVIIIe siècle (Roland BOURQUIN, Limites administratives et religieuses en Saône-et- Loire aux XVIIIe et XIXe siècles, Mâcon, 2007). Jean RICHARD, Les ducs, cartes p. 464. []
  27. Jean RICHARD, Les ducs, pp. 318-328. []
  28. Texte dans Urbain PLANCHER, Histoire générale et particulière de Bourgogne, 2, Dijon, 1741, pièce LXXVIII. []
  29. Texte dans Étienne PÉRARD, Recueil, pp. 546-547. Commune n’apparaît ni dans le testament de 1272 ni dans l’arbitrage de 1279. []
  30. AD21, B 10475. []
  31. Somme très réduite, il suffit de la comparer aux 110 livres qu’obtint le sire de Marigny dans des circonstances analogues (Gilles AULOY, Marigny, p. 11). []
  32. AD21, B 10479. []
  33. AD21, B 10494. []
  34. Il s’agit d’un texte en moyen français : aucune trace de flexion nominale. Les philologues se réjouiront de trouver ici une quantité de traits phonétiques dialectaux (chuintement des sifflantes et surtout diphtongaisons) : ceaux, assavoer, chier, heritaiges, seaul. []
  35. AD71, B 629 (vidimus du XVIIe siècle). []
  36. Gérard TAVERDET, Microtoponymie de la Bourgogne, 12 vol. Dijon, 1989-1993. Jean RIGAULT, Dictionnaire topographique du département de Saône-et-Loire, Paris, 2008. Mario ROSSI, Les noms de lieux du Charolais-Brionnais, témoins de l’histoire du peuplement et du paysage, Paris, 2009. Alain GUERREAU, « FANTOIR géolocalisé : mode d’emploi simplifié », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre [En ligne], Hors-série n° 9 | 2016. Alain GUERREAU. « Toponymie et nouvelles techniques : une expérience de géotoponymie historique dans un cadre communal (Broye, Saône-et-Loire) », Nouvelle revue d’onomastique, n°55, 2013. pp. 3-46. []
  37. Olivier BRUAND, Les origines, pp. 101-147. []
  38. Pertuis-Froid, Breuil, Meix-Bernard, Écheriolle, Tablenas. []
  39. Saint-Romain-sous-Versigny 1365, Saint-Martin-de-Commune 1475, Bosjean 1493, Montpont-en-Bresse 1551. []
  40. Jean-Bernard de VAIVRE, « Les tombeaux des sires de Bourbon (XIIIe et première partie du XIVe siècles) », Bulletin Monumental, 138-1980, ici pp. 382-386. []
  41. La meilleure notice demeure celle de Jules ROY, « Corrections et additions à l’histoire de Robert de Clermont, VIe fils de saint Louis, tige de la maison ducale et royale de Bourbon », École Pratique des Hautes Études. Section des sciences historiques et philologiques. Annuaire 1900, pp. 5-20. Louis CAROLUS-BARRÉ, « Robert de France, sixième fils de saint Louis, comte de Clermont-en-Beauvaisis et sire de Bourbonnais (1256-1318) », in Autour du donjon de Clermont, témoin de l’histoire (Colloque de Clermont, 1987), Beauvais, 1989, pp. 42-64. []
  42. Joseph FLECKENSTEIN (éd.), Das ritterliche Turnier in Mittelalter : Beiträge zu einer vergleichenden Formen- und Verhallen- geschichte des Rittertums, Göttingen, 1985. []
  43. Recueil des historiens de la France, t. 20, Paris, 1840, pp. 512-514. []
  44. Achille ALLIER et alii, L’ancien Bourbonnais, t.2, Moulins, 1837, p. 76. []
  45. Yves BRUAND, « Le château de Bourbon-l’Archambault », Congrès archéologique de France. Bourbonnais, Paris, 1991 pp. 97-109. Jean MESQUI, « Architectures du pouvoir sous Philippe le Bel. Châteaux et enceintes urbaines », in Danielle GABORIT-CHOPIN & François AVRIL (éds), 1300, L’art au temps de Philippe le Bel, Paris, 2001, pp. 163-184. []
  46. Le château était un élément constitutif important des récits chevaleresques. Anita GUERREAU-JALABERT, Index des motifs narratifs dans les romans arthuriens français en vers (XIIe-XIIIe siècles), Genève, 1992. Le château apparaît dans plus d’une quarantaine de motifs, qui renvoient à plusieurs dizaines de séquences narratives. Joachim BUMKE, Höfische Kultur. Literatur und Gesellschaft im hohen Mittelalter, München, 1986, notamment pp. 137-171, bibliographie p. 821. ‘Chevalerie’ et ‘château’ étaient deux notions intrinsèquement liées (G. Ulrich GROSSMANN, Mythos Burg, Dresden, 2009). Il est difficile de comprendre le sens de ces édifices sans chercher à saisir le rôle des grands rituels chevaleresques (tournois et chasse) et des fondements de l’idéologie chevaleresque comme parenté spirituelle. L’opposition entre des châteaux seigneuriaux comme Charolles ou Bourbon-l’Archambault (construits dans des centres urbains) et un château chevaleresque comme Commune (construit par le même personnage, mais dans un écart, symbole de l’extériorité) manifeste avec une étonnante clarté un des aspects principaux de l’organisation du système de représentation de la société médiévale. []
  47. On a noté la diversité systématique des formes et des décors. Or, dans la Patrologie Latine, on ne trouve pas moins de 85 occurrences de pulchra varietas. []
  48. Dagmar THOSS, Studien zum locus amoenus im Mittelalter, Wien/Stuttgart, 1972. Ernst-Robert CURTIUS, European Literature and the Latin Middle Ages, 1953, p. 183-202. A titre de comparaison, on se reportera à l’étude d’Élisabeth ZADORA-RIO, « Hortus conclusus, Un jardin médiéval au Plessis-Grimoult (Calvados) », Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévales en l’honneur du Doyen Michel de Bouärd, Genève/Paris, 1982, p. 393-404 : là aussi on est en présence d’une architecture qui matérialise une figure narrative. []

Une réflexion sur « Le château de Commune (Martigny-le-Comte). Etude architecturale et historique, par Alain Guerreau »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.