Le château en contrepoint : ce que l’habitat dit de la forteresse dans le Charolais et le Bourbonnais, par Franck Chaléat

Remplissant le rôle de pôle dans le système spatial médiéval (et moderne), le château devient souvent un haut-lieu étudié pour lui-même, par le biais de ses composants architectoniques et stylistiques, de ses fonctions militaires et résidentielles, de ses logiques de positionnement. Pourtant, malgré certains effets de mise en scène (motte, fossés, basse-cour, jardins), cet objet n’est pas totalement retranché de ce qui l’entoure : inclus dans des configurations socio-spatiales déjà en place, le château subit un héritage pesant sur son emplacement et sa configuration ; ses limites composent autant avec certaines lignes maîtresses des paysages qu’avec certaines dynamiques sociales externes ; ses points de contact avec l’extérieur trahissent également des logiques non-militaires et un certain rapport avec la communauté.

Cette communication se veut l’occasion de faire le point sur ce que l’on peut dire du château lorsqu’il n’est pas l’objet central de l’étude, et qu’on l’aborde par certains chemins de traverse, notamment par le biais de l’habitat groupé qui accompagne souvent le lieu de pouvoir. Ainsi certaines problématiques scientifiques connexes ou plus lointaines peuvent effleurer le château, en voir les effets sur le paysage, et circonscrire en négatif sa place sociale et spatiale sans jamais le saisir frontalement. Quatre aspects seront abordés ici : l’inscription dans le paysage bâti, la communication avec la localité proche, la mainmise sur l’agglomération, mais aussi le rapport avec le terroir environnant.

Les exemples seront trouvés dans les deux zones de travail de l’auteur, celle du Charolais-Brionnais (étudiée lors de sa thèse)[1] et celle du Bourbonnais (terre d’adoption professionnelle) (FIG. 1).

Fig. 1 : Cartes de localisation des sites cités dans l’article (IGN, licence ouverte Etalab et Openstreetmap, licence libre ODbL, complétés par l’auteur)

L’inscription dans le paysage : l’exemple de Moulins-sur-Allier

Localisée en moitié nord du département de l’Allier, sur la marge occidentale de la Sologne Bourbonnaise, la ville-préfecture de Moulins est positionnée sur les deux rives de la rivière Allier, le centre ancien se situant en rive droite ; la rive gauche accueille, quant à elle, un faubourg ancien, nommé la Madeleine.

Lieu emblématique du centre historique, disposé sur un relief culminant à 223 m NGF (soit 10m plus haut que la rivière), le Palais Ducal ne conserve plus, aujourd’hui, que les vestiges très partiels du vaste complexe castral médiéval dominant la ville et la rivière.

Le site pré-médiéval

Historiquement, le site de Moulins s’intègre dans une occupation des bords de la rivière Allier que l’on décèle dès la Protohistoire, et qui paraît se structurer autour d’un croisement d’axes viaires et d’un point de franchissement du cours d’eau. La synthèse des découvertes archéologiques montre un glissement progressif des points d’ancrage du peuplement.

Pour les âges du Bronze et du Fer, les points de découverte du mobilier protohistorique attestent d’une occupation possible en rive droite de la rivière (repères n°1, 2 et 3 sur la FIG. 2), mais le seul vestige potentiel d’habitat est un fossé à profil en V qui pourrait être associé à un enclos protohistorique dans le quartier des Craux (repère n°5 de la FIG. 2). Le territoire concerné est déjà traversé par deux chemins protohistoriques essentiels, un «chemin de hauteur» passant par le centre d’Yzeure parallèlement à l’Allier hors des zones inondables (tracé B de la FIG. 2), et une voie de pénétration  perpendiculaire à la rivière (sous la route de Bourgogne ?), calée sur un point de franchissement (tracé A de la FIG. 2).

Fig. 2 : Synthèse des indices archéologiques du territoire de Moulins (fond Openstreetmap (licence libre ODbL) complété par l’auteur.

On admet que ce carrefour a contribué à fixer l’agglomération antique locale : celle-ci concerne en grande partie le site actuel d’Yzeure, qui devient le chef-lieu territorial [2]. En l’état actuel des connaissances, c’est autour du croisement des deux cheminements celtes (tracés A et B sur la FIG. 2) que l’on restitue le cœur de cette implantation, notamment le quartier artisanal (vicus ?) de Saint-Bonnet qui produit des figurines en terre blanche (entre 40 et 100 de notre ère). En continuité, la partie orientale de Moulins agrège plusieurs évidences d’habitat au profil aisé [3], qui pourraient relever d’un faciès tant urbain que péri-urbain : des vestiges d’hypocauste au n°1 rue Voltaire, des tubulures (de chauffage) au n°8 de la rue de la Flèche, et un bassin de marbre à l’angle des rues Bardon et Papin (respectivement les repères n°8, n°9 et n°11 de la FIG. 2). D’autres découvertes plus éloignées signalent en revanche clairement la couronne périphérique des domaines ruraux et des zones funéraires qui ceignent habituellement les agglomérations : les villae du Parc Laussedat et des Craux (respectivement aux repères n°21 et 15 de la FIG. 2), mais aussi d’autres «ruines» de domaines le long d’un itinéraire lyonnais (repères n°17 et 18 de la FIG. 2) ; une nécropole utilisée de 20 à 75 de notre ère au lieu-dit les Petites Roches [4] (repère n°20 de la FIG. 2), associée à un possible sanctuaire (ibid., repère n°19). D’après les hypothèses en cours, l’ensemble se structure autour d’un motif viaire légèrement modifié : un nouveau croisement se cale sur un axe nord / sud désormais bien plus rapproché de la rivière Allier (tracé C de la de la FIG. 2), et sur cette base se greffent au moins trois voies en partie orientale (tracés D, E et F de la de la FIG. 2), ainsi que deux itinéraires importants en rive gauche (ibid., tracés G et H). Parmi eux, les tracés G et E matérialiseraient le cheminement principal de la voie d’Augustoritum (Limoges) à Augustodunum (Autun).[5]

Cette primauté d’Yzeure se poursuit malgré les bouleversements de l’Antiquité tardive, puisque le vicus accueille la fondation de deux églises altomédiévales : Saint-Pierre-d’Yzeure (repère n°22 de la FIG. 2), qui abrite des sarcophages de pierre associés à une communauté chrétienne mérovingienne [6], et Saint-Bonnet (ibid., repère 23), qui pourrait constituer une fondation carolingienne au vu de sa titulature [7]. Pour ce qui est de Moulins, on suppute la permanence du croisement des axes antiques C et E, et c’est là que paraît se situer la villa Molinis, citée dans les sources écrites dès 991 [8]. Une chapelle Saint-Pierre est également mentionnée à cette période à Moulins, peut-être à l’emplacement de la cathédrale, donc près du futur château [9]. Une forte mainmise monastique a dû renforcer le développement de la berge, à l’ouest du vicus d’Yzeure : d’abord par les possessions foncières de Cluny à cet endroit, puis par le droit de patronage exercé par le prieuré de Souvigny sur les chapelles moulinoises [10].

Le château et l’agglomération

Au milieu du XIe siècle, une population se regroupe sous l’autorité d’un seigneur possédant le castrum Molinis, cité dans la vie d’Odilon [11]. On ignore pourtant tout de l’emplacement de ce castrum, et de la localité voisine. L’indice architectural le plus précoce est un ensemble de sous-sols voûtés daté du XIIIe siècle et appelé «caves Bertine» (rue Voltaire, entre les repères n°8 et 9 de la FIG. 2). L’agglomération est alors déjà citée comme ville franche en 1232, tirant sa prospérité de la circulation des marchandises le long de la voie Lyon-Paris et de l’existence de plusieurs foires annuelles.

