Reliques et pèlerinages des Saintes-Maries-de-la-Mer

L’église des Saintes-Maries-de-la-Mer, lieu de sépulture de Marie Jacobé et Marie Salomé, leurs reliques et les pèlerinages qui s’y déroulaient à l’occasion de trois solennités annuelles sont documentés, pour les périodes médiévale et moderne, par une importante collection de textes et d’archives originales, répartie entre les archives diocésaines d’Aix-en-Provence1, les archives départementales des Bouches-du-Rhône2, les archives communales3 et la médiathèque d’Arles4. Son étude permet d’observer le processus rigoureux d’authentification de reliques au XVe siècle et le fonctionnement des solennités à la fin de l’Ancien Régime.

La légende des saintes Marie Jacobé et Marie Salomé

L’histoire de Marie Jacobé et Marie Salomé a été rattachée à la légende du débarquement à l’embouchure du Rhône (Fig. 1), des saints évangélisateurs de la Provence dont Marie-Madeleine, Marthe, Lazare, Maximin, relatée par le pseudo Raban Maur au XIIe siècle et reprise en particulier par Jacques de Voragine au XIIIe siècle, où elles ne sont cependant pas mentionnées. Ce dernier les évoque toutefois, dans le chapitre sur la nativité de la Vierge, comme filles de sainte Anne, demi-sœurs de la Vierge, issues l’une de son remariage avec Cléophé et l’autre de sa troisième union avec Salomas. Marie Cléophée dite Marie Jacobé était mère de Jacques le Mineur, Joseph le Juste, Simon et Jude Thaddée et Marie Salomé mère de Jacques le Majeur et de Jean l’Evangéliste. Leur inhumation, auprès d’un autel et d’un oratoire bâtis par les disciples, à proximité d’une source miraculeuse où elles auraient résidé jusqu’à leur décès, est mentionnée vers la fin du XIIe ou le début du XIIIe siècles par Gervais de Tilbury, maréchal de la cour impériale au royaume d’Arles5 et au XIIIe siècle par Guillaume Durand évêque de Mende6. L’évêque d’Arles en 1356, souligne « la beauté de cette église, ornée de reliques de nombreux saints et réputée pour son ancienneté »7.

Fig. 1 : La barque des saintes. Bas-relief du XVIIe s.

L’église Notre-Dame-de-la-Mer

Identifiée sous l’appellation de « Notre-Dame-de-Ratis » au VIe siècle, dans le testament de l’évêque Césaire d’Arles, l’église y est léguée au couvent qu’il avait fondé dans l’ancienne cathédrale8. En 1078, elle passe de l’administration par le chapitre métropolitain à l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre de Montmajour9 qui y établit un prieuré qui perdure jusqu’à la Révolution. Datée de la seconde moitié du XIIe siècle, l’église actuelle est un édifice à nef unique, voûtée en berceau légèrement brisé, subdivisée en cinq travées par des arcs à double rouleau, se prolongeant par une travée de chœur et une abside animée par sept arcatures supportées par huit colonnettes à chapiteaux historiés. Réalisé aux XIVe et XVe siècles, un crénelage sur mâchicoulis (Fig. 2) confère un caractère nettement défensif à l’édifice10

Fig. 2 : Eglise des Saintes-Maries-de-la-Mer. Chevet et chapelle haute.

L’organisation interne se singularisait au Moyen-Age, par la présence, entre le chœur et la nef, de « la chapelle des saintes », de plan rectangulaire, constituée sur trois côtés de murs de pierres de taille, fermée du côté ouest par une grille de fer et pourvue d’un autel remployant un bloc de marbre antique. L’accès au chœur se faisait en longeant le côté sud de la chapelle. Dans son manuscrit intitulé La légende des saintes Marie Jacobi et Marie Saloméde 1521, le vicaire perpétuel Vincent Philippon11 explique qu’au cours d’une partie de chasse dans ce territoire, désert, sauvage et couvert de grandes forêts, un comte de Provence, isolé après une chute de cheval, découvrit un petit oratoire, entouré de buissons et de ronces, où résidait un pauvre ermite, gardien des reliques. Commandant la construction de l’église, le comte « ne voulcist jamais que l’on toucha au petit oratoire mais le fist laisser tout antier dedans la présente église ». Cette explication rejoint l’assertion de Gervais de Tilbury considérant l’édifice comme étant la « première des églises du continent qui ait été fondée en l’honneur de Marie ». 

