La châsse du cloaque : analyse de fragments d’appliques médiévales

Le 17 mars 1911, cent-cinquante appliques en laiton et alliage cuivreux sont découvertes au cours d’un chantier de construction à Oude Ebbingstraat dans la ville néerlandaise de Groningen, reposant dans les fondations de ce qui devait devenir un magasin. Les fouilles archéologiques menées à la suite de cette découverte déterminèrent que ces fragments avaient été jetés dans un cloaque du XVIe siècle dont l’accès avait été muré au XVIIe. Parmi ces éléments se trouvaient neuf appliques en laiton ornées de haut-relief figurant des apôtres en buste1, de très fines appliques en feuilles d’alliage cuivreux de différents formats ornées de personnages saints ainsi que des frises ornementales ou recouvertes d’inscriptions en graphies romane et gothique. 

            Aujourd’hui conservés dans les réserves du musée de la ville, ces fragments ont déjà fait l’objet de plusieurs études parmi lesquelles trois qui leur sont entièrement consacrées. La première est celle de l’archéologue Johan Adriaan Feith (1911)2 menée et publiée juste après leur découverte. L’archéologue différencie immédiatement deux groupes d’appliques aux styles distincts. Le premier est composé de huit apôtres en buste (fig. 1), quatorze plaques décoratives inspirées des reliures de manuscrits dont les cabochons ont disparu (fig. 2) et de frises gravées d’inscriptions en graphie romane (fig. 3) ; le second est lui composé d’environ trente-cinq figures fragmentaires en pied (fig. 5, 8 et 9), de plaques ornementales rehaussées de rinceaux (fig. 4) ainsi que de frises d’inscriptions en graphie gothique. La deuxième étude est menée par une étudiante de l’Université de Groningen, Anneke T. Smit, qui consacre sa maîtrise à l’étude des deux groupes de fragments3. Dans un article publié en 1971 qui fait état des principales conclusions de son mémoire, Smit nomme groupe A le groupe considéré comme le plus ancien, celui rassemblant notamment les apôtres en buste, les plaques ornementales inspirées des reliures et les frises d’inscriptions en graphie romane ; puis elle rassemble sous l’appellation de groupe B le groupe le plus récent et sur lequel nous nous attarderons plus particulièrement dans cet article. Il est composé de fines appliques d’alliage cuivreux rectangulaires figurant des personnages en pied et en relief (fig. 5, 8 et 9), de frises ornées de rinceaux (fig. 4) et de frises d’inscriptions en graphie gothique (fig. 6 et 14)4. L’appellation de Smit a été reprise dans cet article ainsi que dans la dernière étude consacrée aux fragments : celle réalisée dans le cadre de mon mémoire de recherche de l’École du Louvre en 20145. Cette recherche a été menée sous le tutorat du Dr. Elizabeth den Hartog, maître de conférence à l’Université de Leyde, et grâce à l’accord et aux conseils du Dr. Egge Knol, conservateur au Groningen Museum. Après une observation de l’ensemble des fragments, il a paru pertinent de consacrer une analyse entière uniquement au groupe B afin d’en déterminer les origines, la provenance ainsi que de réévaluer sa datation. 

Fig. 1 : Buste d’apôtre (groupe A), circa 1130
Alliage cuivreux ou laiton, H. env. 17 cm ; L. 10 cm ; Pr. env. 4 cm. Groningen (Pays-Bas), Groningen Museum, Inv. Nr. 0000-1352.  Provenance: Oude Ebbingestraat, au sud de Jacobijnerstraat, Groningen, Pays-Bas, 1911. (Cl. Aude Chevalier – Septembre 2013)
Fig. 2 : Plaque ornementale (groupe A), circa 1130
Alliage cuivreux ou laiton, H. 17,2 cm ; L. 15 cm. Groningen (Pays-Bas), Groningen Museum, Inv. Nr. 0000-1352. Provenance : Oude Ebbingestraat, sud de Jacobijnerstraat, Groningen, Pays-Bas (Cl. Aude Chevalier – Avril 2014)
Fig. 3 : Fragment de frise d’inscriptions (groupe A), circa 1130
Alliage cuivreux ou laiton, H. 4 cm ; L. non-prise. Groningen (Pays-Bas), Groningen Museum, Inv. Nr. 0000-1352. Provenance : Oude Ebbingestraat, sud de Jacobijnerstraat, Groningen, Pays-Bas. Inscription : CORNAMSACRASDE(?) (Cl. Aude Chevalier – Avril  2014)
Fig. 4 : Frise ornementale de rinceaux (groupe B), alliage cuivreux, début XIIIe siècle, Cologne
Provenance : Oude Ebbingestraat, sud de Jacobijnerstraat, Groningen, Pays-Bas (Cl. Aude Chevalier – Avril 2014)