Le premier grand chantier urbain que l’on peut cerner est celui du Château-palais des ducs, entre 1375 et 1406, qui permet à Louis II de Bourbon de constituer une forteresse intra-muros pour accueillir le cœur de son administration princière (repère 24 de la FIG. 2 ; FIG. 3). Il ne reste de ce château que la tour actuelle de la Mal-Coiffée, ce coeur étant agrandi dès 1490 par Pierre II de Beaujeu et Anne de France, qui établissent deux autres corps de bâtiments vers le nord sur l’emplacement d’anciennes maisons rachetées. Deux niveaux de sous-sols et d’entresols fouillés entre 2011 et 2013, ont révélé six siècles d’occupation (rapport à venir). À la fin du Moyen Âge, Moulins est une ville fermée, ceinte de murs et dotée de fossés en eau, dont le tracé se retrouve dans le parcellaire actuel (tracé J de la FIG. 2 ; FIG. 3) : il y a alors une structure visiblement dédoublée, avec une «ville haute» fortifiée autour du château, et une ville basse qui cerne le château sur ses faces ouest et sud. Le tracé brisé des murs défensifs présents en partie orientale, matérialisent en revanche l’adjonction d’une fortification moderne dotée d’un système en crémaillère (non datée).

Fig. 3 : Localisation des entités archéologiques des périodes médiévale et moderne, avec les indices complémentaires, sur la carte archéologique de la commune de Moulins (base Patriarche), en date du 22 décembre 2016.

De la ville haute, sont encore conservés l’ancienne chapelle Saint-Pierre devenue collégiale (actuelle cathédrale : entités n°6 et 61 de la FIG. 3), le beffroi de la tour de l’Horloge (actuel Jacquemart : entité n°19 de la FIG. 3) mais aussi plusieurs maisons à pan-de-bois visibles dans la rue des Orfèvres. La ville basse, quant à elle, n’a fait l’objet d’aucun recensement précis du bâti, et les seuls points d’ancrage connus sont les implantations religieuses modernes qui parsèment les quartiers (églises, hôpitaux et couvents : FIG. 3).

La question de la ville basse et du paysage urbain à la lumière des vestiges archéologiques et des sources écrites

Tous les éléments semblent pourtant s’accorder pour souligner la faible consistance de cette ville basse à la fin du Moyen Âge, ainsi que le représente l’Armorial de Revel en 1450-1460 : étonnamment, il s’agit pourtant du moment de pleine gloire de Moulins, puisque cette ville est déjà choisie comme capitale ducale par Louis II de Bourbon. Qu’en est-il exactement, sur le temps long, de cet espace situé en contrebas du château ?

Il faut d’ores-et-déjà souligner que le paysage naturel y est sensiblement différent de celui qui caractérise actuellement cette partie plane de l’agglomération : la confrontation des divers documents, ainsi que les relevés en histoire environnementale, montrent que la rive de l’Allier est plus proche du château qu’actuellement, rognant les berges actuelles sur 75 à 100 mètres de profondeur (FIG. 4). Parallèlement, d’anciens bras de l’Allier parcourent pendant plusieurs siècles l’intervalle entre rivière et château, et transforment cette zone en une étendue semi-marécageuse ; l’un de ces bras est cité dans les archives comme le cours d’eau du « Peillerault », alimentant plusieurs tanneries ainsi que le «grant jardin» mis en œuvre par Anne de France au début du XVIe siècle.

Fig. 4 : Reconstitution du faciès ancien de la ville basse de Moulins : les variations de la rive de l’Allier (issu de COURNEZ, 2015, p. 199) et la structure des faubourgs du XVe siècle d’après la lecture des terriers par Marie Litaudon (extrait de DESGRANGES (dir.), 2000, p.100). L’astérisque désigne le lieu d’implantation du diagnostic de 2019.

Ensuite, contrairement à ce que laisse accroire le tracé des murailles médiévales, la conquête de la ville basse n’est pas acquise, son occupation est visiblement lâche, différentiée et très progressive. Le seul point stable connu reste l’ancien port sur la rivière positionné en moitié sud de la ville basse (FIG. 4). Les rares incursions archéologiques vérifient que la moitié nord devait être largement vide ou dévolue aux jardins, à l’image de ce que montre l’évaluation archéologique menée sur l’ïlot Fraternité, à 250 mètres de la rivière (repère 25 de la FIG. 2 ; FIG. 3) : les premières traces de lotissement ne s’y détectent qu’à l’aube de l’époque moderne, sur le modèle des maisons alignées en front de rue et de grands jardins en partie arrière [12]. Un autre diagnostic archéologique réalisé en 2019 entre cet îlot et le château ducal, au flanc sud de la place Jean Moulin, donne des résultats encore plus négatifs [13]. Ici, dans une large cour au cœur des immeubles, les coupes en long des deux plus grands sondages montrent qu’il n’y a aucune construction avant le XIXe et le XXe siècle : sous les fondations et les remblais de l’époque industrielle, on ne retrouve que deux épaisseurs conséquentes de terres de jardin qui se posent directement sur le socle géologique (bancs de sables graveleux). D’une épaisseur d’1 m, ces terres de jardin sont des apports de limon sableux brun, sans aucun litage ni trace de sol : tout indique un travail constant de ces strates, et les seules céramiques qu’elles renferment datent au plus tôt de la fin du XVIIIe siècle. Malgré la présence d’une petite fosse (ininterprétable) antérieure à ces terres, il y a une absence totale de structure ou de matériel associé à l’époque médiévale ou moderne.

À l’appui de ces évidences matérielles, les renseignements issus des sources écrites rendent une image toute aussi chétive. La chercheuse locale Marie Litaudon a synthétisé les déclarations de maisons assemblées dans le terrier seigneurial de 1460, et, sur la base du plan cadastral ancien, elle restitue une configuration largement structurée par deux faubourgs alignés sur les axes principaux (FIG. 4) : au sud, un faubourg des Carmes, dont il subsiste l’église l’église Saint-Pierre (du bas Moyen Âge : entité n°4 de la FIG. 3), en lien avec un chemin vers Lyon ; à l’ouest, un faubourg d’Allier (où se trouve le diagnostic de 2019), qui borde une voie menant au pont sur la rivière, au milieu d’anciennes zones d’inondation (le Champbonnet, l’Isle Cohecte). De fait, entre le château et la rivière, là où l’on s’attend à retrouver la matrice de la ville basse, une seule ligne d’urbanisation traverse le lit majeur de l’Allier durant ces dernières décennies médiévales.

En conclusion, on doit très prudemment revenir sur l’image habituelle que suggère le tracé des murailles médiévale : leur circuit piriforme pour la ville basse amène à penser qu’elles viennent, à la fin du XVe siècle, sanctionner l’extension d’un véritable quartier déployé entre château et rivière, et que le site castral s’articule comme centre symbolique entre les villes haute et basse ; en fait, les formes sont trompeuses, et la situation concrète de la ville basse à cette époque semble être énormément plus effacée, d’autant plus que l’on ignore deux éléments : 1- la période de constitution du faubourg d’Allier, dont on ne possède aucune preuve d’existence entre le Xe et le XIVe siècle ; 2- l’emplacement du premier lieu de franchissement de l’Allier, qui pourrait avoir été décalé par rapport au château. Aucun détail ne nous est parvenu à propos des possessions monastiques de la villa Molinis, ni des chapelles patronnées par Souvingy. Si l’on remonte dans le temps, il n’est donc pas impossible de penser que la « ville franche » de 1232 n’ait été circonscrite qu’à la partie haute des berges, là où sont localisées les caves Bertines. Dans un tel scénario, le château aurait pu ne pas être encadré par l’habitat, mais constituer plutôt une sorte de « tête de pont » à l’ouest de l’ancien vicus d’Yzeure, sanctionnant le déplacement progressif du centre de gravité de la population. Les modalités de son inscription dans le paysage en sortiraient sensiblement changées.

L’emboîtement d’espaces de domination autour du château : l’exemple de Semur-en-Brionnais

Au coeur de la région du Brionnais, entre le fleuve de la Loire et les Monts du Beaujolais, à 4 km à l’est-sud-est de Marcigny, l’habitat de Semur-en-Brionnais occupe massivement une extrémité de plateau (recoupée d’une vallée morte) à l’altitude moyenne de 385 m NGF : ce dernier se développe au flanc nord d’une vallée encaissée d’axe nord-ouest/sud-est, où serpente la rivière du Merdasson qui coule vers la Loire. Dans la vallée morte prend place le hameau de Saint-Martin.

