Le petit château de Chantilly avant le duc d’Aumale

Une réflexion récente porta sur l’étude du Grand Château de Chantilly sous le règne de Louis IV Henri de Bourbon-Condé (1692-1740) et livra une synthèse liminaire liée à l’histoire architecturale du domaine depuis 1672 jusqu’en 1789, date à partir de laquelle les princes de Condé émigrèrent, abandonnant leur fief aux mains des insurgés. Nous invitons le lecteur à se reporter à ce travail quant à un éclaircissement sur les chantiers successifs présentement évoqués1. Pour mémoire, l’actuel Chantilly, en grande partie rebâti par la volonté édificatrice d’Henri d’Orléans (1822-1897), duc d’Aumale, entre 1875 et 1885, correspond peu à la situation du domaine à la fin de l’Ancien Régime (fig.1). Le morcellement commença en 1793, soit par affectation à l’État, soit par vente à des particuliers. Le Grand Château disparut, rasé jusqu’à ses fondations médiévales. Le Petit Château fut l’unique survivant à l’ire républicaine. Pour autant, l’archéologie de ce dernier  n’est pas linéaire, dans la mesure où, à l’aube du XVIIIe siècle déjà, il ne restait pratiquement rien des bâtiments représentés par le graveur Jacques Ier Androuet du Cerceau (1510-1584) au XVIe siècle2 ou par le peintre Adam François Van der Meulen (1632-1690) en 16733. Nous proposons la reconstitution inédite de ce bâtiment durant la première moitié du  XVIIIe siècle. 

Fig.1. Lallemand, Jean-Baptiste (1716-1803), Vue du château de Chantilly à la grille d’Honneur, XVIIIe siècle, gouache, H : 0,38m, L : 0,685m, Chantilly, musée Condé © Wikimediacommons.
Fig.2. Petit Château de Chantilly, cour de la Capitainerie avec galerie en bois par Félix Duban
© Wikimediacommons.

Façades et élévations

Exceptée la galerie en bois de l’architecte Félix Duban (1797-1870) élevée en  1848 dans la cour de la Capitainerie (fig.2) , on retrouve l’ensemble architectural initial (fig.3)4, ainsi que l’attestent par ailleurs les plans publiés par le graveur Jean Mariette (1660-1742) dans L’ Architecture française (1727), c’est-à-dire : un château avec une forme en aile longue, entre deux pavillons plus massifs placés transversalement (fig.4), dont l’aile nord avait été élargie côté cour, avec une  façade composée d’arcades, de pilastres et frontons à l’image de celle du jardin. En remplacement de l’ancienne vis hors-œuvre, Mansart avait allongé la façade d’une travée et renforcé de nouveau la dernière travée à l’autre extrémité, laquelle avait déjà fait l’objet d’une reconstruction en 1600. En outre, la façade du jardin de la Volière, qui comportait à l’origine cinq travées calées à gauche par le pavillon de l’escalier en vis, comptait désormais six travées.

Fig.3. Petit Château de Chantilly, pavillon de Jean Bullant au sud ©Wikimediacommons
Fig.4. Petit Château de Chantilly, aile ouest, façade du côté de la Volière ©Wikimediacommons.

Le corps des Offices subit lui aussi quelques transformations. Côté pelouse, le maître remplaça les anciennes fenêtres par des baies plus larges et régularisa la composition en les plaçant systématiquement sous les lucarnes. Il remania la composition au rythme saccadé cher à l’architecte Jean Bullant (v. 1515-1578) et créa une façade classique divisée en travées régulières. Côté cour, le doublement de l’aile nord effaça une porte, une croisée et une petite baie du corps des Offices. La façade par Bullant comprenait initialement cinq portes, six croisées et une petite baie aux deux extrémités.  Après l’intervention de Mansart, elle admettait quatre portes aveugles et cinq croisées dont deux aveugles. Les autres croisées furent transformées en porte-fenêtre. 

Ces transformations étaient dues au réaménagement des espaces intérieurs à la même époque. A l’étage, les quatre lucarnes furent obturées afin de permettre l’installation des peintures dans la Grande Galerie. L’aile d’entrée, qui conserva son pont-levis, ne fut pas remaniée. Les élévations de l’aile nord et du corps des Offices restèrent fidèles au vocabulaire de Bullant.

