Pèlerinages médiévaux aux reliques de sainte Marie-Madeleine dans Liber miraculorum beatae Marie Magdalene de Jean Gobi l’Ancien

Sainte Marie-Madeleine, une femme riche trop concentrée sur les affaires du monde, une pécheresse convertie qui avait reçu des grâces exceptionnelles de Dieu, est devenue un espoir pour les pécheurs faisant des pèlerinages à Saint-Maximin où son corps a été découvert. Selon une légende française du IXesiècle, après l’Ascension de Jésus-Christ, Marie-Madeleine, accompagnée de sa sœur Marthe et de son frère Lazare est arrivée à Marseille où elle a contribué à la christianisation du sud de la France1. Elle se serait installée dans une grotte près de la Sainte-Baume, où elle aurait mené une vie d’ermite pendant trente ans et où elle serait morte, son âme amenée directement au ciel par neuf anges. Parallèlement à la naissance de cette tradition, la célèbre abbaye bénédictine de Vézelay a été fondée en Bourgogne. C’est là que les reliques de sainte Marie-Madeleine ont été déposées deux siècles plus tard : son corps, provenant du sud de la France menacé par les invasions des Sarrasins, devait être transféré en Bourgogne2. Grâce à cet heureux événement, l’abbaye de Vézelay a joui d’une grande renommée et le nombre de pèlerins n’a cessé de croître. 

Un tournant dans cette histoire se produit au XIIIesiècle, lorsque le roi Louis IX fait un pèlerinage à la grotte de la Sainte-Baume en Provence3. Quelques décennies plus tard, son neveu, le comte de Provence Charles d’Anjou, fait entreprendre des fouilles pour trouver le tombeau de sainte Marie-Madeleine. Grâce à cette recherche, le corps de la sainte, qui selon les moines de Vézelay aurait été enterré depuis au moins cent ans en Bourgogne, a été découvert en Provence, caché dans un sarcophage de pierre dans la crypte d’une petite église. En fait, il y a eu une erreur : le corps d’une autre sainte, Sidonie, enseveli au même endroit, a été retiré du tombeau de la Sainte-Baume. Cette découverte a déclenché une grande querelle entre les deux lieux du culte, dont l’objet était l’authenticité des reliques. Malheureusement pour les moines bénédictins, c’est en Provence que la sainte a effectué des guérisons miraculeuses. L’affaire finit par être réglée par le pape Boniface VIII confirmant par une bulle de 1295 que le corps de la sainte reposait en Provence4. Presque aussitôt, la construction de l’église et l’établissement des dominicains à Saint-Maximin ont commencé. Pendant ce temps, la popularité de Vézelay en tant que lieu de culte de sainte Marie-Madeleine n’a cessé de diminuer ce qui a entraîné un nombre décroissant de pèlerins. 

La découverte du tombeau avec les reliques de la sainte en Provence a suscité une véritable vogue des pèlerinages à Saint-Maximin. Il ne s’agissait généralement pas de voyages lointains, coûteux, pleins de dangers et de désagréments, comme ceux à Saint-Jacques-de-Compostelle ou en Terre Sainte. L’histoire des pèlerinages et du culte de sainte Marie-Madeleine a été décrite dans de nombreux documents de l’époque5. L’un des témoignages les plus intéressants est le recueil Liber miraculorum beatae Marie Magdalene élaboré entre 1313 et 1328 par Jean Gobi l’Ancien, prieur du couvent de Saint-Maximin de 1304 à sa mort en 1328.  Dans son manuscrit, il a décrit quatre-vingt-quatre miracles qui eurent lieu dès le début des pèlerinages en 1279 en y ajoutant différentes prières et hymnes créés en l’honneur de la sainte. Il a écrit son livre pour promouvoir le culte de sainte Marie-Madeleine en Provence et pour « diriger la piété des fidèles »6. Ce recueil fournit des renseignements précieux sur la piété des pèlerins magdaléniens dans le sud de la France à la fin du XIIIesiècle et au début du XIVe.

