Via columbani, la genèse d’un nouveau pèlerinage

par Simon DERACHE

La Via Columbani est un tout nouveau chemin de pèlerinage à travers l’Europe a ouvert officiellement au printemps 2021. Elle offre l’opportunité de présenter la façon dont peut naître un pèlerinage au XXIe siècle.

Mon propos abordera successivement le fondement historique de ce chemin, les raisons de son ouverture au XXIe siècle et sa réalisation concrète.

Saint Colomban

Saint Colomban est un illustre inconnu pour beaucoup mais un incontournable pour les historiens spécialistes du Haut Moyen Age1 et pour les hommes politiques attachés aux racines chrétiennes de l’Europe comme Robert Schuman, un fondateur de l’Europe actuelle, qui qualifiait Colomban comme “Un des Pères de l’Europe” dans un discours à Luxeuil-les-Bains le 23 juillet 1950.

Moine irlandais, il va influencer de son vivant ses contemporains, des plus pauvres aux plus puissants, mais aussi au-delà de sa mort, une grande partie de l’Europe de l’Ouest en raison des nombreuses abbayes qui ont suivi sa règle avant de devenir bénédictines.

D’après les historiens, le premier document à faire référence à une entité politique européenne est une lettre de Colomban vers 590 au pape Grégoire le Grand, où il parle d’ “Europe languissante”2.

Colomban est né au sud de l’Irlande vers 540, soit 80 ans environ après la mort de saint Patrick, évangélisateur relativement récent d’une Irlande encore fortement imprégnée de druidisme et de culture celtique

Dans cette île qui a échappé à l’occupation romaine, à l’inverse de la Grande-Bretagne voisine, l’organisation de l’Eglise s’appuie sur les monastères et leurs abbés contrairement au reste du continent européen qui a repris les découpages administratifs romains en diocèses avec un évêque à leur tête. Avant de quitter l’Irlande à 50 ans environ, Colomban passe 25 ans de sa vie dans des monastères, notamment à Bangor au Nord de l’Irlande où il reçoit une solide formation religieuse, scientifique et politique. Il reste 20 ans en Gaule, le temps de fonder successivement trois monastères, au pied des Vosges à Luxeuil, tant il convertit autour de lui par son exemplarité. Il y écrit une règle, conseille rois et reines et correspond avec les papes. Mais il se heurte aussi à l’évêque de Besançon puis à la reine Brunehaut qui entend le renvoyer en Irlande avec ses compagnons irlandais. Alors commence un long périple à travers l’Europe – car Colomban a quitté l’Irlande sans esprit de retour – qui le mène en Italie du Nord où il fonde une abbaye à Bobbio. Il meurt dans cette abbaye en 615. Colomban est canonisé en 642 et son hagiographie, la Vita Santi Columbani, est écrite en 643 sur le fondement de témoignages qui renseignent assez précisément sur cette forte personnalité.

La carte des pérégrinations de Colomban montre à la fois la dimension européenne de son action, sa foi et sa force de caractère à plus de 50 ans. Pour clarifier ces parcours complexes, on peut distinguer deux temps :

  • Vers 590, l’arrivée de Colomban sur le continent où il cherche à vivre comme ermite dans une contrée lointaine à l’instar des Pères du désert de l’Antiquité tardive.
  • Vers 610, l’exil de Colomban où il sillonne l’Europe pour échapper à la reine de Brunehaut tout en recherchant la protection des adversaires de la reine qu’il conseille politiquement et religieusement.

Saint Colomban laisse un héritage sous deux formes principales. D’abord, des écrits nombreux dont certains traversent les siècles (une règle monastique, un pénitentiel, six lettres, des sermons et oeuvres poétiques). Ensuite, de multiples monastères qui suivent la règle de saint Colomban du Ve au Xe siècle avant d’observer la règle de saint Benoît, réputée plus douce.

Elaboration de la Via Columbani

Alors que saint Colomban et son héritage sont tombés dans l’oubli depuis 1400 ans, comment arrive-t-on à proposer un chemin de pèlerinage dédié à un saint qui n’a jamais fait l’objet d’une telle démarche ? La réponse est donnée dans cette deuxième partie qui détaille les acteurs, les fondements d’un pèlerinage, l’organisation retenue pour sa mise en oeuvre, et le résultat final avec la Via Columbani.

