Le pèlerinage sur le tombeau de l’abbé Ponce de Sixt de la fin du Moyen Age jusqu’au XVIIe siècle : entre continuité et renouveau

Premier abbé de l’abbaye de chanoines réguliers de Sixt en Haute-Savoie, le bienheureux Ponce de Sixt, dit de Faucigny, est connu dans la région savoyarde pour le pèlerinage instauré sur sa tombe en raison de ses vertus thaumaturges dès la fin du Moyen Âge au plus tard. Pourtant, de l’identité de Ponce et de sa vie d’homme, on ignore presque tout. Écrite par l’un des chanoines de Sixt et publiée en 1666, une vie légendaire1 constituait jusqu’à aujourd’hui la seule matière sur laquelle érudits et chercheurs s’étaient appuyés sans jamais la remettre en question. Si cette légende apparente sans équivoque l’abbé fondateur à la famille seigneuriale de Faucigny, certainement à l’origine de la fondation de l’abbaye, l’examen des sources d’époque ne le confirme pas. Les reliques de Ponce ont été précieusement conservées dans un tombeau dans la nef qui a attiré les pèlerins à Sixt. Au XVIIesiècle, ce pèlerinage connaît un renouveau initié par l’ouverture du tombeau de Ponce par l’évêque François de Sales, chantre de la Contre-Réforme en Savoie du Nord, et la diffusion des guérisons. Cet engouement, source de revenus pour les chanoines, est menacé en octobre 1680 lorsque l’abbaye subit un grave incendie et que la nef de l’église, où se trouve le tombeau, est détruite. Dès lors, les chanoines sont dans l’obligation de trouver une solution qui permette la poursuite du pèlerinage et les vestiges de ce tombeau temporaire sont encore visibles aujourd’hui.

1. L’abbé Ponce et son tombeau au Moyen Age

L’abbaye de Sixt est fondée par des chanoines réguliers issus de l’abbaye d’Abondance dans le second quart du XIIesiècle (fig. 1). Un premier couvent muni de son église est construit, tandis que les galeries du cloître sont décorées à la fin du siècle de chapiteaux et de piliers sculptés en grès. Ponce est le premier abbé de Sixt avant de devenir abbé d’Abondance. Il marque durablement l’abbaye de son empreinte. Après sa mort, un pèlerinage se développe à une date inconnue sur son tombeau. Grâce aux sources textuelles anciennes, on connaît la localisation de ce tombeau médiéval. 

Fig. 1 : La congrégation d’Abondance en Savoie du Nord dans la première moitié du XIIIe s. (DAO S. Bochaton).

1.1. De l’identité de l’abbé Ponce de Sixt

L’abbé Ponce n’apparaît jamais dans la documentation avant l’acte d’érection de Sixt en abbaye en 1144, peu d’années après sa fondation2. Par la suite, il est mentionné dans six actes jusqu’à son décès un 26 novembre3

Le 2 février 1154, Ponce accompagnait les chanoines du prieuré d’Entremont qui demandaient aux frères d’Abondance l’autorisation d’avoir un abbé4. Deux ans plus tard, le 27 janvier 1156, il était encore abbé de Sixt quand les abbayes d’Abondance et de Saint-Maurice d’Agaune s’accordaient sur leurs relations5, puis quand le 7 février 1156 il recevait un privilège du pape Adrien IV6. Ponce était encore abbé de Sixt en 1167 quand l’évêque Ardutius était à Sixt pour donner à son couvent l’église de Samoëns7 et le 29 décembre 1168 lorsque Rodolphe de Faucigny arbitrait une contestation entre la chartreuse du Reposoir et des particuliers8