Le site précoce

Peu nombreuses [14], les études historiques portant sur Semur-en-Brionnais ne suggèrent aucun regroupement antérieur au Moyen Âge.

Malgré la présence d’une église romane dans le hameau de Saint-Martin, l’hypothèse d’un village primitif à cet endroit est une piste peu attestée, et le lieu de culte serait plutôt une église rurale précoce marquant la progression du christianisme dans les campagnes : son vocable précoce la relie possiblement à une grande paroisse altomédiévale scindée en deux (et liée à Saint-Martin-du-Lac) [15]. Il en est sans doute de même pour la chapelle Saint-Vincent du lieu-dit Montmégin (à 2 km au nord). Au milieu, le rebord de plateau est susceptible d’avoir accueilli deux points d’ancrage précoces. Il y aurait d’abord, à l’ouest, une première chapelle citée dans une donation du roi Boson de 879, et dont l’archéologie a sans doute retrouvé un mur sous l’église romane Saint-Hilaire. Par la suite, à l’est, surgit un bâti fortifié conservé dans le soubassement de la tour maîtresse et daté de l’intervalle 892-986 [16].

Au cours du XIe siècle, les parties supérieures de la tour sont rebâties et une motte la ceint ; un grand fossé vient compléter le tout à l’est de la plate-forme. Important, le site porte le titre d’archiprêtré au XIe siècle, par le biais de l’église Saint-Martin [17]. Le lignage seigneurial a pu privatiser l’église proche du château avant de devoir la restituer dans le cadre de la Réforme grégorienne [18]  : Saint-Hilaire est qualifiée d’ecclesia lors de sa remise entre les mains de l’évêque d’Autun en 1140, ce qui suggère un fonctionnement paroissial [19]. Immédiatement en contrebas du château, un troisième lieu de culte est initié avant la fin du XIe siècle, à savoir la chapelle Sainte-Marie-Madeleine, très certainement liée à la fondation d’une « nouvelle ville » évoquée par le seigneur Geoffroy III  avant 1088 [20].

Le prieuré clunisien de Marcigny prend la main sur la totalité de ces sanctuaires [21] : d’abord, entre 1055 et 1095, sur l’église paroissiale Saint-Martin localisée dans le vallon, puis, avant 1095, sur Sainte-Marie-Madeleine, et enfin, en 1120, sur la chapelle privée Saint-Hilaire. C’est dans ce cadre que cette dernière est rebâtie dans un style roman monumental au dernier tiers du XIIe siècle, et bientôt entourée d’un cimetière.

Le site tardif connu

Dès le XIIIe siècle, on perçoit l’établissement d’un solide système de défense. Au nord, la « nouvelle ville » du XIe siècle est ceinturée par une ligne de délimitation dont il reste une seule porte monumentale nommée « Porte au Vau ». Au sud, l’acte de fondation du chapitre canonial de Saint-Hilaire mentionne des fortifications ceignant désormais la plate-forme : ce texte permet d’y replacer deux accès principaux, l’un au nord (à l’emplacement du séminaire du XIXe siècle), l’autre au sud (à l’emplacement de la poterne actuelle ?) : l’acte inaugure aussi l’appropriation de toute la moitié ouest de la plate-forme par ledit chapitre.

Ces fortifications sont reprises durant la guerre de Cent Ans. Le château se voit adjoindre un avant-corps dont on conserve deux tours rondes, puis la tour maîtresse (actuelle « Tour Saint-Hugues ») est modifiée pour être accessible en hauteur par un pont-levis (1382-1390). La porte nord de la plate-forme est aussi complétée d’un avant-corps qui la dédouble, et la poterne sud est intégralement refaite (au vu des vestiges actuels conservés). Parallèlement, ainsi que le révèlent le bâti et le terrier de 1496, le bâti commercial et communautaire se multiplie : au pied de la motte siège le Grenier à sel seigneurial (du XIVe siècle), ainsi que des halles à vin (nommées « sales de bourgoine ») ; dans la vallée morte, la « nouvelle ville » devenue « basse ville » accueille des halles commerciales et un hospice bientôt reconstruit sous forme d’Hôtel Dieu [22].

Le calme du XVIe siècle suscite l’édification de demeures soignées de chanoines à l’ouest de Saint-Hilaire, et la constitution du faubourg de la Perrière aux abords orientaux de l’agglomération, selon un motif rayonnant : à ce carrefour, la chapelle Notre-Dame est (re)construite en 1536. Au XVIIe siècle, le bâti ecclésiastique investit la moitié orientale de la plate-forme (presbytère, Maison du Chapitre), tandis que divers lotissements marquent la progression de l’habitat au flanc oriental de la basse ville ; cette dernière perd, durant l’époque moderne, toute trace de ses anciennes fortifications.

Avec la ruine complète du château, des prisons sont installées dans ses tours, et sa structure générale est largement entamée au début du XIXe siècle, par le percement de l’actuelle partie est de la rue Bouthier de Rochefort. Enfin, en 1830, la construction du Petit Séminaire achève de détruire la fortification sud de la plate-forme, et une large part des bâtiments de la zone canoniale.

La place du château dans la ville aux XIIIe-XVe siècles

Du fait du faible nombre de vestiges médiévaux (FIG. 5), les sources écrites ont été sollicitées pour restituer la structure générale de l’habitat groupé. La source la plus complète de ce point de vue est le terrier de la Baronnie de 1496 : sa bonne précision toponymique et topographique permet l’exploitation en série des articles du terrier par le biais d’une carte structurelle (FIG. 6).

Fig. 5 : Situation actuelle de l’agglomération de Semur-en-Brionnais (fond du cadastre actuel, source : Direction Générale des Finances Publiques, site www.cadastre.gouv.fr)
Fig. 6 : Restitution de l’espace vécu de Semur-en-Brionnais à la fin du XVe siècle d’après le terrier de la Baronnie de 1496 (illustration de F. Chaléat, issue de CHALÉAT, 2016).

La partition principale se fait alors entre une « haulte ville » et une « basse ville » : au vu des indications de 1496, la première est la plate-forme de rebord de plateau et la seconde est le quartier positionné dans la vallée morte, excluant de ses murs l’église de la Madeleine [23]. Chaque partie est ceinte de murailles, et un fossé interne vient souligner la séparation. Contrairement à ce que laissent entendre les études antérieures, il y a une disposition très riche des accès, avec pas moins de cinq portes. Le nœud central du dispositif est une « porte de la haulte ville dud(it) semur », qui est le passage privilégié entre basse et haute ville : il s’agit manifestement des portaux figurés sur le plan cadastral du XIXe siècle et signalés par l’Abbé Cucherat [24]. En face sud de la haute ville, son pendant est une « posterle », qui se confond avec la Poterne aujourd’hui conservée entre les maisons. La basse ville est dotée de trois portes sur ses trois faces : la « porte de la Magdeleyne » au flanc nord de l’enceinte, la « porte au baillif » dans le flanc est, et enfin une porte à double dénomination (« porte des hayes » et « porte au Veaul ») dans le flanc ouest, ouvrant sur Marcigny.

On note une différence d’appréciation entre les deux moitiés, la haute ville étant régulièrement mise en vedette comme le cœur du site. En effet,  alors que les défenses de la partie nord sont systématiquement nommées « murs de la basse ville », celles de la plate-forme sont régulièrement dites « murs de lad(ite) ville » : on y voit l’indice que la « haulte ville » est symboliquement appréhendée comme la « vraie » agglomération, plus importante, et qu’elle est le lieu d’identification de la communauté. La même chose se produit avec la porte nord de la plate-forme, qui permet le passage interne entre les deux zones, mais qui est parfois pompeusement appelée « porte de Semur ».

Dans cet ensemble, en quoi consiste le château et jusqu’où s’étend-il ?

Le terrier livre une image très floue des éléments concrets du château : une « mote » et un « pont », attestés par l’archéologie et entourés de « murailles » non décrites que longent des « foussez ». Cette ligne de rempart exclut un « jardin du donjon » mal localisé. Une « place du chastel » s’étend au nord et à l’ouest du château, parfois appelée « place et aysance dud(it) chastel » ou « place et terreaulx dud(it) chastel » : ces noms suggèrent qu’elle prolonge le château, comme annexe informelle ou comme achèvement des fortifications de terre.