Cet article fait état des principales conclusions tirées de cette analyse et s’articule en trois parties. La première partie consiste en une brève description non-exhaustive des différents types de fragments du groupe B. La deuxième s’attache à la reconstitution théorique de l’objet dont proviennent les éléments de cet ensemble ainsi qu’à la réévaluation de sa datation. Enfin, la troisième partie interroge le lieu de production des fragments du groupe B. 

Description des fragments

Les appliques figuratives du groupe B sont constituées de figures en pied lacunaires. Chaque personnage se différencie des autres et s’identifie grâce à la variété de ses caractéristiques physiques telles que son genre, la longueur de ses cheveux, de sa barbe pour un homme, la présence d’un voile ou de cheveux découverts pour une femme, par ses habits ainsi que grâce aux attributs qu’il tient6.

Fig. 5 : Christ en Majesté entouré du Tétramorphe (groupe B).
Alliage cuivreux, début du XIIIe siècle, Cologne. Provenance : Oude Ebbingestraat, sud de Jacobijnerstraat, Groningen, Pays-Bas (Cl. Aude Chevalier – Avril 2014)

L’une des appliques les plus remarquables de l’ensemble est celle représentant un Christ lacunaire en majesté entouré du Tétramorphe dont le lion et le bœuf ailés sont encore visibles. Le Christ est richement vêtu, assis en trône et entouré d’une mandorle ; ses pieds reposent sur une fleur (fig. 5). Une série de quatre appliques forme une Adoration des Mages (fig. 6) :  trois mages apportent à la Vierge et l’Enfant, la myrrhe, l’encens et l’or contenus dans des coupes ovoïdes. La Vierge assise en trône, hiératique et frontale, tient l’Enfant Jésus bénissant sur ses genoux. Les échanges de regards entre les Rois mages, la diversité de leurs positions et de leurs caractéristiques physiques, rendent, malgré les lacunes des appliques, la scène extrêmement vivante. Ils arborent chacun une position différente et sont tous trois vêtus d’une tunique orientalisante similaire ceinturée d’une bande de tissu plus ou moins large et coiffés d’un couvre-chef signifiant leur statut royal. 

Fig. 6 : Scène d’Adoration des Mages.
Alliage cuivreux, début du XIIIe siècle, Cologne. Provenance : Oude Ebbingestraat, sud de Jacobijnerstraat, Groningen, Pays-Bas. Inscription : R•+BALTASAR•GASPAR+S[ANCTA] M. (Cl. Aude Chevalier – Janvier 2014)

Une autre applique fragmentaire, dont la forme diffère des autres, figure deux créatures anthropomorphes à tête d’animal, un bœuf et un lion, symbolisant respectivement les évangélistes Luc et Marc. Le bœuf de saint Luc écrit l’Évangile penché sur un bureau (fig. 7).

Fig. 7 : Symboles anthropomorphiques de saint Marc (tête de lion) et saint Luc (personnage ailé à la tête de boeuf) assis devant un écritoire et tenant un ouvrage.
Alliage cuivreux, début XIIIe siècle, Cologne. H (incomplète). 4,5 cm ; L (incomplète). 12, 8 cm. Provenance: Oude Ebbingestraat, sud de Jacobijnerstraat, Groningen, Pays-Bas (Cl. Aude Chevalier – Avril 2014)

L’ensemble d’appliques figuratives restant peut être classé en trois groupes. Le premier est formé de onze fragments de personnages qui ne peuvent être associés à aucune des appliques figuratives avec certitude7. Il s’agit de fragments de pieds ou de pans de vêtements. Le deuxième rassemble les personnages vêtus à l’antique, principalement de toges, dont trois peuvent être identifiés grâce à leurs attributs : saint Philippe, qui tient une longue croix de procession8. Il peut être identifié comme saint Jean, le plus jeune des douze apôtres. Le troisième groupe rassemble des figures vêtues d’un costume occidental typique de la seconde moitié du XIIesiècle, de chaisneet de chausses pointues. Quatre de ces personnages sont des femmes. Leur longue chevelure ou un voile couvrant leurs cheveux les distinguent des hommes (fig. 10). Enfin, la palme tenue par l’un des personnages masculins du groupe l’identifie comme martyr9

