Pèlerinage et dévotion populaire en Berry du Sud au lendemain des Guerres de Religion : les miracles de Monsieur Saint-Coeur

Au mois de février 1116, à l’occasion d’une visite pastorale en Berry, le moine Robert d’Arbrissel, fondateur du monastère et de l’ordre de Fontevraud vint séjourner quelques temps à Bourges auprès de Léger, alors archevêque. C’est dans cette ville que, sentant ses forces décliner, Robert demanda à être conduit dans une maison de son ordre, pour mourir entouré de ses sœurs et frères. À quelques lieues au sud-ouest de la cité archiépiscopale existait un petit prieuré, fondé des années auparavant par Robert lui-même sur une terre du nom d’Orsan, offerte par la féodalité locale. C’est là que fut transporté le vieil homme à l’article de la mort, qui l’emporta le 24 de ce mois d’hiver.

Aussitôt, les religieux du petit monastère berrichon prirent les dispositions nécessaires au transport du corps de leur père fondateur pour qu’il soit inhumé sous les voûtes de Fontevraud. La dépouille de Robert fut embaumée avant son dernier voyage. Accompagné par Léger lui-même, le corps regagna la terre angevine avant d’être mis au tombeau près du maître-autel de la grande abbatiale. Selon une tradition rapportée par d’anciens auteurs[1], c’est pour honorer les dernières volontés du moine breton que le cœur de Robert d’Arbrissel fut soustrait du reste de la dépouille et fut placé sous un curieux petit ouvrage pyramidal élevé dans la chapelle priorale d’Orsan. Bientôt, au pied de ce reliquaire vinrent gésir, sous des dalles funéraires sans autres ornements que leurs épitaphes, le prélat Léger, qui avait choisi de reposer près du cœur de son vieil ami et Adalard Guillebaud, principal donateur de la terre d’Orsan. Rien ne distingua plus le petit établissement monastique des autres abbayes et prieurés ruraux fondés dans cette partie du Berry méridional jusqu’à ce jour de septembre 1668 lorsqu’arriva en vue du cloître un groupe d’ecclésiastiques chargés d’enquêter sur un ensemble d’actes de dévotions et de miracles autour de la relique conservée par les religieuses d’Orsan.

Détail du plan dit « Plan Barbier », Arch. Nat. NI. Cher 1, vers 1675

Nous ne nous attarderons pas sur la genèse de cette procédure d’investigation dont les conclusions sont conservées dans la série H des Archives départementales du Cher[2]. Nous nous contenterons de rappeler que l’initiative en revient à Jeanne-Baptiste de Bourbon, abbesse-chef générale de l’Ordre de Fontevraud. Désirant inscrire la date anniversaire de la mort du fondateur de son ordre dans le calendrier liturgique de l’abbaye, la révérende dame devait obtenir la canonisation du bienheureux Robert. Les témoignages de miracles et de ferveur populaire dûment recueillis par des observateurs impartiaux étaient indispensables pour engager la démarche de canonisation du moine médiéval.

Plus intéressante est la manière suivant laquelle les dépositions ont été collectées. L’annonce de la recherche de témoignages est faite par les curés des paroisses des environs d’Orsan, à l’occasion d’une messe. Les déclarants sont tous volontaires et jurent n’avoir subi aucune pression pour venir déposer, mais certains reconnaissent avoir été incités par un proche, une voisine ou le prêtre de leur village. Quelques religieuses encouragent des membres de leur famille à venir se confier. Chaque individu jure sur les évangiles s’être confessé récemment et ne jamais avoir été excommunié ni emprisonné. L’âge moyen des témoins est d’environ quarante ans[3], le plus jeune a vingt ans et l’aînée quatre-vingt-six. Plus des deux tiers d’entre eux sont des femmes. La lecture de leurs dépositions explique cette proportion : parmi elles, nombreuses sont les mères de famille ayant vécu des accouchements difficiles ou vu leurs enfants frappés par des affections infantiles mortifères. L’expression de leur reconnaissance envers la relique qui leur a apporté soulagement et guérison est perceptible dans l’évocation de leurs tourments. Si plusieurs sœurs fontevristes et curés des environs contribuent au recueil d’éléments utiles à la canonisation du Bienheureux Robert, la majorité des déclarants appartient à la société laïque locale et se compose de gens de la terre, laboureurs, potiers, tisserands et petits commerçants, rejoints par quelques notables. On relève ainsi le passage dans le petit prieuré berrichon d’un chirurgien apothicaire et de la veuve d’un docteur en médecine, venue d’un bourg voisin. Quelques membres de la petite noblesse rurale se manifestent également.