Dans les années suivantes, il était abbé d’Abondance au nom de laquelle il accordait aux frères de Grandvaux d’ériger leur maison en abbaye le 28 février 11729. Ponce de Sixt apparaît donc au total huit fois dans la documentation écrite du XIIesiècle, mais jamais il n’y est précisé qu’il est issu de la famille de Faucigny. On ajoutera que lorsqu’en 1140, Aymon Ierde Faucigny mentionne le nom de ses frères Rodolphe, Guillaume, Ardutius et Guy, à l’occasion d’une donation à l’abbaye d’Aulps effectuée avec le consentement des précités, aucun Ponce n’apparaît10. Par ailleurs, lorsque l’évêque de Genève Ardutius, frère d’Aymon Ier, se rendait à l’abbaye de Sixt pour donner au couvent l’église de Samoëns, aucun lien de parenté entre lui et Ponce n’était précisé11

Enfin, quand l’année suivante Rodolphe de Faucigny arbitrait un différend concernant la chartreuse du Reposoir, Ponce qui était présent n’était pas qualifié de membre de la famille contrairement à Henri « fratris mei » et à Rodolphe et Raymond « patruorum meorum », mais comptait au nombre des témoins qui attestaient de l’accord avec l’évêque de Genève, l’archevêque de Tarentaise et les abbés d’Aulps, de Saint-Maurice et d’Abondance12. Quant à l’inscription médiévale sur son tombeau, elle ne mentionne là encore aucun lien avec les Faucigny. On peut donc légitimement remettre en question cette parenté.

1.2. Le tombeau médiéval d’après les sources textuelles

Les reliques de l’abbé Ponce font déjà l’objet d’un culte au Moyen Âge, si bien qu’un tombeau est aménagé dans la partie de la nef de l’église abbatiale réservée aux laïcs (fig. 2). Masqué entièrement au XXesiècle, cet ancien tombeau a été décrit par le chanoine Jean Depassier, auteur de la vie légendaire de Ponce13, ainsi que par Joseph-Antoine Besson en 175914 et par l’abbé Marie Rannaud dans son ouvrage publié en 190515. La question de la datation de ce tombeau avait été un enjeu lors du procès en béatification de Ponce mené entre 1890 et 1895 et ce dernier ouvrage visait à attester l’ancienneté de son pèlerinage. 

Fig. 2 : Plan de l’église de Sixt et emplacement des structures mentionnées (DAO S. Bochaton).

Ces trois auteurs situaient le tombeau à l’emplacement du monument actuel, c’est-à-dire dans la troisième travée occidentale de la nef, dans le mur sud et sous une baie (fig. 3). Jean Depassier rapportait que dans le fond d’une chapelle grillagée se trouvait le tombeau aménagé dans le vide d’une arcade comprise dans le mur de l’église et que celle-ci était décorée d’une peinture représentant l’abbé. Habillé pontificalement, il était agenouillé et les mains jointes ; au-dessous de lui se trouvait une inscription qui disait : « HIC JACET BEATUS PONTIUS ABBAS NOSTER »16. L’abbé Rannaud mentionnait aussi cette arcade dans le mur : d’après lui, elle était de forme ogivale et construite en pierre dure taillée de la même manière que les arcades de l’ancienne chapelle latérale Saint-Jacques. Le tombeau en lui-même était alors situé plus bas que le niveau de plancher de la nef : pour y accéder, il fallait descendre sur un palier formé par une grande pierre mesurant 2,37 m de longueur, soit peut-être la longueur de l’arcade, et 0,80 m de largeur aménagé en avant du mur et à une distance de 0,75 m de celui-ci. Ensuite seulement se trouvait la pierre tombale, installée à 0,18 m en dessous de ce palier « taillée simplement à la pointe et dont l’extrémité ouest est encastrée sous le pilier séparant les deuxième et troisième travées à partir de la porte d’entrée »17. Rannaud avait en outre constaté qu’après le grand incendie de 1680, la chapelle décrite par le chanoine Depassier avait été restaurée et que l’on trouvait au-devant du tombeau un aménagement qu’il datait du XVIIIesiècle comprenant une arcade en avancée, des angelots, un piédestal et le buste de l’abbé vêtu du camail des chanoines réguliers. 

Fig. 3 : Le cénotaphe de l’abbé Ponce, construit en 1885 (Cl. S. Bochaton).