Malgré ce côté ramassé du « chastel », on note certains éléments de confusion. Ainsi, même dans l’angle nord-ouest de la plate-forme, les murailles de la haute ville sont parfois nommés « murs dud(it) chastel » (article n° 146) ; de même pour, la porte nord de la haute ville qui devient « Porte du chastel » : la « haulte ville » est donc partiellement confondue avec le château lui-même. On retrouve là les traces d’une situation antérieure décrite dans l’acte de fondation du chapitre Saint-Hilaire en 1274. Par cette charte latine [25], le collège de trente chanoines acquiert la possibilité de faire un cimetière et de construire divers édifices dans le château de Semur, à l’intérieur de limites précisément énoncées : d’une part une ligne médiane tracée entre deux portes du château (« à portâ nostrâ castri nostri de Sinimuro Briennensi […] usque ad aliam portam dicti castri […] prout directè itur de unâ portâ prædictâ ad aliam portam dicti castri »), et d’autre part le tracé du mur qui relie les deux mêmes portes mais qui passe de l’autre côté de l’église (« & â dicto itinere à parte Ecclesiae, prout ambitus murorum dicti castri ab unâ parte usque ad aliam portam dictarum portarum per circuitum se extendit ») [26]. Le texte ne délivre ni nom ni orientation à propos desdites portes, mais on peut penser qu’il s’agit déjà des accès nord et sud de 1496 (« porte de la haute ville » et « posterle »). L’ensemble de la description admet que le castrum s’identifie à l’ensemble de la plate-forme : le terrain cédé aux clercs est une partie du castrum ainsi que les murs qui le limitent à l’ouest (murorum dicti castri). Malgré la polysémie du terme latin, le vocabulaire du XIIIe siècle pointe déjà dans ce terme castrum le réduit fortifié lieu de pouvoir, et on voit que les hésitations toponymiques de 1496 sont pleinement les héritières de la situation de 1274, où l’ensemble de la plate-forme constituait la « résidence fortifiée aristocratique privée » [27] qui sera nommée château en français.

Un indice du terrier permet de pointer une autre évolution intervenue dans cette zone entre les dates de 1274 et 1496. La haute ville est en effet recoupée, à l’ouest de la « place du chastel », par une forte délimitation d’axe nord/sud que le terrier nomme « muraille du mylieu de lad(ite) ville dud(it) semur » ou encore « murs du mylieu de lad(ite) ville ». Ce mur peut être localisé précisément près des deux portes nord et sud de la haute ville, puisqu’il est longé à l’ouest par la rue charretière qui relie la « posterle » et la « porte de la haulte ville ». Cette construction n’est pas un obstacle infranchissable : deux ouvroirs commerciaux la percent, ainsi que la bien-nommée « porte du mylieu » où convergent plusieurs chemins.

Parmi les appellations concurrentes de cette paroi, on note l’emploi de la locution « mur de la basse court dud(it) chastel » (article n°29). Cette dernière mention suggère qu’il s’agit de la limite la plus avancée du château, et que la « place du Chastel » a été antérieurement une basse-cour déployée autour de la motte. En accord, on note l’existence d’un lieu-dit  « la Millaudière » dans le quart nord-est de cet espace : c’est un nom évoquant la chevalerie (racine « mill- », rattachée à miles ?) qui pourrait rappeler le lieu de résidence traditionnel des vassaux du châtelain. Pour autant, en 1496, aucune autre mention de basse-cour n’apparaît, et on peut gager que cette appellation est le rappel d’une organisation en voie d’être effacée, dont seule ladite muraille a gardé le souvenir.

Le terrier ne couvre pas les biens assis à l’ouest de cette « muraille du mylieu » : seul un chemin oriental pointant sur la porte et ayant pour origine « lesglise dud(it) semur », permet de positionner Saint-Hilaire face à ladite porte. Cette « muraille du mylieu » paraît donc reprendre en tout point la séparation instaurée lors de la fondation du chapitre de Saint-Hilaire qui a dévolu la moitié ouest de la plate-forme aux clercs, et la moitié est à la mesnie [28] : en effet (cf. supra), la charte de 1274 pose comme limite médiane la ligne allant d’une porte du château à l’autre, soit entre les portes nord et sud de la plate-forme. Pour autant, cet acte ne mentionne la présence d’aucun mur à cet endroit, et le terme de basse-cour n’apparaît pas dans l’acte du XIIIe siècle (même dans sa forme latine bassa curtis) pour qualifier la partie restée castrale à l’est. C’est donc vraisemblablement après la fin du XIIIe siècle que ce mur a été édifié pour consacrer l’inscription d’une basse-cour orientale autour de la motte castrale.

Les relations entre château et habitat dans l’espace vécu des XIIIe-XVe siècles

Malgré ces repères précis, plusieurs indices révèlent des changements structurels dans les rapports château-habitat.

Pour ce qui est du château stricto sensu, tout d’abord, on note un mouvement de grignotage de la partie aristocratique. Ainsi, à l’endroit de l’ancienne basse-cour, la « place du chastel » est à plusieurs reprises désignée comme « place commune », ce qui signifie que cet espace a déjà perdu sa teneur spécifiquement castrale au profit d’une utilisation communautaire. Par ailleurs, le terrier de 1496 dévoile une situation où le pourtour de la « place du chastel » est densément bâti, sans aucun élément chevaleresque, mais au moyen d’une trentaine de maisons et d’un appentis, dont les possédants relèvent de profils sociaux très différenciés (noblesse de robe, hommes de religion, artisans, paysans). Douze constructions sont encore habitables, certaines maisons sont nouvelles, mais les dommages de la guerre sont perceptibles avec la ruine de treize bâtiments : on parle à leur propos de « pie de maison », de « pie de loge », de « mure et pie de maison » ; le terme « pie » ou « pye » acquiert en ancien français le sens de terrain non encore bâti [29], mais il est souvent mis en correspondance avec le terme de « mure », qui désigne la ruine dans le parler franco-provençal médiéval du Lyonnais.[30] Ici, on note la proportion importante de « loges », qui n’apparaissent jamais dans le cas de la basse-ville, et qui sont tenues en quasi-totalité par des non-nobles (27 cas sur 29 mentions), dont des habitants de la basse-ville : ces loges désignent ici des espaces de retrait pour la population environnante, comme cela se pratique autour du Massif Central après la généralisation du guet roturier lors de la guerre de Cent Ans [31].

L’ensemble de ces éléments amène donc à penser que la situation de 1496 montre le résultat d’une prise de possession tardive, par les habitants de la « basse ville », d’un ancien espace aristocratique de basse-cour : ce type de reconquête non-chevaleresque est attesté sur de nombreux sites, souvent par suite d’une dispersion de la mesnie et de la désertion de l’habitat aristocratique, ce qui laisse le champ libre à l’expansion d’un nouveau quartier de l’agglomération proche dans l’enclos vide [32].

D’une manière générale, on note aussi un changement conséquent des communications entre château et habitat. Dans le discours de la charte latine de 1274, le castrum s’identifieà l’ensemble de la plate-forme, il intègre le terrain cédé au chapitre et s’avère doté de deux portes d’accès, sans que l’on perçoive une quelconque zone de transition : les communications semblent donc directes entre la fortification castrale et la « nouvelle ville » fondée au nord  à la fin du XIe siècle. Lors du terrier de 1496, au terme de la mise en place de la basse-cour, aucune porte ne met plus en contact direct château et « basse ville », seule la « porte du mylieu » permet de sortir du château, et les deux portes d’accès à la plate-forme sont rejetées à l’ouest de la « muraille du mylieu », du côté de la zone canoniale. De fait, la moitié canoniale joue le rôle de zone de transition entre château et habitat.

Depuis la basse-ville, la question de l’accès à Saint-Hilaire se comprend aisément : son statut paroissial implique que les habitants puissent passer dans cette moitié ouest de la plate-forme. De même, dans la logique de retranchement du château, la « basse-court » déployée à l’est de la « muraille du mylieu » n’était pas une étendue destinée à être traversée par les flux continuels, mais par des communications contrôlées, et on peut comprendre la nécessité/volonté de déjeter les portes plus à l’ouest.