Les reliques des saintes Marie Jacobé et Marie Salomé

Le procès-verbal de l’élévation des reliques en 144812 a été conservé dans l’église jusqu’à son transfert en 2015 aux Archives Départementales (Fig. 3). Un exemplaire est mentionné lors de la visite pastorale de 171913 dans la Châsse des reliques, servant d’authentique. Apprenant l’existence du site, René d’Anjou comte de Provence de 1434 à 1480, obtient du pape Nicolas V (1447 – 1455) l’autorisation d’effectuer des recherches. Robert Damiani archevêque d’Aix se rend sur place, en juillet 1448, pour s’informer sur le culte des saintes auprès de la population et ordonne à Jean d’Arlatan, chevalier arlésien et chambellan du comte, de conduire des fouilles qui sont réalisées au mois d’août et permettent l’exhumation de deux tombes. Les témoignages de Jean d’Arlatan et de quatre des fouilleurs : maître Jean Sondelin, notaire apostolique et syndic, Pons Philipot menuisier, Guillerme Besselin et Monet Robert pêcheurs sont consignés, apportant des précisions sur les découvertes.

Fig. 3 : Première page du procès-verbal d’élévation des reliques.

L’exploration a débuté par l’intérieur de la chapelle, où l’on croyait trouver les sépultures, l’excavation n’a révélé qu’une résurgence d’eau douce alimentant le puits mentionné dans la légende et dont on guérissait les personnes atteintes de fièvres ou mordues par des chiens enragés. Elle a été poursuivie sur le côté extérieur sud, en direction du chœur permettant la mise au jour d’un crâne isolé, enveloppé dans du plomb. Les principales découvertes sont effectuées dans le chœur. Les ouvriers traversent l’extrados d’une structure voûtée : « petite grotte ronde souterraine assez mal construite en pierres » attenante à la chapelle, et ils observent une porte entre ces deux espaces, qui avait été condamnée par une maçonnerie. A l’intérieur de cette « vieille crypte » ont été recueillis des écuelles et des tessons de céramique rouge, ainsi qu’une grande quantité de cendres et de charbons de bois. Une de ces écuelles, sertie dans de l’argent, est mentionnée dans les inventaires postérieurs. A l’est, la maçonnerie était bordée par un massif de terre « tassée » que les fouilleurs distinguent bien des autres couches et au milieu duquel se dressait un petit pilier en pierre supportant une plaque de marbre, assimilée à une table d’autel mais qui fut malencontreusement brisée. Plus à l’est et à 1 m de profondeur, un premier squelette est découvert du côté nord, disposé en décubitus dorsal, les mains croisées sur la poitrine, les pieds tournés vers l’est, sous le grand autel. Informé, le roi René commande la poursuite des recherches et une deuxième sépulture, bordée de lauzes, renfermant un squelette dans la même position est découverte environ 1 m plus au sud. Il a été nécessaire d’étayer le maître-autel risquant de s’effondrer et le creusement est interrompu dans le chœur. Les recherches se poursuivent sur le côté nord de la chapelle et trois crânes isolés, attribués à des sujets immatures14, y sont exhumés. Les crânes sont extraits et enfermés dans une caisse conservée dans la sacristie et les squelettes sont recouverts d’un châssis de bois et de