Il demeure donc difficile de proposer une datation : si l’ouverture du tombeau par François de Sales en 162018 le date au plus tard du XVIe siècle, la similarité entre les matériaux de son arcade et ceux de la chapelle latérale Saint-Jacques construite dans les années 147019 ainsi que la mention de « caractères gothiques » décrits par Marie Rannaud20 incitent à y voir sinon une construction, au moins une monumentalisation à la fin du Moyen Âge. Il ne reste malheureusement rien de cet aménagement aujourd’hui : l’arcade dans le mur n’est plus visible et un nouveau monument funéraire y a été construit en 1885 (fig. 3).

2. Le renouveau du XVIIe siècle

Le XVIIesiècle est marqué à l’abbaye de Sixt par les très nombreux travaux entrepris dès les années 1620 par l’abbé Humbert de Mouxy sur injonction de François de Sales et qui se poursuivent dans la seconde moitié du siècle en raison de deux incendies. L’abbé et les chanoines consentent à d’importantes dépenses21. Le culte aux reliques de l’abbé fondateur est ravivé à la même époque : d’abord en 1620 quand l’évêque ouvre le tombeau de Ponce puis en 1666 quand le chanoine Depassier publie le récit de sa vie. La contemporanéité de ces faits interpelle : s’agissait-il pour les chanoines d’augmenter leurs revenus grâce au pèlerinage ?

2.1. La reconnaissance de François de Sales, évêque de Genève

Le tombeau de Ponce fait pour la première fois l’objet d’une documentation à l’occasion de son ouverture par François de Sales (fig. 4) le 14 novembre 1620. Un récit très imagé en est fait par Marie Rannaud dans sa vie de Ponce de Faucigny22 et sa source est celui de Jean Depassier23. Sans être contemporain des évènements, le chanoine publiait son ouvrage quarante-six ans après cette visite : on peut donc supposer qu’il connaissait le déroulé des évènements grâce à la transmission orale ou alors par des écrits qui ont disparu depuis. 

Fig. 4 : Détail d’un portrait de François de Sales conservé au musée d’art sacré de l’abbaye d’Abondance. Huile sur toile, XVIIe s., anonyme, IMH 26/06/1996 (Cl. Abbaye d’Abondance).

Selon Jean Depassier, l’évêque avait alors été invité à faire ouvrir le sépulcre. Seulement entouré d’une poignée de personnes, François de Sales avait assisté à l’ouverture du tombeau à la lumière des flambeaux et avait prélevé quelques reliques ; le petit nombre de personnes autorisées à assister à la scène de même que l’obscurité suggérée par les flambeaux ajoutait assurément au mystère. Le chanoine précisait que la venue de l’évêque à l’abbaye, puis la rumeur de l’ouverture du tombeau avaient fait accourir à Sixt une foule considérable que l’évêque avait miraculeusement nourrie pour soulager les chanoines. En 1632 et au cours du premier procès en canonisation de François de Sales, décédé dix années plus tôt, trois chanoines de l’abbaye de Sixt avaient été conviés à témoigner. Le premier était l’abbé Humbert de Mouxy, alors âgé de cinquante-cinq ans, tandis que les deux suivants, Bernard Depassier et François Biord, étaient respectivement âgés de soixante-seize et de soixante-et-un ans. Tous mentionnaient dans leurs dépositions la visite de l’évêque à l’abbaye en 1620 ainsi que l’ouverture du tombeau de l’abbé « nommé Pontius »24 et la reconnaissance de ses reliques. Les deux derniers ajoutaient que François de Sales s’était lamenté « de ce que l’on avait oublié d’écrire les vertus et les mérites d’un tel personnage »25, lacune comblée un peu plus de trente ans plus tard par Jean Depassier qui associait pour la première fois Ponce à la famille de Faucigny. Le chanoine rapportait naturellement la visite de François de Sales, béatifié en décembre 1661 puis canonisé en avril 1665, soit seulement quelques années avant la publication de l’ouvrage en 1666. 