Agencements et distributions

Les appartements hauts

Depuis Louis II de Bourbon-Condé (1621-1686) dit le Grand Condé, les appartements du premier étage ou appartements hauts étaient réservés au prince5 (fig.5). Leur distribution demeura inchangée sous le règne de son descendant Louis-Henri de Bourbon-Condé, aussi nommé duc de Bourbon ou M. le Duc6.  Les pièces de l’appartement dans le pavillon s’éclairaient sur le petit Parterre et se commandaient les unes les autres selon le principe de l’enfilade qui prévalut dans la distribution française au XVIIe siècle. Le renoncement à un vestibule ovale, comme cela était initialement prévu, impliqua que l’entrée se fît par l’antichambre qui donnait directement accès à la chambre plus profonde que large dotée d’une alcôve grâce au doublement de l’aile sur la cour. Dans le but d’introduire une symétrie alors très recherchée, le lit fut placé au fond de cette alcôve, face aux deux fenêtres et à la cheminée, au milieu du mur opposé à l’entrée. Afin de se préserver du froid, les portes-fenêtres furent rejetées à l’extrémité de la chambre (fig. 6).

Fig.5. Jules Hardouin-Mansart, Projet d’extension du Petit Château de Chantilly [détail]. Plan du premier étage corrigé par le duc d’Enghien, retombes fermés, 1684, Lavis et encre brune, L : 0,667 ; l : 0,652 m, Bibl.nat.fr., R. de C 180 avec retombe © Bibl.nat.fr.
Fig.6. Jules Hardouin-Mansart, Projet d’extension du Petit Château de Chantilly [détail]. Plan du rez-de-chaussée corrigé par le duc d’Enghien, 1684, Lavis et encre brune, L : 0,667 ; l : 0,652 m, Bibl.nat.fr., R. de C 180 avec retombe © Bibl.nat.fr.

L’enfilade, comme c’était toujours le cas, se terminait par un grand cabinet situé en angle, lequel disposait d’un remarquable emplacement, s’éclairant à la fois sur les jardins de la Volière et sur la Pelouse qui s’étend face au Petit château.

Si cette distribution est confirmée par le Mercure Galant de 1688, en revanche, son rédacteur ouvre l’appartement par « un grand salon qui n’est pas encore entièrement fait, & qui est la seule piece qu’on n’a pas eu le temps d’achever »7. Or, aucun document n’en révèle la présence, ce qui laisse penser qu’il y eut une erreur et que l’on confondit ce salon avec l’un de ceux du rez-de-chaussée, sous l’appartement du prince alors en travaux. De plus, installée derrière l’antichambre et la chambre, afin d’assurer un plus grand confort, cette enfilade se doublait d’une circulation privée. Dans cette optique, une part plus large avait été donnée aux garde-robes et cabinets qui avaient été agrandis. 

Cependant, les modifications datant d’Henri-Jules de Bourbon-Condé (1643-1709) apparaissent dans l’inventaire après décès du duc de Bourbon en 17408. Alors qu’il n’est question que de trois garde-robes dans les mémoires de 16869, l’inventaire après décès d’Henri-Jules en 1709 signale la présence de pièces différentes complétant l’Appartement Haut : deux garde-robes situées contre la chambre ; une petite pièce en entresol et un « petit cabinet » éclairé par deux fenêtres10.

Les pièces se diversifièrent puisque le plan de Mariette (1727) (fig.7) montre qu’une petite chambre à coucher, « dans laquelle Monseigneur le Duc est decede », avait été aménagée11. Ce soin constant apporté à l’installation des pièces révèle parallèlement l’attention croissante de disposer de pièces à usage privé.