Les acteurs

Les deux premiers acteurs et les véritables initiateurs de la Via Columbani sont Robert et Claudia Mestelan qui effectuent en 2007 le premier pèlerinage à pied entre Bangor (Irlande du nord) et Bobbio (Italie) dans une démarche de foi. Ils publient leur carnet de route en 2008 afin de servir de guide à de futurs pèlerins. Forts de l’expérience de nombreux pèlerinages (Compostelle, Saint-Michel, Jérusalem), ils soufflent l’idée d’un chemin européen dédié à saint Colomban lors d’une conférence à Luxeuil en avril 2008. L’idée est relayée par l’association des Amis de saint Colomban de Luxeuil créée en 1950 et très active dans le rayonnement de saint Colomban en liaison avec des partenaires irlandais et italiens mais aussi suisses. Pendant six ans, cette idée fait progressivement son chemin avec la création de nouvelles associations représentant les pays et régions traversés par le saint, mais aussi l’adhésion au projet de communes concernées par le projet d’itinéraire (Bangor, Saint-Gall en Suisse, Luxeuil et Bobbio), et enfin l’appui d’un comité scientifique réunissant notamment des historiens du Haut Moyen Age. En 2014, l’idée se concrétise par la création européenne du chemin de saint Colomban dont l’objectif principal est la certification d’un itinéraire culturel européen dédié au saint. Depuis, cette association a eu deux présidents italiens et une présidente irlandaise.

La totalité des parcours de saint Colomban a été effectuée à pied et numérisée avec un GPS en plusieurs années :

  • En 2014, le chemin direct de Bangor à Bobbio, soit 3 200 km, en s’inspirant du carnet de route de Robert et Claudia Mestelan.
  • En 2016, le chemin complet de l’exil en prenant d’autres options pour la partie Bâle-Bobbio que l’itinéraire effectué en 2014, soit 3 900 km.
  • En 2017, l’ouverture de chemins régionaux en Bretagne et en Irlande, soit 2 100 km.
  • De 2018 à 2020, la reconnaissance et l’amélioration des parcours nationaux par les associations concernées, de nouveaux pèlerins et des bénévoles.

Pour ma part, mon premier parcours en 2014 a été décidé de manière totalement fortuite et indépendante, sans connaître outre mesure saint Colomban et encore moins la création de l’association européenne. Après un pèlerinage aller (2011) puis retour (2012) à Compostelle par des chemins différents et une route de l’Ange du Mont-Saint-Michel au Monte Gargano du sud de l’Italie (2013), je choisis saint Colomban attiré par l’idée de traverser l’Europe, de l’Irlande du Nord à l’Italie du Nord dans les pas d’un saint que je ne connaissais pas et que j’ai découvert au fur et à mesure. Ensuite, mes autre chemins en 2016 et 2017 ont été suivis plus en relation avec les associations et plus en connaissance de saint Colomban et de son époque par des lectures, des colloques et des rencontres. Si, au départ, on a vraiment l’impression d’aller vers l’inconnu, on découvre progressivement un personnage hors du commun qui passionne et qui se manifeste sur le chemin. La Via Colombani vise à le sortir de l’oubli. Dans cette création, tout ne s’est pas mis en place de façon réglée, logique et chronologique. La construction s’est faite en marchant au propre comme au figuré.

Les fondements actuels d’un pèlerinage

Au moyen du pèlerinage ou de l’itinérance sous des formes diverses (à pied, à vélo, en bateau ou à moto car saint Colomban est patron des motards depuis 2011 sur décision du pape Benoît XVI), les objectifs de la Via Colombani sont de répondre à des besoins grandissants générés par nos sociétés modernes, en perte de repères, consommant à outrance, en quête de profits jamais satisfaits, caractérisées par un individualisme forcené, à savoir :

  • Un ressourcement à la rencontre de soi-même, de saint Colomban et de Dieu en fonction des attentes de chacun et en sachant que les motivations au départ ne sont plus forcément les mêmes à l’arrivée ;
  • Un discernement sur le sens à donner à sa vie, en début de vie professionnelle comme en milieu de vie ou à la retraite, ce qui n’empêche pas de le faire avec des enfants accompagnés de parents ou grands-parents ;
  • Un dépassement de soi pour surmonter l’inconfort, la fatigue, ses appréhensions, sa dépression, sa maladie, son handicap, autant de situations qui feront réfléchir et donneront l’exemple ;
  • Un dépaysement au rythme lent de la marche, au contact de la nature sous toutes ses formes mais aussi des habitants, des cultures et de l’histoire européenne qui forment nos racines communes ;
  • Une valorisation partagée des contrées traversées par les retombées économiques attendues dans le futur.

