Le château de Commune (Saône-et-Loire). Description des vestiges, par Jean-Marie Jal

Surgissant au détour de la route, au milieu des prairies verdoyantes, les tours du château de Commune semblent sortir tout droit de l’imaginaire romantique d’un roman médiéval du dix-neuvième siècle. En réalité il s’agit bien d’un château réel où ont résidé les chevaliers et dames du Moyen Âge.

Le château de Commune se situe dans le canton de Palinges, dans la commune et paroisse de Martigny-le-Comte, dont l’église romane, sous le vocable de Sainte Euphémie, martyre du IVème siècle, relevait du diocèse d’Autun. Son territoire se situe presque au centre du comté de Charolais, dans le pagus d’Autun, administré par les vicomtes d’Autun, qui en retiendront la possession lorsqu’ils devinrent comtes de Chalon, par la volonté du roi Lothaire1. Il se trouve au sud du village et château de Martigny-le-Comte et de la maison forte de Souterrain (fig. 1) Il est situé sur la bordure d’un grand massif forestier s’étendant du nord de Martigny jusqu’aux villages de Baron et de Grandvaux. Massif possédé par les comtes de Chalon au XIe siècle, où ils avaient leur forestier et qui leur servait peut-être de réserve de chasse2.

Fig. 1. Situation générale (plan issu de Pierre Raynaud, cf. note 16)

C’est un édifice qui n’a pas d’équivalent dans la région. Bien qu’il soit aujourd’hui en ruine, ce qui a survécu est dans un état de conservation remarquable. Sa construction qui est d’une grande qualité a été particulièrement soignée. Tous les parements sont constitués de moellons de calcaire parfaitement calibrés et appareillés avec un soin extrême. Le mortier employé est d’une solidité extrême et il est particulièrement difficile de l’entamer, même avec des burins. Le programme iconographique n’a pas été oublié bien qu’il soit simple et sans luxe excessif. Ainsi la partie supérieure des piédroits des portes et des fenêtres comporte toutes des moulures qui ont été traitées différemment pour chaque cas. On peut lui attribuer une datation à partir de la fin du XIIIe siècle voire éventuellement du début du XIVe siècle. Au vu des éléments de confort tout à fait exceptionnels qui sont présents, ce château qui n’a aucune vocation militaire stratégique au vu de son emplacement semble être plutôt une résidence de plaisance dont le coût de construction a dû être particulièrement élevé (fig. 2). Etymologiquement Commune pourrait représenter à l’origine, des terres exploitées en communs. Il pourrait s’agir aussi d’une condamine, qui vient du bas latin condominium, et désignait sans doute une terre aussi exploitée en commun et pouvant être une réserve seigneuriale3.   

Fig. 2. Vue aérienne du château

Plusieurs familles se sont succédé sur ce lieu au cours de son histoire. La première mention remonte à l’année 1263, lorsque la terre de Commune est reprise en fief du duc de Bourgogne, par Guillaume de Commune4. La maison forte de Commune apparaît quant à elle en 1316, quant elle est reprise en fief de Jean de Clermont, seigneur de Charollais, par Guillaume de Commune5. Elle passera ensuite par mariage aux Du Bois, seigneurs de la Tour du Bost (commune de Charmoy) au XIVème siècle6. Elle est aux Damas au début du XVIème siècle, puis aux Chanlecy dans le premier tiers du XVIIème siècle7. Ceux-ci revendront la terre et le château en 1631 à Philibert de la Guiche, seigneur de Sivignon8. On trouve ensuite les Durey de Sauroy au début du XVIIIème siècle et dans le dernier tiers les Cossé Brissac9. A la Révolution la seigneurie de Commune sera vendue comme bien national, et divisée en plusieurs lots10. En 1898, appartenant à la famille Rave, le château et la ferme sont achetés par Jean-Marie Berland, agriculteur de la commune. Cette famille revendra le château à Willys et Agatha Van den Eynde, originaires de Belgique, en 2008.  