Pourtant, ce changement fait aussi écho à l’évolution du paysage paroissial. Le schéma est presque linéaire. La première église paroissiale du site, placée dans le vallon, est Saint-Martin, possiblement très précoce, mais qui n’apparaît comme ecclesia qu’en 1055 – 1080. Second pôle paroissial, la capella Sainte-Marie-Madeleine se pose au sortir direct de « la nouvelle ville » et acquiert en 1095 les droits de sépulture et de dîme [33], justifiés par ce nouvel habitat. Malgré la place libre, la chapelle est implantée en-dehors de l’emprise de la « nouvelle ville », ce qui suggère un compromis territorial : placée à la fois dans la zone du château (« in oppido Sinemuro » [34]) mais hors de l’habitat, possédée par le prieuré de Marcigny et au contact direct de la seigneurie laïque. Le troisième pôle est l’église Saint-Hilaire, manifestement liée au noyau castral dès les IXe-Xe siècle : d’abord chapelle privée, passée dans les biens du prieuré de Marcigny, elle devient en 1144 une ecclesia sous la direction spirituelle et la possession de l’évêque d’Autun. Lors de la fondation du chapitre canonial en 1274, cette église devient le pôle paroissial principal : l’ancienne église Saint-Martin-la-Vallée sera soumise au nouveau chapitre [35].

Topographiquement, symboliquement et socialement, chacune de ces étapes marque une captation du fonctionnement paroissial par le château. Partant du vallon (Saint-Martin), après une première attraction par la « nouvelle ville » (avec Sainte-Marie-Madeleine), le chef-lieu échoit finalement au lieu de culte positionné au plus proche du château et à une altitude similaire. Parallèlement, la fondation du chapitre canonial permet au baron Jean de Châteauvillain de diversifier sa domination sur le site : par ce groupe clérical intrinsèquement lié au pouvoir laïc, l’encadrement religieux de l’ensemble du vallon revient dans les mains du baron, dans une forme de « seigneurie canoniale » renforçant la seigneurie castrale [36].

Cette structure symbolique se lit dans l’espace concret entre 1274 et 1496 : logée dans le castrum,Saint-Hilaire se pose comme le nœud des logiques de circulation, les deux accès à la plate-forme débouchent de ce côté-ci du « mur de la basse court », hors du château proprement dit, et la basse ville septentrionale se tourne entièrement vers la plate-forme sommitale pour une large part de sa vie sociale. L’encellulement seigneurial œuvre à plein.

L’habitat organisé par le château : l’exemple de Bourbon-l’Archambault

Localisée dans la partie centre nord du département de l’Allier, la ville de Bourbon-l’Archambault est située à 18 km à l’ouest de la rivière Allier, à 210 m d’altitude environ, dans la vallée de la Burge. Affluent de l’Allier, ce cours d’eau naît dans l’étang naturel qui borde le promontoire dominant la ville à l’ouest. Sous ce promontoire, où siège le château médiéval, le bourg actuel agrège trois quartiers anciens : l’un dans le centre actuel, au pied du château, l’autre, au sud-est, autour de l’église St Georges, et le dernier, au nord-ouest, dans le faubourg de Villefranche.

Malgré une documentation variée et la prise en compte précoce du site de Bourbon par la recherche érudite (Achille Allier au XIXe siècle), les connaissances restent lacunaires. L’analyse de l’évolution longue de l’agglomération est actuellement reprise dans le cadre d’un projet collectif de recherche (PCR) coordonné par deux agents du SAPDA (G. Rocque et F. Chaléat) [37].

Le site ancien

Aucune synthèse n’est possible au sujet de l’époque protohistorique, pour laquelle on ne dispose que de découvertes d’objets résiduels. On note l’hypothèse d’un ancien chemin celte au lieu-dit Le Pou (nord-est de l’agglomération), visible par photographies aériennes : l’éminence présente à cet endroit en ferait un probable site de défense protohistorique, sans preuve archéologique actuellement [38].

Le premier regroupement connu concerne l’Antiquité romaine, à propos de laquelle Françoise Dumasy restitue une agglomération d’une vingtaine d’hectares de surface[39] : la tradition lui a associé l’Aquis Bormonis mentionnée sur la Table de Peutinger, mais cette miniature pourtait tout aussi bien concerner Bourbon-Lancy, sans que le débat soit véritablement tranché. Le schéma admis restitue un habitat groupé ancré autour d’une source thermale et au croisement de plusieurs axes routiers importants, à savoir les voies romaines Bourges/Clermont, Bourges/Lyon et Bourges/Autun. Les thermes gallo-romains sont localisés autour de l’actuelle place des Trois Puits et de la place des Thermes : la première place conserve deux bassins octogonaux en pierres de taille amplement décrits et représentés à l’époque moderne[40], tandis que la seconde place est bordée par une piscine antique partiellement creusée dans le rocher naturel, déblayée en en 1871-1872 lors de la construction de l’Hôtel Montespan ; l’ensemble de la zone concentre les découvertes de fragments bâtis raffinés (mosaïques, colonne, bains en marbre) et d’éléments techniques (conduites en pierre, bois ou plomb) [41]. Il est pour l’instant impossible de déterminer si les deux constructions ressortissent à un seul et même édifice, ni de préciser l’ampleur et la structure du bâti thermal [42].

Autour, on peine à préciser l’organisation topographique et l’ampleur de l’agglomération antique. Au sud-est, on restitue des îlots d’habitat sous le quartier Saint-Georges, associé à un empierrement de voie près du cimetière [43]. D’autres éléments permettent de poser les limites hypothétiques de l’occupation urbaine (FIG. 7) : la présence de plusieurs zones funéraires, dont celle du boulevard Jean Bignon au nord-ouest du centre ancien, mais aussi le signalement de vestiges d’une villa de 6 ha avec thermes privatifs sous l’actuel hameau du Pou, à 2 km au nord-est du centre-ville [44].

Fig. 7 : Restitution de l’agglomération antique de Bourbon-l’Archambault (données SAPDA/J. BESSON/D.LALLEMAND/G. ROCQUE ; DAO : F. CHALÉAT ; fond Openstreetmap, licence libre ODbL).

L’occupation du haut Moyen Âge reste, en l’état, difficile à cerner : aucune trace d’habitat ne se perçoit dans le vallon en contrebas du château, seules surnagent des preuves archéologiques liées au domaine funéraire ou cultuel, sur une zone bien plus large. Trois points de découverte de sarcophages attestent d’une présence mérovingienne[45] : d’abord dans les maçonneries basses de l’église Saint-Georges (à chevet plat), mais aussi au sein d’une église précoce place de l’Hôtel de Ville, et enfin dans la chapelle Notre-Dame et la cour de l’ancien prieuré de Vernouillet (à 1 km à l’ouest). Seuls les deux premiers points suggèrent l’existence de nécropoles des VIe-VIIe siècles, et se placent dans d’anciens secteurs antiques, ce qui pose la question de l’effacement probable de toute une partie du paysage bâti de l’agglomération gallo-romaine.

La bibliographie suggère en revanche un ancrage possible de l’habitat par un pole castral : dès le VIIIe siècle, on piste plusieurs mentions textuelles d’une forteresse en place, qualifiée alternativement de castrum ou castellum, voire même d’oppidum, ce qui souligne une position perchée[46] ; de façon convergente, l’archéologie a révélé, sous la Sainte-Chapelle du château, la présence de remblais et de trous de poteaux associés à un mobilier altomédiéval [47].

La ville médiévale

Si l’agencement de l’An Mil reste inconnu, la (re)construction de trois pôles essentiels aux XIIe-XIIIe siècles structure l’habitat dans le centre-bourg actuel. Le plus emblématique de ces pôles reste le château des seigneurs de Bourbon, présent au Xe siècle et bâti dès le XIIIe siècle à l’abri d’une courtine orientale et autour d’une haute et d’une basse-cour[48]. La présence de fossés en eau au bas du relief, et de moulins sur la face sud-ouest du château ne pouvait que rejeter l’habitat dans la partie la plus basse du vallon. Deux pôles religieux complètent le schéma : l’ancienne église paroissiale Saint-Germain, localisée au croisement des rues du Moulin et de la rue Derrière-la-Montagne, en remplacement de l’église mérovingienne de la place de l’Hôtel de Ville[49] ; et, plus au sud, une priorale clunisienne du XIIe siècle au coeur du quartier Saint-Georges. Le vallon paraît vivifié par la survie fonctionnelle des bassins thermaux antiques, telle que l’affirment le Dit de l’Apostoile (XIIIe siècle) et le Roman de Flamenca (circa 1234)[50].

