Étudier et restaurer le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes et enjeux

L’histoire de l’architecture médiévale fut écrite, à partir du milieu du XIXe siècle, par des hommes dont la formation, le parcours professionnel et les objectifs étaient variés. Tous élaborèrent leurs propres méthodes d’analyse et leurs propres grilles de lecture du bâti médiéval, lesquelles sont à l’origine de nos pratiques en histoire de l’art et en archéologie.

S’intéresser à ces hommes et à leurs travaux, tel est l’objet d’une rencontre scientifique en deux actes organisée par Laura Foulquier, Haude Morvan, Olivia Puel et Anelise Nicolier.

Acte 1

La journée d’études, prévue en juin 2020, a été modifiée en raison de la situation sanitaire. Les intervenants ont accepté de se prêter à l’exercice, peu commun, d’un enregistrement à domicile. Leurs communications interrogent les motivations et les enjeux de ceux qui – érudits, ecclésiastiques, architectes – s’impliquèrent au XIXe siècle dans l’étude et la restauration des monuments du Moyen Âge. Elles sont accessibles en ligne.

Parmi les communications proposées, nous attirons les lecteurs du Carnet parodien sur celle d’Alain Guerreau qui traite de la Saône-et-Loire.

Acte 2

Le colloque international se tiendra sous forme de Webinaire du 3 au 5 juin 2021. Il permettra d’appréhender les acteurs de cette politique patrimoniale dans leur environnement politique, culturel ou religieux, d’interroger le rôle des sociétés savantes loin de Paris ou encore d’aborder le rapport qu’entretenaient ces hommes et ces femmes avec le bâti médiéval. Le programme de ce colloque et les modalités d’inscription en ligne feront l’objet d’une communication prochaine sur le site du laboratoire Archéologie et archéométrie.

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.