L’auteur du recueil de miracles ne décrit pas exactement les parcours de pèlerinages, ni n’accorde d’attention à l’architecture du sanctuaire qui était le but des pérégrinations. Par contre, il précise parfaitement quels étaient les motifs des pèlerins et pourquoi ils adressaient leurs demandes à Dieu par l’intermédiaire de cette sainte considérée communément comme une « grande fidèle auxiliaire dans la détresse »7. Selon Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, le pèlerinage est « l’accomplissement ou le dépassement, par sa recherche exacerbée d’une rencontre avec le sacré, par sa mise en cause des insuffisances d’une religion du quotidien »8. Le pèlerin entreprend la route, pour entrer en contact presque direct avec la divinité : être plus proche de Dieu et plus proche de la sainte. Il doit quitter son espace quotidien pour pouvoir s’approcher du sacré, se prosterner devant le corps saint9. L’Église catholique accorde des indulgences aux pèlerins qui visitent les reliques de la sainte, surtout à l’occasion de sa fête le 22 juillet ou le jour de la translation de ses reliques, le 5 mai10. On sait que « le pèlerinage médiéval est en premier lieu un acte de piété, une des manières dont disposent les chrétiens pour vivre leur religion »11 – les pèlerins voulaient vivre et approfondir leur foi en cheminant. Même si le fidèle prononce un vœu envers Dieu ou la sainte, il préfère le faire à l’intérieur de l’église ou devant les reliques. Sa prière peut être plus efficace si elle est précédée d’un pèlerinage ou accompagnée d’un sacrifice. Les quatre-vingt-quatre miracles enregistrés par Jean Gobi sont liés aux pèlerinages. Parmi eux, trente-trois pèlerinages furent effectués en vue d’obtenir un miracle, le but de quarante-sept autres fut de remercier la sainte pour un miracle déjà accompli, enfin trois eurent un caractère pénitentiel. Dans le recueil du dominicain, on ne trouve aucune précision indiquant que les pèlerins allaient visiter la tombe de sainte Marie-Madeleine : ils se rendaient à Saint-Maximin parce que son corps y avait été enterré. Par contre, on apprend que les fidèles priaient devant le reliquaire en forme de châsse d’or et d’argent contenant le bras de la sainte, exposé sur un petit autel12. On sait qu’à cette époque, le crâne et la mandibule de la sainte se trouvaient à d’autres endroits13. Les trente-trois pèlerinages de supplication ont été entrepris surtout par des malades : paralytiques, rhumatisants (mir. 41-50, p. 121-131), muets (mir. 36-40, p. 115-119), sourds (mir. 32-35, p. 111-114), aveugles (mir. 12-31, p. 91-110) ou malades mentaux (mir. 73-78, p. 155-160)14. Plus de vingt familles ont amené les corps de leurs proches en espérant que sainte Marie-Madeleine les ressusciterait (mir. 51-72, p. 133-153).  En effet, il résulte du livre de Jean Gobi que sainte Marie-Madeleine a sauvé de la mort ou même a ressuscité trente personnes (mir. 1-9, p. 67-86 ; mir. 51-72, p. 133-153). Le saint au Moyen Âge « est présent par l’intermédiaire de ses reliques »15. C’est pourquoi chaque pèlerin ressentait le désir de toucher les reliques de sainte Marie-Madeleine dans l’espoir d’être guéri ou d’obtenir une autre grâce comme : retrouver la fécondité, être sauvé du feu, être sauvé de la débauche. Pour rendre leurs prières plus efficaces, les pèlerins priaient à genoux, se tenant le plus près possible de l’autel contenant les reliques, du tombeau ou de la châsse16. À l’église de Saint-Maximin on faisait « le tour de l’autel de Madeleine » (mir. 39, p. 118) : les pèlerins effectuaient à genoux un circuit autour de l’autel portant la châsse en suppliant la sainte d’accomplir un miracle. Jean Gobi relate à propos d’une femme du village de Jausiers souffrant de rhumatisme et incapable de marcher sans aide qu’elle a plié ses genoux « devant la châsse d’argent, où le corps de cette sainte a été respectueusement placé » (mir. 42, p. 125) ; peu de temps après, elle s’est levée et elle a marché toute seule. Le fait de toucher les reliques pouvait révéler leur pouvoir miraculeux au moment où personne ne s’y attendait. Un pèlerin vivant dans la débauche a touché le reliquaire de sainte Marie-Madeleine du doigt auquel il portait un anneau. Lorsque le soir il a voulu commettre un acte impur, il n’a rien pu faire. Ce n’est que lorsque son amante lui a dit d’enlever l’anneau qu’ils ont pu consommer l’acte licencieux. Par la suite, l’homme a voulu remettre l’anneau à son doigt, mais il n’a pas réussi (mir. 10, p. 87). 