tissus de soie. L’absence d’inhumations ad sanctosest justifiée par le respect particulier accordé au lieu. Député pour conclure l’enquête, Nicolas de Brancas évêque de Marseille quitte Avignon pour se rendre à Arles le 14 novembre, où désirant savoir ce qui est écrit et tout ce qui est « cru, tenu et réputé vrai » sur cette dévotion, il attend le retour du chevalier d’Arlatan pour recevoir Jean d’Albalet, prévôt du chapitre cathédral qui présente un livret de l’église d’Arles dont lecture était faite chaque année, lors des fêtes, le 25 mai pour Marie Jacobé et le 22 octobre pour Marie Salomé, dans les paroisses du diocèse et d’autres provinces, ainsi que les textes de Gervais de Tilbury et de Guillaume Durand. L’évêque entend neuf témoins, « personnes connues et distinguées, clercs et laïcs, parmi les plus anciens citoyens de la ville », qui se sont plusieurs fois rendus en pèlerinage et ont assisté aux solennités à Notre-Dame-de-la-mer. Le 19, l’évêque se rend aux Saintes-Maries, où il visite les fouilles qu’il décrit et recueille les témoignages des fouilleurs. Le 23 novembre, il est de retour à Avignon pour l’assemblée réunie par Pierre de Foix, cardinal, légat du pape où les résultats de l’enquête sont présentés et la demande d’élévation est formulée par le roi René. Le 2 décembre, aux Saintes-Maries-de-la-mer, après délibération d’une assemblée regroupant un archevêque, douze évêques, quatre abbés, sept dignitaires et trois protonotaires du saint Siège, Pierre de Foix rend la sentence autorisant l’élévation des reliques. La cérémonie se déroule le lendemain en présence des ecclésiastiques précédemment cités, du comte, de la comtesse, de nombreuses personnes de la noblesse et d’une foule considérable. Extraits de leurs sépultures par le cardinal, les ossements sont lavés avec du vin blanc par les évêques de Marseille et de Couserans avant d’être déposés sur un mélange d’encens, dans un coffret à double compartiment, en bois de cyprès, tapissé à l’intérieur et à l’extérieur, de soie brochée d’or et d’argent, préalablement béni. Les reliques sont ressorties l’après-midi pour être exposées au public sur le parvis. Le 4 décembre, les crânes isolés, attribués à Jacques le Mineur et à de Saints-Innocents, sont placés dans une châsse de noyer consacrée par l’évêque de Glandevès et déposée temporairement dans la sacristie. Le reliquaire des saintes est fermé par quatre clefs, deux confiées au prieur claustral de Montmajour et les deux autres au comte, avec serment de ne les prêter à personne, sans autorisation papale ou épiscopale, sous peine d’excommunication. Le cardinal ordonne qu’il sera conservé dans la chapelle Saint-Michel située au-dessus du chœur que le Roi René avait fait « merveilleusement aménagée » et qu’il sera élevé, ce qui fut fait solennellement en présence du comte, des prélats et autres personnalités. L’aménagement dont il est question, correspond certainement à l’ouverture d’une baie au-dessus de l’arc triomphal (Fig. 4) permettant l’élévation du reliquaire par une poulie, action que sera intégrée au cérémonial des jours de fêtes avec la descente de la châsse dans le chœur, la veille et sa remontée, le lendemain. 