Depuis longtemps ce château a attiré l’attention des érudits et autres chercheurs qui lui ont consacré des notices plus ou moins fournies, tels que Jacques-Gabriel Bulliot en 190111, Marthe Gauthier en 197312, ou Françoise Vignier en 198113. Plus récemment, on le trouve dans les fiches d’inventaires de la base de données, consacrée aux châteaux de la commune de Martigny-le-Comte, rédigées en 2003 par le Centre de Castellologie de Bourgogne14. Il fera ensuite l’objet d’un Master en Histoire Médiévale à l’Université de Bourgogne à Dijon, par Nadège Fayolle en 200715. Dans le cadre des restaurations du château demandées par les nouveaux propriétaire Willys et Agatha Van den Eynde, l’architecte Pierre Reynaud, réalisera alors toute une série de plans en 201016. Les membres du CECAB interviendront ensuite en 2012-2013 pour essayer de comprendre un peu mieux ce château17. Ce sont aussi leurs résultats qui sont présentés ici. Le programme de restauration engagé par les propriétaires Willy et Agatha Van den Eynde, qui concernait l’ensemble du château est malheureusement à l’heure actuelle à l’arrêt.

Le plan au sol du château, réalisé en 2010 par l’architecte Pierre Raynaud, présente un plan rectangulaire irrégulier, d’environ quarante mètres sur cinquante mètres de côté, où se trouvent à l’angle sud-est le donjon carré et sa tour des latrines (fig. 3). Trois tours circulaires de taille décroissante garnissent les autres angles. Des éléments sont aujourd’hui disparus : la tour porche de l’entrée, le bâtiment qui se trouvait sur la face ouest, qui avait peut-être une fonction d’écuries, et le corps de logis qui occupait la face est. Les toitures des tours et du donjon ont disparu depuis longtemps. On peut remarquer sur le plan le front de taille de la carrière dont les pierres ont servi à la construction du château qui est établi sur la table rocheuse qui a été nivelée (fig. 4). Il est probable qu’un fossé ait existé devant l’entrée, rejoignant la carrière. Les faces nord et est se trouvent au bord d’un talus, donnant sur la vallée où se trouvait autrefois l’étang et le moulin. Le colombier circulaire, élevé sur deux niveaux, se trouve au nord-ouest à proximité du château (fig. 5).

Le donjon

L’édifice le plus menacé dans ses structures était le donjon, dont l’angle nord-ouest était complètement ouvert et menaçait d’écrouler le reste du bâtiment (fig. 6). La priorité des travaux de consolidation va se porter sur celui-ci en 2013, et l’angle est maintenant rebouché, permettant ainsi d’accéder aux étages supérieurs (fig. 7). La première assise du donjon est posée directement sur la roche qui a été aplanie et on peut remarquer qu’il n’y a pratiquement pas de joint. Il s’élevait à origine sur quatre niveaux : une cave ou cellier, deux salles qui avaient une fonction résidentielle, et le dernier niveau qui était probablement réservé à la défense sommitale. Les quelques assises qui en restent ne nous permettent pas de le restituer avec certitude. Un escalier intérieur, épargné dans la muraille démarre de la cave et monte par palier jusqu’en haut du donjon, desservant tous les niveaux (fig. 9). Les portes donnant sur l’extérieur sont toutes munies d’épars, c’est à dire de pièces de bois coulissantes encastrées dans les murs et servant à les bloquer.    

  

La façade avant du donjon donnant sur la cour, avant restauration, montre en partant du bas, la porte menant à la cave, puis au premier étage, une porte qui donnait probablement sur une galerie en bois dont il reste au-dessus les trous d’encastrement des poutres. A côté une belle fenêtre à meneau surmontée d’un linteau à trilobe. Au deuxième étage, on peut voir la porte murée qui donnait à l’origine sur le mur d’enceinte. A côté, l’ouverture qui arrivait dans la latrine aujourd’hui en ruine.    