Les miracles

Au-delà de l’aspect anecdotique, et parfois plein de candeur naïve, de certains récits, c’est l’organisation de ce lieu de pèlerinage rural que fut le prieuré d’Orsan jusque sous l’Ancien Régime qui retient l’attention de l’historien. L’intérieur de la chapelle a été réaménagé en 1634. La pyramide mi-reliquaire mi-cénotaphe d’origine, jugée indécente par sa position par rapport au maître-autel, a été ouverte, démontée puis reconstituée à un emplacement plus propice aux dévotions. Le sobre petit édifice du XIIe siècle a été décoré selon les goûts du temps. Tableaux et  statues baroques l’ornent désormais. Le cœur de dom Robert a souffert des travaux. Des plâtras sont venus se mélanger accidentellement à la matière organique, réduite à l’état de poudre. Ce qui reste de la relique est partagé en deux portions distinctes, l’une, placée dans un cœur-reliquaire en argent, reste à demeure dans la chapelle, l’autre, déposée dans une simple enveloppe de papier, est conservée par la communauté et peut être appelée à circuler hors du couvent en cas de nécessité[4].

Reliquaire contenant un fragment du coeur de Robert d’Arbrissel, conservé à Orsan, puis à Fontevraud, et aujourd’hui propriété des religieuses bénédictines du monastère de Martigné-Briant (à Terranjou, Maine-et-Loire).

Les restes de Robert d’Arbrissel sont l’objet d’une profonde vénération populaire. Plusieurs déclarants en parlent comme de « Monsieur Saint-Cœur » et nul n’a jamais entendu proférer ni blasphème ni mépris à son égard. L’évocation de la sainteté de la relique embarrasse les enquêteurs. À une femme à qui on fait observer que Robert n’est pas canonisé, celle-ci répond qu’elle a lu un livre sur la vie des saints et y a trouvé Robert, ce qui lui a donné confiance. Elle fait don de chandelles comme dans les oblations que l’on offre aux saints. Une autre s’étonne de la remarque du prêtre berruyer, et lui répond qu’elle fait brûler des cierges ou chandelles sur l’autel d’Orsan comme on fait pour les saints dans les autres églises.

Ces offrandes luminaires sont attestées par la majorité des témoignages. On rapporte que les habitants des villages des alentours venaient souvent se mettre à genou devant la pyramide tenant des chandelles allumées et y déposaient de l’argent. Les religieuses ont tenté de convaincre les villageois de cesser ces offrandes mais ceux-ci persistent. Elles sont si liées au pèlerinage que lorsqu’on ne peut venir soi-même, on fait porter ses chandelles par d’autres visiteurs. Ces dévotions étaient réputées très anciennes, sans qu’il soit possible de trouver d’autres mentions de ces faits antérieures à la seconde moitié du XVIIe siècle.

Les racines de cette ferveur puisent leur vivacité dans la longue liste d’intercessions miraculeuses qui sont détaillées par les habitants d’Orsan et des localités voisines. À quelques exceptions près, les bienfaits produits par Monsieur Saint-Cœur concernent la santé de la population, tout particulièrement celle des enfants et des femmes parturientes. Comme souvent en Berry du Sud, les affections concernées sont en rapport avec les restes anatomiques ou le patronyme du saint invoqué[5]. Plusieurs miraculés, adultes comme enfants, détaillent leurs maux de cœur et vomissements associés ainsi que le soulagement ressenti à l’invocation du bienheureux Robert. Son pouvoir s’exerce aussi sur les saignements, les accouchements difficiles ou l’apoplexie[6]. Un médecin se souvient avoir tenté de soigner une religieuse du prieuré, en vain et d’avoir appelé le bienheureux à l’aide. Cette prière ayant été suivie de la guérison rapide de la patiente, le praticien reconnaît que ce rétablissement n’eut rien de naturel.