Fig. 4 : Baie de l’arc triomphal.

Le roi René a fait don de reliques des saintes Maries à la cathédrale d’Evreux dès 144915. En 1686, à l’occasion de l’ostentation des reliques, Jean-Baptiste Adhémar de Monteils de Grignan, archevêque de Claudiopolis et coadjuteur de François Adhémar de Monteils de Grignan archevêque d’Arles, prélève une vertèbre de Marie Jacobé et un fragment de clavicule de Marie Salomé dont il fait don à la collégiale de Grignan16. Un inventaire des ossements est dressé en 1719, lors de la visite de Jacques de Forbin Janson, archevêque d’Arles par Honoré Paris, son chirurgien particulier, les squelettes sont loin d’être complets et de nombreux os manquent17. Le 22 octobre 1793, prévoyant un avenir des plus sombres, le curé Abril profite de la présence de la châsse dans le chœur pour en extraire un maximum d’ossements qu’il enterre dans le bûcher d’Antoine Molinier, son complice, qui pourra ainsi les restituer en 179718. De fait, la châsse a été détruite et brûlée le 5 mars 1794 par un groupe de révolutionnaires, des ossements ont cependant pu être récupérés et conservés jusqu’en 1797, par certains habitants19

Outre un ornement complet – chasuble, dalmatiques, étoles, manipules et devant d’autel, du même tissu précieux que celui garnissant la châsse, le roi René a offert un grand calice de vermeil, sa patène et deux grands bassins d’argent qui ont été utilisés peu de temps après, pour la confection de deux bras-reliquaires, enfermant des ossements de chacune des saintes20. Le cardinal de Foix fait don de deux bassins d’argent marqués de ses armes. Ces pièces d’orfèvrerie sont mentionnées dans plusieurs inventaires dont celui de la saisie de 179321. Le reliquaire des saints Bras y est précisément décrit : « 2 bras en argent supportés par 2 formes d’anges pareillement en argent et le tout ensuite plaqué sur une plaque en argent de plus de 1 pan de largeur pour environ 3 pans longueur d’une épaisseur assez considérable »22. En 1797, un des saints Bras est retrouvé à Arles, par le citoyen Marteau officier de santé, dans un tiroir du bureau dévolu précédemment à Lardeyrol, administrateur du district, ayant procédé à la saisie23 et a pu être restitué à l’église des Saintes. 

Dans « Légende des saintes… » rédigée en 1520, soit 70 ans après l’invention des reliques, le vicaire perpétuel Vincent Philippon signale la présence des reliques de Sara, servante des saintes Maries, dont il attribue la découverte à la campagne de fouilles de 1448, à moins d’un mètre au pied des tombes mises au jour. L’emplacement signalé n’avait cependant pas été excavé à cause du risque d’effondrement du maître-autel, par contre la construction de la crypte actuelle, attribuée au roi René, a été réalisée à l’emplacement du secteur creusé et de la chapelle démolie et c’est éventuellement à l’occasion de ces travaux que le squelette aurait pu être découvert. Ses reliques ont été placées dans l’autel de cette crypte, avec les débris de la plaque de marbre fragmentée et étaient visibles par une grille. Appelé « chapelle basse », ce lieu était fréquemment inondé et inaccessible, sauf pendant la période de Noël, où l’on y célébrait des messes et présentait la crèche. Au moment de la Révolution, l’autel dont la table était en bronze a été détruit, mais les ossements ont été récupérés dans les décombres par deux paroissiennes et restitués en 179724.

Pèlerinages à l’époque médiévale

Matérialisés par la découverte d’enseignes de pèlerinage datées de la première moitié du XIVe siècle, à Avignon, à l’abbaye de Silvacane et jusqu’à Toulouse25, les pèlerinages à Notre-Dame-de-la-mer sont attestés par un acte notarial rédigé pour Pierre Vital de Limoux, venu en pénitence imposée par deux cardinaux en 134326 et par les ordonnances de visite pastorale de l’archevêque Etienne de la Garde en 135627 : le prieur se plaint du fait que certains habitants cherchent à influencer les « dévots pèlerins venant de nombreux endroits vers cette église renommée » afin que leurs dons soient utilisés pour le service du luminaire, au détriment du curé. L’archevêque statue « que les offrandes soient remises au service de l’église, si l’offrant le désire, qu’il en soit fait ainsi. Cependant que personne ne s’avise d’inciter les offrants à donner pour une destination autre que celle qui a été décidée ». Ce document mentionne « le bâtiment où sont hébergés les pèlerins » associé à la maison claustrale.Vers le milieu du XIVe siècle, dans son ouvrage Histoire des trois Maries, Jean Fillon dit de Venette relate le pèlerinage accompli par Pierre de Nantes, évêque de Saint-Pol de Léon, en remerciement d’une guérison miraculeuse28. Dans cet ouvrage, dont plusieurs copies sont conservées et qui a fait l’objet d’une impression en 1519, les saintes sont érigées en modèle de veuves qui, au terme de leur vie, se consacrent aux œuvres de charité, à une époque où les ordres hospitaliers commencent à accueillir les veuves, en contrepartie de leur implication dans l’assistance aux déshérités et nécessiteux. Les neuf témoins arlésiens auditionnés par l’évêque de Marseille en 144829 rapportent tous être déjà allés en pèlerinage aux Saintes-Maries et avoir participé une ou plusieurs fois aux solennités et certains expliquent avoir suivi les processions derrière les « images des saintes ». Ils évoquent l’afflux considérable de pèlerins, venus de contrées lointaines et l’un d’eux, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, signale y avoir accompagné « d’éminents personnages ». 

