Le songe de Constance. Autour de la translation des reliques de saint Savinien de Sens, 25 août 1028

En 1010, la reine Constance d’Arles, épouse de Robert le Pieux, reçoit, en songe, l’apparition de saint Savinien. Près de vingt ans après, le 25 août 1028, elle assiste à la translation des reliques de ce saint, présidée par le roi, en l’abbaye de Saint-Pierre-le-Vif de Sens.

Saint Savinien, un saint local sénonais1 est donc lié de près au pouvoir royal, au point que c’est le roi qui finance la fabrication d’une magnifique châsse pour abriter ses restes. La sollicitude du couple royal pour ce saint d’intérêt surtout local est frappante, surtout si l’on considère que Sens est alors en périphérie de l’espace traditionnellement dominé par le pouvoir capétien.

Comment expliquer ces liens entre le couple royal et saint Savinien ?

Nous verrons tout d’abord que le songe de Constance et la fabrication du reliquaire qui s’ensuit sont des enjeux dans les luttes de réseaux qui agitent l’entourage capétien, puis nous montrerons que le saint et le culte qui l’entoure sont des éléments de légitimation de la dynastie capétienne et de construction d’un espace royal.

Les événements

Le songe de Constance et la translation de 1028 des reliques de saint Savinien nous sont principalement connus par la Chronique contemporaine d’Odorannus2. Les autres sources, postérieures, qui la mentionnent en dérivent directement. Nous pouvons cependant ajouter à cela la mention qui est faite par Raoul Glaber3 de la redécouverte des reliques du saint par l’archevêque Liéry en 1008, événement auquel il est aussi fait référence dans une lettre de Fulbert de Chartres, qui félicite Liéry de cette découverte4.

En 10105, la reine Constance, qui réside alors non loin de Sens, à Theil-sur-Vanne, est dans une situation maritale ambiguë. Elle craint en effet, d’après Odorannus, d’être supplantée par Berthe de Bourgogne, l’ex-épouse de Robert6. La reine reçoit en songe la visite d’un homme nimbé d’une blanche lumière et « aux angéliques cheveux blancs » qui la rassure sur son avenir. Après avoir consulté ses conseillers, Constance vient, sur conseil de son entourage, prier saint Savinien à Saint-Pierre-le-Vif afin de voir son mari (alors à Rome) lui revenir. Assurée de la solidité de son mariage elle fait alors le vœu d’orner d’or et de pierres précieuses le corps du saint et réussit à convaincre le roi Robert de s’associer à son vœu. La commande du nouveau reliquaire subit cependant un délai important puisque ce n’est qu’en 1015 ou 1019 que le roi demande à Odorannus, moine de Saint-Pierre-le-Vif aux talents variés7, de le réaliser. Odorannus livre dans sa Chroniqueun long récit circonstancié de la réalisation du reliquaire8.

Le travail d’Odorannus est presque achevé quand, au cours d’un séjour à Sens en août 1028, le roi ordonne à l’archevêque Liéry de procéder à la translation des reliques. Au cours d’une première cérémonie, le vendredi 23 août, Liéry place les reliques de saint Savinien dans le reliquaire. Le dimanche 25 août a lieu la messe solennelle de translation en présence du roi, d’un nombre d’évêques indéterminé, des « grands » du royaume, de plusieurs abbés et de clercs et, nous dit Odorannus, d’une « assistance innombrable ». L’office est suivi d’un repas commun entre le roi et les moines. Odorannus, occupé aux finitions de la châsse, est rejoint par le roi, ce qui donne lieu de la part de ce dernier au vœu de commander un reliquaire pour saint Potentien, compagnon et successeur de Savinien.