Fig. 8 : Saint Philippe / Saint tenant une croix de procession.
Alliage cuivreux, début du XIIIe siècle, Cologne. Provenance: Oude Ebbingestraat, sud de Jacobijnerstraat, Groningen, Pays-Bas (Cl. Aude Chevalier – Avril 2014)
Fig. 9 : Saint Thomas / Saint tenant une lance.
Alliage cuivreux, début du XIIIe siècle, Cologne. Provenance : Oude Ebbingestraat, sud de Jacobijnerstraat, Groningen, Pays-Bas (Cl. Aude Chevalier – Avril 2014)
Fig. 10 : Sainte vêtue d’une longue tunique de la seconde moitié du XIIe siècle, d’un voile et de chausses pointues.
Alliage cuivreux, début du XIIIe siècle, Cologne. Provenance : Oude Ebbingestraat, sud de Jacobijnerstraat, Groningen, Pays-Bas (Cl. Aude Chevalier – Avril 2014)

Vingt-six fragments de frises d’inscriptions sont associables au groupe B et nomment les personnages saints, féminins ou masculins, représentés sur les appliques figurées (fig. 11). Ces inscriptions sont précédées des abréviations ou des mentions complètes des mots Sanctusou Sancta. Lorsque les noms des saints appartiennent à un même groupe tels que les trois Rois mages, la mentionSanctus n’est pas répétée devant chaque nom. Ils sont simplement physiquement séparés par un espace et un point. Seuls six noms sont encore complets : Simon et Judas, deux des douze apôtres, Balthasar et Gaspar, deux des trois Rois mages, Joseph, l’époux terrestre de la Vierge et enfin Pinnosa, l’une des onze mille vierges martyres de Cologne. Trois noms supplémentaires peuvent être identifiés avec certitude : la lettre « R » précédent le nom de Balthasar désigne Melchior, « OMEUS » désigne l’apôtre Bartholomé et la mention d’ « ORDULA » visible avant le nom de Pinnosa serait un fragment du nom de Cordula, une autre des onze mille vierges martyres. Les lettres « CA » suivent le nom de Pinnosa. Sans mention de « Sanctus » devant ce nom, l’inscription désigne une autre des onze mille vierges martyres de Cologne : Candida. 

Fig. 11 : Relevé des frises d’inscriptions (DAO Timothée Barbier – septembre 2020). Voir Chevalier 2014, p.118

La représentation de plusieurs apôtres identifiables mentionnés ci-avant permet de supposer que les douze apôtres étaient figurés et nommés. Les inscriptions « THEUS », « HIAS » et « ULUS » pourraient ainsi désigner les apôtres Matthieu, Matthias et Paul. Les lettres « PE » suivant le nom de Paul pourraient désigner « Peter » (Pierre), les deux apôtres étant souvent associés. 

Les noms identifiables sur les fragments sont de deux sortes : d’une part des noms de personnages du Nouveau Testament, qu’il s’agisse des Rois mages ou des apôtres, d’autre part des noms de saints plus récents comme trois des onze mille vierges martyrs de Cologne. Il faut souligner l’absence d’inscriptions concernant la Vierge ou même le Christ pourtant reconnaissables sur les plaques figuratives, ce qui confirme que les inscriptions sont bien lacunaires. 

Reconstitution théorique et datation des fragments

Le groupe B est composé d’une centaine de fragments identifiés, mais malgré ce nombre important d’éléments, le groupe n’en reste pas moins incomplet. Ces manques induisent deux difficultés principales : identifier la fonction d’origine des éléments du groupe – à combien d’objets correspondent ces fragments, mais surtout à quel (ou quels) objet(s) appartenaient-ils ? – et les dater.

Les différences stylistiques entre les figures pourraient induire l’appartenance de ces fragments à deux objets différents. Le premier style apporte un soin particulier à la représentation naturaliste des personnages. Les nombreux plis des tuniques sont figurés avec raffinement et contribuent à la mise en valeur de la plasticité des corps et des postures (fig. 9). Le deuxième style est plus graphique et géométrisant (fig. 12). Les positions anti-anatomiques des personnages ainsi que la représentation graphique et systématique des plis montrent une influence notable de l’art roman. La présence de ces deux styles indique que ces appliques ont au moins été réalisées par deux mains différentes sinon par deux ateliers. 

