Le château de Belvès en Périgord noir (XIVe-XVIe s.), par Noëlle-Christine Rebichon

Belvès se situe en Périgord noir, à une trentaine de kilomètres de la ville de Sarlat, à la lisière de la forêt de La Bessède et au carrefour des routes reliant Périgueux à Cahors et à Toulouse[1]. La ville naît au Xe siècle d’un bourg castral, le castrum, dont le fort est implanté sur l’extrémité est d’un promontoire rocheux (Fig. 1). Sur la crête opposée, au lieu-dit Moncuq, un enclos abbatial prend place autour d’un monastère bénédictin dès le IXe siècle et, au début du XIVe siècle, un couvent de Frères prêcheurs de l’ordre des Dominicains s’installe hors les murs[2]. En raison de la topographie escarpée, la cité se développe d’est en ouest, ceinte de murs fortifiés qui s’adaptent régulièrement aux extensions[3]. La châtellenie de Belvès compte parmi les possessions de l’archevêque de Bordeaux dès le XIIIe siècle[4]. Un bayle et des consuls gèrent la ville en son nom[5].

Fig. 1 : Plan de « l’Ancien Belvès », recadré et retouché ©Jean-Noël Biraben.

L’édifice[6], objet de notre recherche, constitue le plus grand bâtiment civil médiéval conservé dans l’actuel village de Belvès (Fig. 2). Il est d’ailleurs bien visible depuis de nombreux points de vue. Construit au début du XIVe siècle à l’extrémité occidentale de la ville médiévale[7], l’édifice occupe une position particulière : son pignon ouest se confond avec le tracé des remparts et il est flanqué par une des portes principales de la ville ouvrant sur la Grand’Rue. Bâti en moyen appareil de pierre de taille, essentiellement pour les façades sur rues, et en moellons, pour la façade postérieure, le bâtiment subit des transformations au XIXe siècle dont l’ajout d’une petite tour en briques, côté jardin. Dès lors, il est nommé « château de Belvès ». La tradition orale lui attribue également le nom d’Hôtel de Comarque, du nom de l’une des principales familles du Périgord noir, laquelle avait des possessions dans Belvès[8].

Fig. 2 : Façade principale sur la rue Jacques Manchotte (ancienne Grand’Rue) ©Bernard Plessy.

Outre le problème de l’attribution du monument à une ou des familles, le terme d’ « hôtel » pose la question du classement typologique de l’édifice. Est-ce une maison forte – progressivement englobée dans la ville -, une demeure seigneuriale ou patricienne, un palais urbain ou encore un hôtel ? La typologie à laquelle ledit « château » appartient a manifestement évolué au gré des fonctions que le bâtiment a assumées dans le temps.

 Il s’agit donc de comprendre ce que l’architecture et le décor révèlent des fonctions de l’édifice et à l’usage de quelles catégories d’habitants ce dernier fut destiné. Pour ce faire, nous concentrerons notre analyse sur la période de 1450 à 1550 qui correspond aux années pendant lesquelles l’essentiel des transformations a été apporté à l’édifice. C’est aussi pendant cette période que les décors peints sont exécutés : le groupe des Neuf Preux déjà cité et une scène historique, encore assez énigmatique.

Caractéristiques architecturales : vers une demeure patricienne

Au XVe siècle, le bâtiment présente un plan massé barlong d’une superficie au sol d’environ 140 m[9] et se développe sur quatre niveaux[10]. Appuyé au nord sur le rocher, il repose sur un niveau de caves qui étaient voûtées et plafonnées[11]. Un mur de refend divise le corps de logis de fond en comble (Fig. 3). Côté rue, le rez-de-chaussée conserve en façade les vestiges de quatre arcades couvertes d’arcs segmentaires légèrement brisés. Ces espaces témoignent probablement de la présence d’activités commerciales ; ils pourraient être liés également à la fonction de contrôle ou de stockage des marchandises qui pénétraient dans la ville lors des marchés[12]. Sur cette façade, des fenêtres à meneaux et à traverse remplacent les baies trilobées du XIVe siècle[13].

Fig. 3 : Schéma de l’occupation des niveaux avec croquis de la bâtisse suggérant les états antérieurs (croquis ©Alain de la Ville).

La tour d’escalier en vis, construite très probablement à la fin du XVe siècle[14] contre la façade postérieure, dessert tous les niveaux. L’entrée de la tour, située non loin de l’accès aux caves, pouvait donner sur une courette privée. La porte, très soignée, est couverte d’un linteau à l’épais larmier qui dessine un arc déprimé et dont la modénature à multiples tores est complexe.