Fig. 7. Plan des Appartements Hauts du Petit Château, copie XIXe du plan de Mariette établi en 1727 [détail], plan à la plume et lavis à l’encre de Chine sur traits à la mine de plomb, L : 0,378 ; l : 0,515 m, Destailleur, t 4, 960, FRBNF 40308854 ©Bibl.nat.fr

Également lieu de représentation, cet appartement se poursuivait par un petit cabinet qui ouvrait sur la galerie et assurait ainsi une meilleure transition12. Cette autre enfilade s’achevait classiquement avec un cabinet de collectionneur indifféremment nommé« cabinet au bout de la gallerie » ou « grand cabinet joignant la gallerie »13.

Suivant les principes de l’architecte Jacques-François Blondel (1705-1774) qui préconisait une telle disposition dans son Architecture françoise (1752), cette distribution, dont l’objectif était d’agrandir les perspectives, se calquait essentiellement sur le modèle versaillais de la même époque :  les travaux de la terrasse, commencés en 1678 et terminés en 1686, étaient liés à l’installation d’une galerie en façade, encadrée de deux salons, suivant en cela les exemples de Saint-Cloud, Meudonet Choisy14.

L’appartement se terminait par une bibliothèque à usage exclusivement privé. Située à l’extrémité du Petit châteauelle ne possédait d’ailleurs aucun passage vers le Grand Château, le petit escalier à vis qui lui donnait accès depuis la cour n’était qu’une circulation de service. En ce qui concerne cette dernière, il s’agissait plus d’un cabinet de livres que d’une bibliothèque proprement dite15. La grande bibliothèque de M. le Duc était située dans une galerie de l’Hôtel de Condé à Paris16.

En 1740, l’appartement de M. le Duc traduisait toujours une conception idéale : à la fois des espaces semi-circulaires qui pouvaient à l’occasion devenir publics, comme la chambre, les cabinets et la galerie ; et des espaces exclusivement privés (pièces secondaires et cabinet des livres), situés à l’écart des axes de circulation.

Les appartements bas

Le rez-de-chaussée, consacré depuis le Grand Condé à l’usage du prince et de ses proches, sur le modèle du premier étage de la cour de marbre en 1682 à Versailles, connut quelques aménagements dès 168517, auxquels se seraient référés le géographe Jean-Aymar Piganiol de la Force et l’historien de l’Art Antoine Joseph Dézallier d’Argenville dans leurs ouvrages parus en  1718 et en 1762. A ce titre, la comparaison de la planche de l’Album du comte du Nord avec le « Plan du château de Chantilly » montre que la salle fraîche datant des Montmorency fut divisée en trois pièces pavées de marbre noir et blanc au XVII siècle18

Le vestibule ouvrait par deux arcades sur le jardin et se prolongeait vers la cour par un passage. Cette pièce d’entrée desservait l’escalier qui montait à l’appartement du prince, et deux autres pièces nommées « salons du costé du parterre »ou « Sallon de l’apartement bas »19.

En ce qui concerne les problèmes de distribution, l’inventaire après décès de Marie-Anne de Bourbon-Conti (1689-1720), première épouse de M. le Duc, rédigé en 1720, se révèle intéressant à exploiter en raison de sa précision20. En effet, la distribution du rez-de-chaussée n’était pas encore modifiée. Jusqu’à cette époque, la distribution suivait encore les indications qui avaient été données par Henri-Jules de Bourbon-Condé, alors duc d’Enghien, vers 1686, au moment des grands travaux par Mansart (fig.6)21. Effectivement, la relation du Mercure de 1688 indique qu’il y avait deux appartements séparés par une salle commune. 

D’ailleurs, cette disposition des pièces, dont les ouvertures étaient pratiquées en enfilade, apparaît sur un grand plan général au rez-de-chaussée du château : deux appartements avec une chambre et ses annexes encadraient en symétrie ce salon central22

A la suite, le Mercure énumère une série de pièces dont la situation sur le plan du rez-de-chaussée est difficile à envisager et échappe à toute localisation car elles portent toutes un nom correspondant à leur décor peint.Les précisions apportées par l’inventaire de 1709, notamment le nombre de fenêtres par pièces, constituent quant à elles un élément assez fiable de localisation. Ainsi mentionne-t-il un rideau de fenêtre pour chacune des pièces de l’enfilade, sauf pour les garde-robes de Diane et de Bacchus, et pour la pièce dénommée « salon de l’appartement Bas ». Or seul le cabinet des plans possédait deux fenêtres. Ce qui fait qu’on peut le situer dans le salon de l’angle d’entrée du Petit Château qui ouvrait par deux fenêtres sur l’étang. 