Fig. 12 : Saint tenant un livre fermé, vêtu d’une tunique de la seconde moitié du XIIe siècle et des chausses pointues.
Alliage cuivreux, début du XIIIe siècle, Cologne. Provenance : Oude Ebbingestraat, sud de Jacobijnerstraat, Groningen, Pays-Bas (Cl. Aude Chevalier – Avril 2014)

            Des différences stylistiques sont également discernables entre les fragments de frises de texte. L’épaisseur des lettres varient, ainsi que l’espacement entre les mots. Une homogénéité esthétique est cependant bien visible entre les différents fragments : les lettres sont unies tandis que le fond de la frise est piqueté, deux bandes lisses encadrent les éléments de texte, enfin plusieurs motifs communs se retrouvent d’un fragment à l’autre tels que les pointes visibles sur les parties arrondies des lettres C10 ainsi que l’extrémité bifide des lettres S11. Ces indices tendent à indiquer l’appartenance de ces éléments à un unique objet. Il est, de plus, intéressant de souligner que l’espace entre les lettres semble dépendre de la longueur du nom. Ainsi, les lettres de « Bartholomeus » se chevauchent légèrement dans le but de ne pas dépasser la longueur de la plaque figurative à laquelle le nom était associé12. Enfin, les rapprochements qui peuvent être faits entre les noms des frises de texte et certains des personnages figurés renforcent l’hypothèse d’un objet unique. 

J.A. Feith et A.T. Smit se sont tous deux interrogés sur la fonction d’origine des fragments. Pour Feith, la présence de trois éléments en forme de gables prouverait que le groupe B serait un ensemble de fragments provenant d’une ancienne châsse-reliquaire. A.T. Smit considère également cette possibilité, mais est plus encline à y voir un antependium. Après examen des pièces, la présence d’éléments architecturés tels que le sont les fragments de gable (fig. 13) semble davantage correspondre à des éléments provenant d’une châsse-reliquaire. En outre, l’article de Jean-Pierre Caillet, De l’antependium au retable, mentionne qu’une grande partie des antependia médiévaux était constituée de deux rangées de personnages saints secondaires disposés autour d’une grande figure centrale13. Aucun élément parmi les fragments ne correspond à ce qui pourrait être assimilable à une telle figure centrale. Sans être déterminant, ces éléments paraissent renforcer l’hypothèse de la châsse-reliquaire. 

Fig. 13 : Trois fragments de gâbles.
Alliage cuivreux début du XIIIe siècle, Cologne. Provenance : Oude Ebbingestraat, sud de Jacobijnerstraat, Groningen, Pays-Bas (Cl. Aude Chevalier – Avril 2014)

            L’analyse des fragments du groupe B permet sa reconstitution partielle. Les appliques figuratives étaient placées à la suite les unes des autres pour former le tour de la châsse aussi bien sur son corps rectangulaire que sur les deux versants du toit. Six personnages étaient placés sur les longs côtés du corps, sur les versants du toit et trois appliques figuratives étaient placées sur les petits côtés. Les fragments de gables, placés sur les petits côtés, permettent la formation de ce toit à deux versants. Les frises de texte qui nomment chacun des personnages représentés, pouvaient être placées au-dessus ou en-dessous des personnages. Enfin, il est malheureusement impossible d’identifier avec certitude l’emplacement des frises ornementales.

La scène d’Adoration des Mages (fig. 6) devait être placée sur un des longs côtés. Les fragments de gables (fig. 13) ornés des représentations anthropomorphiques des symboles des évangélistes Marc et Luc devaient avoir leurs pendants sur l’autre gable avec les symboles de Matthieu et Jean. Enfin, les figures de la Vierge à l’Enfant et du Christ en mandorle sont les deux seules figures en trône. Elles pourraient avoir été placées à des emplacements symétriques sur la châsse. Compte-tenue de l’association de la plaque de la Vierge avec celles des Rois mages, les plaques du Christ et de la Vierge étaient sans aucun doute placées sur les longs côtés de la châsse. Enfin les trois vierges martyres de Cologne, Cordula, Pinnosa et Candida, devaient être placées à côté les unes des autres également sur l’un des longs côtés de la châsse. 