Le premier étage accueille la salle de réception et certainement la chambre de Monsieur[15]. Si les niveaux de sol sont aujourd’hui modifiés, leurs dispositions premières restent cependant lisibles. Cette salle, alors d’une hauteur d’environ cinq mètres, était couverte d’un plafond peint à caissons comme en témoignent les traces de closoirs et de couvre-joints sur les solives conservées. L’espace est doté d’une grande cheminée qui pourrait avoir été remaniée au XVe siècle, d’après les coups de sabre visibles de part et d’autre dans la maçonnerie. Conjointement, un volumineux coffre de cheminée extérieur est aménagé en encorbellement[16]. Lors des remaniements de la fin XVe siècle, les placards muraux à étagères clos d’une porte en bois ont été condamnés.La salle communique avec la chambre à l’ouest ; également chauffée par une cheminée placée sur le mur de refend (disparue), elle était aussi équipée de placards muraux très soignés et de latrines dont l’évacuation, prévue lors de la construction de l’édifice, se faisait par un conduit aménagé dans le mur.

Au deuxième étage, les modifications apportées au XIXe siècle empêchent la lecture précise des dispositions originelles. On note, cependant, dans la pièce située à l’aplomb de la chambre, à l’ouest, une cheminée et des latrines superposées à celle du niveau inférieur. C’est dans cette pièce qu’a été mis au jour l’ensemble pictural le plus ancien ; il est accompagné d’un plafond peint aux motifs végétaux[17]. On peut penser qu’il s’agissait de la chambre de Madame[18]. Dans la salle orientale, dite des Preux en raison de son décor, les murs nord et sud ont été rebâtis en moellons au XIXe siècle. À l’origine en pan de bois[19], ils étaient sûrement percés de baies assurant l’éclairage de la pièce. Sur le mur oriental, en face de l’entrée, se dressait une cheminée monumentale, selon les règles de la distribution à la française où le haut-bout accueille la cheminée, tandis que l’on entre par le bas-bout[20]. Cette salle haute pouvait avoir la fonction de pièce d’apparat. La lecture des décors peints éclaire à son tour la fonction de ces espaces.

Décors peints : des programmes de prestige

Les peintures de la salle occidentale sont inédites. D’un point de vue technique les peintures, réalisées dans le dernier tiers du XVe siècle, s’inscrivent dans une tradition française[21].La première hypothèse suggère une scène historique (Fig. 4). La lecture se fait de la gauche vers la droite, scandée par les groupes de personnages au premier plan qui se distinguent par des codes chromatiques.

Fig. 4 : Salle occidentale, 2e étage, mur nord, Scène historique (détail) ©Bernard Plessy.

En tête du premier groupe, qui se caractérise par une dominante de rouge, se détache un personnage à cheval, vêtu d’un manteau à capuche avec de longues manches. Il porte un chapeau à larges bords et une bourse pend à sa ceinture. Serait-ce le seigneur de Belvès, l’archevêque de Bordeaux ? Exceptée la forme du couvre-chef qui peut rappeler le chapeau cardinalice[22], aucun autre signe d’une charge ecclésiastique n’est visible. La bourse, à la différence d’une aumonière destinée aux reliques, renvoie aux biens temporels. Dans le cortège qui suit ce personnage, se démarquent des visages caricaturaux ; un homme porte un collier pouvant signifier l’appartenance à une confrérie, un ordre ou encore à un corps administratif ou judiciaire. L’indexe pointé, il indique le sens de lecture.

Le lien avec les personnages suivants se fait par la gestuelle : l’homme à cheval fait un geste de la main qui s’adresse au jeune homme blond chevauchant devant lui. Ce second groupe se distingue par des tonalités de terres et ocre foncé. Le jeune homme en question est vêtu d’un pourpoint fourré et de chausses, il porte la dague au côté et soulève son plumet en guise de réponse. Sa position est savamment composée de sorte que, retourné, son visage de trois quarts est visible des spectateurs et certainement identifiable. Probablement, les peintres ont tiré son portrait. Ce chevalier est précédé de musiciens qui soufflent dans des instruments à vent, dont une trompe à laquelle est suspendue une bannière armoriée : celle-ci arbore deux lions affrontés couronnés et lampassés[23]. Ces armoiries appartiennent sûrement au jeune homme mais en l’état actuel des recherches, aucune attribution à une famille du Moyen Âge n’a pu être faite avec certitude. À droite, légèrement en arrière, deux hommes à cheval tiennent des objets qui attirent notre attention ; ce ne sont pas des torches, mais des attributs semblables aux masses des huissiers de justice[24].