En marge de ces guérisons, certains se remémorent des faits étranges, tels ces bœufs tirant sans aucun conducteur pour les guider des tombereaux de pierres entre une carrière et le prieuré, et revenant de la même manière ou encore cette enveloppe contenant un peu de poudre du Saint-Cœur, qui, plongée dans un étang avec toute une lessive, en sort sans aucune trace d’humidité.

Les processions

Si, en 1668, le pèlerinage d’Orsan semble essentiellement fondé sur des actions de grâce individuelles de paroissiens s’étant voués à Robert d’Arbrissel dans des moments pénibles de leur existence, les déclarants les plus âgés évoquent une coutume révolue de bien plus grande ampleur.

Les lundis de Pentecôte, convergeaient vers le petit monastère berrichon de toutes les paroisses des alentours des processions de fidèles venus prier et déposer des offrandes sur l’autel du Saint-Cœur. De dix-huit à vingt cortèges parcouraient la campagne, conduits par leurs curés et portant croix et bannières, passant à gué petites rivières et gros ruisseaux et franchissant pour certains des reliefs assez marqués. Les quelques témoins de cette migration spirituelle ne se souviennent que des noms des villages les plus proches du sanctuaire – connaissaient-ils même les autres ? – mais leurs récits permettent d’évaluer que certains de ces pèlerins d’un jour pouvaient parcourir jusqu’à une quinzaine de kilomètres dans la journée[7], sans doute beaucoup plus pour les bourgs les plus distants.  Ces récits laissent entendre que les groupes de fidèles qui foulent les chemins du bocage berrichon sont composés de plus de femmes que d’hommes. Si les maris restent à la ferme ou au village en ce lundi de Pentecôte, c’est peut-être tout simplement parce que les foins ont commencé et qu’ils ne peuvent perdre le bénéfice d’une journée de travail dans les champs, mais peut-être aussi parce qu’ils se sentent moins concernés que leurs femmes ou leurs mères. L’exemple suivant est édifiant : la femme de quatre-vingt-six ans que nous évoquions plus haut raconte que, vers 1595, sa mère est venue à Orsan pour des maux d’estomac et de cœur qui duraient depuis longtemps nonobstant tous les remèdes imaginables. Revenue chez elle, elle se retrouva parfaitement guérie. Ensuite, elle vint tous les ans à la fête de Pentecôte faire son voyage et ses offrandes au Saint-Cœur. Cette habitante de la paroisse de Montgenoux[8] était accompagnée par une de ses filles à chaque pèlerinage. On note au passage que pour ces paysannes, la procession a une valeur spirituelle égale à celle des offrandes.

Tout s’arrête brutalement vers 1630. Selon le père Durivault, prêtre à Orsan, les processions ont été interdites à la suite du désordre scandaleux et sanglant arrivé à Ids un jour de Saint-Roch[9]. Un autre témoin est plus précis : « Des processions avaient lieu dans différentes églises jusqu’à un désordre étrange et scandaleux qui arriva à Ids le jour et fête de saint Roch à cause de la procession de Mareuil qui voulait avoir et tenir le premier rang des processions qui se trouvaient là pour aller conjointement après la messe à la Grande Croix »[10]. La paroisse d’Ids, aujourd’hui Ids-Saint-Roch, est à un peu moins de trois kilomètres au nord d’Orsan. Mareuil, commune du Cher devenue Mareuil-sur-Arnon, est distante d’une vingtaine de kilomètres du prieuré. Nous n’avons pas les détails de l’incident, mais les épithètes employées par les observateurs laissent imaginer une rixe entre villageois dont les conséquences furent telles que les autorités religieuses interdirent ces rassemblements cérémoniels si prisés par la population. Le culte du cœur de dom Robert s’interrompit comme tous les autres, laissant les fidèles orphelins d’une tradition chère à leurs propres cœurs. Le pèlerinage d’Orsan devint un acte de piété individuelle, sans jamais perdre son pouvoir thaumaturge.