Au cours de son voyage, en 1474 – 1475, dont le but principal était la Sainte-Baume, le pèlerin allemand Hans von Waltheym a l’occasion de se rendre aux Saintes-Maries-de-la-mer30 où il signale les reliques de Sara et obtient de la terre provenant des fouilles, remise par les deux moines chapelains. Il évoque les difficultés de l’accès et le danger particulier des « catalans qui prennent les gens, les enchaînent sur des bateaux où ils doivent ensuite ramer et rester prisonniers à vie »31 et fait le chemin de retour vers Arles en compagnie d’un prêtre en transit, rencontré par hasard et dont la connaissance du pays facilite le parcours.

La confrérie des saintes Maries

La création de la confrérie des saintes Maries, le 28 septembre 1315, est attestée par un document de 167932 recopiant le quatrième article des statuts, à partir d’une copie inscrite dans un registre qualifié de « gros livre » et mentionné dans l’inventaire des archives de 1723 : « le gros livre de la confrérie fait en l’année 1623 contient les statuts à la fin »33

En tant qu’institution, la confrérie n’apparait pas dans les documents antérieurs au dernier tiers du XVIIe siècle. Les ordonnances de visites de 1356 s’adressent au prieur et à l’ensemble des habitants mais l’archevêque désigne deux laïcs, qui en collaboration avec le vicaire perpétuel, doivent « contrôler les comptes et les dépenses faits par ceux qui ont encaissé les revenus pour l’œuvre de l’église et si un reliquat subsiste, une fois les comptes rendus, il sera destiné aux réparations pour lesquelles un ouvrier de ladite église a été retenu »34. A peine un mois et demi après l’invention des reliques, le 17 janvier 1449, l’évêque de Marseille intervient pour régler les différends concernant les dons des pèlerins qui opposaient le prieur aux syndics de la ville et aux ouvriers de l’église et décrète que les offrandes seront réparties à raison de 1/3 au prieur et 2/3 aux ouvriers et seront destinées au luminaire et aménagements de l’église. Il prévoit l’organisation des solennités précisant que « quatre ouvriers, choisis parmi les hommes de la ville connus pour leur grande dévotion et pourvus chacun d’une torche », accompagneront les prêtres35. En citant ces documents, au milieu du XVIIIe siècle, le rédacteur d’une lettre adressée à l’archevêque traduit le terme « operariis » par « ouvriers » ou « marguilliers ». Il précise que la répartition des dons ayant été scrupuleusement observée, les syndics « marguilliers nés de l’église » et la communauté commirent aux prieurs de la confrérie « le soin de la chapelle haute, de la Châsse et des reliques des saintes Maries, de la décoration et illumination de l’église lors des fêtes »36. La répartition des rôles des laïcs semble s’être établie progressivement entre le second consul, représentant la communauté, et la confrérie qui prend en charge le cierge pascal à la fin du XVIIe siècle et les illuminations lors du carnaval au siècle suivant.

L’organisation de la confrérie est révélée grâce à un « cahier des chapitres et délibérations » (Fig. 5) concernant la période de 1691 à 170337 et par huit fragments de cahiers, chacun de plusieurs folios et concernant certaines années entre 1707 et 175638. Les assemblées ou « chapitres » des confrères sont convoquées le dimanche « au son de la cloche » et se déroulent en présence du curé, sous la présidence du juge royal et viguier de la ville. Cependant pour la période documentée, le poste n’étant pas systématiquement pourvu, ce sont des avocats qui en remplissent la fonction. Le prieur, le sous-prieur et quatre « conseillers » ou « porte-brandons » sont élus pour une année, après que chaque confère ait porté sa « voix » ou son « suffrage » au président. Les confrères pouvaient être assemblés pour « traiter et résoudre des affaires de la confrérie » afin de donner pouvoir aux prieurs de faire des travaux ou des achats, de vendre ou de louer des biens de la confrérie mais également de prendre avis des avocats et d’agir en justice. 

Fig. 5 : Premier chapitre du cahier des délibérations de la confrérie, 1691.