Plusieurs maisons tardo-gothiques, dont des constructions en pan-de-bois, attestent par ailleurs de la densité de la ville médiévale entre le château et les rues de la République et du Lt-Col. Dubost : les prospections de bâti réalisées en 2019 pour le PCR y détectent 10 parcelles dotées d’éléments constructifs ou stylistiques de la transition XVe – XVIe s. (bases prismatiques, tore à listel, chanfrein et cavet) [51]. À chaque fois, il s’agit de constructions remarquables, qui affichent un certain soin dans la réalisation et qui intègrent des éléments démontrant un certain niveau de vie (escalier à vis, croisées moulurées, corniche ornée). Les pans de bois se sont révélés absents pour le moment. Dans une visée de temps long, on peut souligner par ailleurs la part relativement faible des constructions modernes classiques ou baroques : leur répartition ne marque aucun schéma particulier, et ne permet même pas de vérifier l’existence de secteurs anciens massivement reconstruits sous l’Ancien Régime.

Le cas particulier du quartier de Villefranche

L’étude s’est penché sur le faciès spatial et historique particulier du quartier de Villefranche, situé légèrement à l’écart au nord-ouest du centre-bourg. Isolé par le parc de l’espace thermal, Villefranche se distingue par sa position  et par sa morphologie : ce quartier est situé en hauteur sur une éminence qui prolonge vers le sud le promontoire de l’étang, et il possède un agencement de type orthogonal axé sur une longue rue principale (la rue de Villefranche). Dans les archives médiévales, Villefranche est cité comme une baillie spécifique, reliée au pouvoir châtelain, et cela pointe un rôle spécifique dans le territoire seigneurial.

L’inventaire du bâti y a concerné 76 parcelles et a révélé, comme on pouvait s’y attendre, une part écrasante des constructions de l’époque industrielle contemporaine (XIXe et XXe s.) (FIG. 8). Le bâti pré- classique y est dérisoire, avec un seul édicule concerné, à savoir une croix en pierre potentiellement tardo-gothique à la sortie ouest du quartier. Signalons la présence de deux maisons de l’époque moderne, une sur chaque front de la rue de Villefranche : ceci permet de vérifier que cet axe principal possédait déjà, avant la Révolution, sa physionomie actuelle (en termes de largeur et d’orientation).

Fig. 8 : Plan des prospections d’inventaire du bâti ancien réalisées en 2019 au sein de Bourbon-l’Archambault, dans le cadre du PCR porté par G. ROCQUE et F. CHALÉAT (extrait de CHALÉAT, ROCQUE (dir.), 2020, p. 139). En vert, le château du XVe siècle. En 1, le centre ancien ; en 2, le quartier de Villefranche.

Ces données sont en attente d’être croisées avec l’analyse morphologique des plans anciens. On peut d’ores-et-déjà remarquer le motif de grille qui se lit dans le plan de la zone : malgré le relief, la rue principale s’avère très rectiligne, à l’inverse de toutes les voies partant à l’assaut du coteau ; par ailleurs, on constate que les rues qui lui sont perpendiculaires se prolongent d’un côté à l’autre de cet axe, à savoir le couple rue Chaumette – rue des Ecoles au nord et le couple rue Tivoli – rue de la Montagne au sud. L’ensemble évoque clairement une fondation planifiée (de type lotissement) qui remonterait au moins au XVIIe siècle au vu des maisons.

Pour compléter cette vision, un travail préalable a été entrepris sur les sources écrites, avec une reconstitution spatiale issue du terrier seigneurial de 1472 [52]. La carte de l’espace vécu de la zone de Villefranche (FIG. 9) permet de retrouver la même structure de grille, en mettant en équivalence les voies selon le tableau suivant :

Nom actuel de la voieNom dans le terrier de 1472
Rue de Villefranche (D 14)Grant Rue
rue de Font NerisAutre rue partant de la grant rue et tirant à la chaume
rue ChaumetteRuette
rue de TivoliRue tendant à la chaulme
place du Champ de FoireChaume du lieu de Villefranche où l’on tient le marché des bêtes
rue des ÉcolesRue qui tend de la Grant Rue au puys
rue de la Montagnenon mentionnée
ruelle de Villefranchenon mentionnée
passage disparu est/ouestrue du Puits
passage disparu nord/sud (à l’endroit des parcelles YO 182 et 185 ?)Rue tendant de la chaume à la font Neris

Ces correspondances permettent de faire remonter au moins au XVe siècle la structure orthogonale planifiée encore visible.

Fig. 9 : Proposition de restitution de l’espace vécu de la zone de Villefranche à Bourbon-l’Archambault en 1472, sur la base du terrier (DAO : F. Chaléat, issu de CHALÉAT, ROCQUE (dir.), 2020, p. 121).

Sur cette base, on peut du reste repérer une déformation linguistique tardive dans l’angle nord-est, celle des « orts Mortaux » : la désignation de 1472 laisse penser qu’il s’agit alors de jardins (« orts », issus de hortus) privés (de la famille Mortaux), mais cela se passe à l’emplacement de l’actuelle rue des Trois Maures, dont la dénomination reste source de commentaires hsitoriques parfois fantaisistes ; tout indique que cette appellation contemporaine dérive d’une incompréhension de l’ancienne dénomination au profit d’un toponyme farfelu.

C’est dans cette zone que plusieurs mentions évoquent une « ancienne closture du lieu de Villefranche », à savoir une ancienne forme de délimitation ou de défense qui peut s’apparenter à des fortifications, en terre ou en maçonnerie. Ce détail s’avère particulièrement parlant, car il signifie que Villefranche n’est pas relié aux défenses générales de la ville : un tel mode de délimitation/défense autour d’un quartier planifié excentré interroge sur le rôle spatial et territorial de Villefranche en tant qu’unité urbaine distincte. Sa position périphérique, malgré son inclusion dans la seigneurie de Bourbon, implique un mode de développement distinct de celui du centre historique : les noms des rues et des lieux-dits montrent bien qu’on se situe là hors du paysage urbain, dans un contexte d’essence rural, et la place prise par la Chaume du lieu de Villefranche se rattache à une fonction commerciale autour du bétail. Par ailleurs, la déclaration de Villefranche comme une baillie en tant que telle, ainsi que la présence d’une « closture » séparée, suggèrent que ce quartier relève d’un statut juridique particulier. Enfin, le mode de fondation planifié implique d’y associer au moins un des pouvoirs locaux : topographiquement, ce quartier est quasiment à mi-distance entre le château et le prieuré clunisien de Vernouillet (au flanc nord de l’étang), et cela invite à penser que Villefranche pourrait résulter d’un développement voulu conjointement par les deux pôles châtelain et monastique, sans doute sous forme de pariage.

L’ensemble de ces faits évoque clairement l’encadrement seigneurial du développement de la ville sur ses marges nord-ouest, par la réalisation d’un quartier sous forme de lotissement planifié. On ignore tout de la teneur originelle du projet : il pourrait s’agir tout autant d’une extension à vocation rurale, que d’un burgus fondé en vue d’étendre la ville et le nombre d’habitants. C’est un acte d’aménagement du territoire, nécessairement fait en lien avec le château et peut-être à la limite de sa zone d’influence féodale, qui vise à inscrire le pouvoir seigneurial jusqu’aux limites de Bourbon-l’Archambault.

Ces divers exemples tentent de montrer ce que l’on peut déduire du mode de fonctionnement spatial des châteaux lorsque leur mainmise territoriale est abordée par le biais de l’habitat. Cette approche est forcément partielle, orientée, mais elle permet de décrypter certaines logiques socio-spatiales générées par les pôles de pouvoir châtelain. En ce sens, elle permet d’aller au-delà de l’architecture, et révèle des dynamiques qui peuvent autant expliciter la construction castrale que souligner sa richesse dans la pensée spatiale propre au long Moyen Âge.