Les reliques de saint Savinien au coeur des réseaux curiaux

Au-delà de la chronologie incertaine du récit du moine (il s’est sans doute passé au moins six ans entre le vœu de Constance et la commande faite à Odorannus), cette histoire contient quelques détails qui permettent d’éclairer les enjeux politiques de la décision royale. Les acteurs principaux du récit nous disent en effet beaucoup sur les raisons qui ont poussé le roi à dépenser une somme importante afin de faire confectionner une châsse pour un saint d’une localité périphérique de l’espace royal.Le vœu de Constance est d’abord un moyen de renforcer son mariage. Il n’y a en soi rien d’exceptionnel à ce que ce type de vœu provienne d’une femme. Nombreuses sont les donations princières faites par des reines ou des femmes de haut rang à cette période9. Ce qui retient l’attention ici est que le roi est explicitement associé (au-delà de l’aspect matériel qu’était la mise à disposition du trésor royal pour la confection du reliquaire) au vœu de la reine. En effet, la châsse du saint vient transcrire matériellement l’union retrouvée des deux époux. Sur la face antérieure de l’objet10, deux grands camées représentent respectivement Robert et Constance. De plus sur les inscriptions qui parcourent le reliquaire, Robert et son épouse sont chacun mentionnés deux fois. Lisons la reconstitution qu’en fait Robert-Henri Bautier :

O martyr invictissime
Saviniane pontifex
Paratam arege tuo
Roberto Francorum pio
Istam corporis prudenter
Suscipe tecam clementer.

Galliarum et primati
Saviniano nobili
Vota solvit Constancia
Francorum supl[ex] regina
Ejus ut prece maxima
sibi donentur debita.

Pro impenso servitio
Referunt auctori Deo

Regi Roberto debitas
Almi martyres gra[tias]
ac R[egine] pos[t]u[lan]ti
[Et] oblata reportanti11.

Le roi et Constance sont chacun présents dans une strophe, à la suite du saint (le vœu de Constance est alors mentionné) puis les deux époux sont à nouveau évoqués dans la troisième strophe. Ainsi, à la fois par le texte et par l’image, Constance et Robert sont liés par l’intermédiaire du saint. La châsse de saint Savinien est le témoignage précieux, pour l’éternité, de la solidité de l’union royale.

C’est aussi le réseau curial qui entoure Constance qui profite de cette situation. Odorannus mentionne dans son récit l’intervention d’un certain Thierry. C’est lui qui, parmi les clercs de l’entourage de la reine, interprète le rêve de la reine. Odorannus donne deux précisions à son sujet : il s’agit d’un ancien moine de Saint-Pierre-le-Vif, il devient évêque d’Orléans au retour du roi. Cette dernière information permet d’identifier le personnage comme Thierry, évêque d’Orléans de 1010 à 1022. Surtout, Odorannus lie explicitement l’élection de Thierry à l’épiscopat au retour du roi, signe que l’ancien moine de Saint-Pierre-le-Vif doit sa promotion à la faveur royale. La concomitance entre l’intervention de Thierry dans le vœu de Constance et son élévation ne peut que frapper. Le retour en grâce de la reine s’accompagne visiblement de faveurs données à ses proches et donc de leur accession à des postes clés. On peut supposer aussi que cette évolution conduit à l’affaiblissement du réseau qui entoure la reine Berthe.

Odorannus y fait d’ailleurs explicitement référence dans son récit : « ce qu’apprenant [nous dit-il en parlant du voyage du roi à Rome], la reine Berthe, autrefois répudiée par le roi en raison de leur lien de parenté, l’y suivit, car elle espérait, avec l’appui de certains courtisans royaux [quibusdam aulicis regis], se voir réintégrée sur l’ordre du pape dans le lit royal.12 » Le retour de Berthe aurait donc visiblement favorisé un groupe particulier de l’entourage royal : a contrariole triomphe final de Constance s’accompagne de l’élévation de ses proches. 

