Argumentaire du colloque

Tout le monde connaît les grands pèlerinages bourguignons du Moyen Âge, saint Lazare à Autun et sainte Madeleine à Vézelay, visités depuis les temps carolingiens. Moins connus peut-être du grand public, mais tout aussi passionnants, les pèlerinages du Brionnais-Charolais qui, de l’époque romane au XXe siècle ont déplacé les foules : Hugues à Anzy-le-Duc, Hugues de Semur honoré à Marcigny, saint Blaise à Paray-le-Monial, où, de l’époque moderne à notre époque se sont implantés la dévotion au Sacré Cœur, à sainte Marguerite-Marie Alacoque ou, très émouvante, à Notre-Dame de Romay dans son sanctuaire à répit. 

Mais le pèlerinage ne constitue qu’un aspect des rites ou des pratiques religieuses et dévotionnelles dans l’histoire de l’Eglise. Tous ont évolué en fonction des demandes des clercs (au XIIe siècle, par exemple, Aelred, abbé cistercien de Rievaulx, en Angleterre, se plaignait que la liturgie se faisait trop théâtrale), de l’apparition de nouveaux ordres (les mendiants pas exemple) et l’expansion des confréries, ou des exigences de participation des fidèles, jusqu’aux grandes réformes de Vatican II. Pour en rester à la Bourgogne du sud, il faudrait mentionner l’impact considérable des deux grands ordres bourguignons, Cluny et Cîteaux, qui ont marqué chacun de leur sceau les rites et les pratiques. A Cluny, par exemple, l’accompagnement des moines mourants, les dévotions mémorielles (autel matutinal, chapitre, église mariale, galilée) a été un puissant moteur de la création architecturale. 

C’est dans ce domaine que la visibilité des pratiques et des rites est la plus forte. Si les formules cisterciennes sont restées circonscrites à l’ordre, les créations architecturales clunisiennes – essentiellement les galilées et les églises mariales – ont connu en Brionnais-Charolais (pour en rester à cette géographie) une déclinaison remarquable des formes. Mais la puissance des pratiques religieuses et des liturgies a été si forte, que les aménagements monumentaux ont pu être repris dans d’autres ordres. En témoigne l’avant-nef de Saint-Philibert de Tournus dont une étude récente a montré qu’elle avait, dans le projet, une ampleur supérieure à ce qu’elle est aujourd’hui. 

Le sujet est aussi vaste que passionnant et le colloque de l’ABSS proposera une approche passionnante. 

Nicolas REVEYRON

Anelise Nicolier

Chercheur associée Laboratoire ArAr. Docteur en histoire de l'art médiéval.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn


Une réflexion sur « Argumentaire du colloque »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.