Le mémoire de peinture du 8 décembre 168623 indique la fonction, les dimensions des pièces, et permet de les replacer sur le plan du rez-de-chaussée : la « sale du milieu »ou vestibule mesurait vingt pieds de long sur dix huit de large24. Les deux pièces qui l’encadraient étaient pratiquement de la même taille, avec une chambre mesurant « vingt pieds huit pieds de long sur dix huit de large », et « un cabinet » de vingt-et-un pieds huit pouces de long sur sept pieds trois quart. Les deux pièces suivantes, en réalité des couloirs, étaient larges de huit pieds et demi, avec une longueur de dix-sept pieds25. Les ajouts « petite garderobe ensuite du costé du fossé », et « petite garderobbe du costé de la cour », sont sans ambiguïté quant à leur localisation.

Selon Mme Christine Laroche, la pièce la plus facile à localiser était le vestibule central, diversement appeléselon les différents inventaires et archives, « salle du milieu », « vestibules », « salon des vues », ou « salon le long de la galerie »26. Pièce d’introduction, elle ouvrait sur deux circulations possibles : vers la droite, nous serions dans la chambre de Diane, nommée en 1720 « chambre de Vénus », encadrée en 1709 de la garde-robe de Diane et du cabinet de Flore.Cependant, la similitude du mobilier ne laisse aucun doute possible, et fait présager une erreur, puisqu’en 1709 comme en 1720, nous retrouvions le même miroir de « trente deux pouces de glace de hauteur sur vingt quatre dans sa bordure et chapiteau avec ornements le tout de glace blanc et bleu prisé Cent vingt livres ».

Le plan du rez-de-chaussée montre que la chambre était suivie d’un petit couloir qui desservait une pièce rectangulaire ouvrant sur la cour. L’inventaire de 1720 signale ces deux pièces après la chambre, « dans un passage attenant », ou « dans une garderobbe attenant », qui ne pouvait être que la pièce de forme rectangulaire. Selon les deux inventaires, la garde-robe était la seule des deux pièces avec une cheminée, ce qui correspond au plan ! De plus, la présence de tabourets garnis de « leurs housses de veille serge bleüe », en 1720 dans le passage, correspondait au mobilier du Cabinet de Flore de 1709. Ce qui confirmerait la localisation des deux pièces : cabinet de Flore-passage vers l’étang et garde-robe de Diane vers la cour. Le Cabinet de Flore donnait accès à un autre cabinet nommé en 1720 « chambre suivante » ou « cabinet de Vénus », et en 1709 « cabinet de Vénus ». La présence d’un ameublement identique confirmerait la distribution de cette partie du rez-de-chaussée. Il était d’ailleurs mentionné un « passage entre le cabinet de Vénus et la chambre de Diane ».

La seconde enfilade, sur la gauche du vestibule central, commençait aussi par une large chambre, la Chambre de Bacchus, suivie de la « garderobbe ditte de Bacchus », et du « cabinet des masques », logées dans la largeur du bâtiment. Ce qui leur donnait une forme rectangulaire et rappelait parallèlement la distribution du passage de Flore et de la garde-robe de Diane.

L’examen des inventaires révèle que le principe était le même : la présence de la cheminée dans une seule des pièces et la similitude du mobilier permirent de localiser ces pièces sur le plan. En confrontant les dimensions à celles du plan de Mansart, et le mobilier de 1720 à celui de 1709, on peut penser que la « petite garde-robe du cote du fossé » serait le cabinet des Masques. La distribution était identique à celle de l’appartement situé à droite du vestibule : le passage de dégagement appelé cabinet des Masques suivait la galerie basse sur l’étang ; tandis que la garde-robe de Bacchus ouvrait sur la cour. Enfin, ces appartements étaient encadrés par deux salons dans les angles du Petit Château.