À l’arrière plan, se déploie un paysage architectural où se perçoit l’illusion de la profondeur, laquelle implique donc la connaissance et la maîtrise de la perspective. Malgré les lacunes picturales, on distingue, entre autres, une tour circulaire avec son cordon mouluré dont l’appareil de pierre est minutieusement représenté. À côté, un édifice religieux avec son clocher octogonal. Est-ce la ville de Belvès[25] ? C’est l’hypothèse admise jusqu’à aujourd’hui.   

En poursuivant la lecture, après une zone lacunaire dégradée lors d’anciens travaux, on remarque au premier plan un homme et deux femmes à cheval, tournés cette fois-ci en direction du jeune chevalier. L’homme, vêtu d’un tabard cousu dans une étoffe précieuse, est coiffé d’un couvre-chef noir[26] et tient un bâton, attribut de commandement lié à l’exercice du pouvoir. Il s’agit peut-être d’un consul de la ville. Quant aux femmes, leur présence, bien qu’encore difficile à expliquer, n’est évidemment pas anodine. Doit-on y voir une rencontre en vue d’une union ? Derrière eux, des soldats en armure restent dans l’attente.

L’arrière-plan laisse découvrir une partie de ville fortifiée sise sur un éperon rocheux, comparable à Belvès, ainsi qu’une embarcation. On distingue le mât, les voiles repliées, un marin dans les cordages et une passerelle. Certes, il n’y a pas d’eau aux pieds de Belvès, mais la Dordogne est à six kilomètres. Avant tout, les peintres avaient pour objectif de raconter une histoire dans tous ses développements, selon le principe du continuum narratif, et donc d’en juxtaposer visuellement les temps forts, même géographiquement éloignés.

L’interprétation que nous privilégions aujourd’hui est celle d’un départ, celui du jeune chevalier qui bénéficierait de l’aval du premier homme. En grande pompe, il rejoint l’homme au bâton qui incarne sans doute une seconde autorité, les deux femmes et, avec les soldats, monterait dans le bateau. D’un point de vue stylistique, on a remarqué l’illusion de la profondeur, la précision des architectures et des visages tandis que le cerne noir est encore employé ; on note l’attention portée à la polychromie afin de rendre la carnation de la peau, notamment pour le visage de l’homme à la bourse.

Cette scène figurée est accompagnée d’un paysage bucolique composé d’arbres (Fig. 5)[27]. Le jardin est un topos de la littérature sacrée et profane qui décore merveilleusement les demeures au Moyen Âge. Un exemple en Anjou présente des similitudes étonnantes avec l’ensemble belvésois : celui du Manoir de Belligan à Sainte-Gemmes-sur-Loire, propriété d’un proche du roi René[28].

Fig. 5 : Salle occidentale, 2e étage, mur sud, décor bucolique (détail) ©Bernard Plessy.

Le style du deuxième ensemble de peintures nous transporte à la Renaissance, au XVIe siècle. Le thème des Neuf Preux est mis en scène sur les parois orientale et occidentale, et sur l’arrondi de la tour (Fig. 6-8).

Fig. 6 : Salle des Preux, mur ouest, le groupe des six Preux (Païens et Chrétiens) ©Bernard Plessy.
Fig. 7 : Salle des Preux, mur est, le Preux Josué ©Bernard Plessy.
Fig. 8 : Salle des Preux, mur est, le Preux Judas Maccabée ©Bernard Plessy.

La série chevaleresque est tirée du roman des Voeux du Paon écrit en 1312 par Jacques de Longuyon. Le panthéon connaît un succès immédiat dans les arts et dans différents royaumes. En France, c’est un des thèmes favoris de la noblesse et des bourgeois qui l’imitent[29]. Les combattants sont divisés en trois triades : les Païens Hector, Alexandre le Grand et Jules César ; les Juifs Josué, David et Judas Maccabée, et enfin les Chrétiens Arthur, Charlemagne et Godefroy de Bouillon. Habituellement les triades sont conservées même lorsqu’elles subissent des inversions. À Belvès, la distribution est toute autre.