Le moment de la rencontre avec les reliques de la sainte était toujours touchant et plein d’émotions. Les pèlerins versaient beaucoup de larmes pour obtenir les grâces et les bienfaits dont ils avaient besoin. Comme le relate Jean Gobi, une femme, comme beaucoup d’autres pèlerins, après être entrée dans l’église de Saint-Maximin « s’adonna aussitôt à la prière, et réclama le secours de sainte Madeleine avec une grande dévotion et beaucoup de larmes » (mir. 12, p. 92). Si un pèlerin qui s’était rendu au sanctuaire ne recevait pas ce qu’il demandait, il pouvait passer de longues heures à prier devant les reliques (mir. 19, p. 99). Vingt pèlerins ont obtenu la guérison après avoir baisé les reliques ou à la suite des prières devant la châsse. Il arrivait parfois que certaines personnes, en particulier les infirmes, les boiteux ou les aveugles, bénéficiassent d’une grâce exceptionnelle : guéris pendant le voyage, ils arrivaient en bonne santé à l’église de Saint-Maximin. C’était le cas d’un homme qui souffrait de problèmes de vue : quand il partit en pèlerinage « plus il avançait la route, plus son état s’améliorait » (mir. 21, p. 101). À propos d’un autre pèlerin, privé de la parole, on apprend que « plus il approchait de la ville avec l’intention d’accomplir le vœu qu’il avait fait, plus parfaitement il parlait » (mir. 36, p. 115). Un autre encore a pu laisser sa béquille pendant la route parce qu’il arrivait à marcher tout seul (mir. 41, p. 121). Dans le cas de ces trois hommes, le motif du pèlerinage était la supplication, mais en arrivant à l’église de Saint-Maximin ils ne purent que remercier sainte Marie-Madeleine. 

D’après Jean Gobi l’Ancien, la majorité des pèlerinages furent entrepris en remerciement d’un miracle accompli. Plusieurs pèlerins, en faisant un vœu à sainte Marie-Madeleine, s’engageaient à faire un pèlerinage pour la remercier. Certains pèlerins étaient particulièrement pieux comme celui qui avait promis à Marie-Madeleine « d’aller tous les ans, le jour de sa fête, visiter son sanctuaire à Saint-Maximin, et ce tant qu’il vivrait » (mir. 15, p. 95). Si le bénéficiaire du miracle était extrêmement malade ou même mort avant d’avoir pu accomplir personnellement son vœu, ou encore s’il avait oublié sa promesse, c’était la famille qui s’en chargeait en son nom. Ne pas accomplir le pèlerinage était un signe d’ignorance et d’ingratitude. Si le miraculé ne l’avait pas fait, il risquait d’être immédiatement et sévèrement puni par Dieu. Dans le recueil, trois histoires racontent de telles situations, par exemple celle de la mère d’une jeune fille aveugle qui ne s’est pas acquittée de sa promesse et « la vengeance divine la frappa de nouveau dans sa fille, en lui retirant le bienfait de la santé » (mir. 17, p. 97)17).