Odorannus lui-même, à qui l’on a confié la fabrication de l’objet, n’a pas été choisi par hasard. Tout indique qu’il est un des maillons du réseau curial qui entoure la reine. Rappelons que Thierry, futur évêque d’Orléans, qui a orienté la reine vers Saint-Pierre-le-Vif, est issu de cette abbaye : Il y a été « élevé » [nutritus] nous dit Odorannus, signe qu’il a été confié très jeune (probablement dès l’enfance) au monastère. Cela s’explique par le fait que Thierry est le neveu de Renard, l’abbé de Saint-Pierre-le-Vif. Odorannus précise dans une glose de sa Chroniquequ’il a lui-même été « instruit » par Renard dans le monastère. Thierry et Odorannus se connaissaient donc très certainement avant la fabrication du reliquaire. Certes, du fait de ses talents d’orfèvre, Odorannus était tout désigné pour réaliser cette œuvre mais son accointance avec un membre de l’entourage de la reine était un atout indéniable pour celle-ci, alors qu’elle cherchait à renforcer son influence à la cour.

Il est difficile de dire si, avant le vœu de Constance, Odorannus appartenait au réseau curial de la reine, mais, à partir du moment où il se lance dans la fabrication de la châsse, il en devient un membre actif. La preuve en est l’exil qu’il subit à Saint-Denis en 1023. Robert-Henri Bautier a magnifiquement analysé cet exil comme une conséquence de l’affaire des hérétiques d’Orléans de 1022, qui obligea Thierry à quitter son siège épiscopal et à se réfugier, pour sa part, à Saint-Pierre-le-Vif. Le procès puis le supplice infligé aux hérétiques d’Orléans cachaient en réalité les luttes entre réseaux curiaux, et notamment la rivalité entre Thierry et Oudry, tous deux cousins13mais membres de réseaux opposés, pour obtenir l’évêché d’Orléans. L’affaire de 1022 permit le triomphe d’Oudry et du réseau d’Eudes II de Blois. Le fait qu’Odorannus, alors qu’il n’est pas à Orléans mais à Sens, dut s’enfuir à Saint-Denis peu après, ainsi que sa correspondance avec certains membres du chapitre d’Orléans, au cœur de l’affaire14, montrent bien qu’il était considéré comme un membre actif du réseau de la reine, alors en pleine déconfiture. Ce réseau, qui paraît avoir ceinturé l’Orléanais et le Sénonais, est donc directement impliqué dans le vœu de Constance et la fabrication de la châsse15.

On voit à quel point la fabrication de la châsse de saint Savinien est intimement liée aux luttes entre réseaux à la cour du roi. L’objet lui-même marque l’indissoluble union du roi et de la reine, dont le saint est le garant, et vient donc renforcer par des chaînes sacrées la position de Constance à la cour. Les membres de son entourage qui ont participé au vœu et à sa réalisation, Thierry et Odorannus, connaissent une promotion puisque le premier accède à l’épiscopat et que le deuxième devient alors un interlocuteur et un relais privilégié du pouvoir royal dans le Sénonais. En plus de la réalisation de la châsse de Savinien, Odorannus se voit confier celle de saint Potentien (dont la fabrication est interrompue par la mort de Robert le Pieux) ainsi que l’instruction de l’archevêque qui succède à Liéry en 1032, Gilduin. C’est lui qui rédige le discours de consécration de Gilduin et celui de son rival Mainard, qui devient alors évêque de Troyes. Tout indique qu’il est alors le principal agent royal à Sens.

Les reliques de saint Savinien, la construction d’un espace royal et la légitimation du pouvoir capétien

À partir du moment où Constance associe son époux à son vœu, le récit d’Odorannus fait de celui-ci l’acteur prééminent de la fabrication de la châsse et de la translation des reliques. Quel intérêt le roi a-t-il à s’associer autant à ce processus ?

On ne peut qu’être frappé par le délai qui sépare le vœu de Constance (1010) et la translation des reliques (1028). La quantité importante de matières précieuses que nécessite la confection d’une châsse de très grande taille16 joue sans doute son rôle dans ce retard. La remise des matériaux se fait en six fois (dont deux voyages qu’Odorannus doit faire à Paris puis à Dreux) en plus d’un prélèvement sur le trésor de Saint-Pierre-le-Vif pour un poids total de 4,5 kg à 5 kg d’argent et d’un peu moins d’1 kg d’or (sans compter les pierres précieuses)17. Les événements politiques retardent aussi la réalisation du reliquaire : nous avons vu qu’en 1023 Odorannus est exilé à Saint-Denis pendant au moins quelques mois. Par ailleurs, la guerre qui oppose le roi au comte de Flandres Baudoin IV en 1019, puis celle qui éclate autour de l’affaire de la succession des comtés de Troyes et Meaux (1023-1025) ont dû freiner les livraisons de métal précieux.