Passée l’année 1669 et l’achèvement de l’audition des témoins des miracles de la relique du bienheureux Robert, nous ne trouvons plus aucune trace de dévotion autour du cénotaphe du moine breton. Les archives du prieuré ne concernent plus que des affaires courantes de gestion du temporel jusqu’à sa disparition en 1789. En 1711, le révérend père Boyer, alors en quête d’informations pour la rédaction de la Gallia Christiana, est reçu à Orsan par la prieure qui lui fait découvrir les bâtiments et plusieurs objets très anciens trouvés dans le sarcophage de l’archevêque Léger[11]. Ordinairement très attentif aux curiosités que recèlent les édifices religieux qu’il visite, le savant bénédictin ne mentionne pas le pèlerinage populaire, soit que celui-ci n’ait pas mérité son attention, soit que la prieure ait négligé d’en parler. On ne peut non plus écarter l’hypothèse d’un progrès de la médecine plus habile à soigner des maux restés jusqu’alors sans remèdes. On constate dans les témoignages recueillis sur place qu’en plusieurs circonstances, des personnes en souffrance se sont d’abord adressées à un médecin et ont pris des médicaments fournis par l’apothicaire local, et ne se sont vouées au Saint-Cœur qu’en désespoir de cause quand les soins demeuraient sans effet. La médecine savante a certainement supplanté la foi en des guérisons d’essence divine au cours du XVIIIe siècle.

Un pèlerinage de voisinage

Une fois le dossier refermé, l’historien a face à lui plus de questions que de réponses. Si les pratiques cultuelles sont bien décrites et les miracles soigneusement rapportés, la lecture du phénomène dans son ensemble reste superficielle. Il convient d’en mesurer la portée, la nature et l’origine.

On aura vite compris que le pèlerinage d’Orsan se distingue de ces mouvements séculaires qui ont drainé des foules vers des sanctuaires connus de toute la Chrétienté. L’enquête menée par l’archevêché de Bourges est en soi un indice. Si la Supérieure de Fontevraud et l’archiépiscopat berruyer s’intéressent au culte rendu au cœur de Robert d’Arbrissel par la population locale, c’est que les autorités religieuses manquent d’informations pour évaluer l’importance du phénomène. Il est aussi possible, comme nous le verrons plus loin, que ces actes de piété soient assez récents, ce qui expliquerait qu’ils soient ignorés par les cadres de l’Église.

La zone sur laquelle s’est étendue la réputation du sanctuaire est difficile à cerner. Presque tous les déclarants sont voisins, ou presque, du prieuré. Un seul témoin est originaire d’Issoudun[12], à une quarantaine de kilomètres d’Orsan, et un médecin de la ville voisine se rappelle avoir vu une voiture conduisant un homme et sa fille, des inconnus, venus visiter le reliquaire. Si on peut admettre que d’éventuels miraculés ont ignoré la conduite de l’enquête ou ont manqué de temps ou de moyens pour faire le déplacement, le phénomène semble être resté restreint à un périmètre micro-régional. On doit aussi prendre en compte la présence, en Berry du Sud, d’autres reliques miraculeuses vénérées à la même époque. Un fragment du Saint-Sépulcre et des gouttes de sang du Christ à Neuvy-Saint-Sépulchre[13], une épine de la couronne du Christ et du lait de la Vierge dans la petite église d’Orval[14], en vallée du Cher et, sur l’autre rive de la rivière, dans l’église des Carmes de Saint-Amand-Montrond[15], une statue de Notre-Dame de Recouvrance qui assure guérison et protection des fidèles. Des étrangers séjournent sur place, en particulier à l’hôtel de l’Image[16], en référence à la statue miraculeuse[17]. Certains registres paroissiaux gardent le souvenir de reliques commandées à Rome par un châtelain local, ou propriété d’un curé qui les emporte avec lui lorsqu’il change de paroisse. Le cœur du bienheureux Robert n’est pas le seul médiateur sacré intercédant entre Dieu et ses fidèles en cette partie du Berry et du Bourbonnais, ce qui relativise son influence et sa popularité.