Les prieurs assurent la conduite financière jusqu’en 1729, époque à partir de laquelle un trésorier gagé en est chargé. Bien que n’ayant pas fait l’objet d’une conservation totale de toutes les pièces, la documentation relative à la comptabilité de la confrérie, bilans comptables annuels et pièces justificatives, couvre la période comprise entre 1683 et 179139. Dans une conjoncture économique locale fortement dégradée par des nombreuses années humides et froides et de violentes perturbations de l’hydrographie, entrainant un déclin démographique40, la gestion des finances de la confrérie paraît bien difficile avec de fréquents retards de rendu des comptes et de remises de reliquats, voire de règlements de factures. En 1691, dans le « cahier des chapitres », une semaine après leur élection, les prieurs font état d’absence de comptes et de versements depuis 1683 et qu’ « aucune réparation à la chapelle » n’a été faite, que celle-ci et les « ornements sont en désordre, estant nécessaire d’y faire de réparation. Ce qu’ils ne peuvent faire, pour n’avoir denier en main »41. Une plus grande attention à l’administration est portée à partir de cette époque, ce qui n’empêche pas les retards de règlements de reliquats pouvant atteindre jusqu’à 50 ans. 

La confrérie bénéficie de ressources propres provenant des cotisations et des « fins » des confrères et consœurs locaux et « étrangers » adhérents, de pensions obituaires dont les rentrées sont cependant aléatoires du fait de l’insolvabilité des héritiers, du produit de deux troncs et de quêtes lors des fêtes, d’un droit sur les fours à pain affermé annuellement, de la vente aux pèlerins de « chandellettes » mais également de chaines en argent, bracelets et colliers, que les dévots portaient en signe de vœu et offraient par la suite à la confrérie qui les revendait à des bijoutiers, ainsi que de la vente aux droguistes fournisseurs de cierges, des « mouchailles », résidus de cire . Une nette évolution positive des recettes apparait au cours du XVIIIe siècle, passant de sommes comprises entre 300 et 750 livres, suivant les années, entre 1683 et 1752 pour atteindre des recettes de 845 à 2680 livres entre 1753 et 1791, avec cependant une année peu productive en 1786, limitée à 528 livres, les revenus ayant été saisis par un créancier. Cette évolution peut s’expliquer par la parution d’un ouvrage imprimé à Paris en 1750 : L’Histoire de sainte Marie Jacobé et de sainte Marie Salomé42, publié anonymement par l’ancien vicaire perpétuel, devenu prêtre à Saint-Sulpice et dont la confrérie vend des exemplaires offerts par l’auteur, ainsi que des gravures : l’une figurant les saintes dans leur barque, imprimée à Avignon, et l’autre représentant l’autel de la chapelle des saintes, éditée à Paris.

Ces ressources permettent à la confrérie d’assumer les dépenses récurrentes dont elle a la charge : huile pour la lampe suspendue devant la baie de l’arc triomphal, cierges pour les prieurs et conseillers, chandelles distribuées aux fidèles lors des trois fêtes, blé pour la fabrication de petits pains bénis offerts aux pèlerins en mai et octobre, achats de chaines en argent, défraiement des repas des prieurs, conseillers et autres personnes intervenant lors des cérémonies, rémunération des femmes qui entretiennent l’église, le linge, l’argenterie et pétrissent les pains, des musiciens assistant aux célébrations et du curé pour treize messes obituaires annuelles, célébrées pour les confrères défunts, frais des enchères de la ferme des farines, vacations de notaires et impositions. Régulièrement, ils font appel à des orfèvres pour la restauration de pièces d’argenterie ainsi qu’à des maçons, des ferronniers et des menuisiers pour réaliser des travaux de réparation aux chapelles et à la maison que la confrérie possède en propre jusqu’à sa vente, imposée par l’archevêque en 1741. 

Ils entretiennent et renouvellent des vêtements liturgiques et les ornements textiles dont les dais utilisés lors des processions, pour le reliquaire des Saints Bras et une représentation des saintes en argent, offerte par les consuls d’Arles en 1596. Malgré l’absence de trésorerie en 1691, les prieurs engagent la confection d’une bannière pour les processions, d’un montant de deux cents livres. Ils règlent cinquante livres pour la réalisation du motif à Bernard Thoro sculpteur arlésien, l’achat de damas de soie « rouge cramoisi » et des franges mais l’apurement du solde est délégué, sous couvert d’un acte notarial, à des débiteurs de la confrérie. En 1705, les prieurs acquièrent une tapisserie de quatre tentures à Arles et quatre pièces de cuir doré à Avignon pour décorer le chœur pendant les solennités. 