J.A. Feith et A.T. Smit, dans le cadre de leurs études, ont tous deux avancé des datations pour ces fragments. Si Feith estime ceux-ci de la fin du XIIe siècle, Smit les considère légèrement plus anciens en les datant d’environ 1170. Plusieurs indices iconographiques et calligraphiques nous ont cependant conduits à reconsidérer ces deux datations. 

            Bien qu’un certain nombre de personnages soient vêtus à l’antique, d’autres sont vêtus selon la mode occidentale, inspirée des costumes dits « orientaux » qui apparaît à partir de la seconde moitié du XIIe siècle dans le nord de l’Europe. Ces habits sont constitués de longues tuniques à col rond et à manches très larges. Les longues chausses pointues sont aussi caractéristiques du costume de cette période. Les personnages féminins sont distingués des hommes par de longs cheveux qui leur retombent sur les épaules ou par la présence d’un voile. Sans être un élément de datation déterminant, ces costumes permettent de fixer un terminus ante quem : les appliques ne peuvent avoir été réalisées avant la seconde moitié du XIIe siècle14

            La représentation des attributs des apôtres Philippe (fig. 8) et Thomas (fig. 9) permet d’estimer une datation du début du XIIIe siècle, plutôt que du XIIe. En effet, avant le XIIe siècle, seul un nombre restreint d’apôtres est déjà associé à un attribut iconographique dont ni Thomas, ni Philippe ne font partie. D’après Charlotte Denoël, ce n’est que dans les dernières décennies du XIIe siècle qu’un attribut spécifique est associé à chaque apôtre dans l’Europe septentrionale15. Ces associations iconographiques systématiques entre un apôtre et un attribut ne se diffusent plus largement qu’au début du XIIIe siècle. Il paraît ainsi plus vraisemblable de dater les éléments du groupe B du début du XIIIe siècle, plutôt que de la fin du XIIe siècle. 

            Enfin, l’analyse de la calligraphie menée sur les frises d’inscriptions affine encore la datation des éléments du groupe B. Trois graphies différentes sont visibles sur les frises d’inscription : des capitales romaines, toujours utilisées au XIIe siècle, une forme particulière de l’écriture onciale appelée demi-onciale utilisée seulement à partir de la seconde moitié du XIIe siècle et des capitales gothiques, dont les premiers usages ne se font qu’à partir du XIIIe siècle. Ces différentes graphies sont parfois même combinées pour former un même nom. (Chevalier 2014, cat. 22, fig. 14). Ainsi, sur le fragment mentionnant Joseph, le « I » est en capitale romaine, le « E » est en lettre gothique tandis que le « H » est une demie-onciale. Cette combinaison des différentes graphies ne se fait qu’à partir de la fin du XIIe siècle16. Les premiers exemples de la combinaison de ces trois graphies ne se trouvent, au XIIe siècle, que sur des productions prestigieuses comme sur l’autel de Verdun réalisé pour l’abbaye de Klosterneuburg par Nicolas de Verdun (1171-1181). Les fragments du groupe B n’ont évidemment ni la qualité artistique ni les matériaux d’une telle production, sa datation est donc plus tardive. 

Ces différentes observations tendent à montrer que les fragments du groupe B sont plus tardifs que les propositions avancées par Feith et Smit : la châsse ne peut avoir été réalisée avant le début du XIIIe siècle. 

Fig. 14 : Fragments de frise de textes mentionnant saint Joseph.
Alliage cuivreux, début du XIIIesiècle, Cologne. H. 3,3 cm ; L (incomplète) ; 19,4 cm. Provenance : Oude Ebbingestraat, sud de Jacobijnerstraat, Groningen, Pays-Bas. Inscription: +IOSE/PH• +
(Cl. Aude Chevalier – Avril 2014)

Provenance

La ville de Groningen au XIIIe siècle n’était pas un centre de production d’objets métalliques et les articles dits de luxe y étaient souvent importés. Il paraît ainsi difficilement concevable que cette châsse ait pu être produite à Groningen même((Van Schaïk, R. “Consolidatie en bloei” dans Geschiedenis van Groningen deel I Prehistorie – Middeleeuwen under the direction of Duijvendak, M.G.J; Feenstra, H; Hillenga, M; Santing, C.G., Zwolle, 2008, p.163.)). Smit avance la possibilité d’une œuvre réalisée à Cologne pour ensuite être importée à Groningen. 