Des origines incertaines

La question des origines historiques du pèlerinage d’Orsan reste posée et les sources sont peu prolixes sur l’ancienneté des miracles attribués à Robert d’Arbrissel. Quand la notoriété de la relique du père fondateur du prieuré a t-elle échappé aux limites de l’espace spirituel du cloître pour attirer des pèlerins vers le monastère ? Les seules mentions de miracles qui nous soient rapportées en dehors de l’enquête de 1668-1669 sont récentes et leur auteur, un religieux de Fontevraud, compare des manifestations surnaturelles communes à l’abbaye royale et à son prieuré berrichon[18]. Nulle source externe à la collectivité fontevriste ne semble attentive aux bienfaits de la relique. Ce mutisme de l’Histoire régionale doit être considéré avec prudence dans une région pauvre en sources descriptives et narratives mais il est permis de supposer que si le cœur de Robert avait attiré des pèlerins depuis des générations dans cette partie du Berry éloignée des villes principales, des structures hospitalières, hôtels-Dieu ou maladreries, auraient du voir le jour en dehors de la petite infirmerie tenue par les femmes d’Orsan. Jean de Berry, connu pour avoir collectionné des reliques majeures dont on a une idée assez précise grâce aux inventaires dressés après son décès[19], ne possédait aucun reste du bienheureux Robert, pourtant décédé dans ce qui allait devenir plus tard son duché.

La ferveur de la population locale à honorer les restes humains contenus dans le reliquaire de la chapelle fontevriste prend peut-être naissance lors d’un évènement dramatique qui endeuille une partie du Berry et du Bourbonnais en 1569. Venue du Sancerrois en direction du Sud-Ouest, une armée de huguenots avec à sa tête le duc de Zweïbrucken, mieux connu sous le titre de duc des Deux-Ponts, ravage tout ce qui se trouve sur son passage. Négligeant les châteaux et les villes protégés par leurs murailles, les reitres du duc s’acharnent sur les campagnes sans défense, incendiant les églises comme les monastères, ruinant les moulins et les hameaux. Cette stratégie de la terre brûlée traumatise les survivants. Un moine de l’abbaye cistercienne de Noirlac[20], elle-même victime de graves déprédations, estime que cet évènement, pourtant bref, a été plus destructeur que l’ensemble de la guerre de Cent ans pour le temporel de son monastère[21].

Quelle que soit l’étendue des dommages subis par le prieuré fontevriste lors du passage des protestants – la violence de l’évènement a pu faire perdre aux victimes une part de leur objectivité[22] – c’est dans un lieu pillé, profané et partiellement incendié que reviennent habiter les religieuses une fois la place désertée par les soldats en maraude. C’est aussi là, au cours de la dévastation, que se seraient produits les premiers miracles rapportés par la prieure de l’époque et, ce qui est plus intéressant, par un laboureur présent au moment des faits[23]. Une autre coïncidence troublante : la bande de soldats qui se détache du gros de l’armée du duc des Deux-Ponts pour venir saccager Orsan arrive devant les portes du monastère le lundi de Pentecôte 1569.

Tout en gardant la prudence que requiert l’analyse d’une situation non documentée avant l’évènement initial que semble avoir été cette série de violences subies par la communauté fontevriste et, à une plus large échelle, les paroisses proches du monastère, il se peut qu’il ait existé un lien direct entre le traumatisme subi par cette partie du Berry du Sud et les actes de piété décrits plus tard autour de la relique de Dom Robert. La population rurale, victime et témoin d’exactions, sans secours extérieur à espérer, a eu besoin de panser de profondes plaies morales. Le Saint-Cœur, qui a partagé les mêmes épreuves qu’elle et qui en est sorti victorieux – un huguenot frappé de paralysie après avoir tenté d’attenter à son intégrité guérit en se faisant catholique et déserte l’armée ducale – est peut-être devenu le thaumaturge indispensable à ces petites gens pour atteindre la résilience nécessaire à la reprise d’une existence normale. Le pèlerinage de Pentecôte, sous son aspect cérémoniel, aurait pu permettre au peuple assemblé de rendre grâce à Robert pour ses bienfaits tout en conjurant de nouvelles désolations.