L’amélioration des finances à partir de 1750 permet la programmation d’importants travaux de rénovation de la chapelle haute qui commencent en 1756 par la réfection du sol de la chapelle haute : un dallage de marbre blanc et bleu turquin remplace les anciennes dalles de pierres et l’autel est remplacé par un nouveau en marbre blanc. Deux lustres de cristal sont achetés à Paris en 1757. Les murs de la chapelle haute font l’objet d’un lambrissage sculpté, réalisé par des artisans avignonnais de 1758 à 1765. Après un badigeonnage en blanc effectué en 1780, le lambris est peint en « dorure or et bleu azur » en 1790 (Fig. 6).

Fig. 6 : Détail du lambris de la chapelle haute.

Conclusion

Le sanctuaire de Notre-Dame-de-la-Mer, les reliques des saintes Maries et l’histoire de la confrérie sont documentés par une importante collection de documents originaux. Le procès-verbal d’invention des reliques de 1448 montre le processus d’authentification des reliques, à une époque où la multiplicité de celles-ci commence à induire des doutes sur leur véracité. La documentation administrative et financière de la confrérie permet d’en connaitre le fonctionnement à la fin de l’Ancien Régime.

Ce site se particularise des autres lieux de pèlerinages par son ancienneté attribuée à l’édification d’un premier oratoire par les disciples arrivés en Gaule, par la présence d’un bâtiment antérieur conservé dans l’église romane, l’absence d’inhumations ad sanctos, l’indifférence des moines bénédictins de Montmajour ne cherchant pas particulièrement à promouvoir le culte et par le développement de la confrérie au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle.


Sources et bibliographie

Sources imprimées

ADBdR – Archives départementales des Bouches-du-Rhône

107 E : commune des Saintes-Maries-de-la-Mer

GG 17 : exercice du culte … 1448 – XVIIIe s.

GG 18 : église, … XVIe – XVIIIe s.

GG 26 à GG 54 : comptes trésoraires de de la confrérie des Stes Maries Jacobé et Salomé 1683 – 1790

1 P 1 : culte catholique, …, comptes de la confrérie 1790 – 1791

ADAeP archives diocésaines Aix-en-Provence

040 X 03 : réunions de chapitres 1691 – 1703

040 X 04 – 040 X 07 : comptabilité de la confrérie 1681 – 1789

040 X 25 – 040 X 26 : confrérie des saintes Maries I & II 1671 – 1790

040 X 29 : reliques 1448 – 1797 

AMA – Archives municipales Arles

GG 114 – 115 : visites des archevêques d’Arles 1616 – 1778

BMA – Bibliothèque municipale Arles- fonds ancien

Ms 133 La légende des saintes Marie Jacobi et Marie Salomé,  Vincent Philippon, 1521

Ms 144 Consultations, décisions, règles de conduite etc., au sujet de la révolution ecclésiastique arrivée en France en 1789 et années suivantes

Ms 151 Paroisses, églises et chapelles séculières de la ville et du diocèse d’Arles, XVIIIe s.

Ms 1355 Mémoire adressé à l’archevêque par les prieurs de la confrérie,  milieu XVIIIe s.

BNF – Bibliothèque Nationale de France 

Ms fr 24958 La légende des saintes Marie Jacobi et Marie Salomé Vincent Philippon 1521

Ms fr 12468  Histoire des trois Maries  Jean Fillon dit de Venette 

Bibliographie

Anonyme (Biscarel, Jean-Baptiste), Histoire de sainte Marie Jacobé et sainte Marie Salomé, Paris 1750 BMA RA 133

Albanès, Jean-Henri, Gallia Christiana novissima – Arles, Valence, 1901 

Durand, Guillaume, Rationale Divinorum Officialis, traduction de Barthélemy, Charles, Rational ou manuel des divins offices, Paris, Louis Vivès, 1854