2.2. La rédaction d’une vie légendaire de l’abbé Ponce de Sixt

Cet ouvrage, dont la page de garde précise qu’il est basé sur des « extraits des manuscrits et chartres diverses qui se sont trouvées être faites du temps que ce saint vivait », est en réalité une vie légendaire visant probablement à populariser le pèlerinage sur le tombeau de Ponce. Dans le premier chapitre sur les origines de l’abbé, le chanoine écrivait :

« [De Rodolphe] nâquit le vénérable serviteur de Dieu Ponce, qui fut l’aîné de cinq autres enfants qu’eût le même Raol ou Rodolphe, sçavoir Ardutius, Aymon, Humbert, Raol surnommé Allemand & Raymon qui furent tous […] des fidèles imitateurs de l’incomparable Ponce leur aîné. […] Le vénérable Ponce êtant venu au monde environ l’an onze cent, on connû d’abord que la nature avoit fait un chef-d’œuvre en travaillant à la formation de ce petit enfant […]26 »

Depassier est le premier à mentionner cette parenté, développée dans les quinze premières pages de son ouvrage et reprise par la suite par de nombreux chercheurs27. Le récit de son enfance et de sa vocation alors encore très jeune court sur de nombreuses pages et ambitionnait très certainement d’édifier la population. Au septième chapitre, et après avoir prouvé l’étendue de ses talents comme jeune chanoine à Abondance, ce qui lui valut de partir à la tête d’un groupe de religieux dans la dangereuse et sauvage vallée de Sixt, sont narrées les années de Ponce à la tête de l’abbaye. Toutefois, rien de ce qui concerne les origines ou la vie de Ponce, à l’exception des actes précédemment cités, n’apporte d’informations historiques. Cet ouvrage ne doit donc pas être considéré comme fiable. En outre, sa rédaction visait peut-être à attirer à Sixt une foule nombreuse susceptible de faire quelques largesses financières aux religieux.

2.3. Les vertus thaumaturges du tombeau de Ponce

Datée de 1606, la plus ancienne mention d’un pèlerinage à Sixt concerne la fontaine de Ponce : « Berthe Monod, de la paroisse de Mont-Saxonnex, qui était venue en dévotion à la fontaine de saint Ponce, est décédée […] »28. L’eau de cette fontaine était réputée soigner les yeux. Un oratoire y a été élevé en 1844 pour monumentaliser la source (fig. 5) et la figure de Ponce est représentée dans la partie inférieure29.

Fig. 5 : L’oratoire au bienheureux Ponce construit à l’emplacement de la fontaine en 1844 (Cl. M. Battais).

Dans l’ouvrage sur le Culte populaire des saints en Savoie, l’ethnologue et folkloriste français Arnold Van Gennep abordait la question du culte à l’abbé Ponce et du pèlerinage à sa fontaine et son tombeau30. À propos du tombeau, il écrivait que :

« Le deuxième élément du culte populaire du Bienheureux Ponce est son tombeau, ou plutôt la dalle supérieure de son sépulcre : la spécialité thérapeutique est ici la fièvre, avec ses symptômes divers (tremblements, maux de tête, vertiges, etc.), et plus tardivement le rhumatisme, également sous formes diverses nommées en gros, par le peuple, « douleurs ». Or, l’usage du tombeau s’accompagne, dès une époque reculée, d’une pratique qui est rare en Savoie, mais qui était très répandue dans l’antiquité, qui consiste à sa coucher sur la pierre sacrée31. »

L’ethnologue ajoutait que plus tard, les malades venaient également pour des brûlures et des problèmes ophtalmiques, des maux de dents, d’entrailles et d’estomacs. On y déposait également les enfants perclus32. Cette forme de culte était déjà attestée par le chanoine Jean Depassier en 1666 qui décrivait que :