La façade arrière donne sur l’extérieur et elle est percée de quatre ouvertures. En partie basse, le soupirail rectangulaire qui donne dans la cave. Au premier étage, les deux fenêtres rectangulaires qui encadrent la cheminée de la salle, et une fenêtre à meneau surmonté de trilobes ajourés pour la salle du deuxième étage (fig. 11).

Fig. 11. Le donjon, façade arrière

La cave ou cellier voûté en plein cintre est accessible par un escalier de cinq marches et une porte donnant sur la cour intérieure. Le sol constitué de terre non égalisée laisse apparaître le rocher. Elle est éclairée par une petite baie rectangulaire qui surmonte un emmarchement en gradins (fig. 12).

La salle du 1er étage est surmontée de deux voûtes sur croisée d’ogives qui ne retombent pas sur des culots. A l’angle la porte donnait dans la tour des latrines. Au centre la porte qui donnait sur une galerie à l’extérieur et à côté la fenêtre à meneau avec ses deux coussièges (fig. 13). Sur cette face, se trouve un élément de confort relativement rare : un petit lavabo sculpté avec une cavité épargnée dans un gros bloc de pierre, qui pouvait contenir de l’eau. Un conduit percé dans sa paroi et muni autrefois d’un robinet ou d’un bouchon, donne sur une grande pierre d’évier, contenue dans une niche surmontée d’un arc en plein cintre. Au fond de l’évier, un trou d’écoulement permettait d’évacuer l’eau dans la tour des latrines qui se trouve juste derrière. Dans le fond de la niche ajourée, on peut voir l’escalier intérieur qui monte au deuxième étage (fig. 14).  Sur la face opposée de cette salle, se trouve la cheminée monumentale qui a perdu son linteau et sa hotte trapézoïdale en pierre. Les deux corbeaux saillants en arc de cercle sont conservés et reposent sur des coussinets en pointe de diamant. La cheminée est encadrée par deux fenêtres rectangulaires à coussièges (fig. 15).

La salle du deuxième étage est aujourd’hui encore toujours en travaux. Comme celle du niveau inférieur, elle possédait cheminée, fenêtres à meneaux et coussièges. Une porte située à l’angle donnait dans la tour des latrines. Elle était surmontée autrefois d’une voûte à croisée d’ogives. Ces deux salles avaient une fonction résidentielle et logeaient le seigneur et sa famille (fig. 16).

La tour des latrines

La tour des latrines est située à l’extérieur, à l’angle sud-ouest du donjon et de la muraille. De forme rectangulaire, elle s’élevait à l’origine jusqu’au dernier étage du donjon et desservait les deux salles et probablement l’étage sommital. La partie supérieure de cette tour a maintenant disparu (fig. 17). Une ouverture en partie basse, murée, permettait d’accéder à l’intérieur de la fosse des latrines (fig. 18). Un autre élément de confort relativement rare : un urinoir situé dans la latrine desservant le premier étage (fig. 19).

La tour sud-ouest

La tour circulaire à base talutée située à l’angle sud-ouest est celle dont le diamètre est le plus important (10 mètres) (fig. 20). Les portes donnant sur l’extérieur sont munies d’épars. Un escalier épargné dans la muraille démarre du rez-de-chaussée et monte par palier jusqu’en haut de la tour. Il est éclairé par des fentes de lumière. Elle a conservé les souches de ses deux cheminées, l’une circulaire et l’autre hexagonale. Elle comporte trois niveaux : une cave, une salle, et un niveau de défense (fig. 21).   

Au rez-de-chaussée on trouve la cave ou cellier voûté en coupole, accessible par une porte donnant sur la cour intérieure. Une autre porte percée à l’époque moderne donne sur la prairie. Elle est surmontée d’un jour rectangulaire. Il est éclairé par des soupiraux rectangulaires, qui pourraient éventuellement servir de bouches à feu, contenus dans deux niches en arcs surbaissés, dont l’un possède un emmarchement en gradins. Le sol est constitué de pierres plates et d’un hérisson de pierre (fig. 22).