Faillon, Etienne-Michel, Monuments inédits sur l’apostolat de sainte Marie-Madeleine en Provence et sur les autres apôtres de cette contrée, saint Lazare, saint Maximim, sainte Marthe, les saintes Maries Jacobé et Salomé …, Paris, J.-P. Migne 1865

Fillet, Louis, Notice sur les reliques possédées par l’église de Grignan 1895 – 1905, FRBNF 30436040

Gangneux, Gérard, Les Saintes-Maries de la mer de 1675 à 1792, étude socio-démographiqueNîmes, Lacour, 1988

Paravicini, Werner, « Hans von Waltheym pèlerin et voyageur »,Provence historique, fascicule 166, 1991, p. 433 – 464

« Le pèlerinage d’Hans von Waltheym – 4  / d’Aubagne à Genève », traduction par Faugère, Annie, annotée par Coulet, Noël, Provence historique, fascicule 166, 1991, p. 533 – 541

Rabel, Claudia, « Des histoires de famille – la dévotion aux trois Maries en France du XIVe au XVe siècle », Revista de historia da arte, n° 7, 2009, p. 121 – 137

Rouquette, Jean-Maurice, Provence Romane tome 1, abbaye de La Pierre-qui-vire, Zodiaque, 1974, p. 52 – 53

Thuaudet, Olivier, « La pratique du pèlerinage en Provence à la fin du Moyen-âge et au début de l’époque moderne d’après les enseignes et les ampoules » Archéologie médiévale2017 n° 47 p. 89 – 129

Citer cet article : frederic raynaud, "Reliques et pèlerinages des Saintes-Maries-de-la-Mer," dans Carnet parodien d'histoire de l'art et d'archéologie, 25/07/2020, https://carnetparay.hypotheses.org/1047.

frederic raynaud

Chargé de recherches et d'opération INRAP UMR 5684 : histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans au Moyen-Age

More Posts

  1. ADAeP []
  2. ADBdR []
  3. AMA []
  4. BMA []
  5. Faillon 1865 p.1278 []
  6. Barthélemy 1854 p. 117 []
  7. BMA Ms 151, f° 199 []
  8. GCN Arles n° 131 p. 59 []
  9. GCN Arles n° 430 p. 175 []
  10. Rouquette 1974 p. 52 – 53 []
  11. BMA Ms 133 – BNF Ms fr 24958 []
  12. ADAeP 040 X 29 / 107 []
  13. AMA GG 115 f° 10 []
  14. expression utilisée par les anthropologues pour désigner les individus dont la croissance osseuse n’est pas achevée []
  15. Rabel C. 2009 p. 136 []
  16. L. Pillet 1895 – 1905 p. 2 []
  17. ADBdR 107 E GG 18 f° 9 []
  18. ADAeP 40 X 29 / 100 []
  19. BMA Ms 144 f° 91 []
  20. BMA Ms 133 f° 35 []
  21. ADAeP 040 X 26 / 085 []
  22. 1 pan : 0,25 m []
  23. ADAeP 40 X 29 / 100 f° 115 []
  24. ADAeP 40 X 29 / 100 []
  25. Thuaudet 2017 p. 105 – 106 []
  26. BMA Ms 144 f° 79 []
  27. BMA Ms 151 f° 199 []
  28. BNF Ms 12468 f° 229 à 231 []
  29. ADAeP 040 X 029 / 107 []
  30. Paravicini 1991 p. 433 – 464 []
  31. traduction de Anne Faugère 1991 p. 537 – 538 []
  32. ADAeP 040 X 25 / 075 []
  33. ADAeP 40 X 25 / 076 doc. n° 5 []
  34. BMA Ms 151 f° 199 []
  35. ADBdR 107 E GG 17 doc. n° 20 []
  36. BMA Ms 1355 f° 2 []
  37. ADAeP 040X03 / 005 []
  38. ADAeP 040X25 / 076 []
  39. ADBdR 107 E GG 26- GG 54, 1 P 1 – ADAeP 040 X 04 –  07 + 040 X 25 – 26 []
  40. Gangneux 1988 p. 74 – 119 []
  41. ADAeP 040 X 03 /005 f° 3 []
  42. BMA RA 133 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.