On ne trouve dans le recueil que trois pèlerinages typiquement pénitentiaux, mais on apprend que souvent les pèlerins entreprenaient des pratiques pénitentielles comme par exemple celle de s’étendre par terre « les bras en croix » (mir. 59, p. 140) ou la flagellation évoquée dans le cas d’un homme qui avait perdu la vue à la suite d’une fluxion à la tête : « il se frappait si énergiquement que presque à chaque coup, en fouettant son dos jusqu’au sang, il tachait sa chemise ; et il continua même cette flagellation au point de briser ce fermoir » (mir. 31, p. 109). Les prisonniers délivrés pratiquaient aussi la flagellation. Jean Gobi cite à ce sujet l’exemple des marchands de Marseille pris par les ennemis qui les avaient soupçonnés d’être des espions. En récompense de leur libération, ils promirent à Marie-Madeleine « de visiter aussi vite que possible le lieu de la Baume, où elle a fait pénitence et s’est emprisonnée pour le Seigneur Jésus-Christ ». Le texte précise qu’« ils iraient en braies et en chemise, en se fouettant » (mir. 8, p. 83). Le fidèle qui entreprend le pèlerinage accorde beaucoup d’attention à son habillement. Par exemple, un pèlerin aveugle a fait le vœu à Marie-Madeleine qu’il « ne porterait pas de lin sur la peau, tant qu’il vivrait, mais revêtirait toujours une cotte de maille, à même la peau » (mir. 22, p. 102). Aussi la pieuse coutume des pèlerins était de faire le pèlerinage à pied, comme cet homme cité par Jean Gobi qui « alla à pied une fois par an » (mir. 41bis, p. 124). Certains pèlerins renonçaient délibérément à porter des chaussures comme ce pèlerin qui « se présenta nu-pieds à Saint-Maximin » (mir. 29, p. 107). Un habitant d’Albenga, en Italie qui souffrait d’une fluxion à la tête « tira même ses chausses de façon à dénuder ses genoux ; en pleurant, il commença alors à pénétrer dans l’église sur ses genoux nus » (mir. 31, p. 109). Certains pèlerins, surtout d’anciens prisonniers qui voulaient faire une plus grande pénitence, visitaient la grotte de sainte Marie-Madeleine à la Sainte-Baume (mir. 4, p. 77 ; mir. 8, p. 83 ; mir. 52, p. 135)18.

La société de pèlerins était composée de gens de tous âges, sexes et conditions, laïcs et religieux19. Dans Liber miraculorum beatae Marie Magdalene, on trouve des représentants de différentes couches sociales : pauvres prisonniers (mir. 1-9, p. 67-86), marins (mir. 7, p. 81 ; mir. 19, p. 98 ; mir. 81, p. 163), soldats (mir. 72, p.151), villageois (mir. 14, p. 93 ; mir. 39, p. 117), clercs (mir. 11, p. 89 ; mir. 52, p. 134 ; mir. 70, p. 149) et nobles (mir. 53, p. 136 ; mir. 68, p. 146 ; mir. 69, p. 147)20. Les pèlerins cheminaient dans la solitude ou accompagnés de leurs familles, voisins et amis qui étaient souvent témoins du miracle. C’est pourquoi, d’après les récits des miracles contenus dans le recueil de Jean Gobi, il est difficile de préciser combien de pèlerins exactement ont visité Saint-Maximin. On sait toutefois que parmi les miraculés il y avait trente-six hommes, trente femmes et dix-huit enfants. Chacun pouvait recourir à l’intercession de sainte Marie-Madeleine. Elle était vénérée surtout par les fidèles locaux, considérée comme la patronne particulière des habitants du comté de Provence parce que comme le dit Jean Gobi : « son corps y est conservé, à Saint-Maximin » (mir 1, p. 68). 