Ces objectifs font le succès des chemins de saint Jacques qui maintenant débordent avec plus de 347 000 pèlerins en 2019. Certaines contrées françaises et espagnoles seraient mortes sans ces chemins. La Francigena de Canterbury à Rome voit aussi sa fréquentation augmenter, sauf en 2020 pour raison sanitaire. Nous nous inscrivons dans cette démarche.

La mise en oeuvre

La mise en oeuvre de la Via Columbani n’a pas été sans difficultés. Même si l’association européenne regroupe des passionnés du sujet, il n’est pas toujours facile de travailler ensemble. Par exemple, nous avons été confrontés à la difficulté de trouver un nom unique et symbolique comme Via Columbani, sachant que chaque parcours national garde des appellations particulières, telles que Turas Columbanus en Irlande et Kolumbansweg en Suisse. Il n’a pas été facile non plus de trouver, à l’échelle européenne, l’outil numérique adéquat pour passer d’un chemin numérisé en 2017 avec quelques informations initiales à une véritable vitrine mise à disposition du public pour lui donner envie de prendre cette nouvelle route. Enfin, il n’a pas été aisé de trouver les financements adaptés à ce type de projet. L’idée originale est de ne pas baliser de manière traditionnelle les différents itinéraires de la Via Columbani. L’objectif est de réaliser des économies (financières, matérielles et énergétiques) sur la mise en place et l’entretien d’un balisage d’une telle ampleur (5 700 km) tout en sauvegardant la nature aujourd’hui surchargée d’indications et d’interdictions en tout genre. Par conséquent, la Via Columbani utilise un balisage numérique en place depuis juillet 2020 et disponible sur un site dédié et une application sur smartphone couplé avec un GPS, instrument de plus en plus courant.

Après une recherche dans le domaine en expansion de la géographie numérique, nous avons trouvé, en 2017, l’outil Géotrek élaboré par une entreprise de Toulouse (Makina Corpus) en liaison avec le parc national des Ecrins. C’et un logiciel gratuit (OpenSource), mais qui nécessite des connaissances en système d’information géographique (SIG) et des capacités techniques d’installation en réseau. Ce produit informatique répondait à notre besoin d’ampleur européenne mais aussi de coût financier minimum (libre de droit) et de capacité d’évolution garantie par une communauté. En 2018, un informaticien a adapté cet outil plutôt régional à la dimension européenne du projet et il a formé des administrateurs dans différents pays. Entre 2018 et 2020, le projet a obtenu un soutien sans faille de partenaires financiers pour la mise en oeuvre de Géotrek et de bénévoles en France pour reconnaître et confirmer les itinéraires (5 300 km), les contenus touristiques (hébergement, restauration, information, produits locaux) et les points d’intérêts (culturels, cultuels, historiques, panoramiques). Les parcours moins importants en distance (300 à 500 km) des autres pays, objets de topo guide indépendants, ont été intégrés dans Géotrek Via Columbani à l’exception de l’Irlande dont les tracés sont encore en cours de discussion avec les comtés concernés. Le coût de cette installation s’élève à 38 000 € financés par divers partenaires, tels que la fondation Gilles et Monique Cugnier qui perpétue la mémoire de saint Colomban (15 000 €), la municipalité de Luxeuil-Les-Bains (6 500 €), l’association européenne Via Columbani (4 300 €) et l’association des Amis de saint Colomban de Luxeuil-Les-Bains (12 200 €).

Géotrek, outil de gestion et de valorisation de la randonnée, se compose de trois modules :

. Géotrek Admin : le module de gestion dédié à l’administration de données qui recouvre le traçage des itinéraires, la gestion du balisage (peu utilisé dans la Via Columbani hormis les points caractéristiques), les travaux éventuels sur les itinéraires mais surtout les points importants pour la vie du randonneur (alimentation, hébergement et informations) et pour l’intérêt du chemin (patrimoine, tourisme et culture).