Quant au Cabinet des plans, ou « grand cabinet vert du premier appartement du rez-de-chaussée » (1720), situé dans le pavillon d’entrée, il était le seul salon disposant de deux ouvertures. Le mobilier de cette dernière pièce, en majeure partie ancien en 1720, permet une analogie certaine avec celui de 1709. Le cabinet était situé à l’extrémité des appartements dans les deux inventaires, du côté de l’appartement de Bacchus.

Enfin, sur le plan du château, le salon d’angle vers le petit parterre diffère totalement, puisqu’il était ouvert sur l’extérieur par une fenêtre et deux arcades. Le Mercure Galant l’identifie clairement parmi les pièces du rez-de-chaussée et le désigne par « grand salon en retour ». Les inventaires le nomment indifféremment : « salon de l’appartement bas »ou « salon des estampes » en 1720. 

Ce qui signifierait que l’ancienne distribution se répartissait entre le vestibule central qui donnait accès à deux enfilades : à droite la chambre de Diane avec le cabinet de Flore, un passage et la garde-robe de Diane ; et cabinet de Vénus qui suivait avant d’entrer dans le Grand Salon ; à gauche, la chambre ou cabinet de Bacchus, avec le cabinet des Masques, un passage et la garde-robe de Bacchus. Puis dans l’angle le cabinet des Plans.

La destination essentiellement privée des Appartements bas perdura sous Louis-Henri de Bourbon. L’appartement du premier étage étant consacré à l’apparat, il importait d’avoir des pièces plus petites, avec plus de commodité. Quelques contingences liées à la construction sur l’eau, facteur d’humidité, amènent à penser que le rez-de-chaussée était sans doute un appartement d’été, et le premier étage un appartement d’hiver. Les Appartements bas bénéficiaient d’un environnement agréable au moment des chaleurs estivales : l’enfilade des pièces située sous la galerie était bordée d’une terrasse sur l’eau ornée d’un balcon de fer27.

De même, chacune de ces deux séries de pièces possédait des fonctions distinctes. Par exemple, le salon d’angle sur le jardin pouvait servir de salon de jeux28. La présence en 1709 et en 1720 de « deux tables a joüer une triangle et l’autre a pans de bois de noyer garnies chacune d’un tiroir avec chacun deux gueridons », « deux trictrac de bois de poirier noirci avec leurs dames et cornets, et un jeu d’échecs de mesme bois, le tout garny d’ebene », et de nombreuses tables de différentes formes, ôtent toute hésitation sur sa destination.

Cet ameublement suggérerait que la fonction ludique s’organisait entre les salons qui, ouvrant tous les deux par deux arcades sur le petit parterre, et communiquant par une large ouverture, ne faisaient plus qu’un seul « grand salon en retour »unifié par un sol en marbre. Cela signifie qu’il fallait traverser le salon d’angle pour gagner le vestibule, puisque « de ce logement lorsqu’on a passé par un Vestibule qui est ouvert par deux grandes arcades du côté de la Court & du petit Parterre, on monte ».

Aucun de ces documents ne s’intéresse aux pièces dans la largeur du pavillon, à proximité du vestibule. Aucune fonction précise ne leur ayant jamais été attribuée, peut-être étaient-elles soumises à divers usages selon l’occasion ? Ce qui expliquerait qu’elles aient été démeublées.

Nous l’avons déjà écrit, la part avait été faite entre les Appartements bas à usage privé et les Appartements hauts conçus en partie pour la vie publique. On note également que l’accumulation de petites pièces réparties entre divers cabinets restait conforme aux recommandations énoncées par l’architecte Charles-Etienne Briseux dans son Art de bâtir (1743). Oscillant entre tradition et modernité, comme en témoigne l’exécution des Singeries (fig. 8 et fig. 9) pour les Appartements hauts et les Appartements bas du Petit Château par le peintre animalier Christophe Huet (1700-1759) vers 1737, sur ordre de M. le Duc29, Chantilly, durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, marquait toujours la puissance politique du prince dans une société crurale où le paraître fondait l’ostentation comme instrument de construction de l’identité individuelle à travers l’appartenance à une lignée illustre et ancienne, donc à travers le fief ! 