Le chemin d’accès à l’église de Saint-Maximin n’était pas aussi compliqué ou difficile pour les gens de la région que celui de la grotte. L’auteur du Liber miraculorum beatae Marie Magdalene ne dit presque rien sur la durée du trajet de pèlerinage, mais si on examine la carte, on voit qu’il s’agissait souvent de courtes distances d’environ 20-30 km entre Saint-Maximin et les localités voisines21. Il mentionne cinquante-six villes et villages provençaux (dont le plus souvent Marseille, Aix-en-Provence, Pourcieux et Barjols), onze villes hors de Provence (dont Lyon, Lausanne, Metz, Toulouse) et six villes hors de France (Pouzzoles, Albenga, Gênes, Amalfi, Bosa, Messine). Parfois le lieu de provenance des pèlerins n’est pas indiqué. On ne peut que regretter que le livre se taise sur le logement, la nourriture ou le repos des pèlerins. Ce qui a poussé les pèlerins à entreprendre la route est très souvent le fait d’avoir entendu parler des miracles réalisés à Saint-Maximin. Pour une femme, dont parle Jean Gobi, la seule présence à un sermon louant un des miracles et le désir d’être guérie se sont montrés suffisants pour récupérer la vue (mir. 13, p. 92).

Ce miracle montre bien que les récits de miracles utilisés dans la prédication servaient à promouvoir le culte de sainte Marie-Madeleine. Il est important de souligner que « les églises de pèlerinage dépendaient au Moyen Âge des communautés monastiques ou canoniales »22. Les dominicains de Saint-Maximin étaient obligés de promouvoir le culte de sainte Marie-Madeleine, de garder ses reliques et d’enregistrer tous les miracles opérés par l’intermédiaire de cette sainte. Ce fut notamment le devoir de Jean Gobi l’Ancien dans Liber miraculorum beatae Marie Magdalene. Les pèlerins devaient raconter les miracles dont ils avaient été les bénéficiaires devant les frères prêcheurs : chaque pèlerin après avoir prié au sanctuaire « se montra ensuite à ses desservants » (mir. 22, p. 102). Les desservants du sanctuaire étaient aussi responsables de gérer la préservation des ex-voto et la réception des offrandes apportées par les pèlerins. 

Les ex-voto, objets témoignant d’un soulagement obtenu ou rappelant un péril évité, sont présents dans plusieurs sanctuaires et sont une façon de remercier la divinité23. Les ex-voto étaient en général faits d’une matière peu chère comme la cire ou certains métaux. Seuls les gens aisés pouvaient se permettre d’offrir des représentations du membre malade fabriquées en argent ou en or24. Déposer un ex-voto permettait d’entrer en contact avec un saint. À Saint-Maximin, les ex-voto n’étaient offerts qu’après l’accomplissement d’un miracle. C’était une façon de récompenser et remercier la sainte. L’ex-voto le plus fréquemment cité par Jean Gobi est la bougie qui devait brûler en permanence devant l’autel sur lequel reposait la châsse. Souvent, les suppliants promettaient d’offrir à la sainte un cierge aussi grand que leur taille. Le deuxième type le plus populaire au Moyen Âge et présent également au sanctuaire de Saint-Maximin était l’ex-voto figuratif représentant la partie du corps malade : un bras, une tête ou une jambe (mir. 50, p. 131). Il existait aussi des figurines symbolisant des objets associés à un autre type de miracle, par exemple une maison sauvée de l’incendie (mir. 80, p. 163) ou une barque sauvée de l’eau (mir. 81, p. 164). 