« […] depuis plusieurs siècles et de père en fils, ce salutaire sépulchre a été recommandable par le département de beaucoup de graces qu’il a pleû à Dieu y opérer par l’intercession de son Serviteur [Ponce], notamment envers les pauvres fébricitans, qui s’y font recommandez, ou devotement acheminez, pour avoir la commodité de se jetter & coucher sur la pierre-table du monument, soudain que l’accès de leur fièvre les attaquoit […]33 »

Le chanoine rapportait enfin un cas particulier de guérison, celle d’un religieux nommé Burcard qui, en 1632, avait été déposé sur le sépulcre après cinq jours d’une forte fièvre sans avoir rien pu avaler. Le chanoine Jacques Petit, qui l’y avait porté sur ses épaules, avait également appliqué sur son corps des reliques conservées en la sacristie et, deux heures plus tard, le malade était en voie de guérison34

3. L’incendie de 1680 et le déplacement du tombeau

En 1680, le tombeau thaumaturge était situé dans la nef des paroissiens, au pied du mur de séparation des deux églises et la dalle sépulcrale permettait aux malades de s’allonger au-dessus des reliques. Mais la nef disparaît dans un grave incendie de l’abbaye en octobre. Il faut alors déplacer les reliques en un endroit qui permette aux laïcs de continuer à s’allonger sur le tombeau, mais aussi à consentir des dons aux chanoines, revenus particulièrement importants en cette période de reconstruction. L’étude artistique et archéologique du site a permis d’émettre une hypothèse quant à la localisation de ce tombeau temporaire.

3.1. Une peinture murale au thème funéraire dans l’ancienne chapelle latérale

Une peinture murale de l’époque moderne, qui se trouve aujourd’hui dans l’ancienne chapelle latérale Saint-Jacques utilisée aujourd’hui comme sacristie, suggère qu’entre ces deux états, cet édifice a pu accueillir un tombeau (fig. 6). Elle représente en effet une Crucifixion. Le long de l’arcade de calcaire noir court une frise jaune agrémentée de motifs en spirales noirs. Au centre de la peinture, un Christ nimbé est crucifié à demi nu. Il se détache sur un demi-cercle ocre jaune doublé d’un autre ocre rouge qui englobe son buste. Il s’agit ici d’une théophanie, la manifestation de la divinité à ce moment même. Au-dessus de la Croix se trouve l’acronyme « INRI », Iesvs Nazarenvs, Rex Ivdæorvm. Au premier plan, trois personnages pleurent la mort du Christ : sa mère la Vierge Marie en prière, saint Jean en prière également, et sainte Marie-Madeleine agenouillée au pied de la Croix. En arrière-plan, plusieurs éléments bâtis évoquent la ville de Jérusalem : des tours carrées dont la toiture conique est surmontée d’un étendard et des dômes évoquant une architecture orientale35. Datée généralement du XVIIIe siècle36, nous émettons l’hypothèse qu’il s’agisse du décor d’un tombeau temporaire destiné à accueillir les reliques de l’abbé fondateur durant les travaux de reconstruction de la nef et qu’elle date en réalité du début de la décennie 1680.

Fig. 6 : La peinture murale dans l’ancienne chapelle latérale Saint-Jacques aujourd’hui utilisée comme sacristie (Cl. S. Bochaton).

Le déplacement des reliques et la création d’un tombeau temporaire dans l’ancienne chapelle latérale présentaient en effet l’avantage de permettre au pèlerinage de se poursuivre malgré les travaux entamés pour la reconstruction de la nef. Pour cela, les chanoines imaginèrent un nouvel accès dont les vestiges ont été découverts lors d’une opération de fouille menée en 2016 dans l’ancien cloître de Sixt37.