Les personnages représentés sur la châsse sont, en effet, largement influencés par les saints colonais : les saintes Pinnosa, Candida et Cordula, trois des onze mille vierges martyres de Cologne, en sont un exemple. D’après leur hagiographie, ces jeunes femmes auraient été massacrées à Cologne par les Huns sur la route du retour de leur pèlerinage de la province de Britannia à Rome. La première trace de ce culte remonte au Ve siècle et se trouve gravée sur une plaque murale de l’église Sainte-Ursule de Cologne. Depuis cette date, et peut-être même plus tôt, les vierges martyres de Cologne furent largement honorées dans la ville. Parmi l’ensemble de jeunes vierges, plusieurs personnalités spécifiques furent mises en exergue. C’est ainsi que les noms des principales protagonistes du culte furent mentionnés aux alentours de 922 dans le Sermo in Natali SS. Virginum XI milium. Avant que sainte Ursule ne soit placée à la tête des jeunes femmes, c’est sainte Pinnosa, fille du roi de Britannia, qui tenait ce rôle. Cependant, la translation de reliques de sainte Pinnosa vers Essen, ville sous l’autorité de l’archevêché de Cologne, conduisit les autorités ecclésiastiques à choisir une autre sainte comme chef de file. C’est Ursule qui fut désignée comme telle. La découverte contemporaine d’une nécropole romaine à l’extérieur des limites de la ville allemande permit d’assimiler les tombes des inhumés comme celles des vierges martyres et engendra une commercialisation et une exportation massive des reliques des vierges martyres à travers l’Europe. En outre, c’est en 1164 que l’achat, puis la translation des reliques des Rois mages fut organisé depuis Milan (Italie du Nord) vers Cologne, ce qui contribua largement au développement de leur culte dans et en dehors de la ville. 

            Grâce au développement de ces deux cultes, la ville de Cologne devint un grand centre d’exportation des reliques et de production de reliquaires. Selon l’ouvrage de Scott Montgomery analysant le culte de sainte Ursule et des onze mille vierges de Cologne, l’abbaye de Grandval (France) exposait un grand nombre de reliques relatives à ce culte, tout comme les abbayes de Marienstaat (Allemagne) ou d’Ensrom (Danemark)17. Les reliquaires de corne et d’ivoire étaient l’une des productions dans laquelle la ville de Cologne se distingua à partir du XIIesiècle. L’ornementation de ces châsses-reliquaires colonaises composées de représentations de personnages bibliques et saints les uns à côté des autres est très similaire au type de composition que l’on retrouve sur les fragments du groupe B. Ainsi, en comparant les fragments du groupe B avec une châsse-reliquaire réalisée à Cologne au XIIesiècle et conservée à Stuttgart, il est aisé de remarquer que dans les deux cas les personnages sont représentés en pied, devant un fond rectangulaire neutre18. Chaque personnage est identifié par la frise de noms gravés, visible en-dessous des personnages. Markus Miller dans son ouvrage sur les reliquaires d’ivoire colonais émet une hypothèse qui pourrait expliquer cette proximité stylistique entre les châsses d’ivoire colonaises et le groupe B. Selon lui, une collaboration étroite entre tailleurs d’ivoire et orfèvres colonais, serait née lors de la réalisation de reliquaires en ivoire et orfèvrerie. Les deux corps de métiers se seraient ainsi réciproquement influencés19. La châsse du cloaque pourrait ainsi être un équivalent en alliage cuivreux de ces châsses-reliquaires en ivoires. Elle aurait été réalisée à Cologne pour être exportée dans le cadre du commerce des reliques et des reliquaires dont la ville allemande se faisait une spécialité. 

Conclusion

Les appliques du groupe B semblent donc bien avoir un jour formé une châsse-reliquaire datée du début du XIIIe siècle. L’analyse iconographique des différents ornements indique une provenance colonaise. La châsse a sans doute été achetée à Cologne, en même temps que les reliques qu’elle contenait, relatives à l’une ou à plusieurs des vierges martyres de Cologne dont trois d’entre elles sont figurées sur la châsse. Enfin, l’utilisation d’appliques de cuivre, fixées, ce qui devait être l’âme de bois de la châsse devait en faire un équivalent des productions en corne exportées à grande échelle par la ville de Cologne.


Article rédigé avec la collaboration de Timothée Barbier, Masterant en archéologie médiévale, Université Paris IV – Sorbonne.


Bibliographie

Caillet 2006 : Caillet, J-P. “De l’antependium au retable : la contribution des orfèvres et émailleurs d’Occident.” dans Cahiers de civilisation médiévale. 49e année (n°193), Janvier-mars 2006. La médiévistique au XXe siècle, pp.3-20. 