Notre proposition d’identification des personnages se base sur les armoiries encore lisibles et sur une clef de lecture spécifique.Nous reconnaissons le païen Hector, le premier de la série, suivi de Godefroy de bouillon et de Charlemagne. Puis se succèdent les Païens Alexandre et Jules César. Arthur clôt le premier groupe. L’identification de Jules César fait polémique car en effet il porte les regalia, habituellement attribués à l’empereur Charlemagne. Le Romain a fait l’objet d’une confusion provenant de l’emploi du nom « César » et de la traduction du mot latin « imperator ». Ce vocable a donné le mot « empereur » alors qu’à l’origine il signifie le général victorieux, ce qu’a été Jules César[30]. Notre lecture est confortée par la distribution savante des Preux : elle est rythmée par un module précis « 1+2 » : 1 Païen-2 Chrétiens, 2 Païens-1 Chrétien. La succession des chevaliers permet en outre de restituer chacune des deux triades dans le bon ordre : les Païens de la gauche vers la droite, les Chrétiens de la droite vers la gauche. La triade juive suit elle aussi ce schème organisateur .David apparaît sur la tour, tandis que Josué et Judas Maccabée se font pendant de part et d’autre de l’ancienne cheminée. Ces deux héros de l’Ancien Testament bénéficie clairement d’une position d’honneur autour du foyer de la salle, de même que David situé à côté de la porte d’entrée qui communique avec l’escalier de la tour. David semble guider le cortège qui culmine vers Josué et Judas.

Bien que la technique employée ne soit pas celle de la fresque, que la gamme chromatique, composée d’ocres, de noir et de blanc, soit légèrement réduite par rapport au programme précédent, le style étonne et révèle l’influence de la Renaissance italienne. On note les positions variées des chevaliers et des chevaux, l’étude du corps en mouvement qui excelle avec la monture de Judas. Le procédé du clair-obscur, magistralement maîtrisé, accentue le modelé et rappelle l’art des peintres italiens Paolo Uccello ou encore Andrea Mantegna. Le commanditaire a fait appel à un atelier de grande compétence pour représenter un thème à la mode, célébrant les valeurs de la chevalerie. Ces chevaliers devenus des exempla pour leur prouesse au combat et leurs conquêtes, sont tous des membres de l’élite et créent l’émulation. Le propriétaire devenait un preux parmi les preux. La question lancinante de son rang s’impose : est-ce un membre de la noblesse ou de la bourgeoisie montante ?

Hypothèses d’usages et de résidents. La maison d’un noble marchand ou d’un bourgeois anobli ?

Dans les questionnements de l’introduction, nous avons évoqué la typologie de la « maison forte ». Il en existe dans les villes naissantes jusqu’au XIIIe siècle, sous la forme de tour[31]. Par la suite, ces édifices, souvent détruits, se réduisent davantage à une expression symbolique. À Belvès, la position du bâtiment accolé au système de défense et de verrouillage de la ville, aurait pu plaider en faveur d’un rôle défensif. Sur la façade principale, on repère deux ouvertures latérales : celle à l’ouest pouvait conduire à la porte de ville et aux remparts. La partie occidentale de l’édifice aurait-elle cumulé à l’origine la fonction commerciale, défensive et résidentielle ? La question reste entière. Cependant, aucun autre élément, tel qu’une bretèche ou des fentes de tirs ne militent en faveur de cette hypothèse, tout en admettant que les vestiges aient pu disparaître lors des aménagements postérieurs.

Le terme de « palais » fait débat. Pour reprendre les mots de Pierre Garrigou Grandchamp, c’est une demeure « qui cumule des fonctions publiques développées (…) et des fonctions résidentielles démultipliées »[32]. Annie Renoux précise qu’il est peu employé dans les textes à la fin du Moyen Âge et qu’il ne s’accorderait plus avec les réalités des édifices[33]. Les fonctions politiques, administratives et religieuses qu’il recouvre à l’origine ne seraient finalement plus rassemblées.

Le qualificatif d’ « hôtel » peut aussi être discuté. Il désigne la demeure du notable en ville, prenant souvent de la distance vis-à-vis de la chaussée. La maison, au contraire, vit en symbiose avec la rue du fait de l’activité commerciale ou artisanale de ses occupants, ce qui est le cas de notre édifice possédant une porte d’entrée sur la chaussée. Toutefois, une catégorie hybride existe, les « maisons en forme d’hôtel » rencontrées à Tours et définies par Bernard Toulier et Jean Guillaume, ainsi que les « hôtels en forme de maison » comme l’hôtel du Puy, à Tours également[34].