Les pèlerins déposaient aussi au sanctuaire des objets quotidiens utilisés avant la guérison, comme par exemple des béquilles. Les prisonniers laissaient leurs chaînes et leurs entraves. Le geste d’offrir ces objets visait également à rendre les miracles crédibles : ceux-ci devenaient les témoins de l’intervention miraculeuse25. À Saint-Maximin cela pouvait être la flèche apportée par un homme « avec laquelle il avait été blessé» (mir. 72, p. 153) ou le chariot sur lequel on avait amené la première fois un boiteux et « les bâtons avec lesquels il était venu la seconde fois » (mir. 41, p. 122). Les pèlerins faisaient aussi des offrandes en nature pour les besoins du sanctuaire ou des moines qui y servaient. Jean Gobi note l’exemple d’une femme qui « paierait là à ses desservants une hémine de blé, et cela tous les ans, tant qu’elle vivrait » (mir. 75, p. 157).

Une analyse plus détaillée des pèlerinages à Saint-Maximin et à Sainte-Baume au XIVesiècle aurait nécessité beaucoup plus de recherches et de lectures, mais à partir du recueil de Jean Gobi l’Ancien on peut avoir une idée de ce à quoi pouvaient ressembler ces pèlerinages. Ce recueil est intéressant car Jean Gobi l’Ancien, prieur à Saint-Maximin, était un témoin oculaire des pèlerinages et un auditeur attentif des pèlerins. Le but principal de ces pèlerinages était de rendre grâce pour un miracle ou demander un bienfait. Saint-Maximin qui possédait les reliques, notamment le bras de sainte Marie-Madeleine, était un lieu riche en miracles. Depuis lors, les pèlerinages en Provence à sainte Marie-Madeleine se sont multipliés, atteignant leur apogée au XVesiècle26. Aujourd’hui, Saint-Maximin-de-la-Sainte-Baume reste un centre de pèlerinage connu et populaire.


Image en en-tête : Marie-Madeleine et les pèlerins en Provence, miniature dans un livre de marées et de prières à l’usage des Dominicains, diocèse de Liège (Maastricht ?), 1505-1515, KB Bibliothèque nationale, De Haag, MS 74 G 36, f. 22v. Source : Medieval Illuminated Manuscripts.

Citer cet article : Magdalena Buszka, "Pèlerinages médiévaux aux reliques de sainte Marie-Madeleine dans Liber miraculorum beatae Marie Magdalene de Jean Gobi l’Ancien," dans Carnet parodien d'histoire de l'art et d'archéologie, 29/08/2020, https://carnetparay.hypotheses.org/1107.