. Géotrek Rando : un module de valorisation auprès du public pour présenter la Via Columbani de manière attractive et aider à la préparation de randonnées d’une journée ou de plusieurs semaines.

. Géotrek Mobile : un autre module de valorisation avec une application pour smartphone et tablette.

Le nombre des utilisateurs de Géotrek est en pleine expansion depuis 6 ans :

. En 2013, Géotrek est créé par une entreprise française, Makina Corpus, à Toulouse pour trois parcs naturels nationaux dont le parcours Naturale Alpi Maritime en Italie.

. En 2019, Géotrek est utilisé par 90 organismes principalement en France. L’utilisation de Géotrek par la Via Columbani lui donne une dimension européenne inédite.

Comme l’ensemble des logiciels OpenSource, Géotrek fait l’objet d’un suivi par une communauté d’utilisateurs et d’experts très actifs sui font évoluer les modules d’origine depuis 2013. Ainsi, les modules Admin et Randonnée sont passés en six ans de la version V0 à la version V2, tandis que le module Mobile a évolué de la version V0 à la version V3. Des rencontres annuelles entre spécialistes et utilisateurs de Géotrek sont organisées pour présenter les nouveautés, échanger les expériences et exprimer des besoins. Notre informaticien a participé aux rencontres des 7 et 8 novembre 2019 à Nîmes pour présenter Géotrek Via Columbani qui commençait à être opérationnel à cette époque. Plus qu’un simple topoguide, Géotrek Via Columbani est la porte d’entrée sur la Via Comumbani pour concentrer les visites à travers l’Europe et faire connaître ainsi ce nouveau chemin en attendant une certification future de nouvel itinéraire culturel européen. De plus, ce site est relié à d’autres sites relatifs à saint Colomban et développés en Suisse (Kolumbansweg) ainsi qu’en Italie par la ville de Pavie située sur la Via Columbani. La gestion des parcours par les administrateurs est possible en quatre langues : anglais, allemand, français et italien. Pour le moment, la notice d’emploi est en deux langues, l’anglais et le français. La présentation au public sur ordinateur, tablette et smartphone est en quatre langues. La version mobile s’ouvre automatiquement dans la langue de l’opérateur téléphonique. L’ensemble des itinéraires traverse neuf pays européens : Irlande, Royaume-Uni (Irlande du Nord et Grande Bretagne), France, Luxembourg, Allemagne, Suisse, Autriche, Liechtenstein et Italie. Pour clarifier cet ensemble complexe et en faciliter la communication, les parcours sont classés en trois catégories historiques :

. Le chemin d’arrivée de Saint Colomban à Luxeuil en 590 : 2 100 km

. Le chemin de l’exil de Luxeuil à Bobbio en 610 : 3 800 km

. Les chemins régionaux comme le TroBreizh de Colomban : 1 700 km

Avec 5370 km, la France totalise 70 % du total des parcours (7 600 km).

En résumé,12 années séparent l’idée d’un chemin européen de saint Columban et sa réalisation selon la chronologie suivante qui synthétise des dates déjà citées :

. 6 ans (2008 à 2014) pour regrouper les acteurs dans une association européenne

. 3 ans (2014 à 2017) pour trouver et financer l’outil numérique adéquat

. 3 ans (2017 à 2020) pour adapter et documenter le topoguide numérique.

Désormais accessible sur internet, la Via Columbani est donc ouverte gratuitement à chacun, curieux, randonneurs ou pèlerins à travers deux supports numériques indispensables :

. L’ordinateur fixe pour découvrir la Via Columbani, se renseigner, préparer son itinéraire avec tous les renseignements utiles (itinéraire, hébergement, ravitaillement, points d’intérêts divers) et imprimer si besoin son propre topo-guide.

. Le smartphone pour se guider sur le chemin en téléchargeant l’application Via Columbani sur Apple Store ou sur Google Play.

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

  1. Kurzawa, Frédéric, Saint Colomban et les racines chrétiennes de l’Europe, Bonchamp-lès-Laval, éd. Pierre Téqui, Coll. Saints du monde, 2015 []
  2. Thiébaud, Jean, Saint Colomban. Instructions, lettres et poèmes, Paris, l’Harmattan, 2000, P. 84 []

Une réflexion sur « Via columbani, la genèse d’un nouveau pèlerinage »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.