Nul doute qu’avec les caves et le rez-de-chaussée, le bâtiment remplissait une fonction économique[35]. Ces espaces sont des organes de stockage, de contact et d’accès qui impressionnent ici de par le nombre et leurs dimensions, donnant ainsi une image de vitalité et de dynamisme liés à l’économie de la ville. Les niveaux supérieurs témoignent d’un programme résidentiel d’ampleur avec le percement de nouvelles baies qui apportent la lumière, tout en participant aux préoccupations de l’  « être » et du « paraître ». Les ornements sculptés des baies de la façade sur rue participent à l’affirmation du rang et du goût des résidents. Sur la façade arrière, la tour donne à l’édifice des allures de maison seigneuriale. À l’intérieur, la demeure est organisée : selon un principe de verticalité, les espaces de réception se superposent à l’est, tandis que ceux, davantage privés, semblent se situer à l’ouest. Pour autant, on constate aussi une logique horizontale avec la constitution de niveaux composés d’une pièce d’apparat et d’une chambre. Les équipements de rangement et d’hygiène participent au confort des salles, qui peuvent aussi jouer un rôle d’accueil pour des hôtes de marque.

Il s’agit donc d’une maison polyvalente pour reprendre le concept défini par Pierre Garrigou-Grandchamp[36]. Cette demeure était sans doute encore plus grande, agrémentée d’annexes, probablement en matériaux périssables, pouvant abriter les cuisines le long de la façade arrière : des percements et des corbeaux sur la tour nourrissent cette piste et celle de l’existence de galeries en bois. Par ailleurs, une aile en retour à l’est derrière le corps principal pourrait avoir existé, ce que soulève l’existence d’un arrachement dans le prolongement du pignon est.

Qu’en est-il des propriétaires ? Comme le rappellent Thierry Dutour et Joseph Morsel dans leurs travaux, il faut prendre garde aux clivages entre la noblesse et la pratique d’activités civiles lucratives[37]. Certains nobles deviennent d’importants brasseurs d’affaires. Plus nombreux sont les négociants ou financiers anoblis. Des familles de marchands comptent aussi des membres de la noblesse grâce aux unions. Enfin, les activités liées à l’exercice du pouvoir attirent ; on devient notaire, juriste, administrateurs ou encore gouvernant au service des puissants. Il est tout à fait probable que le propriétaire de Belvès fasse partie de ce patriciat urbain. La fonction économique nous permettrait d’ailleurs d’évacuer l’hypothèse d’une demeure ecclésiastique.

La qualité et les sujets des décors peints nous laissent entendre que les commanditaires, sur plusieurs générations, en plus d’être riches, sont cultivés et s’entourent d’érudits et de lettrés. Doit-on voir dans la peinture historiée, les portraits des membres de la famille ? La scène semble avoir pour but d’inscrire dans les mémoires l’ascension sociale des résidents qui atteint son apogée dans la célébration des Preux. Un exemple, particulièrement éclairant, nous ouvre les portes du Tyrol, à Bolzano, en Italie. Niklaus Vintler, financier de l’empereur et anobli, fait tout pour vivre comme les nobles de lignage : il achète et aménage un château qu’il pare de peintures murales[38]. Outre les scènes courtoises, les joutes et les héros mythologiques, les Neuf Preux participent là aussi à un projet d’affirmation sociale et politique ambitieux.

Conclusion

            Le Château de Belvès répond à la typologie de la maison patricienne. Il se dresse comme un précieux témoignage du passé médiéval de la cité, de l’architecture en Périgord et de l’histoire de la peinture murale. Hommes d’affaires, bourgeois anoblis ou manieurs d’argent issus de la noblesse, les propriétaires font partie de l’élite, peut-être même gouvernent-ils la ville en lieu du châtelain archevêque. La recherche n’en est qu’à ses débuts. La réalisation future des plans et des relevés archéologiques nous apportera des données sur l’état originel du bâtiment et ses aménagements. Les mises en parallèle avec d’autres édifices contribueront à renforcer les raisonnements[39]. La poursuite de l’enquête archivistique nous donnera probablement d’autres indices sur les familles liées au bâtiment et sur leur rôle. Enfin, les peintures n’ont pas encore tout dit. Restent, entre autres, les questions du blason dans la scène historiée et du message des Preux. Une piste reliant le programme des Preux à la politique des guerres d’Italie a vu le jour[40]. Quant à la qualité de ce décor italianisant, faut-il voir l’influence des artisans italiens qui auraient suivi le florentin Niccolò Gaddi, évêque de Sarlat de 1533 à 1545[41] ?


[1] BARRIÈRE, P. « À propos des voies antiques des Cadurques. Organisation et circulation ». Revue des Études Anciennes. Tome 54. 1952, n°1-2, p. 102-108.