Fig.8. Huet Christophe, Grande Singerie, Appartements hauts ou Grands Appartements, Petit Château de Chantilly, 1737 ©Wikimediacommons.
Fig.9. Huet Christophe (attribué à), Petite Singerie, Appartements bas, Petit Château de Chantilly, v.1737©Wikimediacommons.



Citer ce billet
christophelevadoux (2022, 19 février). Le petit château de Chantilly avant le duc d’Aumale. Carnet parodien d'histoire de l'art et d'archéologie. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m8ox

  1. Levadoux, Christophe, « Un état inédit du Grand Château de Chantilly sous le règne du duc de Bourbon (1692-1740) », Carnet parodien d’histoire de l’art et d’archéologie, vol.3, 2019 [en ligne] []
  2. Depuis le XVIe siècle, le Petit Châteaucomprenait un petit corps de logis à l’entrée, avec une suite de pièces le long de l’étang, et un autre corps de logis en retour sur le jardin de la volière, qui était desservi par un degré du côté de la cour et un escalier en vis formant un petit hors-œuvre sur le jardin []
  3. Babelon, Jean-Pierre, Chantilly, Paris, Scala, 1999, p.155 et p.166). Les modifications apportées par l’architecte Jules Hardouin-Mansart (1646-1708) de 1683 à 1686 remanièrent radicalement ses façades ((Jestaz, Bertrand, « Documents sur l’œuvre de Jules Hardouin-Mansart à Chantilly », Bulletin monumental, 1991,t. 149-1, p.30-39 []
  4. Le musée Condé possède plusieurs dessins à la plume et au lavis d’encre noire représentant les façades du Petit Château de Chantilly après les travaux de Mansart : inv. 83 K5, 83 K11 et 83 K12 []
  5. Arch.nat., Min. cent, ET XCII, 248, 5 mars 1685, Devis des ouvrages à entreprendre au petit châsteau de Chantilly []
  6. Le prince Louis-Joseph de Bourbon-Condé (1736-1818), fils unique de M. le Duc,  ajouta une antichambre au-dessus du fossé  à  la fin du XVIIIe siècle, comme le montre le Plan des Châteaux de Chantilly, extrait de l’Album du Comte du Nord, 1784, f° 4 et f° 5. Concernant l’état sous le duc de Bourbon, voir Bibl.nat.fr, Est va 411, illustrations reproduites par Jestaz, Bertrand, art. cit., 1991, p. 35, fg. 27 et fg. 28 []
  7. Mercure Galant, 1688, p. 57-58 []
  8. Arch.mus.Condé, Chantilly, 2 A 055, 27 janvier 1740, inventaire fait après le décès de Louis-Henry, duc de Bourbon []
  9. Ibid. 1 B9, Mémoire de peinture []
  10. Arch.mus.Condé, Chantilly, 2 A 008, 19 septembre 1709, inventaire fait après le décès d’Henri-Jules de Bourbon, prince de Condé, second volume, [premier volume en déficit] []
  11. Cette mention, extraite de l’inventaire après décès de M. le Duc, fait évidemment référence à ce dernier []
  12. Charles d’Aviler mentionne ainsi le cabinet  en 1691: « au bout d’une galerie ou d’un appartement ou l’on tient des tableaux de bons maîtres rangés avec symétrie et décoration, et accompagnés de bustes de marbre et de bronze avec curiosités » ; Aviler, Charles Augustin d’, Cours d’architecture avec une ample explication de tous les termes, Paris, N. Langlois, 1691, p. 340. Par exemple, en 1684, le roi Louis XIV avait déjà fait installer un cabinet de tableaux à la suite de son appartement intérieur sur la cour de marbre du château de Versailles. Pour rappel, entre 1684 et 1686, les deux célèbres cabinets de Monseigneur à Versaillesétaient situés à la suite de l’appartement, au rez-de-chaussée du corps central []
  13. Voir Levadoux, Christophe, « Un inventaire inédit, le cabinet de curiosités de Louis-Joseph de Bourbon-Condé (1736-1818) à Chantilly en 1793 », Mémoires de la Société académique d’Archéologie, Sciences et Arts du département de l’Oise, t. XLII, 2019, p. 5-59 []
  14. Blondel, Jacques-François, Architecture Françoise,Paris, Charles-Antoine Jombert, Livre I, 1752, p. 37-38 : « Il convient de placer aux extrémités de ces galleries, des Sallons qui leur servent d’issue ; mais il faut observer avec soin que des pièces soient libres, qu’elles ne fassent pas partie d’un appartement de commodité […] il convient au contraire de les prolonger autant qu’il est possible, & de les terminer par une porte croisée, qui réussit mieux que quelque décoration que ce puisse être » []
  15. Voir Levadoux, Christophe, « Numismatique et bibliophilie chez le prince de Condé en 1740 », Mémoires de la Société académique d’Archéologie, Sciences et Arts du département de l’Oise, t. XLIII, 2020, p. 23-65 []
  16. Voir Levadoux, Christophe, « L’hôtel parisien des princes de Condé depuis le Grand Condé (1621-1686) jusqu’à Louis IV, duc de Bourbon (1692-1740) », Bulletin de la Société de l’Histoire de Paris et de L’Ile-de-France, 145e et 146e années, 2018-2019, p. 23-46 []
  17. Arch.nat.,  Min.Cent, ét., XCII, 249, 5 mars 1685, devis des ouvrages de maçonnerie []
  18. Arch.nat, Min.cent, ét. XCII, 253, 14 janvier 1686, marché de marbre []
  19. Arch.mus. Condé, Chantilly, 1 B 8, Mémoire de peinture par Pierre Le Blanc, depuis le 17 septembre jusqu’au dernier novembre 1686 []
  20. Ibid., 2 A 053, 21 mars 1720, inventaire fait après le décès de Marie-Anne de Bourbon-Conti []
  21. Le duc d’Enghien semble avoir pris une part importante dans la réalisation de ces Appartements bas. Sa présence à la cour facilitait les contacts avec Mansart. La correspondance conservée aux archives du musée Condé montre que l’architecte continuait à surveiller les réalisations de Chantilly. De plus, le plan pratiquement définitif de ces pièces situées sous la galerie, apparaissait déjà sur le projet annoté et rectifié de sa main que nous reproduisons. 