Bibliographie

ACHERY 1721-1723 : ACHERY, R. P. D. Luc, Prospectus novae editionis Spicilegium. et veterum Analectorum,  t. 3. 2e éd. rev. par V. C. S. Baluze, R.P.D E. Martene, et L.F.J. de la Barre. Paris : Franc. Montalant, 1721-1723, 855 p.

Vieux Bourbon 2002 : Association des Amis du Vieux Bourbon, Bourbon l’Archambault. Manchecourt : Maury Eurolivres, 2002, 200 p.

AUBRUN, 1986 : AUBRUN, Michel, La paroisse en France : des origines au XVe siècle. Paris : Picard, 1986, 269 p.

BONHOMME et alii 2010 : BONHOMME, Florian, GUILLIN Sylvain, LEHNER, René-Pierre, MOUILLEBOUCHE Hervé, « Trois châteaux bourguignons du Xe siècle datés par 14C-AMS », dans MOUILLEBOUCHE, Hervé (ed.), Chastels et maisons fortes III. Actes des journées de castellologie de Bourgogne 2008 ‒ 2009. Montceau-les-Mines : CECAB, 2010, p. 11 à 18.

BOUILLOT 1967 : BOUILLOT, Marcel, « Formes et urbanisme : morphologie urbaine de la Saône-et-Loire », dans La Vie Urbaine (année 1967, n° 3),  p. 161 à 200.

BSR, 1997 : Bilan scientifique de la Région Auvergne 1995. Clermont-Ferrand : SRA Auvergne, 1997, 124 p.

CAMERINI 2013 : CAMERINI, Laurent, Bourbon-l’Archambault, Centre historique (03 036 – Allier – Auvergne), Rapport de diagnostic archéologique. Moulins : SAPDA, Clermont-Ferrand : SRA Auvergne, 160 p.

CHALEAT 2016 : CHALÉAT, Franck, devant la porte du priore, dessoubz le chastel dudict lieu : la question des bourgs dits « castraux » et « monastiques ». Œkoumène, synœcisme et sens des lieux durant le « long Moyen Âge » dans les agglomérations péricastrales et périmonastiques du Charolais-Brionnais (Bourgogne du Sud). Thèse de Doctorat, sous la dir. de Nicolas Reveyron et Christian Sapin, Univ. Lumière-Lyon II, 2016, 14 volumes, 1503 p., 4264 ann.

CHALEAT (dir.), 2019 : CHALÉAT, Franck (dir.), avec collab. BARATON (S.), GUILLON (R.), HAGUET (P.), VALLÉE (L.), YÉNY (E.), L’extension de l’Hôtel IBIS, 9 place Jean Moulin MOULINS Auvergne, Allier, 03.190. Rapport de diagnostic. Moulins : SAPDA, Clermont-Ferrand : SRA Auvergne, mai 2019, 1 vol., 144 p.

CHALÉAT, ROCQUE (dir.), 2020 : CHALÉAT, Franck, ROCQUE, Gabriel (dir.), avec collab. AUGUSTIN Lise, BANDIERA Mickaël, BARATON Simon, DACKO Marion, FOVET Élise, GUILLON Rodrigue, PICQ Perrine, SALVAYA Florie, TOUMAZET Jean-Pierre, TROUBAT Olivier, YENY Éric, Les agglomérations de la basse vallée de l’Allier : IIe siècle av. – XIVe siècle de n. è. Projet Collectif de Recherche. Rapport de PCR. Moulins : SAPDA, Clermont-Ferrand : SRA Auvergne, janvier 2020, 1 vol., 342 p.

CHAMBON 1897 :  CHAMBON, Jean-Pierre, « Le roman de Flamenca, Bourbon au XIIIe siècle », dans Quinzaine Bourbonnaise (VI), p. 12-17.

Château et Peuplement, 2006 : ETTEL, Peter FLAMBARD-HÉRICHER, Anne-Marie, McNEILL, Tom (ed.), Château et Peuplement. Actes du colloque international de Voiron (Isère, France), 28 août-4 septembre 2004, publ. périodique Château Gaillard (t. XXII), Caen : Publications du CRAHM, 2006, 380 p.

CONDELLO 2017 :  CONDELLO, Celia «Le château ducal de Moulins : étude de la résidence princière des Bourbons, XIVe-XVe siècles», dans Revue archéologique de l’Allier (n°1), 2017, p. 103-111.

CORROCHER, PIBOULE, HILAIRE, 1989 : CORROCHER, Jacques, PIBOULE, Maurice, HILAIRE (M.), Carte archéologique de la Gaule : L’Allier 03. Paris : Ed. Académie des Inscriptions et Belles-lettres, 1989, 216 p.

COURNEZ, 2015 : COURNEZ, Estelle, Sur les traces de l’Allier, histoire d’une rivière sauvage. Cesset : TOMACOM, 2015, 256 p.

CUCHERAT 1887 : CUCHERAT, Abbé François, « Semur-en-Bionnais, ses barons, ses établissements civils, judiciaires et ecclésiastiques depuis l’an 860 jusqu’à nos jours », dans Mémoires de la Société Éduenne (t. XV), 1887, p. 251 à 313.

DESGRANGES (dir.), 2000 : DESGRANGES, Jean-Pierre (dir.) et alii, Yzeure : 2000 ans d’histoire. Yzeure : Cercle des Amis d’Yzeure, 2000, 572 p.

DOSSO-GREGGIA 1969 :  DOSSO-GREGGIA, Jean-Louis, Semur-en-Brionnais : son passé. Marcigny : Impr. Bérard, 1969, 59 p.

DUBUISSON-AUBENAY 1644 :  DUBUISSON-AUBENAY, François-Nicolas, Relation de voyage à Bourbon, Archives départementales de l’Allier, [s.l.] , 1644

DUMASY 1994 : DUMASY, Françoise, « Les agglomérations secondaires de la cité des Bituriges Cubi », In PETIT, Jean-Paul, MANGIN, Michel, Les agglomérations secondaires. La Gaule Belgique, les Germanies et l’Occident romain, actes du colloque de Bliesbruck-Reinheim (21 au 24 octobre 1992). Paris : éditions Errance, 1994, p. 215-222.

FANAUD, 2005 : FANAUD, Lucien, Voies romaines et vieux chemins en Bourbonnais. Pref. R. Germain. Romagnat : ed. De Borée, 2005, 330 p.

FOSSIER1990 : FOSSIER, Robert, Le Moyen Âge, t. 2, L’éveil de l’Europe 950 ‒ 1250. 3e éd. mise à jour. Paris : Armand Colin, 1990, 541 p.

GODEFROY 1938 :  GODEFROY, Frédéric, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècles. Paris : Librairie des Sciences et des arts, 1938 [1re éd. 1881], 8 tomes.

HAMANN 2000 :  HAMMAN, Matthias, Die burgundische prioratkirche von Anzy-le-Duc und die romanische Bauplastik in Brionnais. Würzburg, Deutcher Wissenschafts-Verlag, 2000, 2 vol., 610 p.

LEDUC 2004 : LEDUC, Guy, Semur et le Brionnais : une perle dans son écrin roman. Bourg : Éditions V-art, 2004, 160 p.

LIEGARD, 2017 :  LIEGARD, Sophie, Les sarcophages médiévaux du département de l’Allier : étude des contenants funéraires en pierre des premiers siècles du Moyen Âge dans le Bourbonnais et ses environs. Le Montet : GRAHCA, 2017, 190 p.

LONGNON (ed.), 1904 : LONGNON, Auguste (ed.), Pouillés de la Province de Lyon, t. 1. Paris : Imprimerie Nationale (coll. « Recueil des historiens de la France : pouillés »), 1904, xlvii + 318 p.