Magdalena Buszka

Masterante en Philologie romane à l'Université Adam Mickiewicz Poznan, Pologne

More Posts

  1. La vie attribuée à Raban Maur De vita beatae Mariae Magdalenae (La vie de sainte Marie-Madeleine et de sainte Marthe). Voir Duchesne, Louis, « La légende de Sainte Marie-Madeleine », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, t. 5, n°17, 1893, p. 8. []
  2. Pinto-Mathieu, Élisabeth, Marie-Madeleine dans la littérature du Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 1997, p. 10. []
  3. Faillon, Étienne-Michel, Monuments inédits sur l’apostolat de sainte Marie-Madeleine en Provence, et sur les autres apôtres de cette contrée, saint Lazare, saint Maximin, sainte Marthe et les saintes Maries Jacobé et Salomé, par l’auteur de la dernière vie de M. Olier, Paris, J.- P. Migne, 1848, p. 818. []
  4. Ibid., p. 898. []
  5. Le pèlerinage royal est mentionné par exemple par Jean de Joinville dans La Vie de Saint Louis. On connaît également le récit d’un pèlerin allemand Hans von Waltheym. Cf. Jean de Joinville, Vie de Saint Louis, éd. Jacques Monfrin, Paris, Librairie générale française, 2002 (Lettres gothiques) ;  Hans von Waltheym, « Le pèlerinage de Hans von Waltheym en l’an 1474, 2 – Saint-Maximin », Revue Provence historique , t. 41 , 166 , 1991, http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/n/1991/Pages/PH-1991-41-166_08.aspx []
  6. Jean Gobi l’Ancien, Miracles de sainte Marie-Madeleine, éd. et trad. J. Sclafer, Paris, CNRS Éditions, 2014, p. 44. Toutes les citations suivantes sont faites selon cette édition. Les chiffres entre parenthèses indiquent le numéro du miracle et les pages de la présente édition []
  7. Paravicini, Werner, « Hans Von Waltheym, pèlerin et voyageur », Revue Provence historique, t. 41, 166, 1991, p. 455. http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/n/1991/Pages/PH-1991-41-166_02.aspx []
  8. Froeschlé-Chopard, Marie-Hélène, « Lieux de pèlerinage : lieux de rencontre des laïcs et des clercs », Revue Provence historique, t. 45, 182, 1995, p. 495http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/n/1995/Pages/PH-1995-45-182_02.aspx []
  9. Ibid., p. 496. []
  10. Saxer, Victor, Le Culte de Marie-Madeleine en Occident des origines à la fin du Moyen Age, Paris, Clavreuil, 1959, p. 240. []
  11. Goossens, Jean, « Types de pèlerinages au Moyen Âge », Roczniki humanistyczne, t. LIII , 2005, p. 208. https://ojs.tnkul.pl/index.php/rh/article/view/5083/4952?fbclid=IwAR2RU6pYRdMX41oOjdP-rk-uqRAWIxVakYo8l7bszgYRj75w3E1oYrIvY5I []
  12. Saxer, Victor, op.cit., p. 234. []
  13. Le crâne se trouvait à Aix-en-Provence et la mandibule à Saint-Jean de Latran à Rome. Voir Faillon,Étienne-Michel, op.cit., p. 794. []
  14. Gobi décrit le plus souvent les motifs comme : rhumatisme, poliomyélite, inflammation des yeux et attaque cérébrale []
  15. Sigal, Pierre-André, L’Homme et le miracle dans la France médiévale (XIe-XIIesiècle), Paris, Les Éditions du Cerf, 1985, p. 35. []
  16. Sigal, Pierre-André, « Reliques, pèlerinages et miracles dans l’Eglise médiévale (XIe-XIIIesiècle) », Revue d’histoire de l’Eglise de France, t. 79, n°197, 1990, p. 202. []
  17. Le motif de la vengeance divine apparaît aussi dans le miracle 39 (p. 117) et le miracle 49 (p. 130 []
  18. La grotte était située entre des rochers, dans une forêt sombre au milieu des montagnes. La route pour accéder à la grotte était difficile et pleine d’obstacles. Voir Froeschlé-Chopard, Marie-Hélène,  op.cit., p. 501. []
  19. Dupront, Alphonse, Du sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, Gallimard, 1985, p. 406. []
  20. Jean Gobi énumère des noms nobles comme le gouverneur du château des Ollières, le Sieur Esparron et Madame Agathe de Mévouillon. []
  21. Il n’y a qu’une mention de la durée du trajet dans le miracle 19 : un marin Jean a perdu la vue et « bien qu’il se trouvât alors à une distance de quarante journées de marche, et même davantage, de Saint-Maximin, il se mit donc en route sans retard avec une grande dévotion » (mir. 19, p. 99). []
  22. Sigal, Pierre-André, L’Homme et le miracle…op. cit.,p. 123. []
  23. Leclerq, Henri, « L’ex-voto » dans Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, réd. Leclerq Hénri et Cabrol Fernand, t. 5, Paris, Letouzey et Ané, 1907, col. 1037. []
  24. Sigal, Pierre-André, L’Homme et le miracle…op. cit.,p. 89. []
  25. Ibid., p. 102. []
  26. Voir Montagnes, Bernard, « Le pèlerinage provençal à Marie-Madeleine au XVesiècle », Revue des sciences philosophiques et théologiques, t. 85, 2001, p. 679-695. []

Une réflexion sur « Pèlerinages médiévaux aux reliques de sainte Marie-Madeleine dans Liber miraculorum beatae Marie Magdalene de Jean Gobi l’Ancien »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.