Comment expliquer cependant le long délai entre le moment où Constance rêve de saint Savinien et celui où le roi commence à fournir le métal nécessaire à son vœu (soit en 1015, soit en 1019)18, ? C’est qu’entre 1010 et 1015 les conditions politiques ont drastiquement changé à Sens. En 1015, le roi s’empare de la ville avec la complicité de l’archevêque et supprime le verrou que représentait Sens entre ses domaines de Franciaet ceux de Bourgogne. Il installe alors sa domination dans le Sénonais19. Pour Robert-Henri Bautier, la commande aurait eu pour objet de récompenser les autorités religieuses de leur ralliement à sa cause. C’est vraisemblable mais elle est aussi un outil très efficace de mainmise sur le monastère Saint-Pierre-le-Vif.

En 1015, l’abbé Renard meurt : son successeur, Ingon, par ailleurs abbé de Saint-Martin de Massay et de Saint-Germain-des-Prés, n’est autre que le cousin du roi20, et sa nomination ne peut que favoriser l’emprise du roi sur cette abbaye. Robert le Pieux renforce alors son influence sur le monastère, qui devient l’obligé du roi par la donation de richesses aussi importantes et qui profite bien sûr grandement de la publicité donnée à la translation des reliques de Savinien.

Une fois encore le récit que fait Odorannus de la translation de 1028, et plus précisément de la déposition des reliques qui a lieu deux jours avant celle-ci, le 23 août, permet de bien décrypter le renversement des rapports de force qui s’est fait à Saint-Pierre-le-Vif, et plus largement dans le Sénonais entre l’archevêque et le roi :

« Alors qu’approchait le jour désiré de cette fête de la translation du saint martyr, opérée par les anciens pères en la basilique de Saint-Pierre, du corps vénérable du martyr avec ceux de ses compagnons, le roi, après être demeuré quelque temps à Sens, se disposait à retourner à Paris. Aussi, faisant appeler l’archevêque Liéry, lui demanda-t-il humblement de se rendre au monastère et de transférer le corps du saint martyr du cercueil de plomb où il avait été enfermé par les anciens pères dans la châsse d’or qu’il lui avait préparée. »

La date de la translation est le 25 août, qui est celle de l’anniversaire de la première translation de 84721. Le roi n’est donc pas tout à fait maître du calendrier, mais, pour le reste, c’est bien lui qui semble fixer le déroulement de la cérémonie. Certes Odorannus a la prudence de préciser que le roi demande « humblement » de procéder au transfert des reliques mais il n’en reste pas moins qu’il l’ordonne purement et simplement à Liéry. Alors que les archevêques (ou à défaut les abbés) étaient jusque-là les principaux ordonnateurs des inventions et translations des reliques de saint Savinien, de la découverte de 847, œuvre de Ganelon, à celle de 1008 qui est faite par Liéry, ce dernier se trouve désormais réduit au rang de simple subalterne. Encore le fait qu’il fasse lui-même la déposition des reliques dans la châsse doit-il sans doute plus à une tradition canonique qui remonte en Occident au VIIsiècle (et qui sera encore affirmée dans le Décret de Gratien au XIIsiècle) qu’à la déférence du roi22.