Chevalier 2014 : Chevalier, A. Study of group B shrine appliques of the Groningen Museum, Mémoire de recherche de l’Ecole du Louvre sous la direction Bardiès-Fronty, I et Ton-That, J-C, Paris, 2014. 

Craddock & Hook 1983 : Craddock, P; Hook, D.R. The analysis and scientific examination of metal from the shrines of Saint Walburg and Saint Luidger, now in Groningen Museum, Rapport d’analyse, 1983. 

Denoël 2007 : Denoël, C. “L’apparition des attributs individuels des saints dans l’art médiéval” dans Cahiers de Civilisation Médiévale, 50, 198, 2007, pp. 149-160. 

Doppelfeld, Van Eyll, Gramulla, Henning, Kellebenz & Pohl 1975 : Doppelfeld, O. ; Ennen, E. ; Van Eyll, K ; Gramulla, S. ; Henning, F.-H. ; Kellenbenz, H. ; Pohl, P. Zwei Jahrtausende kölner Wirtschaft, Band 1, Cologne, 1975. 

Feitha 1911 : Groningen Museum. Verslag van den Toestand van het Museum van Oudheden voor de Provincie en stad Groningen over het jaar 1911, Groningen, 1911. 

Feith 1911 : Feith, J.A. “De twaalfde vondst te Groningen” dans Bulletin van de Nederlandse Oudheidkundige Bond, Groningen, 1911, pp.73-78. 

Enlart 1927 : Enlart, C. Manuel d’archéologie française depuis les temps mérovingiens jusqu’à la Renaissance. Tome III – le Costume, Paris, 1927. 

Kloos 1980 : Kloos, R. Einfürhung in die Epigraphik des Mittelalters und der frühen Neuzeit, Darstadt, 1980. 

Miller 1997 : Miller, M. Kölner Schatzbaukasten – Die Grosse Kölner Beinschnitzwerkstatt des 12. Jahrhunderts Ausstellung in Darmstadt 30.10.1997 bis 18.1.1998, in Köln 30.1.1998 bis 19.4.1998 / hrsg. vom Hessischen Landesmuseum Darmstadt und Schnuetgen-Museum Köln, Mainz, 1997. 

Montgomery 2010 : Scott Montgomery, B. Saint Ursula and the eleven thousand Virgins of Cologne – Relics, reliquaries and the visual culture of group sanctity in late medieval Europe, Bern, 2010. 

Norris 1999 : Norris, H. Medieval Costume and Fashion, Douvres, 1999, p.42

Smit 1970 : Smit, A.T. Datering, stilistische en ikonografische plaatsing, en rekonstruktie der koperen reliefstukken in het Groninger Museum, 1970. 

Smit 1971 : Smit, A. T. “De 12e eeuwse koperen beslagtukken in het Groninger Museum” in Stichting oude Groningen kerken 1, Groningen, 1971.

Strait 1974 : Strait, P. Cologne in the twelfth century, London, 1974. 

Thourmieu 1996 : Thourmieu, M. Dictionnaire d’iconographie romane, Auxerre, 1996. 

Van Schaïk 2008 : Van Schaïk, R. “Consolidatie en bloei” in Geschiedenis van Groningen deel I Prehistorie – Middeleeuwen under the direction of Duijvendak, M.G.J ; Feenstra, H. ; Hillenga, M. ; Santing, C.G., Zwolle, 2008. 

Citer cet article : Aude Chevalier, "La châsse du cloaque : analyse de fragments d’appliques médiévales," dans Carnet parodien d'histoire de l'art et d'archéologie, 27/09/2020, https://carnetparay.hypotheses.org/1187.

Aude Chevalier

Doctorante en histoire de l'art médiéval, sous la direction de Brigitte Boissavit-Camus