    Il était prévu un grand salon central encadré de pièces, dont l’une était coupée dans sa largeur en deux parties égales. En dépit des hésitations perceptibles, le duc écrivit sur le plan : « Voir come il faudra distribuer entre les parties », il voulait que ces pièces composassent « deux appartements ». D’autre part, ce projet révélait le souhait d’avoir une salle à manger avec une situation favorable, placée en angle dans l’aile d’entrée du Petit Château, avec une cuisine à proximité, de l’autre côté du passage []

  22. Bibl. nat.fr, Va 411, Plan du Petit et du Grand Château au rez-de-chaussée, après les travaux de Mansart et avant ceux d’Aubert : plan du château de Chantilly comm il etoit avant les changemens considerables qu’on y a fait depuis » []
  23. Arch.mus. Condé, Chantilly, 1 B 8, « Mémoire de peinture faicts pour SAS Monseigneur le prince de Condé… » []
  24. Un pied valant 33 centimètres, cela faisait 6,60 m par 5,94 m []
  25. Soit 2, 80 m par 5,61 m []
  26. Laroche, Christine, Le Petit Château de Chantilly, décoration intérieure au XVIIIe siècle,mémoire de maîtrise en Histoire de l’Art (dir. Antoine Schnapper), Paris IV-Sorbonne, 1999, p. 30-45, [non publié] []
  27. Arch.mus. Condé, Chantilly, 1 B 8, 15 octobre 1686, Mémoire de peinture []
  28. Lors du séjour de Monseigneur au château de Chantillyen 1688, la relation du Mercure Galant nous indique qu’il y « avoit plusieurs tables pour toutes sortes de jeux. C’est dans ce lieu que Monseigneur a souvent tenu appartement avant, & après le souper » []
  29. Voir Levadoux, Christophe, « Le décor de Singeries de Chantilly », L’Objet d’art, mai 2008, n° 435, p. 42-52 []

2 réflexions sur « Le petit château de Chantilly avant le duc d’Aumale »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.