[2] BIRABEN, Jean-Noël. Aperçu de l’histoire de Belvès : belvédère médiéval du Périgord noir. Belvès : Syndicat d’initiative, 1966, 20 p., et récemment CHOUBLIER-GRIMBERT, Noëlle. « Belvès : un passé ancien et tumultueux », dans PINON, Pierre (dir.). Formes et Échelles des compositions urbaines. Éd. électronique. Paris : Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2014, p. 105-119 (Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques).

[3] Les fortifications protégeant les extensions successives de la ville, au-delà des murs du castrum primitif, méritent une étude archéologique approfondie, afin de bien en saisir la chronologie et d’éclairer celle de l’implantation urbaine.

[4] L’archevêque de Bordeaux reste le seigneur temporel de Belvès jusqu’à la Révolution française. D’après les sources consultées par Albert Vigié, Belvès appartient à l’archevêque de Bordeaux depuis au moins 1269. Voir VIGIÉ, Albert. « Histoire de la châtellenie de Belvès ». Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord.Tome 28. 1901, p. 72-104. Texte mis en ligne : http://www.guyenne.fr/ArchivesPerigord/SHAP/T28_1901/Belves_Histoire.htm. Voir chap. I, V : « Seigneur de Belvès ».

[5] Idem. Chap. II« Organisation du consulat ».

[6] Le château de Belvès est inscrit au titre des Monuments Historiques par arrêté du 6 décembre 1948 pour ses caractéristiques historiques et architecturales. Pierre Garrigou Grandchamp a rédigé une notice en 1999 soulignant tout l’intérêt de l’édifice, dans GARRIGOU GRANDCHAMP, Pierre.« Introduction à l’architecture domestique en Périgord aux XIIIe et XIVe siècles ». Monuments en Périgord, Congrès archéologique de France, 156e session (1998). Paris, 1999, 383 p., p. 17-46, en particulier p. 34-35.

[7] Le répertoire des formes mises en oeuvre dans les anciennes baies de la façade principale – à savoir une immense fenêtre avec des lancettes trilobées – plaide en faveur d’une datation entre la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle.

[8] Malheureusement, nous ne conservons pas de fonds d’archives propres au château et les recherches entreprises jusqu’à présent ont permis, pour l’heure, de remonter à la Révolution française seulement.

[9] Les dimensions de l’édifice résultent probablement de la réunion de deux parcelles.

[10] Dans l’attente de la réalisation de plans et de relevés archéologiques, nous utilisons les plans et les restitutions des architectes intervenus lors des différentes campagnes de travaux.

[11] Un accès aux caves se faisait par une belle porte du XIVe siècle couverte d’arcs à ressauts, toujours conservée, percée dans la façade postérieure à l’est.

[12] Les marchands, qui circulaient sur la route de Limeuil, bénéficiaient d’un accès sans dénivelé jusqu’à la porte de la ville, puis empruntaient une rue plane en poursuivant par la Grand’Rue jusqu’à la halle de Belvès. Albert Vigier évoque la construction de la Halle et la fréquentation des marchands : voir op. cit., chap. I, 2 « La Ville » (notes 50-51).

[13] Une fois les anciens remplages démontés, une partie des pierres sculptées a été remployée pour boucher un placard mural de la salle du premier étage. Ces vestiges ont été découverts lors des travaux de restauration effectués en 2012.

[14] Un projet de datations dendrochronologiques des charpentes est en cours d’élaboration. L’escalier en pierre a été démantelé à la Révolution.

[15] Au sujet de la distribution des espaces, voir CHATENET, Monique, CUSSONNEAU, Christian. « Le devis du château de Jarzé : la place du lit ». Bulletin Monumental. Tome 155, n°2, 1997. p. 103-126, mais aussi MÉRINDOL, Christian de. « Essai sur la distinction des espaces par le décor à l’époque médiévale : iconologie et topographie ». Aux marches du palais. Qu’est-ce qu’un palais médiéval ?. Actes du VIIe congrès international d’archéologie médiévale, Université du Mans, 9-11 septembre 1999. Le Mans : Publications de l’Université du Maine, 2001, p.63-75, et PIPONNIER, Françoise. « Dénominations et fonctions des espaces dans l’habitation dijonnaise (XIVe-XVe siècle) », dans ALEXANDRE-BIDON, Danièle, PIPONNIER, Françoise et POISSON, Jean-Michel (dir.). Cadre de vie et manières d’habiter, XIIe-XVIe siècle. Actes du VIIIe Congrès international de la Société d’archéologie médiévale, Paris, [Musée national des arts et traditions populaires], 11-13 octobre 2001. Caen : Publications du CRAHM, 2006, p. 109-116.