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

  1. Dans le premier article écrit sur ces fragments par Johan Adriaan Feith, celui-ci ne mentionne que huit apôtres en buste. Un neuvième applique, conservée au Metropolitan Museum de New-York a été rapprochée des huit autres par le professeur J.H.P Jonxis dans les années 1980. Enfin, un fragment communément qualifié de “tête du Christ” conservé au Groningen Museum sur lequel un Christ en buste se détache en haut-relief d’une applique aux mêmes dimensions que les autres appliques des apôtres, peut également être associé à ce groupe. Jonxis, J.H.P. ‘Een fragment van de Groningse Walburg-schrijn in New-York’ dans Vereniging van vrienden van het Groninger Museum bulletin 4 maart 1980, Groningen 1980, non numéroté. Feith, J.A. “De twaalfde vondst te Groningen” in Bulletin van de Nederlandse Oudheidkundige Bond, Groningen, 1911, pp.73-78. []
  2. Johan Adriaan Feith, archiviste, historien et l’un des fondateurs du Groningen Museum écrit un rapport un mois après la découverte des fragments. Il publie également une note sur ces fragments dans le rapport d’acquisition du Groningen Museum la même année. Groningen Museum. Verslag van den Toestand van het Museum van Oudheden voor de Provincie en stad Groningen over het jaar 1911, Groningen, 1911, pp. 4-11. []
  3. Smit, A.T. Datering, stilistische en ikonografische plaatsing, en rekonstruktie der koperen reliefstukken in het Groninger Museum, mémoire de maîtrise, 1970. []
  4. Smit, A. T. “De 12e eeuwse koperen beslagtukken in het Groninger Museum” in Stichting oude Groningen kerken 1, Groningen, 1971, p. 95. []
  5. Chevalier, A. Study of group B shrine appliques of the Groningen Museum, Mémoire de recherche de l’École du Louvre, mené sous la direction de Bardiès-Fronty, I et Ton-That, J-C, Paris, 2014. []
  6. Chevalier, 2014, pp.37-49 []
  7. Chevalier 2014, cat. 5 ou 18 []
  8. Chevalier 2014, cat. 27, fig. 8), un autre personnage masculin tenant ce qui semble être une lance peut être identifié comme saint Thomas dont cette arme est à la fois l’instrument du martyr et l’attribut (fig. 9). Enfin, un dernier individu masculin est représenté imberbe, comme signe de son jeune âge ((Chevalier 2014, cat.16 []
  9. Chevalier 2014, cat. 2 []
  10. Chevalier 2014, cat 73 et 78 []
  11. Chevalier 2014, cat. 71, 77 et 81 []
  12. Chevalier 2014, cat. 24 []
  13. Caillet, J-P. « De l’antependium au retable : la contribution des orfèvres et émailleurs d’Occident », Cahiers de civilisation médiévale. 49e année (n° 193), Janvier-mars 2006. La médiévistique au XXe siècle, p. 7. []
  14. Enlart, C. Manuel d’archéologie française depuis les temps mérovingiens jusqu’à la Renaissance. Tome III – le Costume, Paris, 1927, p. 26-27 ; Norris, H. Medieval Costume and Fashion, Douvres, 1999, p.42. []
  15. Denoël, C. « L’apparition des attributs individuels des saints dans l’art médiéval », Cahiers de Civilisation Médiévale 50, 198, 2007, p.149. []
  16. Kloos, R. Einführung in die Epigraphik des Mittelalters und der frühen Neuzeit, Darmstadt, 1980, p. 128. []
  17. Abbaye cistercienne Danoise : Scott Montgomery, B. Saint Ursula and the eleven thousand Virgins of Cologne – Relics, reliquaries and the visual culture of group sanctity in late medieval Europe, Bern, 2010, pp. 27-29. []
  18. M. Kölner Schatzbaukasten – Die Grosse Kölner Beinschnitzwerkstatt des 12. Jahrhunderts Ausstellung in Darmstadt 30.10.1997 bis 18.1.1998, in Köln 30.1.1998 bis 19.4.1998 / hrsg. vom Hessischen Landesmuseum Darmstadt und Schnuetgen-Museum Köln, Mainz, 1997, p.127: Reliquaire, Anonyme, Cologne (Allemagne), circa 1200, Ivoire/os, cuivre, vernis brun, bois, H : 33,5 cm; W : 27 cm ; L : 53, 8 cm, Stuttgart (Germany), Württembergisches Landes-Museum, Inv. Nr. KK. Blau 125. []
  19. Miller p. 104 : Grand dôme reliquaire de Darmstadt, Anonyme, Cologne, 1230, os, bronze, vernis brun, H : 35,8 cm ; Diamètre le plus grand : 26 cm ; diamètre le plus étroit : 16 cm Darmstadt (Allemagne), Hessisches Landesmuseum, Inv. Nr. Kg 54 : 226. []

Une réflexion sur « La châsse du cloaque : analyse de fragments d’appliques médiévales »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.