Au premier étage se trouve une salle voûtée sur croisée d’ogives, retombant sur des culots taillés en diamant. Elle possède une belle fenêtre à meneau surmontée de trilobes ajourés et deux coussièges. A mi-hauteur de la pièce, une porte a été percée postérieurement dans la muraille de l’escalier, pour accéder à un espace intermédiaire, dont restent visibles les trous des poutres dans le mur (fig. 23).  Il ne reste plus que les consoles extérieures de la latrine qui desservait cette salle. Elle était accessible par l’escalier. La cheminée monumentale a perdu son manteau et sa hotte trapézoïdale en pierre. Les corbeaux monolithiques de la cheminée sont décorés à leurs extrémités par deux figures : d’un côté un visage féminin recouvert d’une coiffe (fig. 25) et de l’autre un personnage tenant un objet indéterminé (fig. 26). Cette belle salle pourrait correspondre à une salle d’audience ou un espace résidentiel.    

Le deuxième étage est réservé pour la défense sommitale. Il se divise sur son pourtour par une alternance de niches dont quatre renferment des baies créneaux et quatre des archères à étrier. Les archères sont surmontées d’un cavet finement sculpté (fig. 29). Le confort des gardes n’a pas été oublié, la neuvième niche renferme une latrine et il y avait une cheminée en face de l’entrée de la pièce. Ce niveau a conservé les traces d’un incendie, avec de nombreuses pierres rubéfiées. Il était surmonté d’une toiture à poivrière. La souche de la cheminée hexagonale de l’étage défensif est décorée d’une tête humaine et de ce qui ressemble à un serpent (fig. 30).

La tour nord-ouest

La tour circulaire à base talutée située à l’angle nord-ouest possède un diamètre moins important (7 mètres) (fig. 31). Les portes donnant sur l’extérieur sont munies d’épars. Un escalier épargné dans la muraille démarre du premier étage et monte jusqu’en haut de la tour. Il est éclairé par des fentes de lumière. A l’origine, elle comportait trois niveaux : deux salles, surmontées d’un étage réservé à la défense qui a maintenant disparu.

La salle du rez-de-chaussée est voûtée sur croisée d’ogives, retombant sur des culots taillés en diamant. Elle est accessible par une porte donnant sur la cour intérieure. Elle comporte trois niches à archères à étriers, modifiées pour utiliser des armes à feu. Cette salle est réservée à la défense du fossé et de l’entrée.

La salle du premier étage est voûtée sur croisée d’ogives, retombant sur des culots taillés en diamant. Elle comporte une baie rectangulaire à coussièges, une latrine à moitié démolie, une cheminée qui a perdu son manteau mouluré et sa hotte en pierre. Sa particularité est d’avoir une porte dont le système de fermeture comporte quatre barres plus un épar, située du côté de la petite tour (fig. 34). Cette salle n’est accessible uniquement qu’à partir des courtines. Cette pièce coffre-fort très bien protégée renfermait sans doute le chartrier ou autres objets précieux.

Du deuxième étage accessible par l’escalier intérieur (fig. 35), il ne reste plus que les premières assises de maçonnerie. Il était réservé à la défense sommitale et identique à la tour sud-ouest, avec une succession de niches comportant baie-créneaux et archères à étrier, plus une latrine et une cheminée pour le confort des gardes. Il était probablement surmonté d’une toiture à poivrière (fig. 36).

La tour nord-est

La tour circulaire à base talutée située à l’angle nord-est, est celle dont le diamètre est le plus faible (5 mètres) (fig. 37). Elle est élevée sur au moins cinq niveaux. Les deux premiers sont voûtés en coupoles. Les autres sont séparés par des planchers qui ont maintenant disparu On ne sait pas si un niveau défensif couronnait cette tour ou si elle était simplement surmontée d’une toiture à poivrière. Les deux arrachements visibles en partie basse de la tour pourraient correspondre à des latrines démolies (fig. 38).    