3.2. Le déplacement du tombeau à portée des pèlerins

Pour permettre aux malades et aux pèlerins d’accéder au tombeau temporaire depuis l’extérieur du couvent, des travaux sont entrepris dans l’ancienne galerie nord du cloître détruite lors de l’incendie de 1680 : la galerie nord a été entièrement remplie de blocs de pierre issus de la démolition de certaines parties de l’abbaye (fig. 7). Au-dessus de cette couche, un mur de soutènement a été construit pour délimiter une terrasse au sud de la nef incendiée. Orienté nord/ouest-sud/est, ce nouveau mur divise alors en deux le préau et les galeries du cloître : au nord, une couche de terre achève de combler la galerie jusqu’au niveau de sol de l’église, tandis qu’au sud, le préau est conservé pour continuer d’éclairer la galerie méridionale du cloître. Dès lors, cette terrasse offre un passage direct depuis le parvis de l’église jusqu’à l’ancienne chapelle latérale en profitant de la destruction de l’aile ouest du couvent (fig. 8). 

Fig. 7 : Niveau de démolition observé dans l’angle nord-est des anciennes galeries du cloître (Cl. S. Bochaton).
Fig. 8 : Restitution du passage depuis le parvis de l’église jusqu’au nouveau tombeau temporaire de l’abbé Ponce (DAO S. Bochaton).

Une porte aménagée dans le mur occidental de l’ancienne chapelle (fig. 9) permettait aux pèlerins d’y pénétrer et de se diriger vers le tombeau orné de la peinture murale pour s’y allonger. Ainsi, et pendant toute la durée des travaux de reconstruction de la nef, les chanoines avaient fait en sorte que l’une de leurs sources de revenus ne se tarisse pas : les pèlerins pouvaient continuer à se rendre sur le tombeau de l’abbé Ponce sans avoir ni à entrer dans l’église en travaux, ni dans le couvent. Une fois la reconstruction de la nef achevée en 168738, les reliques ont été redéposées dans le tombeau d’origine. L’ancienne chapelle latérale, toujours pourvue de sa peinture murale, a été successivement utilisée comme salle des archives puis comme sacristie.

Fig. 9 : Ancienne porte d’accès au tombeau temporaire transformée en fenêtre néo-gothique vers 1910 (Cl. S. Bochaton).

Conclusion

Bien que ses origines soient mal connues, le pèlerinage sur le tombeau de Ponce connaît un regain d’intérêt au XVIIesiècle avec la visite de François de Sales et la rédaction d’une vie légendaire de l’abbé fondateur. S’agissait-il, à une époque marquée par de nombreux travaux de reconstruction, de faire entrer des liquidités qui financeraient les travaux ? La contemporanéité des faits interroge, de même que l’apparition d’un lien de parenté entre l’abbé Ponce et la famille de Faucigny à la même époque. Le maintien du pèlerinage durant les travaux de reconstruction de la nef (1680-1687) indique en tout cas que les pèlerins étaient nombreux. Les travaux entrepris à la va-vite au sud de l’église auront cependant de graves conséquences sur le bâti du couvent et mèneront un peu moins de deux siècles plus tard à la destruction des ailes latérales de l’abbaye. 

Dès 1897 et la fin du procès canonique qui vit Ponce être déclaré bienheureux le 15 décembre 1896, « l’abbé Rannaud fit dégager le tombeau tout entier, enlever la dalle antérieure et sortir les reliques, qu’on mit dans un coffret, qui fut lui-même déposé dans une châsse, sous la tête en cire du saint39. ». Plus rien n’est visible aujourd’hui en raison de l’enduit des murs, mais la figure de Ponce de Sixt demeure familière en Savoie : il a été représenté sur les vitraux de l’église néo-classique du Mont-Saxonnex (1829-1834) et sur une icône de l’église de Mieussy en Haute-Savoie. Arnold Van Gennep rapportait que dans la première moitié du XXesiècle, les croyants étaient encore nombreux à se rendre à sa fontaine et sur son tombeau40


Bibliographie

Besson, Joseph-Antoine, Mémoires pour l’histoire ecclésiastique des diocèses de Genève, Tarantaise, Aoste et Maurienne, et du décanat de Savoye, Nancy, 1759.

Bochaton, Sidonie, Jouneau, David. L’abbaye de Sixt à travers le temps. Résultats des campagnes archéologiques 2015-2016. Les Dossiers du Musée savoisien : Revue numérique[en ligne], 4-2018.