MARTINEZ 2017 : MARTINEZ, Damien, De la cité arverne au diocèse de Clermont, Topographie ecclésiale, fortifications et peu- plements de l’Auvergne entre Antiquité tardive et haut moyen Âge (Ve-Xe siècles) : une approche archéologique, Thèse de doctorat d’histoire de l’art et archéologie sous la dir. de Bruno Phalip, Univ. Clermont Auvergne, 2017, 3 t., 602+332+694 p.

MAZEL, 2013 : MAZEL, Florian, « Seigneurie châtelaine et seigneurie ecclésiale au “premier âge féodal” : puissants laïcs, chapitres castraux et relève monastique dans le Nord-Ouest de la Francie », dans IOGNA-PRAT, Dominique, LAUWERS, Michel, MAZEL, Florian, ROSÉ, Isabelle (dir.), Cluny : les moines et la société au premier âge féodal. Rennes : Presses Universitaires de Rennes (coll. « Art et Société »), 2013, p. 401 à 416.

METENIER 2006 :  MÉTÉNIER Frédéric, L’occupation du sol dans le canton de Bourbon-l’Archambault (Allier), de la période antique à la fin du Haut-Moyen-Âge, Rapport de prospection thématique, Clermont-Ferrand : SRA Auvergne, 41 p.

NICOLAY 1875 :  NICOLAY, Nicolas de, Description générale du Bourbonnais en 1569 [En ligne], Publ. et Ann. par D’IRISSON Maurice, Moulins : impr. de C. Desrosiers, 1875, 197 p.

PASQUIER (dir.), 2016 : PASQUIER, Dorian (dir.), Avermes : la nécropole antique des Petites Roches. Rapport de fouille archéologique. Moulins : SAPDA, Clermont-Ferrand : SRA Auvergne, juin 2016, 2 vol., 397 + 183 p.

PEPKE-DURIX, 2000 : PEPKE-DURIX, Hannelore, « Aux sources de l’art roman : l’émergence des paroisses en pays brionnais (Ve ‒ XIIe siècles) », dans REVEYRON, Nicolas, ROCHER, Michel, ENGEL, Marie-Thérèse (eds), Paray-le-Monial, Brionnais, Charolais : le renouveau des études romanes. Actes du 2e colloque scientifique international de Paray-le-Monial, 2-4 octobre 1998. Paray-le-Monial : Zodiaque, 2000, p. 163 à 184.

PERICHON 1966 :  PERICHON, Jean-Claude, Essai d’inventaire des découvertes archéologiques de l’époque gallo-romaine faites dans le département de l’Allier, Mémoire de Diplôme d’Etudes Supérieures d’Histoire. Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Clermont-Ferrand, 1966, 144 p.

PINOL (dir.), 2003 : PINOL, Jean-Luc (dir.), Histoire de l’Europe urbaine, t. 1, De l’Antiquité au XVIIIsiècle. Paris : Éditions du Seuil (coll. « L’univers historique »), 2003, 975 p.

RICHARD, 1957 : RICHARD, Jean, Le cartulaire de Marcigny-sur-Loire (1045 ‒ 1144) : essai de reconstitution d’un manuscrit disparu. Dijon : Société des Analecta Burgundica, 1957, 259 p.

ROCQUE 2017: ROCQUE, Gabriel, Bourbon-l’Archambault, Place des thermes (03 036 – Allier – Auvergne), rapport de diagnostic archéologique. Moulins : SAPDA, Clermont-Ferrand : SRA Auvergne, 2017, 49 p.

ROUX, 1995 : ROUX, Corinne, La seigneurie de Semur-en-Brionnais, 1055 ‒ 1282. Mémoire de Maîtrise d’Histoire, sous la dir. d’A. Saint-Denis, Université de Bourgogne, 1995, 161 p.

Notes


[1]CHALEAT, 2016.

[2]DESGRANGES (dir.), 2000, p.48 sq.

[3]CORROCHER, PIBOULE, HILAIRE, 1989, p. 116-117.

[4]PASQUIER (dir.), 2016.

[5]FANAUD, 2005, p. 274.

[6]LIEGARD, 2017, p. 169.

[7]AUBRUN, 1986, p. 41.

[8]DESGRANGES (dir.), 2000, p.79.

[9]CONDELLO, 2017, p. 103.

[10]DESGRANGES (dir.), 2000, p.78.

[11]CONDELLO, 2017, p. 103.

[12]BSR, 1997, p. 21.

[13]CHALEAT(dir.), 2019.

[14]DOSSO-GREGIA, 1969 ; ROUX, 1995 ; LEDUC, 2004 ; BOUILLOT, 1967, p. 190.

[15]PEPKE-DURIX, 2000, p. 174.

[16]BONHOMME et alli,2010, p. 18.

[17]Voir LONGNON (ed.), 1904, p. 64, sous la forme de S. Ma[rtinus].

[18]Ce mouvement initié par les Papes dès 1049 vise à restaurer la liberté de l’Église romaine et le prestige spirituel des ecclésiastiques, en luttant par exemple contre des abus comme le nicolaïsme (non-respect de la chasteté et du célibat) et la simonie (monnayage de certains sacrements) : FOSSIER, 1990, p. 100 à 103. On retiendra ici plus précisément l’effort de rééquilibrage avec le pouvoir temporel, notamment par la lutte contre la détention privée des lieux de culte, qui aboutit souvent à une régularisation sous couvert de donation.

[19]RICHARD, 1957, charte n° 275, p. 153-154, liée à une bulle de Lucius II de mars 1144 : CHARMASSE (ed.), 1865, p. 9.

[20]RICHARD, 1957, charte n° 13 p. 14.

[21]HAMANN, 2000, vol. 2, notices respectives.

[22]Archives Départementales de Côte-d’Or, B 11684.

[23]Contrairement à ce qui a été restitué parfois : ROUX, 1995.

[24] CUCHERAT, 1887, p. 263.

[25]ACHERY, 1721-1723, p. 679 et 680.

[26]Toutes ces citations sont extraites du cinquième paragraphe de la charte présentée dans ACHERY, 1721-1723, p. 679.

[27]Selon l’expression ramassée et efficace du château par Philippe Mignot dans Château et Peuplement, 2006, p. 277.

[28]LEDUC, 2004, p. 19 ; ROUX, 1995, p. 14 ; DOSSO-GREGIA, 1969, p. 18 ; CUCHERAT, 1888, parle même d’« enceinte particulière », p. 140.

[29]Voir les chartes communales de la Dombe dans GODEFROY, 1938, t. VI, p. 144.

[30]Voir les exemples lyonnais du XIVe siècle, dans PINOL (dir.), 2003, p. 534.

[31]REMY, 2011, p. 85.

[32]REMY, 2011, p. 86.

[33]RICHARD, 1957, charte n° 269, p. 145.

[34]RICHARD, 1957, charte n° 269, p. 145.

[35]ACHERY, 1721-1723, p. 680, colonne gauche.

[36]MAZEL, 2013, p. 401 à 416.

[37]CHALEAT, ROCQUE (dir.), 2020.

[38]METENIER, 2006, p. 24.

[39]DUMASY 1994.

[40]NICOLAY, 1875, p.103 ;  DUBUISSON-AUBENAY 1644

[41]Vieux Bourbon, 2002, p. 52.

[42]ROCQUE, 2017.

[43]PERICHON 1966, p. 69-71.

[44]METENIER, 2006, p. 24 ; PERICHON, 1966, p. 72-73.

[45]LIEGARD, 2017, p. 80-81.

[46]MARTINEZ, 2017, p. 358.

[47]CAMERINI, 2013, p. 54-55, 67.

[48]CAMERINI, 2013, p. 79-82.

[49] LIEGARD, 2017, p. 80.

[50]CHAMBON, 1897.

[51]CHALEAT, ROCQUE (dir.), 2020, p. 128 sq.

[52] Conservé aux Archives Départementales de l’Allier, cote A 34.



Citer ce billet
Franck CHALEAT (2022, 30 octobre). Le château en contrepoint : ce que l’habitat dit de la forteresse dans le Charolais et le Bourbonnais, par Franck Chaléat. Carnet parodien d'histoire de l'art et d'archéologie. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m8p1

2 réflexions sur « Le château en contrepoint : ce que l’habitat dit de la forteresse dans le Charolais et le Bourbonnais, par Franck Chaléat »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.