[1]Deshoulières, F. «  Le prieuré d’Orsan en Berri »,Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre,  XXV, 1902, p. 51-137

[2]A.D. Cher 41 H 4

[3]Sur ce point, rares sont les personnes capables d’avouer leur âge précis. On s’exprime en chiffres ronds et on précise « ou environ »

[4]Un laboureur de 40 ans, demeurant à une demi-douzaine de kilomètres du prieuré, dont la femme est « en mal d’enfant », vient demander des reliques auxreligieuses, qui les lui donnent. L’homme les apporte à sa femme, qui accouche peu après (A. D. Cher 41 H 4).

[5]Saint Genou est invoqué pour les problèmes d’articulations, Saint Vit pour l’infertilité des couples, Saint Aignan, grâce à la liaison, est souverain contre la teigne.

[6]Un prêtre, rescapé d’une crise sévère, vient dans la chapelle du prieuré déposer sa ceinture de taffetas et décide de ne plus porter, désormais, qu’une simple corde à l’image des Fontevristes.

[7]Il s’agit là d’une distance calculée à partir des noms des sept paroisses citées :  Montgenoux, Touchay, Ids-Saint-Roch, Puyferrand, Rezay, Maisonnais et Saint-Pierre-les-Bois.

[8]Cette paroisse de l’actuel département du Cher a disparu. Son église, encore visible sur un plan de 1675, n’existe plus.

[9]A. D. Cher 41 H 4

[10]ibid.

[11]Vernière A.Journal de voyage de dom Jacques Boyer, Religieux Bénédictin de la Congrégation de Saint-Maur,Clermont-Ferrand 1886, p. 84-86

[12]Chef-lieu d’arrondissement, département de l’Indre

[13]Commune, arrondissement de La Châtre, département de l’Indre

[14]Commune, arrondissement de Saint-Amand-Montrond, département du Cher

[15]Chef-lieu d’arrondissement, département du Cher

[16]Le terme « image » désigne, sous l’Ancien régime, une statue religieuse dans le parler populaire du Berry du Sud et du Bourbonnais.

[17]Information recueillie auprès d’Émile Hugoniot, ancien conservateur du musée Saint-Vic de Saint-Amand-Montrond.

[18]Picard, L.-A. , Légendes et miracles de Fontevraud, Saumur, Société des Lettres, Sciences et Arts du Saumurois, 1913, 227 p.

[19]Guiffrey J. , Inventaires de Jean duc de Berry (1401-1416). Paris, éditions Ernest Leroux, 1896 tome 1, pages 54 à 56, tome 2, pages 113 à 115

[20]Commune de Bruère-Allichamps, département du Cher

[21]A.D. Cher 8 H 5 n°19

[22]Un procès-verbal de l’évènement est établi en 1570 (A. D. Cher 41 H 7). Son contenu s’appuie sur les témoignages des religieuses confirmés par quelques personnalités de la société civile locale.

[23]Blaise Allegret, laboureur du bourg d’Orsan, était enfant quand le pillage eut lieu. Il raconte beaucoup plus tard à son fils avoir vu des statues de bois ressortir intactes du feu dans lequel elles avaient été jetées et un protestant, tentant de briser la pyramide-reliquaire avec une pièce de bois, être frappé de paralysie. Des souvenirs similaires étaient entretenus parmi la communauté des religieuses à la fin du XVIIe siècle (A. D. Cher 41 H 4).


Image en en-tête de l’article : Vestiges du prieuré d’Orsan (cliché : Olivier Trotignon).

Citer cet article : Olivier Trotignon, "Pèlerinage et dévotion populaire en Berry du Sud au lendemain des Guerres de Religion : les miracles de Monsieur Saint-Coeur," dans Carnet parodien d'histoire de l'art et d'archéologie, 15/08/2020, https://carnetparay.hypotheses.org/1088.

Olivier Trotignon

Historien médiéviste, conférencier, chercheur en anthroponymie médiévale, rédacteur du blog Berry médiéval depuis 2008

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.