Bochaton, Sidonie, Guffond, Christophe, Jouneau, David, « L’abbaye de Sixt. Une histoire architecturale mouvementée. », Domestiquer un bout du monde. Vivre dans les montagnes de Sixt (XIIe– XXIesiècle),Culture 74, Annecy, Conseil départemental de la Haute-Savoie, 2017, p. 25-47.

Delerce, Arnaud. L’abbaye d’Abondance et sa congrégation. D’après la reconstitution du chartrier canonial (1108-1300). Chambéry, Université Savoie-Mont-Blanc, 2019.

Depassier, Jean. Recueil de la vie et gestes du vénérable Ponce, l’abbé des chanoines réguliers du monastère de Siz…, Annecy, 1666.

Lullin, Paul, Le Fort, Charles. Régeste genevois : Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l’histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l’année 1312, Genève, Société d’histoire et d’archéologie de Genève, 1866.

Rannaud, Marie. Histoire de Sixt. Abbaye – Paroisse – Commune. 1135-1914, Annecy, 1916.

Rannaud, Marie. Le Bienheureux Ponce de Faucigny : fondateur de l’abbaye de Sixt : sa vie, son culte, sans lieu, 1905.

Van Gennep, Arnold. Culte populaire des saints en Savoie. Paris, G.P. Maisonneuve et Larose, 1973. 

Citer cet article : Sidonie Bochaton, "Le pèlerinage sur le tombeau de l’abbé Ponce de Sixt de la fin du Moyen Age jusqu’au XVIIe siècle : entre continuité et renouveau," dans Carnet parodien d'histoire de l'art et d'archéologie, 22/07/2020, https://carnetparay.hypotheses.org/1029.

Sidonie Bochaton

Je suis archéologue spécialisée dans l'étude du bâti médiéval et moderne. Depuis 2009, j'étudie les maisons de chanoines réguliers et les lieux de justice en Savoie du Nord. En 2020, j'ai publié l'ouvrage "Meillerie. Un prieuré fortifié de chanoines réguliers (XIIe-XIXe siècle)" aux éditions de l'Académie salésienne.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedIn

  1. Depassier, Jean, Recueil de la vie et gestes du vénérable Ponce, l’abbé des chanoines réguliers du couvent de Siz…,1666. Né à Sixt, il était chanoine de l’abbaye en 1662 et mourut le 2 juin 1667. []
  2. Delerce, Arnaud, L’abbaye d’Abondance et sa congrégation. D’après la reconstitution du chartrier canonial 1108-1300, Chambéry, 2019, n° 15 []
  3. Gavard, Adrien, « L’obituaire de l’abbaye de Sixt », Mémoires et documents publiés par l’Académie salésienne, 1913, t. 36, p. 81 : « O. Pontius abbas n. ». Dans le nécrologe de l’abbaye mère d’Abondance publié en 1848, il est ajouté après le nom de Ponce « abbas de Siz. et noster »Cibrario, Luigi, « Necrologium monasterii de Abundancia », Monumenta Historiae Patriae, Scriptorum III, Turin, 1848, p. 423 []
  4. Delerce, Arnaud, op. cit., n° 15 []
  5. Delerce, Arnaud, op. cit., n° 17 []
  6. Delerce, Arnaud, op. cit., n° 18 []
  7. Delerce, Arnaud, op. cit., n° 24 []
  8. Lullin, Paul, Le Fort, Charles, Régeste genevois ou répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l’histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l’année 1312, Genève, 1866, n° 384 bis []
  9. Delerce, Arnaud, op. cit., n° 30 []
  10. Lullin, Paul, Le Fort, Charles, op. cit., n° 301 []
  11. Delerce, Arnaud, op. cit., n° 24 []
  12. Lullin, Paul, Le Fort, Charles, op. cit.n° 384 bis []
  13. Depassier, Jean, op. cit., p. 69-70 []
  14. Besson, Joseph-Antoine, Mémoires pour l’histoire ecclésiastiques des diocèses de Genève, Tarantaise, Aoste et Maurienne, et du décanat de Savoye, Nancy, 1759, p. 149 []
  15. Rannaud, Marie, Le bienheureux Ponce de Faucigny, fondateur de l’abbaye de Sixt. Sa vie, son culte, sans lieu, 1905. Curé de Saint-Julien-en-Genevois, l’abbé Rannaud était né le 11 septembre 1841 à Sixt. []
  16. Depassier, Jean, op. cit., p. 69 []
  17. Rannaud, Marie, op. cit., p. 147-152. []
  18. Archives départementales de la Haute-Savoie, 4H4 []
  19. Bochaton, Sidonie, Jouneau, David, « L’abbaye de Sixt à travers le temps. Résultats des campagnes archéologiques 2015 et 2016 », Les Dossiers du musée savoisien : revue numérique, 4-2018 []
  20. Rannaud, Marie, op. cit., p. 149-151 []
  21. Bochaton, Sidonie, Guffond, Christophe, Jouneau, David, « L’abbaye de Sixt, une histoire architecturale tourmentée », Domestiquer un bout du monde… Vivre dans les montagnes de Sixt XIIe-XXIesiècle, Annecy, Conseil départemental de la Haute-Savoie, p. 40-43 []
  22. Rannaud, Marie, op. cit., p. 155-161 []
  23. Depassier, Jean, op. cit., p. 76-78 []
  24. Rannaud, Marie, op. cit., p. 162. Là encore, il n’est pas fait mention de sa supposée parenté avec les Faucigny. []
  25. Rannaud, Marie, op. cit., p. 163 []
  26. Depassier, Jean, op. cit., p. 3-9 []
  27. L’historien savoyard Léon Ménabréa reprend cette parenté dans son ouvrage sur les origines des familles régnantes de Savoie, tout en abordant à la même page la règle de succession en primogéniture masculine déjà appliquée par la famille de Faucigny au XIIesiècle. Ménabréa, Léon, Des origines féodales dans les Alpes occidentales, Turin, Académie royale des sciences, 1865, p. 353 []
  28. Rannaud, Marie, Histoire de Sixt, abbaye, paroisse, commune : 1135-1914, Annecy, 1916, p. 596 []
  29. La légende de Ponce et de la fondation de l’abbaye insistait sur le rôle de l’abbé, « maître des eaux » d’après Alain Melo et légitimait d’après lui la domination des chanoines sur la vallée. Melo, Alain, « Domestiquer un bout du monde. La vallée de Sixt du XIIeau XVIIIesiècle ». Domestiquer un bout du monde… Vivre dans les montagnes de Sixt XIIe-XXIesiècle, Annecy, Conseil départemental de la Haute-Savoie, p. 8 []
  30. Van Gennep, Arnold, Culte populaire des saints en Savoie, Paris, 1973, p. 115-133. Publié en 1973 bien après son décès en 1957, il s’agit d’un recueil de notices rédigées entre 1916 et 1939. []
  31. Van Gennep, Arnold, op. cit., p. 121 []
  32. Van Gennep, Arnold, op. cit., p. 115-133 []
  33. Depassier, Jean, op. cit., p. 71 []
  34. Depassier, Jean, op. cit., p. 81-83 []
  35. Je remercie Magali Guénot, docteur en Histoire de l’art médiéval de l’Université Lumière-Lyon 2, pour son aide dans la description de cette scène []
  36. Base Palissy : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM74001415 []
  37. Direction Sidonie Bochaton. Bochaton, Sidonie, Jouneau, David, op. cit. []
  38. Cette date est donnée par une inscription sur les voûtes de la nef reconstruite. []
  39. Van Gennep, Arnold, op. cit., p. 128-129 []
  40. Van Gennep, Arnold, op. cit., p. 119 []

Une réflexion sur « Le pèlerinage sur le tombeau de l’abbé Ponce de Sixt de la fin du Moyen Age jusqu’au XVIIe siècle : entre continuité et renouveau »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.