[16] Sur les cheminées et les équipements de la maison médiévale, voir NAPOLÉONE, Anne-Laure. « L’équipement domestique dans l’architecture civile médiévale », dans La maison au Moyen Âge dans le midi de la France. Actes des journées d’étude de Toulouse, 19-20 mai 2001. Toulouse : Société archéologique du midi de la France, 2003, p. 239-263.

[17] Outre les solives peintes, une planchette aux motifs de feuilles de chêne témoigne d’un décor délicat.

[18] Aucune source textuelle n’attestant l’usage de ces espaces, les deux cas de figure restent possibles : la chambre de Monsieur pouvait se trouver au deuxième étage, au niveau de la salle des Preux, tandis que celle de Madame, située en dessous, aurait jouxté la salle de réception au premier étage.

[19] Des traces d’agrafes sur la poutre sablière témoignent de l’assemblage des bois. Par ailleurs, les murs en moellons du XIXe siècle qui ont remplacé la structure précédente, pour la partie est du deuxième étage, empiètent sur le mur pignon oriental et recouvrent les peintures murales du XVIe siècle sur environ 50 cm. Cela nous amène à en déduire que les murs contemporains du décor peint étaient plus minces, ce qui correspond aux caractéristiques du pan de bois.

[20] Se référer à CHATENET, Monique. La cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture. Paris : Picard, 2002, 387 p.

[21] Les peintures sont réalisées sur un enduit sec et les pigments sont délayés dans de la colle bovine. CIONE, Cornelia. Château de Belvès, Dordogne (France). R&C Lab S.r.l. Laboratorio di Analisi e Ricerca Applicata, 2010.

[22] Un évêque de Bordeaux est devenu cardinal à la fin du XVe siècle : André d’Épinay (1479-1500) nommé en 1489. Voir Paris, BNF, lat. 4365, f. 1 (Armoiries d’André d’Épinay) et FISQUET, Honoré. La France pontificale (Gallia Christiana). Histoire chronologique et biographique des archevêques et évêques de tous les diocèses de France. Tome 5. Paris : Étienne Repos, 1867, 680 p., p. 254-255.

[23] Les émaux sont difficiles à décrire. Serait-ce pourtant des armes de sable ? Les lions sont d’argent. Entre leur chef, un meuble pourrait les accompagner.

[24] Ces attributs sont comparables aux masses brandies par les huissiers dans la représentation du « Lit de justice de Vendôme » exécutée par Jean Fouquet, vers 1459-1460, dans le volume Des cas des nobles hommes et femmes de Boccace, conservé à la Bayerische Staatsbibliotek de Munich (Cod. Gall. 6, fol. 2v.).

[25] En face de la demeure, se dresse le clocher octogonal de l’ancienne église du couvent des Dominicains, établi hors les murs.

[26] La forme du chapeau renvoie à celui porté par le prévôt des marchands de Paris, Etienne Marcel, représenté en habits du XVe siècle dans une enluminure de Loyset Liédet, dans les Chroniques de Froissart (BnF, ms. français 2643, fo 230 ro).

[27] On distingue un pin dont les formes sont influencées par l’art topiaire, un chêne, un pommier et un prunier. Des fleurettes stylisées réalisées au pochoir remplissent les vides, héritage de l’horror vacui.

[28] Peut-on imaginer le travail d’un atelier itinérant qui, entre Anjou et Provence, se serait arrêté en Périgord pour répondre aux commandes de grands mécènes ? Pour les peintures angevines, voir LEDUC-GUEYE, Christine. « La peinture murale en Anjou et dans le Maine aux XVe et XVIe siècles : les décors peints dans les édifices non cultuels », dans RUSSO, Daniel (dir.). Peintures murales médiévales, XIIe-XVIe siècles, Regards comparés. Dijon : Éditions universitaires de Dijon, 2005, p. 203-213 et Demeures du roi René en Anjou : entre ville et campagne. Inventaire général du patrimoine culturel, Maine-et-Loire, Pays de la Loire. Nantes : Éditions 303, 2009, p. 56-59 (Images du patrimoine, 254).