Celui-ci est d’ailleurs présent en personne comme en image lors de la translation elle-même, qui a lieu deux jours plus tard. Le nom du roi (nous l’avons dit) est symboliquement présent sur le corps du saint, à travers le poème qui ceinture la châsse. Ajoutons que les figures du roi et de reine sont représentées dans deux camées qui figurent sur la face antérieure de la châsse (tandis que le nom et probablement l’image de Savinien figurent sur la face postérieure, en regard donc du couple royal). Si l’on songe que Savinien est considéré comme le premier évêque de la cité et peut donc être vu comme une personnification de la ville même et de son diocèse nous pouvons avancer que l’omniprésence du nom et de la figure royale sur le reliquaire est une manifestation de l’emprise du roi sur son territoire. Par la fabrication de la châsse, Robert le Pieux construit à Sens un espace royal où la puissance capétienne est désormais prééminente à toutes les autres, en étroite association à l’aura que le saint exerce sur le territoire.

Lors de la cérémonie de la translation dans le chœur de la basilique Saint-Pierre, le roi et son fils Robert portent sur leurs épaules la châsse de Savinien. Ce geste d’humilité en préfigure d’autres. Un an plus tard, en 1029, Robert II le réitère en portant sur ses épaules le reliquaire de saint Aignan qu’il vient de faire enrichir de métal précieux et de gemmes ; dans les années 1030, l’abbé de Saint-Riquier, Angelramme, attribue dans un poème une humilité similaire au père de Robert, Hugues Capet, qu’il fait descendre de cheval, pieds nus, pour porter lui-même les corps de saint Riquier et saint Valéry en 98123. La figure du roi portant les reliques est donc un topos qui apparaît en France dans les années 1020-1030 et qui est destiné à un bel avenir24.

Si l’on considère que la translation des reliques de saint Valéry donne naissance à la légende de la prophétie du même saint et du redditus ad stirpem Karoli,le récit de la translation de saint Savinien fait donc partie d’un ensemble d’écrits qui mettent en place, à la fin du règne de Robert le Pieux et au début de celui d’Henri Ier, les fondements d’une tradition royale qui vient légitimer une dynastie dont l’avènement, s’il n’a pas été aussi contesté qu’on pourrait le penser, souffre de la tache de la trahison de Laon et de l’emprisonnement de Charles de Basse-Lorraine.

En réalité, le fait que le roi Robert ait choisi Sens, région périphérique au domaine royal, n’est pas seulement dû au besoin de consolider une emprise royale nouvelle sur ce territoire. Car c’est précisément à Sens, un peu après 1015, qu’est écrit un récit alternatif et clairement anti-capétien de l’avènement d’Hugues Capet. L’Historia Francorum Senonensis25 fait de Charles de Basse-Lorraine le roi légitime et d’Hugues Capet un vassal révolté. Il est difficile d’être totalement affirmatif car il n’est pas exclu que ce texte ait été écrit dans les années 1030, mais la coïncidence entre la translation de 1028 et l’apparition d’une tradition anti-capétienne au même endroit n’est sans doute pas fortuite. On trouve aussi dans l’abbaye Saint-Pierre-le-Vif l’épitaphe d’un comte Louis qualifié de « race royale », inhumé là après être devenu moine in extremis sur le chemin de retour d’un pèlerinage au Mont-Saint-Michel26. Karl-Ferdinand Werner identifie ce Louis avec l’un des fils de Charles de Basse-Lorraine27. Celui-ci donne à l’abbaye Saint-Pierre-le-Vif un pallium, pièce qui signe son origine royale, et même impériale. Là encore, on ne sait si, au moment de la translation, l’inhumation du comte Louis avait déjà eu lieu mais si c’est le cas, Robert le Pieux avait peut-être à coeur, en associant son image et son nom au principal saint abrité par le monastère, de faire oublier ce qui aurait pu être un point de fixation de la contestation anti-capétienne.

Conclusion

Le processus qui, du songe de Constance, mène à la translation des reliques de saint Savinien est une trame complexe tissée par l’intervention de multiples acteurs (l’archevêque, la reine, le roi, leurs entourages respectifs) répondant à divers intérêts. Autour du corps du saint, les rapports de force se créent et basculent. Alors que le roi s’impose dans le Sénonais après 1015, on le voit s’attribuer les reliques (jusqu’à les porter lui-même). Alors que Constance renforce ses liens matrimoniaux avec Robert, elle s’unit avec lui sur le reliquaire par l’intermédiaire du saint. la translation est par ailleurs l’occasion d’un rituel qui renforce la légitimité capétienne en faisant du fils d’Hugues Capet l’ami des moines et des évêques et le protecteur des sanctuaires.