Elle comporte à la base sous le rez-de-chaussée, une citerne ou cellier, dont on ne connaît pas l’usage faute d’avoir pu y accéder. Le rez-de-chaussée voûté est éclairé par de petites baies. Le premier étage comporte trois niches avec de petites fentes de lumière qui pourraient éventuellement servir d’archères. Le deuxième étage comporte des baies rectangulaires à coussièges. Le troisième étage ne possède qu’une fenêtre et une porte qui donnait dans le logis (fig. 39). Deux portes munies d’épars, permettent d’accéder aux courtines, et deux autres donnaient dans le logis, côté cour.    

Très peu de mobilier a été trouvé dans le château. Une exception avec cette brique en terre cuite qui semble représenter un loup et qui a été découvert dans la citerne, lorsqu’elle a été vidée de ses gravas par l’ancien propriétaire, Mr. Berland (fig. 41).

La porterie

Le portail d’entrée du château se situe au centre de la courtine ouest. Il était précédé par une tour porche dont il ne restait plus que les arrachements, bouchés aujourd’hui (fig. 42). La mention dans les textes d’un pont-levis indique clairement qu’un fossé existait devant cette tour-porche18. Celle-ci est toujours bien visible sur le cadastre napoléonien de l’année 1828 (fig. 43). Sa destruction surviendra un peu plus tard, une carte postale du début du vingtième siècle, montre encore une partie des murs de la tour porche qui est alors à moitié démolie (fig. 44). L’entrée du château se faisait alors par une ouverture rectangulaire, située sur le côté est.

A l’intérieur de la cour le portail d’entrée s’inscrit dans une série d’au moins trois arcades qui indiquent l’existence d’un bâtiment qui encadrait l’entrée avec probablement un autre vantail donnant dans la cour (fig. 45). Sa fonction est inconnue, peut-être des écuries ?

Les courtines

Les courtines des côtés nord et est ont disparu et sont maintenant arasées jusqu’au niveau de la cour actuelle. Il ne reste que la courtine de la façade du portail d’entrée et celle du côté sud surplombant la carrière. Ces courtines ou murailles étaient surmontées d’un chemin de ronde accessible par les portes des tours et du donjon. Toutes les parties supérieures ayant disparu, on ne sait pas de quoi était constitué le système défensif. Grâce aux arrachements, on peut voir que la muraille montait jusqu’au niveau des linteaux des portes qui donnaient sur la courtine (fig. 47). Du côté de la cour, la muraille était doublée au sud-ouest par un escalier qui permettait d’accéder au chemin de ronde de la courtine (fig. 48). Il est probable que le même système existait en face sur la courtine nord.

Le logis

Un grand logis dont on ne sait presque rien occupait l’espace entre le donjon et la petite tour nord-est. Il reste quelques portions des murs du rez-de-chaussée sur le côté est. Au nord, la muraille contre la petite tour montre les traces d’un incendie avec les pierres rubéfiées (fig. 49). La base des piédroits d’une cheminée monumentale et une fenêtre y ont été conservées. Un soupirail visible sur la muraille nord semble indiquer la présence de caves en partie basse de ce logis. Une chapelle domestique, citée en 1446 et en 1698, est située à l’étage du logis19.

Conclusion

La visite architecturale des vestiges du château de Commune, nous permet effectivement de dire que nous avons affaire à une construction exceptionnelle, dont il reste peu d’éléments de comparaison dans la région encore en élévation. De taille modeste, cet édifice a néanmoins bénéficié d’une construction soignée et a été doté d’éléments de confort et de défense significatifs. On peut penser que le maître d’œuvre à l’origine de ce programme était un homme expérimenté bien au fait des innovations de l’époque et donc proche du pouvoir. Le coût important de la construction paraît également être difficilement l’œuvre d’un petit seigneur du Charolais, dont la plus grande partie d’entre eux ne possèdent que des revenus médiocres. L’origine et la fortune de la famille éponyme de Commune restent également inexpliquées, ce qui fait que la part d’hypothèse sur le pourquoi de ce château reste donc entière (fig. 50).