[29] REBICHON, Noëlle-Christine. « Les Hommes illustres dans les peintures murales des Trecento et Quattrocento en Italie : création et adaptation d’une iconographie inspirée de sources littéraires du Moyen Âge français ». Thèse de doctorat, Université L. Lumière Lyon 2, Nicolas Reveyron (dir.) et Mino Gabriele (dir.) de l’Università degli Studi di Udine, 3 vol., 2011, 1117 pages. L’étude des cycles picturaux italiens nous a amenée à la constitution d’un corpus iconographique qui recense les représentations des Neuf Preux aux XIVe et XVe siècles.

[30] À ce propos, voir CROIZY-NAQUET, Catherine. Écrire l’histoire romaine au début du XIIIe siècle : l’histoire ancienne jusqu’à César et Les faits des Romains”. Paris : H. Champion, 1999, p. 244-249 (Nouvelle bibliothèque du Moyen âge, 53) et SZKILNIK, Michelle. « César est-il un personnage de roman ? ». Cahiers de recherches médiévales et humanistes. 13, 2006, p. 77-89.

[31] GARRIGOU GRANDCHAMP, Pierre. Demeures médiévales. Cœur de la cité, Paris : Editions REMPART-Desclée de Brouwer, 1992, 126 p. (Collection Patrimoine vivant. Notre histoire), p. 70 « La résidence fortifiée: est-elle un type urbain ? ».

[32] Idem, p. 46

[33] RENOUX, Annie. « Aux marches du palais » : des mots, des concepts et des réalités fonctionnelles et structurelles, dans « Aux marches du Palais ». Qu’est-ce qu’un palais médiéval ? Données historiques et archéologiques. Actes du VIIe Congrès international d’Archéologie Médiévale (Le Mans – Mayenne 9-11 septembre 1999). Le Mans : Publications de l’Université du Maine, 2001, 290 p. (Actes des congrès de la Société d’archéologie médiévale, 7), p. 9-20.

[34] GUILLAUME, Jean et TOULIER, Bernard. « Tissu urbain et types de demeures : le cas de Tours », dans GUILLAUME, Jean. La maison de ville à la Renaissance. Actes du colloque tenu à Tours du 10 au 14 mai 1977. Paris : éd. Picard, 1983, 134 p. (De Architectura), p. 9-23.

[35] Par « économique », faut-il entendre des activités artisanales, commerciales, ou encore fiscales ? Tout est possible. Le propriétaire pouvait vendre une production propre, à partir de terres possédées autour de Belvès, ou encore louer ces boutiques.

[36] GARRIGOU GRANDCHAMP, Pierre. Op. cit., p.26, chap. III « La maison polyvalente ou ‘bourgeoise’ du XIIe au XIVe siècle ».

[37] DUTOUR, Thierry. « Les nobles, les activités civiles et la vie urbaine dans l’espace francophone (XIIIe -XVe siècles) ». Histoire urbaine. 2006/2 (n° 16), p. 115-129. DOI : 10.3917/rhu.016.0115. URL : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2006-2-page-115.htm et aussi MORSEL, Joseph. « Chapitre 6 – Nobles et bourgeois », dans MORSEL, Joseph (dir.). L’aristocratie médiévale. Ve-XVe siècle. Paris : Armand Colin, « U », 2004, p. 223-263. URL : https://www.cairn.info/l-aristocratie-medievale–9782200262938-page-223.htm

[38] Castel Roncolo : il maniero illustrato. Bolzano : Athesia, 2000, 832 p.

[39] GARRIGOU GRANDCHAMP, Pierre. « Introduction à l’architecture domestique en Périgord aux XIIIe et XIVe siècles ». Monuments en Périgord. op. cit., p. 17-46, notamment p. 23, et du même auteur dans le même ouvrage, « L’Hôtel Plamon », p. 321-342.

[40] Voir notre contribution « Les peintures du château de Belvès :la Renaissance des Preux ». Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord. Tome 146. 2019, p. 357-372, précisément p. 369-370.

[41] SCHEURER, Rémy (dir.). Correspondance du Cardinal Jean Du Bellay. Tome II, 1535-1536. Paris : Klincksieck, 1973, p. 271. Nous remercions Anne-Marie Cocula-Vallières et Jacqueline Biscontin pour leurs  conseils et suggestions.



Citer ce billet
Anelise Nicolier (2022, 30 octobre). Le château de Belvès en Périgord noir (XIVe-XVIe s.), par Noëlle-Christine Rebichon. Carnet parodien d'histoire de l'art et d'archéologie. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m8p0

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

2 réflexions sur « Le château de Belvès en Périgord noir (XIVe-XVIe s.), par Noëlle-Christine Rebichon »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.