Nous nous sommes attachés, dans cette courte étude, à décrypter les enjeux qui lient le pouvoir royal aux reliques de saint Savinien. Ce n’est bien sûr qu’un aspect de la question : d’autres pouvoirs tirent profit du culte des reliques (l’archevêque, le monastère de Saint-Pierre-le-Vif). Et celles-ci ont une histoire qui commence avant (au IXe siècle) et qui perdure bien des siècles après la translation. Celle-ci est encore à écrire28.


Image en en-tête : détail du manuscrit autographe d’Odorannus mentionnant le songe de Constance.

Citer cet article : Damien Varenne, "Le songe de Constance. Autour de la translation des reliques de saint Savinien de Sens, 25 août 1028," dans Carnet parodien d'histoire de l'art et d'archéologie, 12/09/2020, https://carnetparay.hypotheses.org/1143.

Damien Varenne

Agrégé d'histoire géographie et doctorant en histoire médiévale à l'université Paris-Sorbonne je consacre ma thèse au Sénonais médiéval entre le IXème et le début du XIIème siècle. Je m'intéresse principalement à l'organisation des pouvoirs et des réseaux et la manière dont ils organisent l'espace et sa représentation.

More Posts

  1. Nous ne pouvons ici, pour des raisons pratiques, développer l’histoire du culte de saint Savinien. Précisons donc qu’il s’agit du légendaire premier évêque de la cité, que son culte apparaît au milieu du IXesiècle pour se développer au Xesiècle avant de devenir le principal culte local au début du XIsiècle. []
  2. Odorannus, Opera Omnia, édition et traduction de Robert-Henri Bautieret Monique Gilles, Paris, CNRS éditions, 1972. Le récit qui nous occupe se trouve aux pages 101-111. []
  3. Raoul Glaber,Histoires, texte traduit et présenté par Mathieu Arnoux, Turnhout, Brepols, 1996, p. 176. []
  4. Jacques Paul Migne, Patrologia Latina, t. 141, col 206, Epistola XI. []
  5. La date peut être déduite du fait qu’Odorannus souligne que ce séjour de Constance à Theil-sur-Vanne a lieu durant un voyage de Robert le Pieux à Rome. []
  6. VoirOdorannusOp. cit., p. 100 []
  7. Odorannus est, en plus de chroniqueur, à la fois architecte, orfèvre et musicien de même que théologien. []
  8. Voir Odorannus,Op. cit, p. 16-25 pour une description détaillée du travail d’Odorannus par Robert-Henri Bautier []
  9. Pour un décompte de telles donations, voir Edina Bozoky, La Politique des reliques, de Constantin à saint Louis – Protection collective et légitimation du pouvoir, Paris, Beauchesne, 2006, p. 149-150. []
  10. La châsse de saint Savinien a été fondue à la Révolution mais nous en possédons une description précise faite par Dom Cottron dans Chronicon Sancti-Petri-Vivi, p. 472-473, ms 213 de la bibliothèque municipale d’Auxerre. []
  11. Odorannus…Op. cit., p. 21 []
  12. Ibid., p. 101. []
  13. Thierry et Oudry appartiennent tous deux à la famille de Broyes qui donne trois évêques à Orléans au début du XIesiècle. Voir à ce sujet Laurent Jégou, L’Évêque, juge de paix : l’autorité épiscopale et le règlement des conflits entre Loire et Elbe (milieu VIIIe-milieu XIe siècle), Turnhout, Brepols, 2011, p. 322-323. Renard, l’abbé de Saint-Pierre-le-Vif et son oncle, l’archevêque de Sens Seguin (978-999) appartiennent aussi à cette famille. []