Citer ce billet
jeanmariejal (2022, 30 octobre). Le château de Commune (Saône-et-Loire). Description des vestiges, par Jean-Marie Jal. Carnet parodien d'histoire de l'art et d'archéologie. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m8p2

  1. BEAUMONT (René de), Noblesse et chevalerie en Charolais et Mâconnais, le Toucan, Paris, 2012, t. 1, 378 pages, p. 349-356. []
  2. CHEVALIER (Ulysse), Cartulaire du prieuré de Paray-le-Monial, Alphonse Picard, Paris, 1890, 220 pages, chartes n° 184, p. 91-92 et n° 87, p. 46-47 []
  3. TAVERDET (Gérard), Microtoponymie de la Bourgogne, A.B.D.O. (Association Bourguignonne de Dialectologie et d’Onomastique), 1989, t. 2C, p. 383-390. []
  4. AD21, Peincedé, t. 11, p. 87, B 10 475 cote 141. []
  5. AD21, Peincedé, t. 12, p. 401, B 10 494 cote 19. []
  6. AD21, Peincedé, t. 12, p. 417, B 10 518 cote 1 et p. 427, B 10 518 cote 24. []
  7. LAMANT (Hubert), La maison de Damas ducs et pairs de France, 1977, 353 pages, p. 167, AD71, E 661 et B 1 069. []
  8. AD21, Peincedé, t. 12, p. 628, B 10 753 cote 34. []
  9. AD71, B642 f° 70, B 734, B 552, B 564. []
  10. AD71, Q 406 f° 32. []
  11. BULLIOT (Jacques-Gabriel), « La tour du Bost », Mémoires de la Société Eduenne, Autun, 1900, t. 28, p. 165-166. []
  12. GAUTHIER (Marthe), Comté de Charolais (histoire générale et particulière), Bourbon-Lancy, 1973, t. 2, p. 152. []
  13. VIGNIER (Françoise), Le guide des châteaux de France 71 Saône-et-Loire, Hermé, Paris, 1981, 189 pages, p. 105-106. []
  14. RAPPORT INTERMEDIAIRE, L’habitat médiéval fortifié en Bourgogne du Sud (Saône-et-Loire/Nièvre), Service Régional de l’Archéologie de Bourgogne, Dijon, 2003, t. 1, 190 pages, p. 158-166 ; MAERTEN (Michel) MOUILLEBOUCHE (Hervé), L’habitat fortifié médiéval en Bourgogne ducale du XIe au XVIe s., Centre de Castellologie de Bourgogne, Base de données 2014, http://www.cecab-chateaux-bourgogne.fr []
  15. FAYOLLE (Nadège), Le château de Communes, 1ère année de Master en Histoire Médiévale, Université de Bourgogne, Dijon, 2006-2007, 176 pages []
  16. RAYNAUD (Pierre), Saône-et-Loire Martigny-le-Comte château de Commune étude préalable à la restauration du château, octobre 2010, 24 pages, 20 planches photos, 9 pages annexe étude, 34 plans []
  17. JAL Jean-Marie MAERTEN Michel, « Etude du château de Commune », Rapport d’activité du PCR 2013, Projet collectif de recherche Châteaux et Atlas 2013, Centre de Castellologie de Bourgogne, UMR 6291 Artéhis Dijon, décembre 2013, p. 143-174. []
  18. FAYOLLE (Nadège), Le château de Communes, 1ère année de Master en Histoire Médiévale, Université de Bourgogne, Dijon, 2006-2007, 176 pages, p. 89 ; AD71 3E 4336. []
  19. FAYOLLE (Nadège), Le château de Communes, 1ère année de Master en Histoire Médiévale, Université de Bourgogne, Dijon, 2006-2007, 176 pages, p. 88-89 ; AD 71 B 629 et 3E 4336. []

3 réflexions sur « Le château de Commune (Saône-et-Loire). Description des vestiges, par Jean-Marie Jal »

  1. Merci pour la présentation de ce remarquable édifice, dont j’ai relevé l’adresse dans mes favoris; je reprendrai probablement contact après lecture attentive.
    Meilleures salutations. Michel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.