  14. L’opuscule XIII des œuvres d’Odorannus est une lettre s’adressant à Ayrfedus, écolâtre de l’Église d’Orléans, et Hugues, archidiacre de la même Église. Il s’y plaint justement des accusations dont il fait l’objet. À ce sujet voir Odorannus, Op. cit., p. 15 et Robert-Henri Bautier, « L’hérésie d’Orléans et le mouvement intellectuel au début du XIesiècle. Documents et hypothèses », dans Actes du 95e congrès national des sociétés savantes. Reims 1970. Section philologie et histoire jusqu’à 1610, t. I : enseignement et vie intellectuelle, Paris, 1975, p. 63-88. []
  15. Il n’est pas impossible non plus qu’Odorannus ait fait partie (très jeune en ce cas !) des moines que l’archevêque Seguin avait fait venir de Fleury ce qui viendrait alors renforcer l’hypothèse d’un réseau allant d’Orléans à Sens. []
  16. La châsse de saint Savinien faisait partie des plus grands reliquaires de son temps. Voir Odorannus,Op. cit., p. 18. []
  17. Voir Odorannus, Op. cit., p. 24. []
  18. Avec beaucoup de prudence, Robert-Henri Bautier place cette commande en 1019, lors d’un séjour de Robert à Sens où il émet un acte à destination de l’abbaye de Lagny (William Mendel Newman, Catalogue des actes de Robert II, roi de France, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1937, n°49, p. 63-64) mais il admet que la date de 1015 est tout aussi vraisemblable. Voir Odorannus, Op. cit., p. 10-11. []
  19. Le comte Renard II récupère son comté en viager, mais ne joue dès lors plus de rôle important à Sens. []
  20. Voir OdorannusOp. cit., p. 254. Ingon est qualifié de « cousin du roi » dans Chronique de Saint-Pierre-le-Vif de Sens, dite de Clarius, texte édité, traduit et annoté par Robert-Henri Bautieret Monique Gilles, Paris, Éditions du CNRS, 1979, p. 111. []
  21. Si l’on en croit Odorannus lui-même et le récit de la translation qui, selon Augustin Fliche, dans Les vies de saint Savinien, premier évêque de Sens, Paris, société d’imprimerie et de librairie, 1912, date du IXsiècle. Cependant, la date est ajoutée par Odorannus en glose interlinéaire, comme après coup, et la datation du récit de la translation par Augustin Fliche, bien que convaincante, ne sont pas tout à fait sûres, l’autre option étant qu’il s’agit d’un texte du milieu du XIesiècle. Il n’est donc pas totalement exclu que la date du 25 août ait été décidée après coup pour justifier cette date pour la translation de 1028, qui aurait pu alors être décidée par le roi… []
  22. Voir à ce sujet Philippe George, Reliques, le quatrième pouvoir, Bruxelles-Nice, Les éditions romaines, 2013, p. 150-151. A partir du VIIesiècle, la manipulation des reliques est réservée aux évêques, puis plus largement aux clercs. []
  23. Angelramme, Historia relationis sancti RichariiActa Sanctorum Bollandistarum, Apr. III, p. 460 : « dux jam praefatus, equino / Descendens dorso, nudis incedere plantis / Incipit et propriis scapulis feretrum / et secum plebis qui viri nobiliores / illud tamque diù portat, lacrymis malefactus / Altari donec gaudens proprio imposuisset. » []
  24. Voir Edina Bozoky, La politique des reliques…Op. cit., p.238-239. []
  25. Historia Francorum Senonensis, dans Monumenta Germaniae Historica, SS 9, p. 364-369. []
  26. Voir Chronique de Saint-Pierre …, Op. cit., p. 114. []
  27. Karl-Ferdinand Werner, « Il y a mille ans, les Carolingiens : fin d’une dynastie et début d’un mythe », dans Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France (1991-1992), p. 24. []
  28. Le culte de saint Savinien sera l’un des objets de notre thèse en préparation sur Le sénonais médiéval, pouvoirs, réseaux et représentation de l’espace dans un territoire (fin IXe-début XIIe s.). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.